Journal quotidien


Bonjour tout le monde,

Je ne suis pas souvent présente sur mon blogue, naturellement, je suis toujours à la course et je manque de temps pour entretenir ce blogue.  En fait, je n’ai plus rien à dire de pertinent je pense…  hihihihi

Nous arrivons à la fin de notre parcours 2017-2018 chez nous : quelques jours encore et les cahiers seront fermés jusqu’à la fin août !

Mon fils de secondaire 1

  1. Français : il ne reste que quelques petites choses à finaliser avant que son programme soit entièrement terminé…  une dernière semaine probablement.  Il faut dire que cette matière n’est jamais vraiment terminée, c’est moi qui décide de terminer.
  2. Mathématique : le seul programme qui demande encore un peu de travail.  Il termine «officiellement» son manuel cette semaine mais j’aimerais lui proposer une courte révision avant de vraiment fermer son manuel de travail.
  3. Histoire : programme entièrement fait et terminé.
  4. Science : programme entièrement fait et terminé.
  5. Géographie : programme entièrement fait et terminé.
  6. Anglais : programme qui ne se termine jamais vraiment… même pendant l’été, il aura à lire en anglais.
  7. Arts plastiques : programme terminé.
  8. ECR : Il me reste un sujet ou deux que j’aimerais faire avec lui avant la fin de l’année.

Mon fils de secondaire 3

  1. Français : quelques petites choses à terminer… son programme est déjà terminé.
  2. Littérature : il lui reste un travail sur un roman à terminer.
  3. Mathématique : il a complètement terminé, même sa révision.  Pour le moment, il fait une évaluation demain et une situation problème à la fin de la semaine.  Ensuite?  On verra ses résultats avant de fermer officiellement ses manuels.
  4. Science : il ne lui reste qu’une section à faire…  une dernière semaine.
  5. Histoire : encore un dossier complet à terminer.  Nous devrions terminer la semaine prochaine.  On a pris un peu de retard pendant l’année scolaire.  Je tiens à le terminer ce programme (début jusqu’à 1840) puisque le programme de l’an prochain sera de 1850-à nos jours.
  6. Arts plastiques : programme terminé.
  7. Anglais : programme qui ne se termine jamais : lecture pendant l’été.

L’avantage de ne pas prendre de vacances durant l’année scolaire c’est de terminer aussi tôt au printemps.  On pourra profiter « pleinement » de nos vacances d’été dans deux petites semaines probablement…

Oh comme j’aime l’idée de faire autre chose pendant quelques semaines !!!!

Il y a tant de choses à faire de prévu : mon programme estival est déjà très largement chargé mais je me garde quelques journées pour jardiner ou lire tranquillement.  Comme d’habitude, je sens que l’été sera trop court.

Et vous?  Vous terminez bientôt ?

Publicités

Je réponds / manuel de français


« Ton manuel de français secondaire 3 m’intéresse pas mal mais j’hésite encore un peu à cause du travail qu’il demandera­.  Maintenant que tu l’as fait, dirais-tu qu’il demande beaucoup de temps de travail ? »

———————————

Pour celles qui se demandent de quel manuel il est question ici, cette dame me parle du manuel que j’utilisais avec Raphaël en secondaire 3 :

———————————

Effectivement, si vous avez l’intention de le faire d’un couvert à l’autre, il demande beaucoup de temps de travail.  Ce genre de manuel propose beaucoup de situations d’écriture qui demandent, pour certains enfants en tout cas, beaucoup de temps.

Le choix des textes n’est pas trop intense et facilement accessible pour un élève de ce niveau habitué à lire des classiques.

À ne pas négliger : Pour un adolescent qui n’a lu que des textes provenant de manuels québécois ? Ça risque de coincer par moment!  En effet, on nage dans des extraits provenant des auteurs comme : Théophile Gauthier, Émile Zola, Ernest Heminway, Montesquieu, Rabelais, …  Nous n’avons pas rencontré, chez nous en tout cas, de difficultés importantes avec les textes.

Le travail sur le texte peut très bien se faire oralement sauf, naturellement, les situations d’écriture qui sont proposées.  Et…  Pour chaque texte lu, on propose une situation d’écriture.

