Publié dans Manuels scolaires, Secondaire 3

Mes choix de manuels pour l’an prochain (fils-4) – Partie 3


Et finalement…

————————  Arts plastiques  ————————

Il n’y a pas de programmes scolaires disponibles au Québec pour un secondaire 3.  En fait, je pense que plusieurs élèves de ce niveau n’en font tout simplement pas.  Comme en secondaire 4 il y a un examen obligatoire, j’aime faire un vrai parcours pour garder l’intérêt jusque là.  Mon fils-3 aime bien les arts plastiques alors c’est plutôt simple de maintenir un intérêt pour la chose.

L’an dernier, j’ai découvert sur le net un programme que j’ai utilisé avec mon fils-3 et que nous avons bien apprécié.  Je vais donc le débuter avec mon fils-4 cette année.

Résultats de recherche d'images pour « Julianna Kunstler. Your Art Resource. »
Cliquer ici pour les leçons (en anglais)

Je proposerai, en parallèle, divers projets.

————————  Le reste…  ————————

Voilà…   pour le reste, on ajoute au gré de nos fantaisies du moment.  Il apprend la flûte irlandaise présentement, il poursuit la sculpture et je pense ajouter la philosophie à nouveau.  J’ai d’ailleurs apprécié ce petit livre de philo pour ados.

Résultats de recherche d'images pour « philo adolescent »

 

 

 

 

 

 

et toute la collection des Philo-ado que j’aime beaucoup.

etc…   il y en a beaucoup d’autres.

 

————————  Lecture suivie  ————————

Comme par le passé, mon fils aura des romans à lire.  Je vais d’ailleurs en utiliser quelques-uns en classe pour travailler différentes sections du programme.

Je n’ai pas encore fait ma sélection…  J’aimerais proposer quelques lectures un peu différentes cette année.

 

 

 

Publicités
Publié dans Manuels scolaires, Secondaire 3

Mes choix de manuels pour l’an prochain (fils-4) – Partie 2


Je poursuis ma planification en secondaire 3 :

————————  Anglais  ————————

L’utilisation d’un manuel québécois en anglais est franchement pénible pour moi.  Disons-le, ce n’est pas avec un manuel de ce genre qu’on apprend à parler en anglais.  On le sait tous.  Un fois qu’on a des enfants qui passent aux évaluations, on réalise encore plus que ce n’est pas un cahier québécois qui les prépare vraimeRésultats de recherche d'images pour « express yourself plus 3 »nt.  En fait, il faut savoir lire, être en mesure de répondre correctement aux questions, être en mesure de discuter avec l’enseignant, être en mesure d’écouter un court extrait et d’écrire un court texte d’opinion.

Comme mon fils-3 me l’a rappelé après l’examen du printemps : « se taper tout un cahier pour un examen qui ne ressemble en rien à ce que l’on a travaillé…  bin…  c’est plate. »

Mais…  avons-nous réellement le choix ?  Pas trop.

Je vais donc utiliser plusieurs ressources et garder en tête le but à atteindre qui est d’apprendre l’anglais et non de simplement réussir des évaluations.  Je possède beaucoup de ressources…  que voulez-vous, 3 autres enfants avant lui chez nous.

Je vais probablement utiliser  : « Express Yourself plus 3 » comme base de travail auquel j’ajouterai différentes ressources pour rendre le parcours moins pénible.

Je veux utiliser un programRésultats de recherche d'images pour « Between the lines 3 HRW »me québécois pour maintenir une certaine structure dans notre travail quotidien en lien avec le programme.  Peu importe le cahier, ils ont la même structure  :  un exercice préparatoire, une lecture, un exercice de compréhension de lecture, un autre exercice préparatoire, une écoute audio, un exercice de compréhension en lien avec l’écoute, des exercices de grammaire, une situation-d’écriture et une communication orale, on ajoute parfois une lecture en extra.

Pour ajouter un peu plus de lecture, j’ai aussi le cahier des éditions Grand Duc : «Between the lines » que je ne déteste pas.  Le cahier propose une bonne vingtaine de textes sur différents sujets ainsi que des questions de compréhension.

Je possède plusieurs autres manuels qui viendront proposer différents textes à lire ou exercices à faire.Résultats de recherche d'images pour « connecting through english »

Mon cahier de base « Express Yourself plus 3 » possède une partie grammaire mais je pense ajouter un cahier puisque c’est surtout cette section que je désire pousser un peu plus loin cette année avec lui.  Quand vient le temps d’écrire un texte, la grammaire est un élément assez essentiel même en anglais.  Comme je possède le corrigé de ce cahier de HRW, je pense qu’il fera l’affaire.

