Journal quotidien


Je suis dans une période intense…   Intense sur plusieurs aspects, y compris dans ma classe-maison.

Il faut dire que présentement, ma classe-maison a pris une réelle allure «formelle» ce qui pourrait faire sourciller plusieurs d’entre vous.

Je sais que plusieurs aiment le sentiment de liberté qu’offre de ne faire que quelques petites choses ici et là.  Chez nous, c’est réellement le contraire présentement!

Vous me connaissez bien, pour la plupart en tout cas, j’ai toujours été assez rigoureuse dans ma façon de travailler…  mais…  je le suis encore un tantinet plus présentement. Dans mon cas, présentement en tout cas, ma classe ressemble probablement à une réelle classe régulière (dans le genre année 40 par contre! hihihi ) puisqu’on travaille chaque matière avec rigueur.

Je ne laisse rien passer!  J’explique, réexplique, revoit certaines choses, questionne, etc.  Je prends le temps de faire toutes ces petites choses qu’on a tendance à mettre de côté parce qu’on manque de temps.  On prend le temps de chercher les mots dans le dictionnaire, de prendre le dictionnaire de synonymes pour choisir un mot différent, de feuilleter l’atlas pour situer la ville mentionnée dans notre texte du jour, de mémoriser une règle, de se donner des moyens efficaces pour résoudre nos problèmes, de développer une manière de faire qui restera, d’utiliser une nouvelle approche pour résoudre certains problèmes, on prend le temps de faire des liens avec notre vécu, etc.

Je prends le temps pour installer la matière.

Laisse chaque chose prendre sa place : laisse chacune de tes affaires  prendre son temps.  Benjamin Franklin

On le dit souvent, on le répète souvent mais je pense qu’on le comprend réellement lorsqu’on le met en pratique : prendre son temps…  c’est vraiment payant pour la suite!

Résultats de recherche d'images pour « prendre le temps »

Afin d’accompagner notre rigueur au travail, chaque matière à son manuel cette année…  toutes les matières!

Vous savez quoi ?

Je ne me suis jamais sentie aussi libre!

Quel plaisir de prendre un manuel chaque matin et d’avancer, tout simplement, en prenant le temps de le travailler de la bonne façon.  Quel merveille de terminer la journée en étant certaine d’avoir eu et fait les bons gestes pour apprendre.

Vous savez…   hum…  ce sentiment que les enfants ont réellement appris quelque chose dans la journée, ça n’a pas de prix!

Quand un manuel prend la bonne place, il devient le partenaire parfait!

Je prends le temps d’y ajouter des petits «extras» qui poussent un peu plus loin le travail.  Je complète avec des manipulations, des réflexions, un complément pris ailleurs, des ajouts en lecture, en écriture, du calcul mental, etc.  Je prends le temps de m’arrêter pour revoir une notion des années antérieures sans me sentir coupable d’utiliser d’une mauvaise façon mon précieux temps.

Résultats de recherche d'images pour « tout ce qui mérite d'être fait mérite d'être bien fait »

Je répète cette phrase tous les jours…  Tellement que les enfants m’arrêtent avant la fin! hahaha

Vous savez, mine de rien, elle fait son chemin… tranquillement.  En tout cas, j’aime ce que je vois et ça me suffit pour le moment.

Bonne soirée.

Cheval de guerre ( roman)


Finalement, après avoir passé plusieurs heures à lire… J’ai sélectionné ce petit roman pour accompagner la prochaine séquence de travail de Raphaël (secondaire 2)

Je cherchais un roman qui propose une histoire «hors de l’ordinaire» et une histoire remplie d’humanité.

C’est exactement ce que propose ce petit roman.

Résultats de recherche d'images pour « cheval de guerre roman gallimard jeunesse »


Résumé

Été 1914. Dans la ferme de son père, en Angleterre, Albert grandit en compagnie de son cheval, Joey. Pendant ce temps, d’immenses armées se préparent à s’affronter dans le cauchemar de la guerre. Dès lors, le destin de Joey est tracé. Vendu par le père d’Albert aux soldats anglais, il va devoir survivre dans l’enfer des champs de bataille. Albert et Joey se reverront-ils?

Joey le cheval de ferme, devenu cheval de guerre, en 1914, nous raconte son histoire, avec simplicité. Témoin de la Grande Guerre, il va vivre l’horreur des combats auprès des Britanniques, des Allemands, ou du côté des Français. Pour lui, les soldats, les paysans, les officiers, les vétérinaires ne sont pas des ennemis, mais des hommes, chez qui il rencontre la bonté comme la méchanceté. Joey partage leurs souffrances et leurs peurs, et sait leur redonner de l’espoir.


Un roman parfait pour accompagner ma prochaine séquence en français qui propose plusieurs textes sur des gens ordinaires qui font pourtant des choses extraordinaires!

Roman historique, roman d’amitié, roman de sagesse, roman rempli d’humanité…  bref un roman qui saura plaire à mon fils!!!

J’ose le penser en tout cas.

