Situation d’écriture


Depuis hier, je cherchais un sujet d’écriture qui ne prendrait pas trop de temps, qui exprimerait son point de vue et qui ferait sourire un brin.  J’ai pensé à celle-ci :

On répète souvent que « l’herbe est toujours plus verte dans le jardin de ton voisin » . 

Pour ou contre cette affirmation ?  Explique ton point de vue clairement.

Publicités

Situation d’écriture


Cette semaine…   pour faire un peu changement dans la vie de mon grand de secondaire 4.

Dans son programme de français, nous travaillons les textes « argumentatifs » mais je voulais lui faire plaisir… j’ai donc choisi un sujet «d’invention » à la place.

Le romancier Wells a inventé une « machine à explorer le temps »  une cabine, on entre dedans, et cela vous transporte à l’époque et au lieu de votre choix : chez les Indiens du temps de Colomb, à Rome du temps de l’empereur Auguste, dans les cavernes de la préhistoire…  etc.  Prenez la « machine à explorer le temps » et offrez-vous un voyage dans le passé.  Mais dites-nous ce que vous avez vu, et vos émotions.

L.Geslin, Méthode de composition française, 1961

Si cela vous intéresse :

sujet_la machine à explorer le temps

Situation d’écriture du jour


Tout le monde écrit ce matin…  tout le monde sur le même sujet.

 

Sujet :

Tu dois écrire un texte pour exprimer ton opinion à propos de l’hiver.  Tu dois préciser ce que tu ressens ( émotions, sentiments ) face à cette saison.

 

Si cela vous intéresse :

composition_janvier_opinion hiver

Situation d’écriture express


Erreur sur la personne.

La boîte de crayons de couleurs a été volée en classe.  Les apparences sont contre Thomas, mais c’est Justin le coupable.  Quelle est d’abord l’attitude des deux garçons?  Que se passe-t-il pour que Justin, le lendemain, vienne se dénoncer publiquement lui-même?

 

Si cela vous intéresse :

Sujet de composition_erreur sur la personne

Situation d’écriture du jour…


On termine la semaine en écriture…  Comme notre semaine fut assez chaotique, je ne veux rien de complexe ce matin.

 

Voici les sujets d’écriture : 

Secondaire 4 – 2nde

De toutes les conversations, on discute sur les avantages et les inconvénients d’une saison à l’autre.  Il faut vider une bonne fois la querelle : Félix n’aime que l’été et ne cesse de maugréer contre l’hiver.  Olivier n’aime que l’hiver, en particulier l’hiver canadien, qui lui paraît le roi des hivers. Voilà une discussion qui ne manquera pas d’intérêt.

sujet de composition_hiver

*** pas de contraintes… libre.

 

6e année – 6e

Aimes-tu les jours de neige?  Que la réponse soit oui ou non, analyse les raisons qui justifient ta réponse.

composition_ janvier_ neige

*** Je m’attends à voir plusieurs raisons… donc plusieurs phrases seront nécessaires! 😉

 

4e année – CM1

Un enfant s’amuse dans la neige.

composition_janvier_hiver

***  un paragraphe seulement de 5-6 phrases.

Situation d’écriture


Voici la situation d’écriture « express » de mon fils-2 ce matin… Je l’adore!

Sujet

Tu es installé devant ta fenêtre et tu rêves…  Tu songes au passé et, de là, à l’avenir proche ou lointain.  Tu t’interroges et tu imagines ce que cet avenir te réserve.  Essaie de communiquer le ton de ta rêverie : doute ou bien confiance, désenchantement ou allégresse, selon ton humeur habituelle.

 

Si cela vous intéresse, voici ma feuille de travail :

Écriture express

Productions écrites


En parallèle avec la publication précédente, voici des documents qui peuvent servir de base pour plusieurs mamans qui m’écrivent et qui semblent souvent un peu perdues dans la manière d’enseigner une démarche claire en situation d’écriture.

Ce sont des documents qui proposent deux-trois exemples par niveau et la démarche est suffisamment claire pour guider :

Ce ne sont que quelques exemples…  mais plusieurs sont pertinents!  Au fond, un outil de plus pour mieux nous « outiller » dans l’accompagnement de nos enfants!

Un hiver en Norvège ( extrait)


Voici la lecture et le travail que je propose à mon fils-2 demain :

L’hiver de 1799 à 1800 fut un des plus rudes dont le souvenir ait été gardé par les Européens ;

La mer de Norvège se prit entièrement dans les fjords, où la violence du ressac l’empêche ordinairement de geler. Un vent dont les effets ressemblaient à ceux du levantis espagnol, avait balayé la glace du Stromfjord en repoussant les neiges vers le fond du golfe.  Depuis longtemps il n’avait pas été permis aux gens de Jarvis de voir en hiver le vaste miroir des eaux réfléchissant les couleurs du ciel, spectacle curieux au sein de ces montagnes dont tous les accidents étaient nivelés sous les couches successives de la neige, et où les plus vives arêtes comme les vallons les plus creux ne formaient que de faibles plis dans l’immense tunique jetée par la nature sur ce paysage, alors tristement éclatant et monotone. Les longues nappes de la Sieg, subitement glacées, décrivaient une énorme arcade sous laquelle les habitants auraient pu passer à l’abri des tourbillons, si quelques-uns d’entre eux eussent été assez hardis pour s’aventurer dans le pays.