Avouons que pour mon Raphaël, ces situations d’écriture prenaient par moment beaucoup trop de temps.  De plus, on propose, à la fin de la séquence, un autre parcours de situations d’écriture supplémentaires…

La section en étude de la langue se fait assez bien si on fait quelques numéros oralement, ceux qui s’y prêtent et qui pourront alléger un peu le travail, et qu’on conserve les numéros qui proposent des exercices d’écriture intégrant la notion à faire à l’écrit.

Mon avis ?  Je trouve les sections « vocabulaire et orthographe » un peu faible, je suis d’avis que ce n’est pas tous les adolescents de ce groupe d’âge qui maîtrisent bien l’orthographe.  L’ajout de dictées, cahiers en vocabulaire et orthographe est un atout pertinent.

Le parcours d’étude d’œuvres complètes est particulièrement intense…  7 romans à lire, c’est pas trop mal, mais le travail accompagnant les romans est vraiment…  vraiment… long !  Il faut donc prévoir, lors de la planification, une bonne semaine de travail juste pour les romans en fin de séquence.  Il est possible de ne pas tous les faire mais ils complètent tellement bien les séquences je trouve.  On apprend différemment avec des lectures complètes.

Et…   que dire de la section « fil rouge » qui propose une tâche complexe à la fin de chaque séquence ?  demande beaucoup de temps…  vraiment beaucoup de temps…  mais, franchement, c’est la section que je préfère !

Franchement, tout faire, y compris la section « fil rouge » prend beaucoup de temps à ce niveau.  C’est un programme vraiment intéressant à faire mais qui exige beaucoup plus d’une heure de travail chaque jour.

Mon fils et moi avons bien apprécié, assez en tout cas pour faire la suite l’an prochain.  Cependant, et c’est important d’y penser, si on veut poursuivre avec ce programme en secondaire 4 il faut aussi songer à prendre un manuel québécois pour la section argumentative afin de bien préparer le jeune à la structure exigée pour l’examen du MELS.

———————————

Journal quotidien


Oh que la fin de l’année arrive bientôt chez nous !  On sent une fébrilité bien réelle quotidiennement.  J’adore ce temps où les programmes se terminent les uns après les autres.  On contemple notre travail avec satisfaction et on se tourne déjà vers l’automne prochain.

C’est une année intense qui se dessine l’automne prochain puisque Raphaël, mon troisième, sera en secondaire 4.  Ayant déjà passé par là deux fois, je sais ce qui m’attend…  Connaissant mon fils, connaissant l’orientation qu’il désire prendre, je suis donc consciente de l’effort que nous devrons déployer l’an prochain pour le préparer aux examens du DES.

Je me questionne beaucoup présentement puisque je me demande sérieusement si c’est dans l’intérêt de mon fils de poursuivre à la maison.  Naturellement, lui, ne veut pas être ailleurs qu’à la maison pour compléter son secondaire.  Comme j’ai réglé le problème de socialisation, il ne se sent nullement attiré vers l’école puisqu’il n’y voit aucun intérêt : il retrouve à la maison, et autour de lui, tout ce qu’il recherche pour le moment.

Mais, le problème, lui, me retombe sur les bras !!!!  Voilà pourquoi je suis déjà en mode « préparation ».

Vous n’avez pas idée à quel point je vais m’y préparer cette fois !!!!  (Même si, dans les faits, je suis toujours bien préparée! hihihi ) J’ai donc déjà débuté une longue préparation qui m’amènera vers une planification serrée avec des révisions mensuellement afin de ne pas avoir à tout retravailler à la fin de l’année.  D’ailleurs, je pense revenir aux plans de travail à l’automne : j’en ai utilisés avec succès pendant quelques années avec mon plus vieux et mon troisième lui ressemble beaucoup dans sa façon de travailler.  Je pense qu’un plan de travail lui donnerait un brin d’autonomie qu’il apprécierait beaucoup.  Le plan de travail a toujours été une forme de partenariat entre l’adolescent et moi, un peu comme un contrat de « confiance » que mon plus vieux aimait beaucoup mais que mon deuxième détestait justement pour les mêmes raisons.  J’ai respecté mes deux plus vieux dans leurs différences, je verrai avec mon troisième si cela lui conviendra ou non.

Pour le moment, de toute façon, je vais terminer notre année scolaire.  Il nous reste encore plusieurs matières à terminer et je dois organiser mes portfolios avant ma rencontre en mai.

Bonne journée.

