Dictées non préparées du jour


Une dictée surprise ce matin…

J’aime surprendre les enfants par une petite dictée surprise sur une dès règles apprises durant la semaine, ou encore, une révision d’une règle encore fragile.

Elle est plus courte que la dictée préparée.

Mon fils de 4e année – CM1

Verbe avoir au conditionnel présent.

Si nous étions cultivateurs, j’aurais des chevaux, tu aurais un tracteur, Léon aurait des bœufs, nous aurions des champs et des prairies, vous auriez un troupeau de moutons, Jules et Paul auraient des troupeaux de vaches. Jean, si tu étais jardinier, aurais-tu des choux dans ton jardin?

Mon fils de 6e année – 6e

participe passé avec être 

Si vous êtes restés dans l’ignorance, mes amis, c’est parce que votre attention n’a pas été assez soutenue : les difficultés ne sont vaincues que par le travail, et la couronne n’est donnée qu’à la persévérance.

 

Mon fils de secondaire 4 – 2nde

****  courte dictée facile ce matin…  je veux que ce soit rapide, même pour lui!

La journée était charmante, plus qu’aucune qu’il y eût encore eu cette année-là.  C’était un de ces jours printaniers où la nature généreuse se dépense tout entière; la création semble n’avoir d’autre but que de se donner une fête et de faire son bonheur.

Sous toutes les rumeurs de la forêt comme du village, de la vague comme de l’atmosphère, il y avait un roucoulement.  Les papillons nouveau-nés se posaient sur les premières roses.  Tout était neuf dans les campagnes: les herbes, les mousses, les feuilles, les parfums, les rayons.  On eût dit que le soleil n’avait jamais servi; les cailloux étaient lavés de frais.

V.Hugo

 

Dictée préparée


Voici nos dictées préparées de la semaine :

4e année-cm1

Dans ma famille je vois : des parents, un époux, une épouse, des enfants, des gendres, des brus,  des grands-mères, des grands-pères, des petits-enfants, des oncles, des tantes, des nièces, des neveux, des cousins, des cousines, des pères, des mères, des enfants, des fils, des filles, des frères et des soeurs.

 *** vieux manuel de dictées graduées.

6e année- 6e

Le père, la mère, les frères et les soeurs composent une famille. Tous s’aiment et travaillent: les uns se rendent à l’atelier, les autres secondent le père qui laboure les champs; les soeurs sont auprès de leur mère et les plus jeunes ne manquent jamais l’école. A midi, tout le monde se groupe autour de la table commune. Après un peu de repos, chacun retourne à son travail. Le soir, on rentre au logis; on est heureux de se revoir après avoir bien travaillé, de prendre en commun le repas du soir et de veiller autour du foyer domestique. Si quelqu’un souffre, on le soigne, on le console; s’il a mérité un reproche, on l’engage à se corriger, et on l’encourage à mieux faire: si un membre apporte la joie au foyer, tous la partagent et le félicitent. Heureuse famille!

*** vieux manuel de dictées graduées.

Secondaire 4- 2nde

Une goutte de rosée sur une feuille est, à mes yeux, l’emblème de la vie humaine. Voyez : point de repos, même au moment où les zéphyrs se taisent ; quand le vent souffle un peu, elle frissonne, elle flotte à faire trembler ; imprime-t-il le plus léger mouvement à la feuille, elle tombe. Ainsi fait la vie sous le souffle des passions. Lorsque le calme est parfait, et que les rayons du soleil viennent semer les champs de milliers d’émeraudes, la feuille humide sèche d’abord, et la goutte de rosée diminue et finit par disparaître. Le soleil, image de la divine essence, l’attire à lui, et nous apprend par là que notre vie aussi, même la plus longue, doit un jour remonter vers la source éternelle d’où elle émane. Et cette image, qui me frappe tous les matins, me remplit de pensées douces et salutaires toute la journée ; elle élève mon âme vers celui qui l’a créée, m’aide à surmonter les troubles de la vie, et me donne de consolantes espérances en me faisant rêver au ciel.

D’après BONVALOT.