« Connecting Through English Grammar »  appartient à un autre programme d’anglais mais j’aime bien sa structure simple qui va à l’essentiel.  Je peux donc sélectionner rapidement les exercices que je désire revoir avec mon adolescent.  Il y beaucoup d’autres cahiers qui font un meilleur travail que celui-là.  Pour les besoins que je recherche, il convient parfaitement.

 

 

————————  Français  ————————

Le gros morceau…  La matière qui, comme toujours, me demande énormément de réflexion.

Mon fils-3 n’est pas un enfant qui aime la grande littérature…  C’est un adolescent qui a pour passion la sculpture alors les beaux textes, il s’en tape pas mal.  Heureusement, il aime lire.  Ce n’est pas banal puisque je peux m’en servir pour bonifier un programme un peu pauvre de ce côté et proposer quelques textes plus classiques qu’il apprend à aimer.  Par contre, comme base de travail, c’est franchement trop pour lui.

Cette année, je me tourne vers un programme entièrement québécois pour lui.  Je veux avoir le temps de pousser plus loin certaines sections du programme et améliorer son orthographe sans passer trop de temps dans des textes qu’il n’aime pas et qui lui demande un lourd effort pour les apprécier.  Résultats de recherche d'images pour « accolades 3 »

Que choisir?????

Je vous avoue que c’est un véritable casse-tête pour moi.  J’aimais bien les manuels «Épisodes » de HRW que je possède puisque les textes me plaisaient particulièrement mais sa formule, elle, me ressemble tellement pas.  J’ai plusieurs programmes à la maison mais je voulais, cette fois, quelque chose de plus récent pour lui.

J’ai donc décidé de plonger dans les cahiers plus récents qui sont proposés par toutes les maisons d’éditions québécoises.

Oh boy…  C’est loin d’être des cahiers que je choisirais au premier regard.  Par contre, si je me place dans la position de mon fils-3, la vision des cahiers peut passablement changer.

J’ai vraiment décidé de regarder le cahier comme un «outil»  au lieu de le voir comme un «programme» parfait.

Finalement, avec le temps, je réalise à quel point un programme n’apporte rien de plus que ce qu’il peut proposer: un moyen de faire passer la matière.  Si je conserve cette vision, l’utilisation d’un cahier de ce type pourra convenir à notre base de travail.  Il fera ce pour quoi il a été créé.

J’ai choisi comme cahier de base, le cahier « Accolades » de Chenelière Éducation.  Je ne déteste pas ce que le cahier propose même si je trouve la section « textes » terriblement pauvre.  Par contre, comme je le disais plus haut, je vais utiliser des romans obligatoires à lire pour pousser plus loin le travail.

En fait, la lecture obligatoire me donne l’assurance qu’il découvre le plaisir de lire malgré le peu d’intérêt qu’il a pour la chose.  Comme je sélectionne minutieusement les romans, je n’ai jamais choisi un roman qu’il n’a pas Résultats de recherche d'images pour « dictée Bled »aimé pour le moment.  Je travaille fort dans ce sens…  D’ailleurs, j’aime lui rappeler que lire peut « aussi » être un passe-temps intéressant qui permet de voyager, rêver, croire, grandir, s’informer,…  etc.  On peut tellement apprendre à travers certains personnages.

En résumé, je vais utiliser le cahier comme travail de base et différents romans pour rendre le parcours digeste pour lui.  Pour la partie « étude de la langue », le cahier propose une section en grammaire mais je vais la bonifier avec d’autres ressources à la maison.  De ce côté, les dictées, vous connaissez mon amour pour elles, seront toujours au programme quotidiennement !

 

 

Je poursuivrai demain pour le reste…

 

 

 

Publié dans Manuels scolaires, Secondaire 3

Mes choix de manuels pour l’an prochain (fils-4) – Partie 1


Je suis franchement très en retard cette année pour planifier ma prochaine rentrée ; ma fin d’année scolaire a été, disons-le, assez intense puisque mon troisième faisait les évaluations ministérielles.

