Je réponds / préparer programme de maths


Je suis en train de préparer mon programme de mathématique pour l’automne prochain.  Peux-tu me dire comment tu fais ça ?  J’utiliserai, comme toi, le cahier Point de mire? »

Je suis justement en train de préparer, dans les grandes lignes, le programme de mon dernier qui sera en secondaire 1 l’an prochain.

Comme l’édition que j’ai utilisée avec Raphaël l’an dernier est différente de celle que Gabriel utilisera, je suis en train de le planifier.

Comment je me prépare ?

Avant tout, comme je l’ai souvent répété,  je suis pas mal rigoureuse dans ma préparation puisque cela allège mon temps ensuite.  J’aime être bien préparé, solide, avec des outils qui peuvent appuyer mes leçons, etc.

Étape 1

Dans mon cas, j’imprime tous les «savoirs» qui correspondent aux leçons que je devrai lui expliquer.  Je les examine, une page après l’autre, afin de repérer les sections qui seront plus complexes à faire.

Comme le programme de secondaire 1 est une grosse révision du primaire, je SAIS déjà que quelques sections devront être particulièrement travaillées en prévision de ce qui vient ensuite dans les années suivantes.

Je place toutes ces feuilles dans un cartable (classeur) afin de les utiliser pour les leçons et les consulter au besoin ensuite lors des exercices ou des tests.

Je prépare une liste des savoirs pour s’y retrouver un peu mieux au fil de l’année.

Liste des «savoirs» secondaire 1

Étape 2

Pendant que j’examine mon cahier des «savoirs», je prends en note, tout ce qui touche le langage mathématique.  En fait, je surligne tous les termes que je désire revoir sur chacune des pages des leçons.

Savoir 1.1 – nombre naturel , en extension, nombres pairs, droite numérique, nombre entier positif ou négatif, les symboles d’appartenances, etc.

Lorsque je donnerai la leçon, je vérifierai s’il comprend bien tous ces mots correctement.

Le langage mathématique est vraiment important à maîtriser, c’est souvent une des causes de la mauvaise compréhension des problèmes.

 

Étape 3

Pendant que j’examine mon cahier des «savoirs», je prépare des outils qui appuieront mon travail : tableau de conversion, exercices supplémentaires sur le tracé des droites parallèles et perpendiculaires, différents triangles, le patron à découper de différents solides, etc.

Je mets en place tous les outils susceptibles d’être utiles.

Étape 4

Comme j’ai besoin de stimuler les troupes parfois…  J’essaie toujours de calculer «approximativement» le nombre de numéros à faire «minimalement» pour arriver à faire le programme dans le temps que je me fixe pour l’année scolaire.

Dans ce cas-ci, il y a 656 numéros à faire + 18 numéros représentant des situations-problèmes ou de raisonnement ( CD1-CD2) plus longues à faire (2 jours chez nous) + 9 tests (CD1-CD2 / 3 jours chez nous ) + 11 situations-problèmes supplémentaires (2-3 jours – optionnelles par contre) + un bilan de mi-année et un autre à la fin de l’année

  • 18 x 2 jours = 36
  • 9 tests x 3 jours = 27
  • 11 SP x 2 jours = 22
  • bilan mi-année x 3 jours = 3
  • Bilan fin année x 3 jours = 3
  • 91 jours

Comme nous travaillons, généralement, autour de 180 jours, c’est donc 89 jours qui seront consacrés aux leçons et exercices…  il faudra donc faire 7-8 numéros chaque jour pour y arriver.  C’est faisable.

Il faut quand même dire que dans chaque section, il y a une grande section avec des problèmes de raisonnements ou des problèmes d’applications.  Ce sera un peu intense de faire autant de numéros en 75 minutes chaque jour.  De plus, si l’enfant rencontre des difficultés particulières, il faudra prévoir des exercices de renforcement!

Finalement, j’imprime les tests, les situations-problèmes et de raisonnements et les bilans (mi et fin d’année).

Je n’imprime pas les exercices de «renforcements» que je n’utilise qu’à l’occasion lorsque je sens que mes gars ne comprennent pas suffisamment.  Je les imprime donc au fur et à mesure des besoins.

Rendu là, le gros de ma planification est déjà en place.  Il ne reste que la planification «plus grossière» de notre quotidien et les «ajouts» que j’aime bien faire (dessins géométriques, découverte de mathématiciens, etc)

Ça semble toujours excessif pour quelqu’un qui ne planifie pas…

Je sais…

Par contre, pour moi, pour MON QUOTIDIEN, c’est tellement plaisant de planifier autant puisque tout est là, à portée de mains, tout est en place pour simplement «être vraiment là» pour la leçon que je donne.

Je ne cherche rien, je n’imprime rien à la dernière minute, tout le matériel ou les outils sont là, près de nous.

Facile, n’est-ce pas ?  C’est, en tout cas, à la portée de tous !

Français / secondaire 5


Vous ne comprendrez rien à cette publication mais elle n’est là que pour me laisser une trace…  pour ne pas oublier.

