La rivière à l’envers (roman)


Si vous cherchez un roman pour un jeune adolescent 12-13 ans, pas trop long à lire :

Résultats de recherche d'images pour « la riève à l'envers »

L’incroyable épopée de Tomek, un petit épicier de 13 ans : sur les traces d’Hannah, il recherche l’eau de la rivière qui rend immortel.

 

Quelle plume ce Mourlevat !

Publicités

Je cherche une idée… différente ?


Bonjour tout le monde !

Je ne sais pas quelle température il fait chez vous mais ici, au Québec, nous sommes en train de cuire tranquillement sous un soleil ardent et chaud d’une canicule !

Malgré cette chaleur suffocante, je poursuis ma planification en sirotant un grand verre d’eau glacée.  Je suis à la recherche d’une idée…

Quel roman me suggérez-vous pour accompagner une section sur la nouvelle fantastique ?

Mes idées du moment :

Résumé :

L’oncle Cassave va mourir. Il convoque toute sa famille à son chevet dans la demeure de Malpertuis et leur dicte ses dernières volontés : que tous s’installent dans cette colossale maison de maître et que revienne, aux deux derniers survivants, sa fortune. Aucun des proches ne se doute du drame qui les attend. Tout commence par des lumières qui s’éteignent mystérieusement. Bientôt l’horreur jaillira des murs même de la maison. Le roman Malpertuis est un chef d’oeuvre de la littérature fantastique.

 

Habituellement, je faisais lire cette nouvelle en 3e mais j’ai oublié cette année…  Ce serait peut-être une bonne idée de l’utiliser pour débuter la rentrée.

 

Le Horla raconte la lente désagrégation d’un esprit, de la dépression à la folie – des maux que connaissait bien Maupassant. Le héros se sent peu à peu envahi par un autre, qui agit à travers lui : le Horla, puissance invisible, inconsciente, qui le manipule. S’installent alors l’incompréhension, la peur, l’angoisse. Jusqu’à l’irréparable.
Prenant la forme du journal intime, la nouvelle illustre ce que Freud nommera l’inquiétante étrangeté, cette intrusion progressive du malaise dans le quotidien. Modèle de nouvelle fantastique, Le Horla est aussi une description clinique du dédoublement de personnalité qui menace toute conscience.

 

Hum….  Je ne sais pas trop…   Un roman plus contemporain ?  Vous avez une idée géniale à me proposer ?

Les cerfs-volants de Kaboul


J’aime bien ce roman…

Je préfère l’exploiter un peu plus tard, en secondaire 5.  Je trouve qu’il vaut la peine d’en utiliser quelques extraits en classe.

Résultats de recherche d'images pour « le cerf volant de kaboul »

Résumé :

Dans les années 70 à Kaboul, le petit Amir, fils d’un riche commerçant pachtoun, partage son enfance avec son serviteur Hassan, jeune chiite condamné pour ses origines à exécuter les tâches les plus viles. Liés par une indéfectible passion pour les cerfs-volants, les garçons grandissent heureux dans une cité ouverte et accueillante. Ni la différence de leur condition ni les railleries des camarades n’entament leur amitié. Jusqu’au jour où Amir commet la pire des lâchetés…

Eté 2001. Réfugié depuis plusieurs années aux Etats-Unis, Amir reçoit un appel du Pakistan. « Il existe un moyen de te racheter », lui annonce la voix au bout du fil. Mais ce moyen passe par une plongée au coeur de l’Afghanistan des talibans… et de son propre passé.


Un extrait…

Chapitre 1

Je suis devenu ce que je suis aujourd’hui à l’âge de douze ans, par un jour glacial et nuageux de l’hiver 1975. Je revois encore cet instant précis où, tapi derrière le mur de terre à demi éboulé, j’ai jeté un regard furtif dans l’impasse située près du ruisseau gelé. La scène date d’il y a longtemps mais, je le sais maintenant, c’est une erreur d’affirmer que l’on peut enterrer le passé : il s’accroche tant et si bien qu’il remonte toujours à la surface. Quand je regarde en arrière, je me rends compte que je n’ai cessé de fixer cette ruelle déserte depuis vingt-six ans.