Je pense à l’an prochain…


On a toujours l’impression que choisir nos manuels se fait simplement…  Pfft…  en tout cas, pas pour moi.  Je trouve toujours le processus assez intense puisque je cherche toujours quelque chose d’un peu mieux que ce que j’ai utilisé antérieurement avec mes autres enfants.  J’examine les options possibles (il faut dire que pour certaines maisons d’éditions, il est très difficile de se procurer le guide-corrigé) et je n’arrive pas toujours facilement à un choix « éclairé ».

Cependant, malgré les difficultés à dénicher la perle rare, il faut bien « choisir » quelque chose !!!!

Voici mon choix « définitif »  pour les mathématiques.  Bon, il est encore possible de changer pour mon fils-3 puisqu’on s’interroge sur le programme à choisir.

Secondaire 2

Comme le programme que j’utilise ( panoramath version cahier ) me satisfait moyennement et que je ne veux pas utiliser « POINT DE MIRE » que je trouve trop volumineux pour rien…  j’ose un nouveau manuel à l’automne prochain.  Il me plaît bien « visuellement » ce manuel, mais je verrai à l’utilisation si mon choix était le bon.  Après l’avoir examiné longuement à la didactèque, ainsi que le guide-corrigé, je crois ne pas trop me tromper en affirmant qu’il plaira à mon dernier.

 

 

Secondaire 4

Depuis quelques jours, j’ai longuement discuté avec mon fils-3 afin de déterminer la pertinence de faire un programme fort en mathématique ( Sciences naturelles).  Pour le moment, il se dirige vers un métier qui ne demande pas de mathématique.  De plus, à ne pas négliger dans notre choix, fils-3 doit travailler assez fort pour bien réussir dans cette matière : quelques sections du programme ont nécessité beaucoup d’efforts d’ailleurs…  ouf…  Pas certaine que faire le programme fort, quand on n’en a pas besoin éventuellement, est absolument essentiel.

Nous avons donc décidé, ensemble, qu’il fera le programme faible en secondaire 4 (Culture, Société et Technique).  De toute façon, s’il change d’orientation éventuellement, il sera possible de faire une passerelle à la fin de l’année et bifurquer vers un programme fort en secondaire 5.

Par contre, le côté négatif de la chose, c’est que le programme moins fort conduit à moins d’unités pour le DES (4 au lieu de 6) ; nous devrons donc penser à une autre matière donnant 2 unités éventuellement.  Je me demande quelles options nous aurons ?!?!

Alors, pour le moment en tout cas, ce sont les deux manuels de base pour l’automne prochain en mathématique.

1000 mots pour réussir (cahier- Belin)


Il m’arrive parfois de tomber sur de petits trésors à utiliser.

Pour améliorer le vocabulaire de vos grands adolescents, je vous invite à consulter celui-ci :

On peut consulter un extrait sur le site BELIN

En passant…  il y a le même cahier pour le niveau collège ( 6e à secondaire 3 ) !!!!

Je réponds / épreuve de français


« Ma fille fera l’examen du ministère en français au printemps, quel outil conseillerais-tu pour la grammaire pendant son évaluation ? »

——————————–

C’est très « personnel » comme réponse puisque ça dépend de ce qu’elle utilise en classe pour travailler.

Comme je devine qu’elle utilise majoritairement des manuels québécois, l’utilisation d’un petit cahier de référence comme celui-ci peut être vraiment intéressant puisque toutes les règles s’y retrouvent.  Il a l’avantage d’être suffisamment complet pour remplir le rôle qu’il doit remplir lors d’un examen.

Par contre, il devient intéressant, à mon avis, si on a réellement pris l’habitude de l’utiliser régulièrement.  Un outil est merveilleux lorsqu’on l’utilise souvent, sinon, il ne sert à rien.  Il faut que l’habitude soit là…   Il faut être en mesure de chercher rapidement la règle ou la conjugaison que nous avons besoin d’utiliser.

Un bon dictionnaire, le manuel de grammaire qu’elle utilise régulièrement, un Bescherelle pour la conjugaison…  finalement, tous les outils qu’elle utilise régulièrement pour travailler.  Il faut avoir autour de soi les outils de référence que nous connaissons.

Journal quotidien


Vous savez que l’année touche à sa fin lorsque les programmes se terminent tranquillement.

