Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

L’armoire aux souvenirs (texte)


Un grand-père raconte à sa petite-fille l’histoire de sa vie au moyen d’un enregistrement.

Voilà le texte qui accompagne mon fils cette semaine…

Si cela vous intéresse, vous pouvez lire ce texte sur le site du Devoirs : CLIQUER ICI

Une idée de situation d’écriture pour accompagner ce texte?

Choisir une personne de l’entourage qui inspire la sagesse.  Comme Josée Blanchette, rédiger un texte biographique sous la forme d’un commentaire.  Exprimer son point de vue en s’appuyant sur certains des propos de cette personne.

Source : Zones, CEC

***  C’est une belle idée je trouve…  J’aime particulièrement ce genre de suggestion de travail à faire.  Inspirant n’est-ce pas?

Publicités
Publié dans J'aimerais vous dire que..., routine, routine, Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Je réponds / routine


Je réponds à un courriel reçu hier :

« Dis-moi, quelle est la routine de travail de ton gars de secondaire 3.  Comment fais-tu pour le motiver à travailler à tous les jours ? »

——————————

Depuis très longtemps maintenant, j’ai presque toujours la même routine quotidienne.  J’ai un horaire un peu atypique puisque j’aide d’autres enfants en après-midi alors je débute tôt le matin.

Nous débutons dès 7:00 !  Oui… 7:00…  même pour mes adolescents.

Heureusement, j’ai la chance d’avoir des enfants qui sont raisonnables au moment d’aller au lit le soir alors ils ont une bonne nuit de sommeil derrière eux avant de débuter à 7:00.

Je débute toujours par une dictée de deux ou trois phrases que nous corrigeons ensemble et que nous analysons.  Cette dictée matinale permet de revoir la plupart des notions vues en étude de la langue et de repérer les fautes qui reviennent tout le temps.  C’est vraiment dans cette courte période que le gros de l’étude de la langue se travaille « réellement », bien plus que dans tous les exercices que nous faisons.

Par la suite, la matinée se découpe ensuite en 4 périodes de travail avec les matières en alternance :

  • Français – texte
  • Français – écriture
  • Français – étude de la langue
  • Mathématique
  • Science et technologie
  • Histoire
  • Géographie ( en secondaire 1)
  • Informatique ( logiciel WORD )
  • Arts plastiques et musique
  • ECR ( juste quelques séances mensuellement )

J’ai divisé mes périodes de travail sur 9 jours que j’alterne 20 fois dans l’année :

  • Jour 1 : Dictée, français, mathématique, histoire , anglais
  • Jour 2 : Dictée, mathématique, science, français, anglais
  • Jour 3 : Dictée, science, français, histoire, anglais
  • Jour 4 : Dictée, français, mathématique, arts plastiques, anglais
  • Jour 5 : Écriture express, mathématique, science, français, anglais
  • Jour 6 : Dictée, français, histoire, mathématique, science
  • Jour 7 : Dictée, science, français, mathématique, anglais
  • Jour 8 : Dictée, mathématique, science, arts plastiques, anglais
  • Jour 9 : Écriture express, français, mathématique, histoire, anglais

Pourquoi ne pas faire la même chose chaque jour ?  Tout simplement parce que la première période de travail, après la dictée, dure plus longtemps (1:30) au lieu d’une heure.  En alternant les matières, je peux travailler cette plus longue période dans autre chose que du français ou des maths.  De plus, mes gars aiment bien ne pas toujours commencer par « français ou maths ».

Pour ECR et informatique, je les place toujours à la dernière minute à quelque part.  J’ajoute la mémorisation ou la préparation d’un exposé oral de temps en temps aussi.  Pour mon fils de secondaire 3, je lui demande souvent de me préparer un sujet d’argumentation, un sujet que nous débattons ensuite.

Et l’après-midi ?

Naturellement, les enfants doivent travailler encore un peu en après-midi.  Au secondaire, les matières demandent plus de temps à faire.  Comme ils ont déjà fait 5 heures en matinée, je ne leur demande que quelques petites choses à compléter en après-midi :

  • Lecture obligatoire : dans notre travail en français, la lecture occupe une place vraiment importante.  Sachant cela, tu comprendras aisément que j’oblige mes adolescents à lire un roman que nous travaillons en classe.  Ils doivent donc lire  chaque jour (45-60 minutes).
  • Matières à terminer : ils ont toujours un peu de mathématique à terminer et, bien souvent, un exercice à faire dans notre petit cahier « BLED ».  Parfois, rarement, un exercice à compléter dans les autres matières (30-60 minutes).

——————————–

Comment fais-tu pour le motiver à travailler à tous les jours ?

Rien de particulier, il n’a pas le choix! ha !

Comme la routine est toujours la même depuis le tout début de son école-maison, mon fils de secondaire3 s’installe sans rechigner puisqu’il sait qu’il doit le faire.  Il peut arriver, exceptionnellement, qu’il tente de négocier une journée de congé mais, franchement, ça n’arrive qu’une ou deux fois annuellement.

Chez nous, faire la classe, n’est certainement pas une chose que l’on fait « si cela nous tente ».  On choisit la route de l’école-maison pour plusieurs raisons et la mienne n’est pas pour ne faire que la moitié du travail.  Au contraire, ma devise a toujours été :  « faire la même chose ou mieux que l’école régulière, certainement pas moins ».  On apprend tellement de choses pendant toute notre scolarité…  tellement.  On peut donner à nos enfants un réel goût pour apprendre qui va bien au-delà de simplement faire et terminer un cahier de français ! On peut faire une « vraie » différence.

Bonne journée !

 

 

 

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore...., Un roman à étudier

Un livre qui laisse des traces…


Je propose, par moment en classe, des romans sans trop savoir si l’intérêt sera suffisant pour nourrir mes enfants.  À d’autres moments, j’impose la lecture d’un roman en sachant à l’avance qu’il saura gagner le cœur de mes enfants.  Pour d’autres romans, je me laisse bercer par les propositions et je croise les doigts.

Il arrive que certains de ces romans « imposés » suscitent, sans que l’on sache exactement pourquoi, un intérêt particulier, voire une étincelle.  C’est exactement ce qui s’est produit avec un tout petit roman de Michael Morpurgo…

Et oui, encore lui…  mon plus jeune a décidément plusieurs romans « coup de coeur » de cet auteur.

Un roman se passant pendant la secondaire guerre mondiale…  Un roman tellement loin de l’univers privilégié par mon fils.  Pourtant…  Pourtant…  Quel plaisir de le voir savourer un roman aussi « différent » !  Il a tellement aimé qu’il m’a demandé s’il y avait un film sur ce petit roman.

Quelle surprise d’apprendre qu’un film sera tourné sur ce petit roman !!!!!  On espère qu’il franchira la distance pour être présenté au Canada un jour !!!!

Alors, si vous avez le goût de proposer quelque chose d’un peu différent, je vous invite à le proposer à vos enfants.

————————————–

Résumé de l’histoire

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lescun, le petit village des Pyrénées où habite Jo, est occupé par les Allemands qui surveillent la frontière. Un jour, dans la montagne, le jeune berger découvre plusieurs enfants juifs cachés dans une ferme. Ils attendent le moment propice pour fuir en Espagne. N’écoutant que son courage, Jo décide de garder le secret et de tout faire pour les aider et les protéger.
Un roman bouleversant.

Des personnages attachants et d’une grande humanité bravent les dangers de la guerre pour sauver des vies. Un roman plein d’émotion.

————————————–