Éventuellement lorsque Raphaël préparera l’examen de français secondaire 4 et 5, je saurai où trouver! ha!

Français secondaire 4 et 5 (réelles questions d’examens)

(2015)  Le développement technologique contribue-t-il au bien-être des êtres humains ?

(2015)  Pourquoi le phénomène de la peur fascine-t-il autant les jeunes ?

(2013) Peut-on réduire notre empreinte écologique?

(2016) En 2016, les étudiants peuvent-ils être heureux ?

(2017)  Se vêtir de façon responsable, est-ce possible ?

(2017) Doit-on considérer les figures d’autorité comme des oppresseurs ?

Voici plusieurs idées proposées par la classe de français de Julie Dubé

  1. L’environnement
    • Le gouvernement veut permettre le passage d’un oléoduc sur le territoire québécois. Plusieurs populations locales sont en désaccord avec ce projet, car la peur des déversements de pétrole est énorme. Et si un tel incident arrivait, les conséquences environnementales seraient énormes. La compagnie Embridge cherche à rassurer les citoyens en disant que tout est sécuritaire. De votre côté, qu’en pensez-vous? Devrions-nous permettre le passage du pétrole bitumineux dans notre province? Infos sur le site d’Équiterre.
    • En cas de déversement pétrolier ou d’autres catastrophes environnementales provoquées par une entreprise, à qui revient la responsabilité de nettoyer les dégâts dans les écosystèmes?
    • Malgré l’apparition de nombreux groupes qui visent à protéger le monde de la pollution et à éveiller les consciences au triste sort qui guette notre planète, il semble bien que la situation ne s’améliore pas. Croyez-vous que vous parviendrez à léguer à vos enfants un monde plus propre?
  2. La brutalité policière
    • Les médias présentent souvent des cas de brutalité policière ces dernières années. Vous avez certainement en tête un ou plusieurs événements du genre. Croyez-vous que le travail des policiers est suffisamment encadré et que les sanctions imposées sont appropriées?
  3. La commercialisation des Fêtes
    • Selon vous, le temps des Fêtes est-il rendu trop commercial?
    • Comme il semble que Noël soit rendue beaucoup trop commerciale, donc cette fête a perdu sa valeur religieuse pour plusieurs, devrait-on abolir les vacances des Fêtes?
  4. Les jeux de hasard
    • Il a été prouvé que les appareils vidéos de loterie (AVL) créent de la dépendance. À cet égard, croyez-vous qu’il faudrait abolir ces AVL dans les bars et les casinos?
    • Que faut-il penser également des jeux de pocker ou autres via le réseau Internet? Est-ce que la règlementation limite efficacement l’accès aux sites fournisseurs de tels jeux, pour les jeunes de moins de 18 ans par exemple?
    • Le Canada devrait-il modifier le code criminel pour abolir complètement les casinos?
  5. Le décrochage scolaire et l’éducation des adultes
    • Le décrochage scolaire inquiète énormément les autorités qui jugent inadmissible qu’à peine un élève sur trois parvient à obtenir son diplôme d’études secondaires. À qui la faute? À l’élève ou à l’école?
    • La formation devient de plus en plus essentiel pour accéder au marché du travail. Il semble de plus en plus difficile d’obtenir d’excellentes conditions de travail sans diplôme reconnu. Ainsi, que pensez-vous de l’Éducation des adultes? Trouvez-vous qu’elle a sa place dans notre société?
  6. La musique et les jeunes
    • La musique est de plus en plus disponible. Il est facile d’en télécharger, d’en écouter grâce à des I-Pod ou cellulaire, etc. Croyez-vous que les jeunes écoutent trop de musique au détriment d’autres activités telles des rencontres avec des amis?
    • Plusieurs centres d’Éducation des adultes permettent maintenant l’écoute de musique en classe. Êtes-vous d’accord avec ce privilège qui est accordé aux élèves? Pensez-vous que cela peut nuire à leurs études?
    • L’usage de casque d’écoute peut nuire à l’ouïe si la période d’écoute est régulière, sur une longue période et a un volume plus ou moins élevé. Croyez-vous qu’on devrait interdire le port du casque d’écoute ou du moins le diminuer?
    • La direction de l’établissement scolaire que vous fréquentez envisage d’imposer un quota de musique francophone à la radio étudiante. Êtes-vous favorable à une telle mesure?
  7. Le sport
    • La performance dans les sports est valorisée, soutenue dans notre société. C’est presque la course au meilleur, au dépassement de soi, aux risques même d’hypothéquer la santé des athlètes. Plusieurs consomment des drogues pour améliorer leurs résultats. D’autres sont prêts à se battre, les hockeyeurs entre autres, pour se faire une place.
      • Seriez-vous d’accord qu’il y ait plus de contrôle  et de tests antidrogue et ce, dans tous les sports?
      • Doit-on interdire les batailles au hockey?