Mais les dangers de la moindre course retenaient au logis les plus intrépides chasseurs qui craignaient de ne plus reconnaître sous la neige les étroits passages pratiqués au bord des précipices, des crevasses ou des versants. Aussi nulle créature n’animait-elle ce désert blanc où régnait la bise du pôle, seule voix qui résonnât en de rares moments.

Le ciel, presque toujours grisâtre, donnait au lac les teintes de l’acier bruni. peut-être un vieil eider traversait-il parfois impunément l’espace à l’aide du chaud duvet sous lequel glissent les songes des riches, qui ne savent par combien de dangers cette plume s’achète ; mais, semblable au Bédouin qui sillonne seul les sables de l’Afrique, l’oiseau n’était ni vu ni entendu ; l’atmosphère engourdie, privée de ses communications électriques, ne répétait ni le sifflement de ses ailes, ni ses joyeux cris.

Quel oeil assez vif eût d’ailleurs pu soutenir l’éclat de ce précipice garni de cristaux étincelants, et les rigides reflets des neiges à peine irisées à leurs sommets par les rayons d’un pâle soleil, qui, par moments, apparaissait comme un moribond jaloux d’attester sa vie ? Souvent, lorsque des amas de nuées grises, chassées par escadrons à travers les montagnes et les sapins, cachaient le ciel sous de triples voiles, la terre, à défaut de lueurs célestes, s’éclairait par elle-même.

Là donc se rencontraient toutes les majestés du froid éternellement assis sur le pôle, et dont le principal caractère est le royal silence au sein duquel vivent les monarques absolus.

Séraphîta, Honoré de Balzac

Étude du texte :

Nous travaillons l’idée principale et les idées secondaire de cet extrait. ( idée principale au premier paragraphe, 4 idées secondaires, le dernier paragraphe dégage l’impression générale )

On trace le plan de ce texte ( introduction, développement et conclusion )

Exercice d’écriture :

Le plus beau paysage d’hiver.

Sous la forme d’une lettre à un ami, fais le tableau d’un paysage d’hiver qui montre toutes les beautés que peut revêtir cette saison ( neige, dentelles de givre, lumière du soleil, le crissement de la neige sous les pas, etc. )

Pour télécharger cet extrait :

Un hiver en Norvège

L’hiver au village ( extrait )


La première neige floconna : les vergers, les toits de feurre et de tuiles sombrèrent dans un silence blanc. L’intimité alors se retira au cœur des maisons, une quiète vie feutrée de silence et d’attente près des bêtes domestiques.

L’horloge, au chaud des âtres, scanda les heures actives, le rythme des mains tressant l’osier, les molles et muettes détentes de la veillée au feu des crassets. Tout le hameau, derrière les vitres, façonnait des bannes, des paniers à égoutter le fromage et de délicates corbeilles.

On entendait au fond des étables le ruminement pesant des vaches, le barbotement des porcs dans l’auge; et les routes étaient vides, il n’y avait point d’autre bruit. Toute attache sembla coupée avec le monde du dehors.

Cependant au matin un clapotement de sabots d’enfants traînait, filles et garçons en petites bandes, le nez bleu et les mains dans les moufles. C’était la classe du cordonnier Jean.La petite école finissait à midi.  Alors, comme au matin, les sabots se remettaient à battre le long des haies(…)

Quand nous rentrions, la pomme de terre fumait sur la table.  Il y avait le père et trois de ses fils, assis autour de l’âtre, sur des escabeaux bas, avec les outils et les osiers frais.  Ils ne s’interrompaient de remuer les mains que pour manger et ensuite travaillaient jusqu’au soir.

Dans le taciturne hiver de la maison, l’horloge battait d’un pouls lent, la lampe s’allumait, le chaudron cuisait à la crémaillère.

Camille Lemonnier, Au coeur frais de la forêt

Notre travail sur ce texte :

  • Chercher les détails réalistes
  • Relever  les verbes d’action
  • Relever les métaphores
  • Quel est le rôle de l’horloge dans ce tableau?  Pourquoi.
  • Montrer que l’énumération des actions suit l’ordre du temps.

Exercice d’imitation :

Utiliser un des tableaux suivants et écrire en suivant un ordre chronologique.

  • Une journée d’hiver à la campagne, bloquée par le mauvais temps.
  • Le rythme d’une journée pendant une tempête de neige.
  • Une journée de repos « obligatoire » en hiver ( rhume, grippe ).
  • La vie au coin du feu après une longue sortie à l’extérieur en hiver.

 

Si vous voulez télécharger ce court extrait :

L’hiver au village

Si vous avez envie de lire le texte en entier : cliquer ici