Me voilà donc sur le chemin de la planification pour la prochaine rentrée.  Je débute par mon fils-4 qui sera en secondaire 3.  Pour le moment, voici ce que j’ai sélectionné :

————————  Mathématique  ————————

J’ai utilisé, cette année, un cahier de la collection « Chenelière Éducation » que j’ai adoré.  Résultats de recherche d'images pour « sommet secondaire 3 »

Vraiment.

Je vais donc poursuivre avec la même collection en secondaire 3 en utilisant « Sommets 3e secondaire »

Pour avoir utilisé le programme de secondaire 1 et de secondaire 2…  il est nettement suffisant pour couvrir entièrement le programme et suffisamment bien fait pour ne rien ajouter en surplus.  En tout cas, de mon côté.

J’aime son côté « épuré » puisque j’aime particulièrement les cahiers qui ne sont pas trop denses inutilement.

Chaque séquence de travail est organisée de la même façon :

  • Un rappel des notions vues antérieurement ( souvent l’année précédente )
  • Une leçon sur une première notion en lien avec la séquence de travail.
  • Une première série d’exercices sur la notion.
  • Une seconde leçon en lien avec la séquence de travail.
  • Une seconde série d’exercices.
  • une troisième, quatrième,…
  • À la fin de la séquence de travail, on retrouve une page d’exercices +supplémentaires qui reprend les notions du chapitre : petits exercices courts, simples, qui ne font que revoir les notions rapidement.
  • Un « retour sur le chapitre » qui proposent quelques questions à choix multiples, quelques questions à réponses courtes et plusieurs questions à développement.
  • Pour terminer la séquence de travail, on propose une situation-problème (CD1) et une situation d’application (CD2).
  • Finalement, pour conclure le chapitre, une évaluation vient compléter la séquence de travail.

De plus, après quelques chapitres, on propose des exercices de « consolidation » qui reprennent toutes les notions vues précédemment.  J’aime particulièrement ces exercices qui permettent de faire un excellent retour sur les notions vues tout au long de l’année.  La matière demeure bien « vivante » dans la tête de nos ados.

 

————————  Histoire  ————————

Comme pour les mathématiques, j’ai expérimenté un nouveau programme en histoire cette année avec mon fils-3 (secondaire 4).  Je l’ai beaucoup aimé.   Je vais donc prendre son petit frère de secondaire 3 pour mon fils-4.Image associée

Il s’agit du programme « Périodes » des éditions CEC.

J’avoue l’avoir trouvé un peu pénible au début, ne sachant pas trop comment l’aborder mais, une fois maîtrisé, mon fils-3 et moi l’avons adoré!

Il faut le dire, le manuel est dispendieux mais, franchement, il est magnifique.  Il est visuellement magnifique !

Pour moi, il valait l’investissement en secondaire 4.

À noter : Les exercices proposés dans le manuel ne sont pas suffisants, il faut vraiment avoir le guide-enseignant qui apporte une multitude d’exercices en lien avec les compétences à acquérir, sinon, le cahier d’activités, lui, propose un court résumé de la période étudiée ainsi que des questions de compréhension en lien avec les compétences.  Il est bien fait.  Il peut être utilisé seul mais, à mon avis, on passe à côté si on n’utilise pas le manuel.   J’ai préféré, et de loin, l’utilisation du manuel au cahier.  Par contre, dans le cahier, les sections « Activités » sont une très belle préparation à l’examen ministériel le guide-enseignant propose des exercices similaires.

Bref, nous utiliserons ce programme à l’automne en histoire de secondaire 3.

 

————————  Science et technologie  ————————

La galère…  Le programme de secondaire 3 est un gros programme principalement axé sur la biologie.  Il demande beaucoup de temps…   beaucoup.  Choisir un manuel qui n’est pas trop lourd, approuvé et intéressant n’est pas une mince affaire.Résultats de recherche d'images pour « l'essentiel 3 »

Mon fils a utilisé « Origine » de CEC au premier cycle et il détestait.  Je devrais plutôt dire que nous n’appréciions pas trop ces cahiers lui et moi car je partageais son avis.  Cependant, il n’existe pas des milliers de possibilités comme programme et, tristement, ils se ressemblent tous.

J’ai choisi d’utiliser un cahier de ERPI ( L’essentiel 3 ) mais, avouons-le, ce n’est pas un coup de coeur non plus.  Je l’ai choisi parce que mes trois premiers ont apprécié le manuel « Observatoire » en secondaire 4 et que ce cahier fait parti de la même collection.  Pour être honnête, il ressemble beaucoup à « Systèmes » proposé par CEC pour la même année.