      • Devrait-on rendre obligatoire le port du casque de vélo?
      • Devrait-on resserrer les règlements pour limiter les commotions cérébrales, au football notamment?
      • Les contrats en or  sont offerts au hockey et d’autres sports professionnels. Croyez-vous que les salaires sont trop élevés pour les joueurs professionnels?
    • Le Canada devrait-il financer les grandes équipes sportives?
    • Le gouvernement devrait-il soutenir plus les athlètes olympiques?
    • Faire du sport, cela fait très chic dans les milieux branchés. C’est même presque devenu une obligation. Néanmoins, certains individus qui ont en horreur toute forme d’activité physique semblent se porter à merveille sans cette solution miracle. Pour ta part, croyez-vous que la pratique régulière d’un sport est nécessaire à l’épanouissement de la personne?
  8. L’immigration :
    • Notre pays accueille plusieurs milliers d’immigrants chaque année. Ils sont de toutes origines. Ils apportent leurs manières de vivre, leurs croyances et leurs valeurs. Croyez-vous que les frontières sont trop ouvertes, donc qu’on accueille trop d’immigrants?
    • Est-ce que les services d’accueil et d’intégration des immigrants sont suffisants et appropriés?
    • Devrait-on limiter et encadrer les accommodements dit « raisonnables »? En ce sens, êtes-vous en accord avec la « Charte des valeurs québécoises » proposée par le parti québécois (PQ) ?
  9. Le crédit
    • Les cartes de crédit ont provoqué une vive controverse. Alors que les uns y voient la solution de l’avenir, les autres sont persuadés qu’elles vont nous conduire à la catastrophe. En ce qui vous concerne, êtes-vous favorable à l’utilisation des cartes de crédit?
  10. La lecture et la culture
    • La lecture est un moyen privilégié d’accès à la culture. Pourtant, lire représente pour plusieurs une activité ardue, ennuyeuse ou rebutante. Ces personnes qui ne lisent que peu ou pas du tout sont-elles condamnées à demeurer incultes? À votre avis, faut-il absolument avoir lu pour être cultivé?
  11. La robotique
    • Depuis cinquante ans. la robotique a fait d’énormes progrès. Elle a aussi entraîné d’importants changements dans la société. Selon vous, le développement de cette technique conduit-elle à l’affranchissement de l’être humain?
  12. Couples sans enfant
    • On rencontre de plus en plus de personnes qui vivent, pour de multiples raisons, sans enfants. D’après toi, ces personnes peuvent-elles quand même s’épanouir et mener une vie bien remplie? Ou crois-tu plutôt qu’avoir un enfant est une condition essentielle à la réalisation de soi?
  13. La recherche scientifique et ses effets
    • Les États-Unis, tout comme d’autres pays industrialisés, investissent des sommes astronomiques dans la recherche et l’industrie aérospatiale. Certains estiment pourtant que nous devrions utiliser cet argent pour régler les problèmes énormes auxquels nous faisons face ici, sur notre planète. Qu’en pensez-vous?
    • Le Canada devrait-il permettre la recherche sur le clonage humain et les cellules souches?
    • Certaines découvertes peuvent provoquer des catastrophes. Citons seulement la bombe atomique et les armes biologiques. Des chercheurs continuent pourtant à exiger, au nom de la science, leur entière indépendance. D’autres, en revanche, reconnaissent qu’ils ont une responsabilité morale face à la société. À ton avis, devrait-on imposer des limites à la recherche scientifique?
    • Dans le domaine de l’alimentation, peu de réglementation existe pour protéger les consommateurs contre les OGM (organismes génétiquement modifiés). Aucun producteur n’a l’obligation d’afficher que leurs produits contiennent des OGM. Selon plusieurs, ce serait nuire aux producteurs de l’indiquer sur l’étiquette puisque par manque de connaissance, les consommateurs vont fuir tous ces produits. Croyez-vous que la population a le droit à une étiquette claire qui lui permet de prendre une décision éclairée? Ou est-ce que le gouvernement peut évaluer lui-même si un produit est propre à la consommation et ainsi éviter l’étiquettage?
  14. La publicité
    • La publicité est présente partout, elle nous envahie même dans notre vie privée (Internet, télévision, affiches, etc.) Le gouvernement devrait-il plus réglementer l’affiche publicitaire?
  15. Les jeunes vivent chez leurs parents
    • Le coût de la vie augmente, les frais de scolarité aussi. C’est pourquoi, quand cela leur est possible, que plusieurs jeunes adultes habitent longtemps chez leurs parents, même quand ils débutent leur carrière. Croyez-vous que les parents font bien d’accueillir plus longtemps leurs enfants ou devraient-ils les inciter plus tôt à voler de leurs propres ailes?
  16. Les études et le travail