En passant, ce roman a été porté à l’écran par Spielberg en 2012

 

Choix de roman


Je suis à la recherche, depuis quelques semaines, d’un roman pour accompagner une séquence de français en secondaire 2.

Comme je lis tous les romans avant de les proposer à mes enfants, j’ai lu celui-ci :

 

Résultats de recherche d'images pour « la fille au pinceau d'or avis »

 


Résumé

Maria Brugada, jeune orpheline au service d’une aubergiste acariâtre, accomplit les besognes les plus ingrates, sans jamais se plaindre. Son seul plaisir est de dessiner au charbon de bois des animaux sur les murs d’une bicoque abandonnée. Pourtant, le jour où sa patronne noie le chaton de Mimosa, sa seule amie, Maria s’enfuit, écœurée, et rejoint Madrid. Une nouvelle vie commence. Embauchée comme servante par un peintre réputé, Maria entend profiter en secret de l’atelier pour réaliser son rêve : apprendre à peindre. La tâche est rude ; les tensions entre apprentis et compagnons sont fréquentes. Maria va tenter de s’imposer par tous les moyens…


C’est un petit bijou de roman que je trouve trop «féminin» pour plaire à mon fils.

Par contre, il saura plaire à une jeune adolescente de 12-14 ans!

C’est vendredi… On écrit!


2l6yG5l

Ta mère te confie son magnifique parapluie pour faire une promenade sous la pluie.  «Surtout, ne l’abîme pas!» t’a-t-elle dit.  Un violent coup de vent survient.  Imagine la suite et raconte.


Rappelez-vous que cette séance d’écriture du vendredi est très courte : 15-20 minutes maximum.

Il s’agit simplement d’habituer les enfants à écrire sur différents sujets rapidement.


pdf émoticondu-vent-sous-le-parapluie

Je réponds / moyens financiers…


«Je n’ai pas des moyens financiers très grands, mes enfants ne pourront jamais apprendre autant que les autres qui ont plus de moyens que nous.»

je-rc3a9ponds

Nier cette affirmation serait se mettre la tête dans le sable.

Ce n’est pas vrai qu’un enfant qui n’a jamais voyagé a vu les mêmes choses que les petits globe-trotters qui parcourent la planète année après année!  L’expérience «sur le terrain» n’a pas de prix…  et rien ne saura remplacer ça.

Ce n’est pas vrai qu’un enfant entouré d’instruments de musique, de nombreux livres sur différents sujets, d’outils technologiques, etc…  a les mêmes chances que celui qui n’a même pas un livre à la maison!

Un enfant avec le ventre vide n’apprend pas autant qu’un enfant qui mange à sa faim!

C’est vrai…

Oui, l’instruction/éducation de nos enfants a un prix…   mais n’oublions pas les autres facteurs qui influenceront «aussi» son instruction/éducation!

Ce n’est pas vrai qu’un enfant qui a la chance d’être entouré d’adultes allumés, intéressés d’apprendre encore, qui restent éveillés aux nouvelles découvertes aura la même chance qu’être un enfant d’un parent qui passe sa vie devant son écran, la télé ou son téléphone!

Ce n’est pas vrai qu’un enfant qui passe tous ses temps libres à jouer à des jeux vidéo aura la même chance que celui qui a passé sa journée à parcourir les montagnes, les forêts, les lacs  ou à apprendre quelque chose de nouveau!

Ce n’est pas vrai qu’un enfant abandonné dans un coin de classe, parce qu’il est TDA et qu’il ne suit tout simplement pas, aura la même chance que celui, instruit à la maison, qui a une maman qui le ramène, ne lui donne même pas la chance d’être dans la lune et lui donne les bons outils pour rester concentré!

On pourrait donner plusieurs exemples encore et encore.  Effectivement, avoir des moyens financiers plus grands donnent la chance d’avoir des outils meilleurs…  mais, à la base de tout, nous ne sommes pas nécessairement de meilleures maman-enseignante lorsqu’on a de plus grands moyens financiers! hihihi

On peut chercher des outils dans notre milieu pour agrémenter notre classe-maison : bibliothèque, club d’échec, club de lecture, échange avec une amie artiste ou musicienne, on met de côté quelques dollars chaque semaine pour se payer un objet utile, etc.  Il faut simplement chercher autour de nous un peu plus que ceux qui ont des moyens financiers plus grands!  Quand j’étais enfant, je rêvais d’apprendre le piano…  si vous saviez à quel point…  Mes parents étaient contre, donc pas de piano à la maison et aucunement question de payer des cours «inutiles» de piano.  Pourtant, après de longues argumentations,  ils ont accepté,  si j’utilisais mon argent de poche.  j’ai osé demander à une voisine ( à 1 km de chez nous) de m’apprendre un peu le piano.  Elle a d’ailleurs accepté.    Comme je n’avais que peu d’argent à offrir en échange, j’ai proposé de l’aider dans son travail.  Je descendais donc de l’autobus tous les soirs, après l’école,  pour pratiquer chez elle et l’aider un peu, puis, je rentrais ensuite, à pied, à la maison.  Non, je n’avais pas de piano à la maison, mais pourtant, j’ai fait du piano avec elle pendant 4 ans, puis j’ai pu poursuivre avec d’autres professeurs pendant plus de 14 ans!

