Publié dans Français

Un souvenir douloureux (texte + situation d’écriture)


    J’étudiais un jour seul ma leçon dans la chambre contiguë à la cuisine. La servante avait mis sécher à la plaque les peignes de mademoiselle Lambercier. Quand elle revint les prendre, il s’en trouva un dont tout un côté de dents était brisé. A qui s’en prendre de ce dégât ? personne autre que moi n’était entré dans la chambre. On m’interroge : je nie d’avoir touché le peigne. M. et mademoiselle Lambercier se réunissent, m’exhortent, me pressent, me menacent : je persiste avec opiniâtreté ; mais la conviction était trop forte, elle l’emporta sur toutes mes protestations, quoique ce fût la première fois qu’on m’eût trouvé tant d’audace à mentir. La chose fut prise au sérieux ; elle méritait de l’être. La méchanceté, le mensonge, l’obstination, parurent également dignes de punition ; mais pour le coup ce ne fut pas par mademoiselle Lambercier qu’elle me fut infligée. On écrivit à mon oncle Bernard : il vint. Mon pauvre cousin était chargé d’un autre délit non moins grave ; nous fûmes enveloppés dans la même exécution. Elle fut terrible. Quand, cherchant le remède dans le mal même, on eut voulu pour jamais amortir mes sens dépravés, on n’aurait pu mieux s’y prendre. Aussi me laissèrent-ils en repos pour longtemps.

On ne put m’arracher l’aveu qu’on exigeait. Repris à plusieurs fois et mis dans l’état le plus affreux, je fus inébranlable. J’aurais souffert la mort, et j’y étais résolu. Il fallut que la force même cédât au diabolique entêtement d’un enfant ; car on n’appela pas autrement ma constance. Enfin je sortis de cette cruelle épreuve en pièces, mais triomphant.

Il y a maintenant près de cinquante ans de cette aventure, et je n’ai pas peur d’être puni derechef pour le même fait ; hé bien ! je déclare à la face du ciel que j’en étais innocent, que je n’avais ni cassé ni touché le peigne, que je n’avais pas approché de la plaque, et que je n’y avais pas même songé. Qu’on ne me demande pas comment le dégât se fit, je l’ignore et ne le puis comprendre ; ce que je sais très certainement, c’est que j’en étais innocent.

Qu’on se figure un caractère timide et docile dans la vie ordinaire, mais ardent, fier, indomptable dans les passions ; un enfant toujours gouverné par la voix de la raison, toujours traité avec douceur, équité, complaisance, qui n’avait pas même l’idée de l’injustice, et qui pour la première fois en éprouve une si terrible de la part précisément des gens qu’il chérit et qu’il respecte le plus : quel renversement d’idées ! quel désordre de sentiments ! quel bouleversement dans son cœur, dans sa cervelle, dans tout son petit être intelligent et moral ! Je dis qu’on s’imagine tout cela, s’il est possible ; car pour moi je ne me sens pas capable de démêler, de suivre la moindre trace de ce qui se passait alors en moi.

Je n’avais pas encore assez de raison pour sentir combien les apparences me condamnaient, et pour me mettre à la place des autres. Je me tenais à la mienne, et tout ce que je sentais, c’était la rigueur d’un châtiment effroyable pour un crime que je n’avais pas commis. La douleur du corps, quoique vive, m’était peu sensible ; je ne sentais que l’indignation, la rage, le désespoir. Mon cousin, dans un cas à peu près semblable, et qu’on avait puni d’une faute involontaire comme d’un acte prémédité, se mettait en fureur à mon exemple, et se montait, pour ainsi dire, à mon unisson. Tous deux dans le même lit, nous nous embrassions avec des transports convulsifs, nous étouffions ; et quand nos jeunes cœurs un peu soulagés pouvaient exhaler leur colère, nous nous levions sur notre séant, et nous nous mettions tous deux à crier cent fois de toute notre force : Carnifex ! carnifex ! carnifex !