 

Si cela vous intéresse :

dictées préparées _ mars 2e semaine

Dictées préparées de la semaine


Je propose toujours ma dictée préparée chaque semaine…

Chaque enfant reçoit, en début de semaine, sa dictée à préparer.  Je prends du temps, chaque jour, pour la travailler avec eux ( les deux plus jeunes seulement ).

Voici ma démarche :

1-  Première lecture de la dictée :  Chacun lit sa dictée et repère déjà les mots qu’il ne connaît pas ou dont le sens est incertain.

2-  On souligne chacun des verbes, on justifie à quel temps et modes et on repère le sujet de chacun.  On indique par quel pronom on peut le remplacer.

3-  On surligne tous les groupes nominaux.  On indique son genre et son nombre.

4-  On repère les adjectifs qualificatifs ou attributs, les participes passés… et on justifie leurs accords.

5-  On observe la ponctuation et les compléments.

 

C’est, effectivement, un travail minutieux et très long…   mais en fait, quand on y pense, c’est de réviser plusieurs des notions vues en étude de la langue au fil du temps.

Voici donc nos dictées cette semaine :

6e année

 

Un vénérable vieillard, dont les joues vermeilles formaient un beau contraste avec ses cheveux blancs, célébrait pour la quatre-vingtième fois son jour de naissance. Ses enfants rassemblés autour de lui, faisaient des vœux pour son bonheur et baisaient ses mains avec émotion, en versant des larmes de joie.  Ses petits-fils lui présentèrent une couronne de roses et de lis, image de la fraîcheur de son visage et de sa blanche chevelure.

Le grand-père leur dit: « Cette couronne de roses et de lis est très belle et me plaît beaucoup ; mais la plus belle couronne des parents et des grands-pères, c’est d’avoir des enfants et des petits-enfants qui ressemblent à la rose par leur beauté et au lis par leur candeur et leur innocence.  Je veux donc faire peindre cette couronne de fleurs et placer au milieu, en lettres d’or, ces mots qui doivent rester gravés dans vos cœurs : « Montrons toujours dans nos désirs la pureté du lis et nos fronts brilleront de la beauté des roses.

« Dictées graduées et raisonnées » 1893

4e année – CM1

Une belle rose triomphe à la pointe de la branche du rosier.  Qu’elle est belle!  François l’admire et, se haussant sur la pointe des pieds, il saisit la tige pour cueillir la belle rose.  Mais les épines piquent les doigts de François jusqu’au sang.

« Veux-tu bien me lâcher, dit la rose.  Une belle rose comme moi n’est pas pour un vilain garçon comme toi! »

François pleurniche en regardant ses doigts en sang.  Puis, furieux, il saisit une poignée de sable et la lance de toutes ses forces contre la rose.  Les pétales voltigent et tombent à terre.  Il n’y a plus dans le jardin qu’un garçon furieux devant une tige de rosier dépouillée de sa rose et hérissée d’épines.

« Dictées graduées et raisonnées » 1893

 

Secondaire 4

Du sein de l’océan s’élèvent incessamment dans l’atmosphère des fleuves qui vont couler dans les deux Mondes. Dieu ordonne aux vents de les répandre indistinctement et sur les îles et sur les continents: ces invisibles enfants de l’air les transportent sous mille formes diverses: tantôt ils les étendent gracieusement dans le ciel comme des voiles d’or et des pavillons de soie; tantôt ils les roulent bizarrement en forme d’horribles dragons et de lions rugissants qui vomissent violemment les feux du tonnerre; ils les versent abondamment sur les montagnes en rosées, en pluies, en torrents impétueux. Quelque bizarres que paraissent généralement leurs services, chaque partie de la terre en reçoit annuellement sa portion d’eau, et en éprouve avantageusement l’influence. Chemin faisant, ils déploient capricieusement sur les plaines liquides de la mer la variété de leurs caractères: les uns rident légèrement la surface des flots; les autres les roulent obstinément en ondes d’azur; ceux-ci les bouleversent bruyamment, et couvrent d’écume les plus hauts promontoires.
D’après AIMÉ MARTIN.

Si vous désirez imprimer l’une de ces dictées :

dictées_ mars semaine 1

Dictées préparées


Voici nos prochaines dictées préparées.  Lorsqu’ils sont prêts, je donne la dictée.  