Quel plaisir de voir une matière se terminer…  On a l’impression d’avoir accompli quelque chose.  C’est totalement ridicule, je le sais bien, mais cette sensation est là et c’est comme ça.  Quand nous atteignons la mi-avril, il ne reste que quelques semaines à notre parcours… (quelques semaines…  WOW, juste le dire me fait du bien ! ha! ) on commence à ressentir une certaine fébrilité : les grandes vacances arrivent !  Je l’avoue, ce fut une année intense chez nous.  Je suis tellement occupée que j’avais l’impression de ne plus avoir de temps pour rien.  Ce fut une année troublante par moment où je me suis longuement questionnée sur plusieurs de mes choix.

J’ai longtemps cru que nous n’aurions pas le temps de terminer nos programmes tellement j’avais pris du retard.  Contre toute attente, nous allons y arriver et j’aurai suffisamment de temps pour réviser, notamment en maths, avant la fin.

Pour le moment, mon plus jeune vient de terminer sa première matière, -bon d’accord, ce n’est que de la géographie ( hi hi hi ) mais, c’est déjà ça !

Passez une belle journée de classe !

On débute dans 2 minutes…  7:00 le matin, c’est tôt mais nos cerveaux roulent merveilleusement bien !

Je réponds / programme de secondaire 4


Je réponds à deux courriels reçus portant sur la même question  : mes choix de manuels en secondaire 4 l’an prochain.

———————

Il est encore tôt mais j’ai déjà sélectionné la très grande majorité de mes manuels/cahiers pour l’an prochain.  Je verrai, à l’été, si j’ajoute ou modifie ma sélection.

Pour le moment voici ce que j’ai choisi :

Français

Comme mon fils fera les examens pour obtenir son diplôme d’études secondaires (DES), je vais travailler la section « texte argumentatif » dans un programme québécois pour être en mesure de faire l’examen final mais le reste de l’année se fera dans un manuel européen.  je poursuivrai avec la suite de mon manuel Belge de cette année « TEXTO 4e sec. » des éditions Érasme.  J’ai vraiment apprécié les manuels de 1re et 3e sec.  Je poursuis donc la route avec la même collection.   Il n’est pas exceptionnel mais je l’aime beaucoup…  tout simplement.  Il est à mi-chemin entre un programme québécois et européen ce qui me convient très bien.

Pour le programme québécois, je possède déjà pas mal de manuels que je peux utiliser mais je pense utiliser…  je l’ignore pour le moment.

——————————————————

Mathématique

Ce n’est pas mon meilleur choix mais je vais prendre le cahier de CEC de la collection « POINT DE MIRE ».

Il semble, pour le moment en tout cas, ne pas se diriger vers les sciences éventuellement mais…  mais…   par expérience avec mes deux autres, je préfère penser qu’il changera probablement d’avis et utilisera finalement son programme fort en maths.  Je vais donc lui faire faire le programme de Sciences naturels – SN sauf si je sens, d’ici l’automne, que ce n’est pas une bonne idée pour lui.

——————————————————

Science

Ce n’est pas encore parfaitement clair dans ma tête…

J’hésite encore entre « Phénomènes » de CEC et « Observatoire 4 – version cahier » de ERPI.

J’ai utilisé «Observatoire» avec mes deux plus vieux et j’ai aidé quelques élèves avec «Phénomènes» l’an dernier…  J’hésite entre les deux…  Ils sont différents mais c’est exactement la même matière.

 

 

 

 

J’y réfléchis encore.

Finalement, pour préparer l’examen final…

Pour compléter, je vais utiliser le cahier de Lidec pour préparer l’examen à la fin de l’année.  Il a l’avantage de résumer tous les chapitres… c’est plus rapide pour réviser !

——————————————————

Histoire

Je possédais « Le Québec en deux temps » mais là, avec les nouveaux changements, je vais prendre un nouveau cahier de CEC pour ne pas avoir à m’ajuster.  Je vais probablement combiner les deux programmes afin de retrouver toutes les informations pertinentes et nécessaires.

J’ai hâte de voir les résultats de ce nouveau programme cette année…

 

——————————————————

Arts plastiques

Dans ma commission scolaire, ce cours est facile à réussir mais intense à faire.  Nous devons monter un dossier de consignation (SAÉs de la CS, projets personnels et/ou médiatiques, analyses d’œuvres, biographies d’artistes, carnet de traces, etc…) et il y a un examen à la fin de l’année.  Pas de manuels.