Est-ce un bon choix…  Hum…  on verra.  Je n’ai utilisé que « Observatoire » pour le moment.  Ce cahier, je ne l’ai jamais utilisé auparavant.

Bon…   c’est déjà un point de départ.

Je poursuivrai dans une prochaine publication pour le reste.

 

Publié dans Français, Français

Le tableau (texte de Jean Ray)


Je veux parler de Gryde, l’usurier.

Cinq mille hommes lui durent de l’argent ; il fut la cause de cent douze suicides, de neuf crimes sensationnels, d’innombrables faillites, ruines et débâcles financières.

Cent mille malédictions l’ont accablé et l’ont fait rire ; la cent mille et unième l’a tué, et tué de la manière la plus étrange, la plus affreuse que cauchemar pût enfanter.

Je lui devais deux cents livres ; il me faisait payer mensuellement des intérêts meurtriers ; en plus, il fit de moi son ami intime… C’était sa manière de m’être le plus désagréable, car j’ai supporté toutes ses méchancetés. J’ai dû faire chorus aux rires qu’il lâchait devant les larmes, les prières et la mort de ses victimes saignées à blanc.

Il passait la douleur et le sang au journal et au grand-livre, parmi le flot montant de son argent.

Aujourd’hui, je ne m’en plains plus, car cela m’a permis d’assister à son agonie. Et je souhaite la pareille à tous ses confrères.

Un matin, je le trouvai dans son cabinet, en face d’un jeune homme, très pâle et très beau. Le jeune homme parlait :
– Je ne puis pas vous payer, Monsieur Gryde, mais, je vous en prie, ne m’exécutez pas. Prenez cette toile ; c’est mon œuvre unique. Unique, entendez-vous ? Cent fois, je l’ai recommencée … Elle est toute ma vie. Même à ce jour, elle n’est pas complètement finie : il y manque quelque chose, je ne sais pas trop quoi mais, plus tard, je trouverai et je l’achèverai.

«Prenez-la pour cette dette qui me tue, et … qui tue maman.»

Gryde ricanait ; m’ayant aperçu, il me fit signe de regarder un tableau de moyenne grandeur appuyé à la bibliothèque. J’eus un mouvement de stupeur et d’admiration : jamais, je n’avais rien vu de si beau.

C’était une grande figure d’homme nu, d’une beauté de dieu, sortant d’un lointain vague et nuageux, un lointain d’orage, de nuit et de flammes.

  • Je ne sais pas encore comment je l’appellerai, dit l’artiste d’une voix douloureuse. Voyezvous, cette figure-là, j’en rêve depuis que je suis enfant ; elle vient d’un songe comme des mélodies sont venues du ciel au chevet de Mozart et de Haydn.
  • Vous me devez trois cents livres, Monsieur Warton, dit Gryde. L’adolescent joignit les mains.
  • Et mon tableau, Monsieur Gryde ? Il vaut le double, le triple, le décuple !
  • Dans cent ans, répondit Gryde. Je ne vivrai plus aussi longtemps.

Je crus pourtant remarquer dans son regard une lueur vacillante, qui changeait cette clarté fixe de l’acier que j’y eus vue. Admiration ou espoir d’un gain futur insensé ? Alors Gryde parla.

  • J’ai pitié de vous, dit-il, car j’ai dans l’âme un faible pour les artistes. Je vous prends ce tableau pour cent livres.
    L’artiste voulut parler ; l’usurier l’en empêcha.
  • Vous me devez trois cents livres, payables par mensualités de dix. Je vais signer un reçu pour les dix mois à venir … Tâchez d’être exact à l’échéance du onzième mois, Monsieur Warton !

L’artiste s’était voilé la face de ses belles mains.

  • Dix mois ! C’est dix mois de repos, de tranquillité pour maman. Elle est si nerveuse et chétive, Monsieur Gryde, et puis je pourrai travailler pendant ces dix mois…

Il prit le reçu.

  • Mais, dit Gryde, de votre propre aveu, il manque quelque chose au tableau. Vous me devez le parachèvement et le titre d’ici dix mois.

L’artiste promit, et le tableau prit place au mur, au-dessus du bureau de Gryde.

Onze mois s’écoulèrent, Warton ne put payer sa mensualité de dix livres.

Il pria, supplia, rien n’y fit ; Gryde ordonna la vente des biens du malheureux. Quand vinrent les huissiers, ils trouvèrent la maman et le fils dormant de l’éternel sommeil dans l’haleine terrible d’un réchaud de charbon ardents.