Fils-3 – 6e

Je me suis gâtée…  hihihihi  j’ai sélectionné de vieux textes pour accompagner nos discussions sur la vie à la campagne dans un temps plus reculé.

Le vrai bonheur

Un soir, un voisin rencontra le vieux fermier qui revenait de son champ : « La récolte est belle, lui-dit-il, le bon Dieu vous gâte.»

Oui, répondit le vieillard de sa voix émue, le bon Dieu est bon. Je lui ai demandé de la santé : eh bien, il y a quatre-vingt-dix ans que j’en dépense et j’en ai encore tout plein.  Je lui ai demandé une femme forte et aimante ; il m’a donné une compagne qui m’a aimé et qui a travaillé ferme à mes côté pendant soixante-deux ans.  //  Je lui ai demandé de nombreux enfants : il m’en a donné une douzaine et demie, et pas un ne m’a fait de la peine et n’a dérogé.  Je lui ai demandé chaque matin le pain quotidien que j’aurais bien gagné : il y a ajouté le bonheur et l’instruction pour mes fils.  Je le bénis.  Jeune homme, ajouta-t-il, aimez la terre qui nourrit et travaillez fort!  Il n’y a rien de bon comme du bon pain gagné! »

Silhouettes paroissiales de L. Lalande.

 

Mon fils-4 – CM1- 4e année

Mon fils m’a demandé plusieurs informations sur le métier de menuisier…  j’en profite pour lui donner cette courte dictée à préparer.

Le bon menuisier

Le bon menuisier est fier de ses outils; il les aime et les conserve avec un soin jaloux.  Il sait les faire servir sans les forcer; on dirait que les outils connaissent leur maître car ils obéissent à ses moindres désirs.  Cet homme n’est heureux que dans son atelier; de plus, il multiplie les bienfaits autour de lui.

 

Fils-2 – secondaire 4-2nde

L’intelligence humaine est sans cesse à la recherche de la vérité; chaque fois que nous la faisons servir contre la vérité, nous la profanons, nous la déshonorons.

Le mensonge est peut-être la pire des lâchetés morales, c’est un des vices les plus affreux et les plus malfaisants.  Essayez d’imaginer une société, petite ou grande, ne fût-elle que de deux personnes, où chacun mentirait, mentirait sans cesse en paroles ou en actions : il n’y aurait plus de confiance possible, plus de vie en commun possible.  Au contraire, une société où chacun aurait pour la vérité un respect sans limites et mettrait son honneur à ne jamais mentir serait un vrai paradis.

« Cours de dictées françaises» Collection Grevisse

Dictées préparées


Voici nos dictées de la semaine prochaine.

4e année – CM1

La neige légère tombe lentement.  Le froid est rigoureux.  Heureux, les enfants collent leur nez contre la vitre glacée des fenêtres.  Demain, ils joueront dans la neige molle, ils glisseront sur la pente voisine, ils patineront sur la surface durcie de l’étang.

6e année – 6e

La même que cette semaine… pas encore prêt m’a-t-il dit!

À l’œuvre. – Ils sont là, quinze à vingt lurons, tels des nains qui rôdent autour des géants de la forêt.  En un clin d’œil, le mouvement des haches se déclenche.  Les haches avides mordent dans la chair blanche des épinettes; elles font voler au visage, avec les copeaux, l’odeur de résine et du bois franc.  Le bruit des haches n’est coupé que par un autre, le craquement sinistre, suivi de la chute des géants qui creusent dans la neige de longues tranchées noires. /  Dans la forêt sonore, les arbres tombent aussi drus qu’aux jours de grands ouragans.  Les haches vont toujours; leurs victimes se multiplient d’une façon étonnante.  Et ce sera ainsi du matin jusqu’au midi, du midi jusqu’au soir, jusqu’à la tombée de la nuit.  Écrasés de fatigue, la hache sur l’épaule, les bûcherons rentreront alors au camp où ils trouveront une douce chaleur et un repas copieux.