Je sens en écrivant ceci que mon pouls s’élève encore ; ces moments me seront toujours présents, quand je vivrais cent mille ans. Ce premier sentiment de la violence et de l’injustice est resté si profondément gravé dans mon âme, que toutes les idées qui s’y rapportent me rendent ma première émotion ; et ce sentiment, relatif à moi dans son origine, a pris une telle consistance en lui-même, et s’est tellement détaché de tout intérêt personnel, que mon cœur s’enflamme au spectacle ou au récit de toute action injuste, quel qu’en soit l’objet et en quelque lieu qu’elle se commette, comme si l’effet en retombait sur moi. Quand je lis les cruautés d’un tyran féroce, les subtiles noirceurs d’un fourbe de prêtre, je partirais volontiers pour aller poignarder ces misérables, dussé-je cent fois y périr. Je me suis souvent mis en nage à poursuivre à la course ou à coups de pierre un coq, une vache, un chien, un animal que je voyais en tourmenter un autre, uniquement parce qu’il se sentait le plus fort. Ce mouvement peut m’être naturel, et je crois qu’il l’est ; mais le souvenir profond de la première injustice que j’ai soufferte y fut trop longtemps et trop fortement lié pour ne l’avoir pas beaucoup renforcé.

Les Confessions – Jean-Jacques Rousseau – Episode du peigne cassé


Si ce texte vous intéresse :

Un souvenir douloureux


Situation d’écriture en lien avec ce texte

À la manière de Rousseau, raconte une situation d’injustice que tu as vécue enfant.  Ton récit sera rédigé à la première personne du singulier.


Publicités
Publié dans Un livre à découvrir au primaire, Un livre à découvrir au secondaire

La rivière à l’envers (roman)


Si vous cherchez un roman pour un jeune adolescent 12-13 ans, pas trop long à lire :

Résultats de recherche d'images pour « la riève à l'envers »

L’incroyable épopée de Tomek, un petit épicier de 13 ans : sur les traces d’Hannah, il recherche l’eau de la rivière qui rend immortel.

 

Quelle plume ce Mourlevat !

Publié dans Un roman à étudier

Romans 13-14 ans


Une enseignante en pédagogie Steiner m’a envoyé cette liste de romans pouvant être utilisés en classe ou comme lecture personnelle (grade 8 (13-14 ans))

Cette liste peut donner quelques idées de lectures 🙂


Aventure

DeFoe Daniel                Robinson Crusoé

Dumas Alexandre         Les trois mousquetaires  et  Le comte de Monte Cristo

Holton James                Horizon perdu

London Jack                 L’appel de la forêt

Roberts Kenneth          Le grand passage (difficile à trouver)

Tournier Michel            Vendredi ou la vie sauvage


Biographie

Baussier Sylvie              Gandhi, les aventures d’un sage

Frank Anne                   Le journal d’Anne Frank


Fiction historique

Boivin Henri-B              Le naufrage de l’Audacieuse

Boyne John                   Le garçon au pyjama rayé

 


Classiques

Dickens, Charles           Oliver Twist et Un chant de Noël

Hemingway, Ernest      Le vieil homme et la mer

Steinbeck, John            La perle et Le poney rouge

Scott, Sir Walter            Ivanhoe

Stowe, Harriet Beecher   La case de l’Oncle Tom

Swift, Jonathon            Les voyages de Gulliver

Twain, Mark                  Les aventures de Tom Saywer


Fantasy

Tolkien, J.R.R.                Le seigneur des anneaux

Lloyd Alexander            Les Chroniques de Prydain

Pullman Philipp             Les royaumes du nord et La trilogie de la poussière


Divers

Hilton, James                Aurevoir, M. Chips

Hinton, S.E.                   Outsiders

O’Dell, Scott                 La perle noire

Voigt, Cynthia               Les enfants Tillerman

White, T.H.                    La quête du roi Arthur (trilogie)

Wyss, Johann                Le robinson suisse