    • Notre société d’aujourd’hui et son économie repose essentiellement sur la production et la consommation de biens. Les jeunes n’y échappent pas. En plus de devoir payer leurs études puisque les frais augmentent sans cesse, ces derniers désirent se payer du luxe tels des CD, des DVD, des appareils électroniques (i-pod, cellulaire), des sorties, etc. L’une des solutions les plus populaires est de travailler pendant les études; certains auront même à gérer un emploi à temps plein en plus des études. Que pensez-vous de la coordination travail – études? Êtes-vous d’accord de permettre aux étudiants de travailler.
  17. Taxes  et lois sur les cigarettes
    • Est-ce que le gouvernement taxe suffisamment les produits du tabac selon vous?
    • Que pensez-vous de la loi qui interdit de fumer sur les terrains scolaires et à moins de 9 mètres des portes des autres lieux publics?
    • Doit-on encore plus limiter les endroits pour fumer? L’interdire par exemple dans les résidences privées ou dans une voiture en présence de mineurs?
    • Devrait-on interdire complètement la vente de cigarettes?
  18. La justice
    • On entend souvent dire qu’il y a deux justice : une pour les pauvres, l’autre pour les riches. Quelle est ton opinion sur le sujet? Le système judiciaire traite-t-il équitablement les citoyens?
    • On entend souvent parler de criminels qui récidivent à plusieurs reprises. Les peines sont souvent trop peu sévères selon plusieurs. D’autres croient que cela coûterait trop cher à l’État d’augmenter les peines d’emprisonnement puisque les prisons actuelles débordent déjà. Qu’en pensez-vous? 
    • Un meurtre spectaculaire a fait couler beaucoup d’encre depuis quelques jours. Dans les journaux, les bulletins de nouvelles et Internet, certains réclament le rétablissement de la peine de mort, d’autres s’y opposent fermement. Croyez-vous que le Canada devrait rétablir la peine capitale? Exposez votre position sur le sujet.
  19. Les jeunes conducteurs
    • Les statistiques sont éloquentes à ce sujet : les jeunes conduisent plus vite que leurs ainés et sont mêlés à un plus grand nombre d’accidents de la route. À la lumière de ces données, certains ont suggéré l’imposition d’un couvre-feu aux jeunes conducteurs de moins de 18 ans. Êtes-vous d’accord avec cette mesure?
    • D’autres proposent de porter à 18 ans l’âge de l’obtention du permis de conduire. Qu’en pensez-vous?
  20. La prévention du SIDA
    • Depuis quelques années déjà, on distribue gratuitement des seringues stériles aux consommateurs de drogues qui en font la demande. Cette mesure qui vise à ralentir la propagation du SIDA est cependant loin de faire l’unanimité. En ce qui te concerne, donnez-vous votre appui à ce moyen de prévention?
  21. Les abuseurs sexuels
    • Les peines sont-elles assez sévères?
    • Devrait-on établir une liste public des criminels en liberté? On pourrait protéger la population, mais nuire à la vie privée de la personne…
  22. L’euthanasie
    • Doit-on aider les gens souffrants à mourir dans la dignité ou est-ce que l’euthanasie doit être considérée encore et toujours comme un crime?
  23. Les Jeux Olympiques
    • Pour ou contre les Jeux olympiques qui coûtent de plus en plus cher?
  24. La consommation et le commerce de drogues
    • Depuis de nombreuses années, divers groupes et individus militent en faveur de l’assouplissement de la loi sur les drogues. Pour votre part, verriez-vous d’un bon oeil la législation des drogues dites « douces »? Par exemple, seriez-vous d’accord pour légaliser la marijuana?
  25. Cours d’anglais au collégial
    • À conserver ou à abolir?
  26. La Réforme scolaire
    • Devrait-on revenir à l’ancien programme ou poursuivre son intégration dans les écoles?
    • Donnons-nous assez de ressources aux écoles pour former les enseignants et assurer la réussite des élèves?
  27. Semaine de relâche
    • À conserver ou à abolir?
  28. Les « assistés sociaux »
    • Les gens «chialent» contre les «BS», ils considèrent qu’ils abusent du système et que le gouvernement devrait couper dans les ressources qui leur sont offertes. D’autres croient qu’on contraire, malgré quelques abus occasionnels, la majorité des assistés sociaux ont réellement besoin d’aide et on ne leur en donne pas assez. Qu’en pensez-vous?
  29. La ville, un enfer?
  30. La ville ou la campagne
    • Où désiriez-vous éduquer vos enfants? Pourquoi?
  31. Auto ou transport en commun?
  32. Partage des tâches domestiques
    • À qui la responsabilité?
  33. OVNIS
    • Certains y croient, d’autres non. Que croyez-vous?
  34. Accouchement à la maison
    • Certains croient qu’accoucher à la maison est plus sain pour la mère et l’enfant. D’autres considèrent que c’est beaucoup trop dangereux. Quel choix feriez-vous?
  35. Grèves et manifestations
    • Êtes-vous d’accord de faire la grève dans un contexte de négociation avec un employeur ou le gouvernement?