« Au cap Blomidon » Alonié de Lestres

Secondaire 4 – 2nde

Il ne parait pas inutile de signaler succinctement l’importance de la bonne humeur.  Quoiqu’il semble léger, le devoir d’être constamment de bonne humeur est très sérieux, surtout dans la famille.  Ne parlons pas des personnes qu’une bonne éducation n’a pas formées et qui, jugeant qu’on n’a pas à se gêner dans la famille, y sont à l’envi bourrues, désagréables, voire grossières.  Il est des familles, même distinguées, dont les membres se sont toujours plu à se soutenir mutuellement et se sont toujours rappelé les règles de la solidarité et du sacrifice, et où cependant l’atmosphère ordinaire manque vraiment de sérénité.  On y évite peut-être les différends et les disputes, plaît aux autres, et on ne s’aperçoit pas toujours qu’on dit des choses désagréables sinon blessantes.  Il semble qu’on ait réservé l’aménité et la grâce pour les indifférents, et pourtant le langage affectueux et aimable détonnerait-il dans les relations quotidiennes entre membres d’une même famille?

« Cours de Dictées françaises », Maurice Grévisse

hahaha…  elle me plaît cette dictée.  Mon fils-2 a levé les yeux dans les airs quand il l’a lue tout à l’heure.  Pas facile cette dictée « moyenne » selon Grévisse.  J’y repère pourtant plusieurs difficultés!!!!

Nos dictées préparées


Voici les dictées à préparer pour les prochains jours.

La règle?  Chaque enfant prépare sa dictée et je la donne lorsqu’il se sent prêt.  

6e année :

À l’œuvre. – Ils sont là, quinze à vingt lurons, tels des nains qui rôdent autour des géants de la forêt.  En un clin d’œil, le mouvement des haches se déclenche.  Les haches avides mordent dans la chair blanche des épinettes; elles font voler au visage, avec les copeaux, l’odeur de résine et du bois franc.  Le bruit des haches n’est coupé que par un autre, le craquement sinistre, suivi de la chute des géants qui creusent dans la neige de longues tranchées noires. /  Dans la forêt sonore, les arbres tombent aussi drus qu’aux jours de grands ouragans.  Les haches vont toujours; leurs victimes se multiplient d’une façon étonnante.  Et ce sera ainsi du matin jusqu’au midi, du midi jusqu’au soir, jusqu’à la tombée de la nuit.  Écrasés de fatigue, la hache sur l’épaule, les bûcherons rentreront alors au camp où ils trouveront une douce chaleur et un repas copieux.

« Au cap Blomidon » Alonié de Lestres

***  Je la donne en deux sections de travail

Secondaire 4 :

Le travail est, au témoignage de la saine psychologie, le véritable ami, le vrai consolateur, celui qui relève l’homme de toutes ses défaillances, qui le purifie et l’ennoblit, qui le sauve des tentations vulgaires, qui l’aide le plus efficacement à porter le faix des longues heures et des jours tristes, celui à qui cèdent, pour quelques moments, les grandes douleurs même, quelque profondes qu’elles puissent être.  Le travail, dès qu’il vainc les premiers ennuis et les premiers dégoûts, est, par lui-même et sans en estimer les résultats, un plaisir, et des plus vifs.  Ce serait en méconnaître les douceurs et calomnier étrangement ce maître de la vie humaine que de le traiter comme l’ont fait les pessimistes, qui se sont persuadés que le travail est un ennemi.

Lorsque, sous notre main, ou dans notre pensée, notre oeuvre croît, quelle qu’en soit la nature, la joie que nous nous sommes procurée d’avoir créé en dehors de nous une chose que nous dirigeons, que nous avons marquée de notre empreinte, ne rachète-t-elle pas toutes les peines qu’elle a coûtées, les sueurs qu’ont versées les laboureurs sur les sillons, les angoisses qu’ont éprouvées les artistes soucieux de la perfection, les découragements auxquels se sont laissés aller les les poètes, les hésitations parfois si pénibles des penseurs?  Le travail a été le plus fort, l’oeuvre vit, elle a tout racheté d’un sel coup.

D’après Caro

***  Je donne aussi en deux parties.

4e année – Cm1

À minuit. – L’air est tranquille, aucun bruit ne trouble le silence de la nuit.  La lune éclaire le chemin de sa pâle lumière.  Un voiturier attardé pense au logis encore éloigné et il presse ses chevaux.