Il y avait une lettre pour Gryde sur la table.

« Je vous ai promis le titre de mon tableau, y disait l’artiste, appelez-le Vengeance. Quant à l’achèvement, je tiendrai parole. »

Gryde en fut fort peu satisfait.

  • D’abord ce titre ne convient pas, disait-il, et puis comment pourrait-il l’achever à présent ?
    Il venait de lancer un défi à l’Enfer.

Un matin, je trouvai Gryde extraordinairement énervé.

  • Regardez le tableau, me cria-t-il dès mon entrée. Vous n’y voyez rien ? Je n’y trouvai rien de changé.
    Ma déclaration sembla lui faire grand plaisir.
  • Figurez-vous…. dit-il.

Il passa la main sur son front, où je vis perler la sueur, et continua presque aussitôt :

  • C’était hier, après minuit, j’étais déjà couché, quand je me souvins que j’avais laissé des papiers assez importants sur mon bureau. Je me levai aussitôt pour réparer cet oubli. Je trouvai fort bien le chemin dans l’obscurité, dans cette maison dont chaque coin m’est familier, et je pénétrai dans mon cabinet sans allumer la lumière. Du reste, la lune éclairait très nettement la pièce. Comme je me penchais sur mes paperasses, quelque chose bougea entre la fenêtre et moi … Regardez le tableau ! Regardez le tableau ! hurla tout à coup Gryde. C’est une hallucination, sans doute. Je n’y suis pourtant pas sujet … Il me semble avoir vu bouger à nouveau la figure. Eh bien ! Cette nuit, j’ai cru voir – non, j’ai vu – le bras de l’homme sortir de la toile pour me saisir !
  • Vous êtes fou, dis-je brusquement.
  • Je le voudrais bien, s’écria Gryde, car si c’était vrai…
  • Eh bien ! lacérez la toile si vous croyez à cette histoire !

La figure de Gryde s’éclaira.

  • Je n’y avais pas pensé, dit-il. C’était trop simple…

D’un tiroir, il sortit un long poignard au manche finement ciselé. Mais, comme il s’apprêtait à détruire le tableau, il se ravisa soudain.

  • Non, dit-il. Pourquoi gaspiller cent livres pour un méchant rêve ? C’est vous qui êtes fou, mon jeune ami.
    Et, rageur, il jeta l’arme sur son bureau.

Ce n’était plus le même Gryde que je trouvai le lendemain, mais un vieillard aux yeux déments, grelottant d’une frayeur affreuse.

  • Non, hurla-t-il, je ne suis pas fou, imbécile, j’ai vu vrai ! Je me suis levé cette nuit. J’ai voulu voir si j’avais rêvé. Eh bien ! eh bien ! … il est sorti du tableau, rugit Gryde en se tordant les mains, et … et … mais regardez donc la toile, triple idiot, il m’a pris le poignard !

J’ai mis la tête dans les mains ; j’ai cru devenir fou comme Gryde. Ma logique s’est révoltée. La figure du tableau tenait dans sa main un poignard qu’elle n’avait pas hier, et je reconnus aux ciselures artistiques, que c’était le poignard que Gryde avait jeté la veille sur son bureau !

J’ai conjuré Gryde de détruire la toile. Mais l’avarice a encore combattu victorieusement la frayeur.
Il ne voulait pas croire que Warton allait tenir parole !

Gryde est mort.

On l’a trouvé dans son fauteuil, exsangue, la gorge béante. L’acier meurtrier avait entamé jusqu’au cuir du siège.
J’ai jeté un regard terrifié sur le tableau : la lame du poignard était rouge jusqu’à la garde.

Le tableau. Jean RAY, in Les contes du whisky, 1947


Si ce texte vous intéresse :

Le tableau de Jean Ray


 

Publié dans Mathématique, Mathématique, Mathématique, Mathématique, Mathématique

Capsules mathématiques (site)


Plusieurs mères me demandent souvent le « comment faire » en mathématique au secondaire.  Il y a le site «Allô Prof » qui propose plusieurs vidéos mais je vous suggère celui-ci pour les explications vraiment claires des notions.

Si, au départ, les explications étaient destinées au programme des adultes avec l’ancien programme, plusieurs notions des programmes actuels sont exactement les même et les capsules d’information demeurent pertinentes

 

Capsules Mathématiques

Cliquer ici pour accéder au site