    • Que pensez-vous de la loi qui limite le droit de manifester?
  36. Allocation aux enfants
    • Beaucoup de parents donnent de l’argent de poche à leurs enfants sans exiger d’eux une contrepartie parce qu’ils croient que ces derniers y ont droit. D’autres préfèrent que leurs enfants gagnent leur argent de poche en accomplissant certaines tâches à la maison : ils en font une question d’éducation. D’après vous, laquelle des deux formules est la meilleure?
  37. La famille et le mariage
    • Le thème de l’année 1994 a été la famille. On a réfléchi sur la crise sérieuse que vit la famille québécoise et on a cherché des moyens pour la revaloriser. Selon vous, comment une véritable famille devrait-elle être?
    • Aujourd’hui, les familles monoparentales et reconstituées sont monnaie courante. Les divorces et séparations sont souvent mal vécues par les enfants qui supportent mal le choc de la rupture. D’autres vivent mieux depuis la séparation puisque les conflits ont passablement diminué. Pour votre part, vous paraît-il acceptable qu’un couple qui a des enfants divorce ou se sépare?
    • Le nombre de couple qui divorcent ou se séparent augmentent chaque année. Par ailleurs, le nombre de mariages est lui aussi en hausse constante. Personnellement, croyez-vous encore au mariage?
  38. Violence conjugale
    • Il ne se passe guère de semaine sans que les médias ne dénoncent un cas de violence dont une femme ou un enfant a été victime. Comment devrait-on s’y prendre pour freiner cette violence?
  39. La valeur du travail
    • On reproche aux adolescents de ne pas accorder au travail la même importance que leurs ainés. Certains adultes vont même jusqu’à condamner leur manque de sérieux. Partagez-vous leur opinion?
  40. La télévision
    • Lorsque la télévision a fait son apparition au début des années 50, on s’est félicités : on disait qu’un merveilleux moyen de s’instruire venait de voir le jour. Mais les jeunes en font-ils un instrument de formation?
  41. La beauté physique
    • Nous vivons dans une société qui attache une grande importance à la beauté corporelle. On fait de l’exercice physique intensif et on suit des régimes amaigrissants pour conserver cette beauté. La chirurgie esthétique est régulièrement employée pour garder au corps son apparence de jeunesse. Que pensez-vous de l’importance qu’on accorde à la beauté physique?
  42. Le don d’organes
    • Toute personne détentrice d’une carte d’assurance-maladie peut, au moyen d’une simple signature, céder ses organes sains à la médecine. Néanmoins, partout au Québec, des banques d’organes réclament des dons qui ne viennent pas. En effet, bien peu de gens pensent à poser ce geste et chaque année, des centaines de malades meurent faute de donneurs. Devrait-on laisser les gens libres de léguer leurs organes?
  43. Les études supérieures
    • Les frais de scolarité de nos universités ne cessent d’augmenter au point qu’un bon nombre d’étudiants craignent de ne pas avoir les moyens financiers de se payer des études supérieures. À votre avis, les études universitaires devraient-elles être gratuites?
  44. La politique
    • Beaucoup de Québécois estiment que le Québec devrait se séparer du reste du Canada pour devenir un pays indépendant. D’autres s’opposent à ce projet parce qu’ils doutent de l’avenir d’un petit pays francophone sur un continent anglophone. Quant à vous, êtes-vous favorable à l’indépendance du Québec?
    • Le Canada devrait-il abolir le Sénat?
    • Le gouvernement fédéral devrait-il abolir le poste de gouverneur général?
  45. L’avortement
    • Certains pays légalisent l’avortement; d’autres le considèrent comme un crime. Les avis sont très partagés sur cette délicate question. Et vous, qu’en pensez-vous?
  46. Heures d’ouverture des commerces
    • Il y a quarante ans à peine, tous les commerces étaient fermés le dimanche, sauf les restaurants et les cinémas. Aujourd’hui, un bon nombre de petites entreprises (dépanneurs, épiceries, stations-service, pharmacies, etc.) et la plupart des grands magasins sont accessibles même le dimanche. Ce changement vous paraît-il avantageux pour l’ensemble des citoyens?
  47. La malbouffe
    • La santé des gens est préoccupante. L’accès à la malbouffe est de plus en plus facile, elle est même parfois plus accessible que la nourriture santé! En effet, les prix sont souvent beaucoup moindre, même dans les épiceries. Aussi, croyez-vous que le gouvernement canadien devrait interdire la distribution de la malbouffe?
    • Que pensez-vous de la loi qui interdit la malbouffe dans les écoles?
    • Sans tout interdire, le Canada devrait-il légiférer pour limiter la quantité de sel, de gras et de sucre dans les aliments disponibles sur le marché?