******************************************

Vraiment, la dictée préparée est encore meilleure que les dictées quotidiennes pour le travail en « étude de la langue ».  Elles me donnent l’occasion de revoir plusieurs notions.  Les enfants se sentent en confiance lorsque vient le temps de faire la dictée et les dictées parfaites, pratiquement à chaque fois d’ailleurs, donnent un élan de fierté dans notre classe-maison.

Elles sont là pour rester!

Mes dictées de la semaine ( semaine 15 )


Mon fils de secondaire 3

Règle de la semaine : L’accord des verbes dont le sujet est un nom collectif ( pas toujours simple cette règle!)

Dictée :

Versailles, c’est plus qu’un château avec de magnifiques jardins. C’est le cœur de la France, la façade orgueilleuse du règne de Louis XIV chargée d’éblouir le peuple français et l’Europe tout entière. Tant de beauté, tant de luxe, tant d’or dépensé contribuent à la politique des grandeurs du Roi-Soleil. 

Versailles, c’est aussi une machine gigantesque, une fourmilière de vaillants ouvriers. D’abord, une armée de serviteurs s’occupent des basses besognes : jardiniers, femmes de chambre, cuisiniers, etc. Ils ne sont pas moins de dix mille travailleurs et travailleuses à se lever tôt le matin pour faire tourner l’immense mécanique royale. Puis, au rang suivant, on trouve une foule de fonctionnaires, petits et grands commis de l’État, faisant le pont entre Paris, qui demeure la capitale en titre, et Versailles, où se situe le pouvoir réel. Enfin, voguant sur cette marée humaine, le groupe privilégié des nobles de tout poil se pressent autour du roi, assistent à son lever, le regardent manger, quêtent une audience, jouent des coudes à son passage afin de recueillir les miettes d’un regard, patientent des heures et des heures selon le bon plaisir de Louis le Grand. Ils sont à peu près quatre mille comtes, barons, ducs, marquis, tous poudrés, fardés, parfumés, emperruqués, endimanchés tous les matins, tous les jours, à longueur d’année. Ils représentent autant de joyaux qui rehaussent le prestige et l’autorité du monarque absolu.

Mon fils de 5e année

Règle de la semaine : Les verbes qui se terminent par « oir »  ou « oire » ainsi que les noms ( oire )

Dictées :

Jour 1 : Il ne faut pas croire n’importe quoi.  Il faut savoir réfléchir et percevoir la vérité.

Jour 2 : Il veut nous faire croire que le père Noël utilise la cheminée comme glissoire le soir de Noël.

Jour 3 : Il faut prévoir beaucoup de temps pour bien mémoriser cette histoire sur la préhistoire.

Jour 4 :  Il doit boire un grand verre de jus de poires avant son départ pour la patinoire.

Mon fils de 3e année

Règle de la semaine : Devant m, p et b on place un « m » sauf quelques mots comme bonbon, néanmoins, etc.

Jour 1: Je me promène à la campagne et je mange une pomme que je viens de cueillir.

Jour 2 :  Est-ce impoli de vous demander combien coûte cette ampoule?

Jour 3 : Je mange du jambon, des concombres et des bonbons.

Jour 4 :  « Pour mes huit ans, je voudrais un tambour en bois,  mais aussi un camion de pompier » dit le bambin.

Étude de la langue pour la semaine 8


Fils 2

On révise tout simplement…

Cette semaine : Les classes de mots : le nom, le déterminant, l’adjectif et les noms composés

____________________

Fils 3

De la révision…  encore…  et oui…  Je veux solidifier plusieurs choses en mémorisant!!!  Ce sera donc une grosse semaine pour lui!

On travaille : 

  • Le féminin des noms…   tous…  donc féminin des noms en er, eau, x, et, el, en, on
  • Le pluriel des noms…  tous… donc le pluriel des noms en ail, eu, ou, al
  • Les déterminants

On mémorise tout ça cette semaine !