On ne doit jamais perdre de vue que l’argent n’achète pas tout!!!

Choisir a un prix


Si nous n’avions aucune «finalité à atteindre» à l’instruction que l’on donne à nos enfants suivrions-nous la même route ?  Utiliserions-nous le même curriculum?   Quels seraient les objectifs que nous choisirions d’atteindre ?  Qu’est-ce que nous prioriserions?  Et si nous savions déjà, au contraire, que nos enfants allaient changer d’orientation éventuellement et qu’ils se dirigeraient vers un choix de carrière qui nécessite une base solide en mathématique ou en science ?  Nos priorités seraient-ils les mêmes présentement?  Poussons encore un peu plus loin notre réflexion.  Si nous savions déjà qu’un de nos enfants embrasserait la politique éventuellement, notre curriculum serait-il le même? N’aurions-nous pas souhaité travailler davantage la philosophie, l’argumentation et l’art du discours au lieu de travailler aussi intensément certains programmes de notre curriculum ?

Je suis certaine que plusieurs choisiraient une route différente.

D’autres ? Probablement une route qui ressemble déjà à leur quotidien.

Résultats de recherche d'images pour « bon ou mauvais choix »

Avant de lancer derrière nous certaines matières, nous devrions nous rappeler que nous ignorons, pour le moment en tout cas, la route qu’empruntera nos enfants.

Qui peut réellement prévoir si l’enfant qui se dirigeait vers un métier manuel ne changera pas d’avis éventuellement.

Qui peut réellement «décider» pour l’enfant la route qu’il devra emprunter éventuellement?

Qui sommes-nous pour prendre une décision qui ne nous revient pas…  Avons-nous suivi, nous les adultes, une route déjà tracée par nos parents ?

Pourquoi ne pas «choisir», dès maintenant, d’outiller notre enfant pour qu’éventuellement il puisse «choisir» sans devoir reprendre ce qui aurait dû être appris enfant.

Je crois qu’on ne réalise pas toujours l’ampleur de cette tâche, que nous avons choisie, d’instruire nos enfants à la maison…

Journal quotidien


Bon matin tout le monde!

Une autre belle semaine débute pour nous en classe-maison.  On se sent reposé…  en tout cas,  pour moi, c’est un fait!

C’est toujours le moment que je préfère dans la semaine puisqu’on a la chance de débuter une nouvelle semaine du bon pied!  Chaque nouvelle semaine est un peu comme une nouvelle année qui débute…  On peut repartir en améliorant une petite chose ou deux à chaque fois.

Cette semaine, je porte une attention particulière aux mathématiques.  Nous débutons notre première situation-problème de l’année et je vais y accorder d’importantes minutes.  Comme la principale difficulté demeure la lecture et la mise en langage mathématique, on passera beaucoup de temps à se donner des outils pour y arriver rapidement et, surtout, efficacement.  C’est souvent pénible chez nous cette section…  surtout au secondaire.

Pour le reste, on garde le cap!  On file tranquillement en prenant le temps de «vivre» nos apprentissages avant de passer à l’apprentissage suivant.  Je prends le temps de tout faire, tranquillement, en oubliant un échéancier quelconque.  C’est franchement plus efficace que tous les autres moyens déjà tentés dans les années passées!

Bon, je ne parle pas plus longtemps puisque j’ai une longue journée qui m’attend!

Bon début de semaine à tous(tes)!

Intersection CST secondaire 4


Résultats de recherche d'images pour « intersection cst 4 »Résultats de recherche d'images pour « intersection cst 4 »

Même chose que la publication précédente…  le même site propose le corrigé de ces manuels (CST secondaire 4)

Comme ce corrigé ne devrait pas s’y retrouver…  Dépêchez-vous de le télécharger s’il vous intéresse puisqu’il ne restera pas longtemps sur ce blogue.  Plusieurs professeurs se feront un plaisir de me les faire enlever!

pdf émoticonchapitre-8

chapitre-1

chapitre-2

chapitre-3

chapitre-4

chapitre-5

chapitre-6

chapitre-7

Je réponds / les leçons


je-rc3a9ponds

«Tu donnes tes propres leçons ou tu ne fais que lire la leçon du cahier avec tes enfants ?»


Bien souvent, je lis effectivement avec eux la leçon du cahier et je propose ensuite une leçon plus personnelle.  Cependant, mes leçons sont toujours très courtes et claires afin de nous amener rapidement aux exercices ensuite.

Je cherche à leur donner une «marche à suivre» au lieu d’une simple explication vide de sens.  J’essaie de faire des liens avec d’autres notions vues antérieurement afin de leur faire remarquer à quel point plusieurs choses se complètent.

Comme je suis souvent bien préparée (ce qui implique d’avoir pris le temps de regarder le type d’exercices qui sera proposé ensuite) je propose dans mes leçons des exemples concrets, une marche à suivre, etc.

Plus cette période est «claire» plus les exercices seront simples à réaliser ensuite !