Je réponds / manuel pour l’an prochain


«Bonjour Sylvie, fais-tu de l’éthique et culture religieuse ?  Peux-tu me dire ce que tu utilises (secondaire 1) et pourquoi tu as choisi ce manuel ?»

Ma réponse paraîtra étrange mais elle représente bien notre parcours.  Non, je ne fais pas ECR mais oui, j’utilise un manuel de ECR.

En fait, je ne fais pas le cours de ECR en utilisant un manuel d’une couverture à l’autre.  Je préfère puiser à l’intérieur d’un manuel ce que je désire approfondir avec mes enfants.  Nous parlons énormément…  vraiment beaucoup.  Je ne crains pas les questions des enfants sur différents sujets et je me sers parfois d’un passage en éthique pour aborder un sujet avec eux.

Je ne fais donc pas un manuel en entier…  Jamais.

Pour le secondaire 1, j’aime particulièrement celui proposé par FIDES

Tout au long du manuel, on retrouve plusieurs extraits qui accompagnent les thèmes.  J’aime particulièrement les textes choisis pour aborder ces différents thèmes.  Par exemple, on propose un extrait du journal d’Anne Frank pour aborder l’amitié.  On propose un poème, une chanson, un extrait d’un journal intime, une conversation,..  bref on nourrit le sujet d’une manière intéressante.

Un point positif pour moi… pas de longs questionnaires!!!!!  Je déteste…  On propose uniquement quelques questions de réflexion à faire oralement.

Avec le manuel, on retrouve (si tu trouves le guide) quelques SAÉ qui peuvent accompagner le travail.  Je n’en fais qu’une ou deux dans l’année.

Donc non, je ne fais pas le cours de ECR mais oui, j’utilise un manuel à l’occasion pour susciter un questionnement, entretenir une discussion, inciter à se questionner, etc.

D’ailleurs, je pense l’utiliser un peu plus l’an prochain avec mon dernier.

 

Les vacances se pointent…


Oui, les grandes vacances de l’été se pointent à l’horizon pour nous.  J’ai, avouons-le, franchement hâte!!!!

Nous fermons les cahiers tranquillement.  Plusieurs matières sont déjà terminées, il ne reste que quelques petites choses à finaliser et je ferme définitivement les manuels pour l’été.

L’heure est au bilan…  à l’analyse…

J’aime cette période où je revois en image notre parcours afin de me repositionner pour la prochaine année.  Croire que puisque nous travaillons depuis des années tout va pour le mieux quotidiennement est complètement farfelu.  Plusieurs choses sont vraiment positives mais plusieurs me causent de sérieux maux de tête!

Je n’aurai que des enfants au secondaire l’an prochain…  Il faut dire que mon dernier en 6e cette année avait déjà un pied dans le monde des grands puisque la façon d’aborder la matière ne ressemble plus tellement à celles des petits.  Le programme s’alourdit tout de même un peu plus l’an prochain.  J’attaque le fameux secondaire 3 avec Raphaël qui marque définitivement le premier pas vers la sortie finale dans 3 ans.  Le programme augmente largement, s’intensifie, trace un profond sillon entre le premier cycle et le deuxième cycle du secondaire.  Plusieurs matières, comme les mathématiques, s’alourdissent vraiment.  Nous avons du pain sur la planche chez nous à l’automne prochain!!!!

J’ai toujours trouvé que ce «secondaire 3» faisait réaliser «clairement» le niveau réel de l’enfant.  On commence souvent à pressentir, à ce niveau, comment la fin du secondaire se vivra.

Chez nous, l’enfant DOIT devenir plus autonome et plus conscient du travail à faire.  On devrait sentir qu’il comprend l’impact du travail constant dans chacune de ses matières sans que je le lui rappelle constamment.  Je mets toujours en place plusieurs stratégies afin d’installer une plus grande rigueur de travail.

Oui…  L’automne sera chaud chez nous!

En attendant, je retourne à nos cahiers, les enfants m’attendent déjà pour débuter la dictée, même s’il n’est que 7:20!

 

 

Projet d’art de la semaine…


Je sais…  je sais…  Je ne suis plus très présente sur ce blogue depuis quelques temps.  J’avais…  et j’ai encore besoin de temps pour faire plusieurs autres choses.  Cela ne veut pas dire que nous ne travaillons pas, au contraire, nous poursuivons toujours notre route.  En fait, nous devrions terminer notre parcours autour du 26 mai.

Je vous place notre projet d’arts plastiques du jour.

Regardons et apprécions :

William Raphaël « Derrière le marché Bonsecours»

Artiste : William Raphaël

On retrouve sur le net plusieurs courtes biographies de cet artiste canadien.

Voici celle que nous utiliserons : cliquer ici


Canevas de travail pour le projet :

Depuis toujours, les êtres humains ont besoin de la mer et des fleuves comme voies maritimes.  Plus récemment, les trains, les camions, les avions ont pris une grande part de la relève du transport des marchandises.  Par contre, jadis, il n’y avait que les bateaux sur mer, les chevaux et leurs carrioles sur terre, les traîneaux pour les amérindiens et les chameaux dans le désert qui pouvaient permettre le transport d’individus et de marchandises.  On peut donc penser à plusieurs choses : un pirate sur son bateau, un arabe qui traverse le désert sur son dromadaire, un maharadjah sur son éléphant, une chinoise dans un pousse-pousse, un inuit sur son traîneau à chien,…


Réalisons :

Imagine que tu sois né il y a cent cinquante ans, ou deux cents ans.  Tu vis au Canada ou ailleurs.  Imagine un personnage et son moyen de transport.

