Situation d’écriture (secondaire 1-5e)


Je suis en train de préparer mon retour après Noël… 

Nous débuterons par un retour sur le portrait et cette situation d’écriture.

Avant l’écriture :

M. Pouget avait le type du montagnard. Il était de petite taille mais trapu, solidement charpenté et musclé, fait pour le travail de la terre qui exige que l’on se baisse et que l’on soulève. Ses épaules supportaient une tête qui était dans le style du corps mais qui penchait en avant comme sous l’effet du poids de la pensée. Son tour de crâne était considérable, et il n’avait jamais trouvé chapeau à sa taille.

Cet énorme chez, assez fortement bombé à l’endroit du front, accablait le bas du visage qui restait toujours dans l’ombre et comme à l’abri de cette masse. M. Pouget était chauve, mais par côtés, sur la nuque, sur les tempes et couvrant un peu ses oreilles monumentales et très plissées, on pouvait remarquer de beaux cheveux naturellement bouclés et qui restèrent noirs jusqu’à la fin. Il portait souvent dans les derniers temps un bonnet rond en drap noir, qu’il avait fait établir par le frère tailleur après l’avoir inventé, car il était dissymétrique, et prolongé d’un pan qui recouvrait la tempe et les arcades gauches pour les protéger du contact de l’air et du froid. Et cela contribuait à lui donner l’air d’une bonne femme, ou d’un explorateur des régions polaires. Avec cette sorte de toque, avec son foulard noir lié au cou en un tour de main, ses lunettes munies également sur leurs côtés de bouts de toile noire, il aurait pu paraître étrange et sévère si un bon sourire d’accueil et de gaîté n’était venu déranger tout ce grave appareil. Il n’avait guère la tournure propre aux ecclésiastes, et sa soutane gardait toujours l’aspect d’un vêtement de labeur : je crois qu’il n’a coiffé la barrette que sur son lit de mort. M. Pouget s’était-il jamais regardé? Un jour de confidence, on l’avait entendu dire : « je ne suis pas beau ; mon nez est de travers (et c’était vrai), mais ma tête n’est pas mal. Après tout, le crâne, ça contient les organes de la connaissance.»

JEAN GUITTON. Morceaux choisis.

Situation d’écriture :

Tu imagines que tu te places devant un miroir et que tu portes sur ton visage un jugement sans complaisance, mais qui se termine tout de même favorablement.

Si cela vous intéresse, voici ma feuille de travail :

Situation d’écriture_Portrait de M.Pouget_janvier

*** source : «Vers la composition française 6e 5e »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s