L’été dernier, mon ami Rahim khan m’a téléphoné du Pakistan pour me demander de venir le voir. Le combiné collé à l’oreille, dans la cuisine, j’ai compris que je n’avais pas affaire seulement à lui. Mes fautes inexpiées se rappelaient à moi, elles aussi. Après avoir raccroché, je suis allé marcher au bord du lac Spreckels, à la limite nord du Golden Gate Park. Le soleil du début d’après-midi faisait miroiter des reflets dans l’eau où voguaient des douzaines de bateaux miniatures poussés par un petit vent vif. Levant la tête, j’ai aperçu deux cerfs-volants rouges dotés d’une longue queue bleue qui volaient haut dans le ciel. Bien au-dessus des arbres et des moulins à vent, à l’extrémité ouest du parc, ils dansaient et flottaient côte à côte, semblables à deux yeux rivés sur San Francisco, la ville où je me sens maintenant chez moi. Soudain, la voix d’Hassan a résonné en moi : Pour vous, un millier de fois, me chuchotait-elle. Hassan, l’enfant aux cerfs-volants affligé d’un bec-de-lièvre.

(…)


Après la lecture des 2 premiers chapitres, on peut faire l’étude des personnages.

  • Caractéristiques du personnage d’Hassan (physiques, psychologiques et sociaux)
  • Caractéristiques communes et différences sociales entre Amir et Hassan.
  • Comment remarque-t-on que le père d’Hassan est un homme pieux?
  • Description de Baba.
  • Les autres personnages…  la nourrice, Sanaubar…
  • Quels personnages ont des rôles actifs ? passifs ?
  • etc…

 

 

Romans à l’étude – secondaire 3


Voici nos romans à l’étude cette année en secondaire 3.

Au Gymnasium, le lycée de la ville haute, il y a les jaguars, programmés pour la réussite, et quelques rois du ruisseau, des Gavroche et des Esmeralda égarés. Comme Tadeusz et ses mains rouges. Il porte des maillots de sport ou des chemises de bûcheron, vit en banlieue, excelle en russe. Personne ne le connaît vraiment. Il est étrange, bizarre, solitaire, d’ailleurs. Un peu comme cet ange, sans sexe et sans âge, qui se noie dans les pages des livres, au point d’en oublier les autres et son propre corps. Un ange de dix-sept ans qui pense, dort, rêve en grec, sa matière préférée. Une passion qui s’incarne dans Amours des dieux et des héros, le livre le plus précieux de la bibliothèque du lycée. Un jour, cette raison d’être disparaît des rayonnages. À son retour, le livre n’est plus le même, avec, entre ses pages, les traces d’un autre. Comment alors supporter la réalité quand le paradis est aux mains rouges d’un inconnu et que la vie gronde de plus en plus fort, de plus en plus dangereusement


Harpagon est un vieillard odieux et avare. Avare jusqu’au ridicule, puisqu’il fait comparaître en justice le chat d’un de ses voisins pour lui avoir mangé le reste d’un gigot ! Avare jusqu’au sordide aussi. Ne cherche-t-il pas à prêter à un taux usuraire l’argent qu’il refuse à son fils ? N’est-il pas prêt à vendre sa fille à qui offre de la prendre sans dot ? Quant à sa prétendue attirance pour Mariane, elle ne résiste pas à sa fascination pour l’or.


Inspiré d’un fait divers, ce court roman de Victor Hugo raconte l’histoire d’un ouvrier condamné à 5 ans de prison pour vol et finalement condamné à mort pour s’être révolté contre le directeur de l’atelier de la prison.
Ce récit réaliste est l’occasion pour Victor Hugo de dénoncer la peine de mort et, plus encore, la pauvreté et l’injustice sociale qui poussent un homme à commettre un crime.


Thierry et Eric n’avaient jamais fait attention à cet insigne sur le blouson de leur copain Andreas, une décoration métallique parmi beaucoup d’autres. Jusqu’au jour où, dans une boutique de jeux, le vendeur avait pointé l’index vers l’insigne et s’était mis en colère. C’était un vieil homme. Il s’était mis à crier, il était livide. Ensuite, il leur avait donné le jeu. En fait, il leur avait ordonné d’y jouer. Il n’y avait rien sur la boîte. A l’intérieur, une simple disquette, même pas un CD-Rom. Et pourtant, ce qu’ils voyaient sur l’écran de l’ordinateur ne ressemblait à rien de ce qu’ils auraient osé imaginer. « Choisissez votre mode de jeu », dit la voix. Mais il ne s’agissait pas vraiment d’un jeu. Il s’agissait plutôt d’un passeport pour l’enfer.