Tu réalises ton dessin en utilisant des crayons feutres.  Tu dessines uniquement un personnage et son moyen de transport.  C’est ce qui domine ton image, prend toute la place.  Tu feras le fond, par la suite, l’arrière-plan, avec du pastel sec estompé à l’aide d’un papier mouchoir.  N’oublie pas d’imaginer une scène en fonction de ton personnage et de son moyen de transport.


Source de ce projet :  Je l’ignore… j’ai vu ça il y a plusieurs années mais où?

Lecture en histoire


Voici un autre petit roman «historique» qui a beaucoup intéressé mon plus jeune cette année.

En Amérique du Nord, en cette fin du XIXe siècle, un étalon sauvage et un jeune Cheyenne infirme, survivant du massacre de sa tribu, fuient l’arrogance de l’Homme Blanc. Ensemble, ils empruntent le sentier de la rébellion…

Lecture en histoire (Jacques Cartier)


Deux livres que nous avons particulièrement aimés sur Jacques Cartier

Le XVIe siècle est l’époque de la conquête des mers, des grandes découvertes. Jusqu’alors, les Européens ne pouvaient atteindre les Indes et la Chine que par terre et sur les routes des épices, de l’or et de la soie, les caravanes chargées de richesses étaient souvent attaquées par les Turcs. En 1492, le navigateur Christophe Colomb fait le pari de parvenir aux Indes par l’ouest, puisqu’un astronome, Copernic, prétend que la Terre est ronde. Il ignore qu’un continent encore inconnu va lui barrer le chemin. En 1534, c’est enfin au tour de François Ier de s’intéresser à l’aventure. Lors d’un pèlerinage au Mont-Saint-Michel, il rencontre un navigateur expérimenté, le Breton Jacques Cartier et lui confie une expédition digne du royaume de France: trouver un passage plus direct par le nord de l’Amérique pour atteindre les Indes et la Chine, et conquérir de nouveaux territoires… (9-12 ans)

 

A quatorze ans, Jacques Cartier rêve d’océan. De ses lumières mouvantes, des gémissements de son vent et de la magie de ses histoires. La vie du port de Saint-Malo et les récits des récentes expéditions lui soufflent d’obéir à son destin. Il prend la mer comme marin, bravant le froid, la faim et la fatigue. Jacques Cartier devient un des meilleurs navigateurs de la région. La mer n’a plus de secrets pour lui, et lorsque François 1er le rencontre sur l’île de Cézembre, il voit en lui un futur grand explorateur. Une chance aussi de participer à la grande course au trésor des terres nouvelles et des pierres précieuses. Quinze années plus tard, son rêve se réalise. En septembre 1534, deux navires quittent Saint-Malo avec à leur tête un capitaine empli de joie et de ferveur. Trois séries d’expéditions lui promettent la découverte de richesses naturelles et humaines insoupçonnées. C’est en fait l’Inconnu qui s’offre à lui. Jacques Cartier s’avance toujours plus loin, malgré les étendues glacées, les maladies mortelles, les relations complexes avec les Indiens. Toujours plus près du continent canadien, de l’absolu de sa passion et de ses désillusions.

 

 

Lecture en histoire…


Si vous cherchez une lecture sur Christophe Colomb, je vous propose celle-ci :

 

«À la poupe de la « Santa María », Christophe Colomb avait l’œil à tout. Depuis dix jours tout allait pour le mieux, mais il savait que cela ne pouvait durer…»Les espoirs, les doutes et la grande aventure de Christophe Colomb, qui s’est lancé sur des mers inconnues, à la découverte du Nouveau Monde.

 

Pour de bons lecteurs par contre.

J’aime et je conserve / arts plastiques


J’ignore si chez vous c’est comme chez nous, mais ici, les enfants aiment bien les arts plastiques.  Je leur propose toujours une découverte d’œuvres chaque semaine et j’essaie de faire au moins un projet chaque semaine afin de faire naître un large sourire dans la figure de mes deux petits grognons, surtout à la fin de la semaine!

C’est vrai qu’internet regorge d’idées magnifiques mais…  mais…  il y a aussi quelques petits cahiers qui offrent une belle différence.  L’an dernier, je suis tombée sur un cahier qui propose d’unir l’histoire et les arts.

Une belle idée je trouve.  Ce ne sont pas des cahiers extraordinaires, mais je les aime bien.  Ils ont l’avantage de remplir les objectifs sans que je me creuse la tête pour chercher des oeuvres qui travaillent les bonnes compétences!

 

Secondaire 1

L’art est un langage utilisé depuis la nuit des temps. C’est un langage tiré d’abord de l’image, qui a évolué pour permettre aux hommes de communiquer et d’exprimer leur point de vue. L’art a joué un rôle capital dans l’histoire de l’homme.

Au fil de cette première année d’initiation au monde des arts, vous serez appelés à vous mettre dans la peau des artistes et artisans de différentes époques. De cette façon, vous pourrez suivre le cours de l’histoire ainsi que l’évolution des différents matériaux et les idéologies propres au monde des arts.

Ce cahier d’exercices a pour but de vous faire traverser les époques en vous proposant des idées de créations stimulantes.