  • pluriel en ou  ( Viens mon chou, mon bijou, mon joujou, sur mes genoux, et jette des cailloux à ce hibou plein de poux ! )
  • pluriel en ail ( « abaco soutra vanviem »  )
  • pluriel en eu :  ( Dans les océans bleus, les émeus essayent d’attraper des lieus mais ne pêchent que des pneus ! ) ***lieus ici est un poisson pas un endroit!
  • pluriel en al : bal, carnaval, chacal, festival, régal

Voici mes petits cartons à imprimer : les exceptions des noms

Les pronoms et adjectifs possessifs

Les pronoms relatifs

***  J’ajoute une synthèse des verbes au présent : S1 LE PRESENT de l’indicatif

____________________ 

Fils 4

Les mots qui questionnent : Où?  quand?  Comment?  Pourquoi?  Qui?  Quoi?  Est-ce que?  Qu’est-ce qui ou qui est-ce qui?

Grammaire : reconnaître les différents groupes du nom : déterminant + nom, déterminant + adjectif + nom, etc.  Je veux qu’il soit en mesure de tous les trouver dès la première lecture!!!!

Verbe :  On conjugue différents verbes en -er au présent ( on conjugue… on conjugue…  il faut que ce soit solide! )  J’ajoute la synthèse proposée par Travailler autrement en grammaire : S3 LE PRESENT DES VERBES EN ER

En étude de la langue – semaine 7


Je trouve toujours que cette section est lourde à travailler en classe…  Dieu que la langue française est complexe à enseigner à l’écrit!  On y met beaucoup de temps…  beaucoup…

Cette semaine :

Fils-2 :

Mon fils-2 fait un retour sur les classes de mots, fonctions syntaxiques et différentes révisions sur les accords (participe passé, adjectifs, les accords des fameux mots comme possible, même, etc… )

Dictée de la semaine :

La fille non plus ne dit rien…  elle réfléchissait…  l’idée lui paraissait intéressante.  Son ancien métier de gardienne de la terre lui avait donné de grandes satisfactions en flattant son amour-propre et l’Amour avec un grand A n’était pas non plus à négliger.  Cependant…  il y avait cet exil et cette séparation bien difficiles à pardonner, et même si dans le fond il était assez flatteur que le vieux bonhomme vert n’ait pas cherché à la remplacer, ne valait-il pas mieux pour l’heure montrer son mécontentement?  La fille se tourna vers son interlocuteur d’un air courroucé.  Mais le vieux bonhomme vert avait disparu.  Elle entendit un grand bruite à ses pieds.  Elle se pencha et vit la mer qui se retirait du Cap.  le vieux bonhomme vert l’avait libérée sans même attendre une réponse à sa proposition!

«La Cormorandière » les contes du Chalin, 1984

____________________

Fils- 3 :

Grammaire : On redécouvre le nom : nom commun, nom propre et le groupe nominal.  Ce sont des choses connues…  on révise simplement les notions des années précédentes.

Conjugaison :On conjugue plusieurs verbes au présent, à l’imparfait et au futur simple cette semaine.  Je vais choisir 3-4 verbes chaque jour!

On revient sur « temps simple et temps composé »

***  je vais passer beaucoup de temps sur la conjugaison dans les prochaines semaines… beaucoup…

Orthographe : Je débute une révision de tous les homophones.  Cette semaine : a et à

.

Mes dictées d’une courte phrase pour cette semaine : 

J1 : Le nom et le déterminant composent un groupe nominal.

J2 :  Il partit comme un trait; mais les élans qu’il fit furent vains : la Tortue arriva la première.

J3 : Compère renard suivait un chemin enneigé.  Soudain, il entendit le bruit des roues d’une charrette sur le sol durci.

J4 : Le lièvre a du temps pour brouter, dormir et pour écouter le vent.

.

____________________

Fils-4 :

Grammaire : On revoit rapidement le genre et le nombre des noms et adjectifs ( règles générales )

Conjugaison : on mémorise…  on écrit… on conjugue…  verbe être, avoir, aimer (-er ) au présent ( et tous les verbes en -er)

Orthographe :  On classe des mots  : X + consonne ( expérience ), X + voyelle ( examen ), in ou im, ain, ein

Vocabulaire : Le fameux dictionnaire…  il a encore de la difficulté à bien s’en servir!

.

Mes dictées d’une courte phrase pour cette semaine : 

J1 : Les vaches quittent la prairie en silence.

J2 : En décembre, nous préparons des cadeaux pour toute la famille.

J3 : Le chat passe le bout de son nez par la fenêtre.

J4 : À peine est-il dans la forêt qu’il tire sur un lièvre.