Le monde que Jonas connait est simple et carré. Ayant choisi l’Identique depuis longtemps, les habitants des communautés sont habitués à ne pas ressentir d’émotions et à suivre les règles mises en place. Mais lorsque le jeune adolescent est choisi pour devenir le nouveau Dépositaire de mémoire, sa vie bascule. Au contact du Passeur, il découvre ce qu’était le monde avant, quand il y avait la souffrance, la guerre, la faim mais aussi les vraies familles, les couleurs, l’amour. Dès lors, il ne peut plus supporter la vie qu’on lui impose et doit trouver un moyen pour faire éclater la bulle dans laquelle vivent tous les autres…


Qui pouvait vouloir tuer la vieille Valentine Besson, dont la servante, Rose, est morte d’avoir bu un verre d’eau destiné à sa patronne, et contenant des somnifères ? Maigret, appelé à faire la lumière sur ce meurtre, soupçonne un moment Arlette, la fille de Valentine, qui semble avoir une vie privée assez trouble avec son mari, Théo. Mais la cupidité ne peut être le mobile : la vieille dame ne possède plus que des copies de bijoux, répliques de la fabuleuse collection jadis constituée par son mari.
Sur ces entrefaites, Valentine abat d’un coup de revolver un « rôdeur » qui n’est autre que le frère de Rose. Pour Maigret, qui vient de découvrir une émeraude authentique, les pièces du puzzle commencent à s’assembler…
Dans une atmosphère de vacances balnéaires, ce sont de bien sombres mystères qui vont peu à peu être dévoilés par le sagace enquêteur.


Il fut leur inspiration. Il a transformé leur vie à jamais.
A Welton, un austère collège du Vermont, dans les années 60, la vie studieuse des pensionnaires est bouleversée par l’arrivée d’un nouveau professeur de lettres, M. Keating.
Ce pédagogue peu orthodoxe va leur communiquer sa passion de la poésie, de la liberté, de l’anticonformisme, secouant la poussière des autorités parentales, académiques et sociales.
Même si le drame – le suicide d’un adolescent – déchire finalement cette expérience unique, même si Keating doit quitter le collège, il restera pour tous celui qui leur a fait découvrir le sens de la vie.


 » Les Trois Mousquetaires forment le plus divertissant des romans d’aventures. Leurs personnages, Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan sont sortis des bibliothèques pour descendre dans la rue. Ils ont enseigné l’insolence et l’amitié à beaucoup de jeunes Français qui ont aussi découvert les fatalités de l’amour en rêvant aux belles épaules de Milady et à ses regards de perdition. « 


Le doux et tempéré docteur Jekyll, médecin londonien précurseur des tendances de la médecine psychanalytique moderne, se transforme en monstre chaque fois qu’il avale une potion de son invention.


 

Romans à l’étude en secondaire 1


Cette année, comme par le passé, notre travail sur le roman se poursuit.  J’ai choisi plusieurs romans qui nous accompagneront tout au long de la prochaine année scolaire.

Comme toujours, je n’ai pas choisi ces romans au hasard…  certains sont suggérés par le manuel que j’utiliserai d’autres sont des romans que j’aime particulièrement pour la leçon morale qu’ils véhiculent.

Cette année, le rythme est assez intense.  Comme vous le voyez, plusieurs romans sont au programme.  Je vais probablement imposer un nombre de pages à lire (minimalement), chaque jour, pour garder le rythme.  D’ailleurs, je connais mon jeune fils…  soupirs…   certains romans sembleront moins intéressants à lire au départ pour lui, je devine déjà qu’il aura tendance à prendre plus de temps que prévu pour débuter et lire son roman.

Voici les romans qui seront à l’étude cette année en secondaire 1.

Semaines 1-2-3-4

Depuis l’Odyssée, aucun roman d’aventures n’eut plus de succès que l’Ile au trésor. Le jeune Jim Hawkins est le héros de ce roman avec le terrible John Silver, l’homme à la jambe de bois.  L’Hispanolia débarque sur l’île au Trésor les  » bons  » et  » méchants « . Dès lors, une lutte implacable se déroule pour retrouver le trésor amassé par Flint, redoutable pirate mort sans avoir livré son secret.Rarement roman d’aventures aura été conduit avec tant d’habileté et de science ; c’est désormais un livre classique où le réel se mêle au fantastique.


Semaines 5-6-7-8

Grégoire déteste l’école. Il a déjà redoublé deux fois avant d’être renvoyé du collège. À la maison, ses parents le harcèlent constamment, quand ils ne se disputent pas entre eux. Son seul appui: Léon, son grand-père chéri avec qui il adore bricoler, car dès lors qu’il s’agit de travaux manuels, Grégoire est très fort. Léon cependant se fâche en apprenant le renvoi de son petit-fils. Il va le pousser à se prendre en main.