——————————————————

Anglais

Un autre cours que je retourne dans tous les sens dans mon esprit…

Comme je sais, par expérience avec mes deux premiers enfants, qu’on n’apprend pas l’anglais avec les manuels scolaires mais bien autrement, j’éprouve toujours un certain malaise à dénicher un manuel « potentiellement correct » pour ce cours.

Tous les programmes utilisés jusqu’à maintenant sont conçus, en réalité, pour un groupe et non pas pour un élève individuel : c’est franchement déplaisant.

Je ne sais plus quoi utiliser !   J’aimerais tellement trouver un manuel adapté pour un élève seul.

Pour le moment, je vais probablement me promener dans plusieurs cahiers d’apprentissage de l’anglais que je possède à la maison  ou utiliser des manuels qui sortent de la zone « québécoise » comme  « Move it ! » de Pearson ou encore certains programmes américains.  Dans le cas de Move it, il est simple, va à l’essentiel…  tout simplement : un peu de lecture, d’écriture, de la grammaire, de l’écoute, communication orale…  bref, il a l’avantage d’être simple.  Je vais utiliser les autres cahiers « québécois » (pour la manière de faire ) que je possède et je pense utiliser quelques sections d’un programme américain qu’une maman école-maison vient de me faire découvrir : The Good and the Beautiful high school language arts courses.

Bon…  je peux encore changer d’avis si quelqu’un parmi vous connaît un programme extraordinaire !

——————————————————

Orthographe – vocabulaire

Même si mon programme de français a une large partie sur l’étude de la langue, j’ai beaucoup apprécié l’utilisation d’un cahier BLED cette année.  Je vais donc utiliser un cahier pour solidifier quelques petites notions ici et là en orthographe.  J’ai sélectionné ceux-ci :

 

 

 

 

Ils ne sont là que pour solidifier nos acquis ou réviser quelques notions plus difficiles à assimiler.  Vous savez, ces fameuses erreurs qui semblent continuellement revenir même quand on les explique cent fois et qu’on pense les avoir assimiler.

——————————————————

Éthique et Culture religieuse

Je ne veux pas passer beaucoup de temps sur ce programme mais comme il devra faire l’examen du programme de secondaire 5, je vais probablement lui faire faire le secondaire 4 pour s’y préparer.  Pour le moment, nous n’avons eu que des mauvaises expériences avec cet examen de 5.

Je vais utiliser les cahiers de CEC « Voir autrement ».

——————————————————

Les deux dernières années du secondaire sont intenses…

Je réponds / routine


Je réponds à un courriel reçu hier :

« Dis-moi, quelle est la routine de travail de ton gars de secondaire 3.  Comment fais-tu pour le motiver à travailler à tous les jours ? »

——————————

Depuis très longtemps maintenant, j’ai presque toujours la même routine quotidienne.  J’ai un horaire un peu atypique puisque j’aide d’autres enfants en après-midi alors je débute tôt le matin.

Nous débutons dès 7:00 !  Oui… 7:00…  même pour mes adolescents.

Heureusement, j’ai la chance d’avoir des enfants qui sont raisonnables au moment d’aller au lit le soir alors ils ont une bonne nuit de sommeil derrière eux avant de débuter à 7:00.

Je débute toujours par une dictée de deux ou trois phrases que nous corrigeons ensemble et que nous analysons.  Cette dictée matinale permet de revoir la plupart des notions vues en étude de la langue et de repérer les fautes qui reviennent tout le temps.  C’est vraiment dans cette courte période que le gros de l’étude de la langue se travaille « réellement », bien plus que dans tous les exercices que nous faisons.

Par la suite, la matinée se découpe ensuite en 4 périodes de travail avec les matières en alternance :

  • Français – texte
  • Français – écriture
  • Français – étude de la langue
  • Mathématique
  • Science et technologie
  • Histoire
  • Géographie ( en secondaire 1)
  • Informatique ( logiciel WORD )
  • Arts plastiques et musique
  • ECR ( juste quelques séances mensuellement )

J’ai divisé mes périodes de travail sur 9 jours que j’alterne 20 fois dans l’année :