Secondaire 2

L’art est un langage utilisé depuis la nuit des temps. C’est un langage tiré d’abord de l’image, qui a évolué pour permettre aux hommes de communiquer et d’exprimer leur point de vue. L’art a joué un rôle capital dans l’histoire de l’homme.

Ce cahier d’exercices a pour but de vous faire traverser les époques en vous proposant des idées de créations stimulantes.

Durant l’année, nous approfondirons nos connaissances de l’art dans la Grèce antique, en passant par les propriétés romaines et sa cité Pompéi. Nous poursuivrons cette aventure en nous initiant au travail de Michel-Ange. Nous prendrons ensuite le large pour naviguer vers les îles du Sud et le Mexique. Nous y découvrirons un art précolombien grandiose. Nous terminerons la deuxième partie de l’année en nous initiant au travail d’Arcimboldo et des artistes romantiques de la fin du XVIIe siècle.

Bonne année et bonne création !

Ce sont deux cahiers que j’aime et que je conserve  pour l’an prochain.

On débute toujours par un peu d’histoire, on s’interroge sur la période, les gestes et techniques, le langage plastique, réalisation du croquis, critères d’évaluation, retour sur le projet (autoévaluation), appréciation d’oeuvres, bilan, etc.

Naturellement, l’idéal est d’avoir le guide enseignant qui explique les différentes techniques et donne des explications sur les différents projets.  Par contre,  nous n’avons pas tous des budgets illimités…  Hélas…   Cependant, même sans le guide, on peut très bien faire les projets sans trop de difficultés.  Il suffit de chercher un peu sur le net ou proposer quelques alternatives si on ne se sent pas à l’aise avec une technique en particulier.

Après tout…  ce n’est que des arts plastiques!!!!

Je réponds / français secondaire 2


Une maman demande :

«Je vais débuter à l’automne avec mon fils qui sera en secondaire 2, quel manuel (approuvé) as-tu préféré en français ?»

Je ne vais parler que des cahiers ou manuels (québécois) que je possède à la maison et que j’ai utilisés (en partie) puisque j’ignore ce que les autres proposent exactement.

Je possède les cahiers/manuels suivants :

MisàJour de HRW

J’en ai déjà parlé, pour moi, il demeure une belle option puisqu’il va à l’essentiel.  Chaque niveau regroupe les genres littéraires à étudier pour l’année.  On cible donc l’essentiel, uniquement.

Vous devrez ajouter une méthode de grammaire puisqu’il ne tient compte que de la grammaire du texte.

Je l’ai utilisé en combinaison avec d’autres manuels puisqu’il ne touche qu’à l’essentiel, le minimum!!!!  Je sais, par contre, que dans une classe régulière, on n’ajoute rien d’autres.  Je suis juste plus exigeante qu’eux…  ha!

 

 

Matière première de CEC

Quelle déception… franchement, je m’attendais à plus.  Si MisÀJour va à l’essentiel, dans ce cas-ci, il touche à peine à l’essentiel à voir.  Le seul avantage qu’il représente c’est qu’il contient une section «étude de la langue».  Pour moi, il ne représente pas un choix intéressant.

Je sais, par contre, que plusieurs l’apprécient exactement pour ce que je n’aime pas… sa grande simplicité.

On aurait avantage à le compléter avec d’autres ressources.

 

Rendez-vous de Graficor

Deux manuels et un cahier d’activités

À mon avis?  Un magnifique programme lorsqu’on a la chance d’avoir le guide enseignant.  Tout est là…  L’étude des textes, des textes supplémentaires à lire, des projets de lectures, etc.  On y retrouve même un cahier de grammaire pour l’accompagner et une tonne de fiches reproductibles pour aller plus loin.  Le choix des extraits est intéressant dans plusieurs sections et même surprenant pour un manuel québécois parfois.  Le manuel est divisé en thème et dans chacun on retrouve les différents types de textes à voir durant l’année. Ainsi, au lieu de ne voir que le texte narratif pendant un chapitre, comme dans les cahiers, on retrouve le texte narratif dans chacun des thèmes abordés tout au long du manuel.

Points négatifs ?  L’élève doit répondre dans un cahier de travail…  pour celles qui aiment les cahiers c’est un moins.  Un autre point négatif, non négligeable, c’est un programme qui coûte cher si on n’a pas la chance de trouver les manuels en solde et quelqu’un qui a le guide enseignant.

Pourquoi ne pas avoir utilisé que ce programme pour mes enfants ?

Toujours la même chose, comme tous les programmes québécois, les questions posées pour l’étude des textes ne correspond aucunement à ce que je recherche.  Les programmes québécois se concentrent toujours sur le ressenti, le vécu, la justification, etc.  Je cherche autre chose.  Je l’utilise épisodiquement pour quelques sections particulièrement intéressantes à mes yeux.  C’est un beau programme je trouve.

Je préfère prendre plusieurs cahiers et manuels et construire un programme à mon goût…  mais cela demande beaucoup de temps.

Comme je le répète souvent : «Soyons créatives!»