Semaines 9-10-11

Prisonnier dans son cadre, l’homme à la dague toise Sans Atout. Le jeune garçon, bien que fasciné par le tableau, supporte difficilement le regard d’acier qui semble suivre ses moindres mouvements. Se pourrait-il qu’il soit vivant?… Un soir, l’homme à la dague disparaît!


Semaines 12-13-14-15

CAÏUS EST UN ÂNE. La phrase inscrite par Rufus sur sa tablette remporte un grand succès en classe. Mais Caïus rougit de colère. Comment Rufus ose-t-il l’insulter, lui, le fils d’un richissime sénateur ? Mais le lendemain, plus personne n’a envie de rire. La même phrase est tracée en lettres rouges sur la façade du temple de Minerve. Or, dans la Rome impériale, le sacrilège est terrible


Semaines 16-17-18-19

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lescun, le petit village des Pyrénées où habite Jo, est occupé par les Allemands qui surveillent la frontière. Un jour, dans la montagne, le jeune berger découvre plusieurs enfants juifs cachés dans une ferme. Ils attendent le moment propice pour fuir en Espagne. N’écoutant que son courage, Jo décide de garder le secret et de tout faire pour les aider et les protéger.
Un roman bouleversant.

Des personnages attachants et d’une grande humanité bravent les dangers de la guerre pour sauver des vies. Un roman plein d’émotion.


Semaines 20-21-22-23

Hiver 1245, sous le règne de Saint Louis. La terreur rôde sur les terres de Mortecombe. Chaque nuit de pleine lune, on retrouve pendu à une branche un nouveau cadavre ! Complot ? Vengeance macabre ? En compagnie d’Avenance, la fille du seigneur des lieux, Gabriel, le jeune ménestrel en mal d’aventure et de romance, se jette à corps perdu dans l’énigme du Bourreau de la Pleine Lune. Au risque de finir à son tour au bout d’une corde…


Semaines 24-25-26-27

Ce roman d’aventures, un classique publié pour la première fois en 1903, est présenté ici dans sa version intégrale. Un magnifique chien appelé Buck mène une vie paisible dans une demeure confortable de la Californie vers la fin du 19e siècle. Un jour, il est volé et vendu à des chercheurs d’or. Cette bête forte et robuste est entraînée pour devenir chien de traîneau en Alaska, une région de glace et de neige où seuls les plus forts survivent. Intelligent, orgueilleux et rusé, Buck survit à cette nouvelle vie où il est malmené par ses maîtres et par ses pairs. Ce chien courageux vit des aventures périlleuses au cours desquelles sa nature sauvage le révélera à lui-même. Ce roman d’aventures de Jack London est un hymne à la nature et un éloge à la force et au courage des chiens de traîneau qui ont marqué l’histoire de la ruée vers l’or. Le texte apporte de nombreux renseignements sur cette période mouvementée de l’histoire américaine. Le ton du récit est grave et l’écriture d’une grande sobriété. En complément à l’ouvrage, une postface aborde la vie de Jack London, la ruée vers l’or et les relations entre les humains et les chiens.


Semaines 28-29-30

Oscar a dix ans et il est atteint du cancer. Il a compris qu’il allait bientôt mourir, mais personne n’ose lui dire la vérité, excepté Mamie Rose. Oscar s’en remet alors à la sagesse de la vieille dame qui obtient la permission spéciale de l’accompagner pour les douze derniers jours de sa vie. Il conclut une entente avec elle. Chaque journée qu’il lui reste vaut maintenant dix ans de vie. Le jeune garçon raconte les épreuves, les rencontres et les réflexions de chacune des périodes de cette vie condensée, dans des lettres adressées à Dieu. Oscar questionne Dieu et Mamie Rose sur le sens de ce qu’il vit; il cherche, dans ce dialogue, la force de réconforter ceux qui l’entourent.


Un enfant, éprouvé par la mort de sa grand-mère, se lance le défi d’écrire la plus grande lettre du monde et surmonte son deuil par l’écriture. Un soir de peine, Nicolas, onze ans, décide d’écrire la plus grande lettre du monde à celle qu’il ne connaît pas encore et qui sera un jour sa femme. Il est élevé par ses grands-parents, sa mère est morte ; il n’a jamais connu son père. Il est heureux jusqu’à la mort de sa grand-mère ; son chagrin le rend muet. Il va écrire sa vie quotidienne avec plein de détails drôles.


Semaines 35-36


Pour le travail sur chaque roman, j’y reviendrai plus tard !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