  • Jour 1 : Dictée, français, mathématique, histoire , anglais
  • Jour 2 : Dictée, mathématique, science, français, anglais
  • Jour 3 : Dictée, science, français, histoire, anglais
  • Jour 4 : Dictée, français, mathématique, arts plastiques, anglais
  • Jour 5 : Écriture express, mathématique, science, français, anglais
  • Jour 6 : Dictée, français, histoire, mathématique, science
  • Jour 7 : Dictée, science, français, mathématique, anglais
  • Jour 8 : Dictée, mathématique, science, arts plastiques, anglais
  • Jour 9 : Écriture express, français, mathématique, histoire, anglais

Pourquoi ne pas faire la même chose chaque jour ?  Tout simplement parce que la première période de travail, après la dictée, dure plus longtemps (1:30) au lieu d’une heure.  En alternant les matières, je peux travailler cette plus longue période dans autre chose que du français ou des maths.  De plus, mes gars aiment bien ne pas toujours commencer par « français ou maths ».

Pour ECR et informatique, je les place toujours à la dernière minute à quelque part.  J’ajoute la mémorisation ou la préparation d’un exposé oral de temps en temps aussi.  Pour mon fils de secondaire 3, je lui demande souvent de me préparer un sujet d’argumentation, un sujet que nous débattons ensuite.

Et l’après-midi ?

Naturellement, les enfants doivent travailler encore un peu en après-midi.  Au secondaire, les matières demandent plus de temps à faire.  Comme ils ont déjà fait 5 heures en matinée, je ne leur demande que quelques petites choses à compléter en après-midi :

  • Lecture obligatoire : dans notre travail en français, la lecture occupe une place vraiment importante.  Sachant cela, tu comprendras aisément que j’oblige mes adolescents à lire un roman que nous travaillons en classe.  Ils doivent donc lire  chaque jour (45-60 minutes).
  • Matières à terminer : ils ont toujours un peu de mathématique à terminer et, bien souvent, un exercice à faire dans notre petit cahier « BLED ».  Parfois, rarement, un exercice à compléter dans les autres matières (30-60 minutes).

——————————–

Comment fais-tu pour le motiver à travailler à tous les jours ?

Rien de particulier, il n’a pas le choix! ha !

Comme la routine est toujours la même depuis le tout début de son école-maison, mon fils de secondaire3 s’installe sans rechigner puisqu’il sait qu’il doit le faire.  Il peut arriver, exceptionnellement, qu’il tente de négocier une journée de congé mais, franchement, ça n’arrive qu’une ou deux fois annuellement.

Chez nous, faire la classe, n’est certainement pas une chose que l’on fait « si cela nous tente ».  On choisit la route de l’école-maison pour plusieurs raisons et la mienne n’est pas pour ne faire que la moitié du travail.  Au contraire, ma devise a toujours été :  « faire la même chose ou mieux que l’école régulière, certainement pas moins ».  On apprend tellement de choses pendant toute notre scolarité…  tellement.  On peut donner à nos enfants un réel goût pour apprendre qui va bien au-delà de simplement faire et terminer un cahier de français ! On peut faire une « vraie » différence.

Bonne journée !

 

 

 

Journal quotidien


Mon troisième arrive à la fin de son secondaire 3…  La fameuse année où je me mets à me questionner sur la pertinence de continuer à la maison ou non pour la suite.  Lui, naturellement, veut demeurer à la maison, mais est-ce sain de poursuivre ?

J’ai passé déjà deux fois par là…  deux fois où la préparation pour les évaluations pour le DES furent pénibles.  Il m’arrive de me demander si c’est réellement un parcours « acceptable » pour des adolescents.  Dans mon cas, je ne crains absolument pas la socialisation puisqu’il fait parti d’un corps de cadets et a des amis.  Par contre, ce que je crains, c’est d’imposer un rythme de travail intense pour arriver à la fin de l’année, à bout de souffle, pour faire un seul examen couvrant l’année entière dans chacune des matières.  C’est obligation de performance en une seule fois est franchement surhumaine.

Alors, comme pour mes deux plus vieux, mon éternel questionnement revient…  j’inscris mes enfants à l’école du quartier ou on poursuit la route à la maison ?

Pour celles qui me suivent depuis longtemps, vous aurez l’impression que je me répète encore et encore puisque ce questionnement s’est présenté plus d’une fois.  Vous pouvez donc mesurer à quel point ce parcours me torture encore une fois.  Il ne m’en reste que deux…  deux à passer par là…  juste deux…  Fiou…