Séquence de travail – fable (semaine 2)


On poursuit pour une deuxième, et dernière, semaine.  Nous aurons exploré tout ce que je désirais voir avec lui dans cette section de travail.


Voici notre deuxième semaine de travail


Jour 1

Lecture de deux fables de Michel Piquemal : Les maçons et Les trois tamis

Il recopie une des deux fables et retrouve (pour une dernière fois cette semaine) le schéma narratif de cette fable.


Jour 2

Lecture : «Le petit poisson et le pêcheur»

Travail sur cette fable :

  1. Quel sens donne-t-on habituellement aux deux premiers vers qui sont devenus proverbiaux (proverbe)?  Que veut nous montrer ici La Fontaine ?
  2. Pourquoi le avoir choisi un «carpeau»?
  3. Explique le mot «gibecière» à l’aide de l’étymologie.
  4. Quel est la plaisanterie contenue dans le vers 11 ?
  5. Donne les deux arguments que présente le carpillon au pêcheur dans les vers 12-19.  Mérite-t-il le nom de «prêcheur» qui lui est donné au vers 21 ? Pourquoi ?
  6. Explique la morale de cette fable en justifiant l’emploi de «tiens».
  7. Narration : illustre le vers 24 par un exemple personnel.

Source de ces questions : Français 5e, collection Lagarde et Michard.


Jour 3

Lecture : L’homme et la couleuvre

Travail sur la fable : Partie argumentative d’une fable.

  1. La couleuvre utilise une argumentation pleine de bon sens et de fermeté.  Que pense-t-elle de la justice de l’homme ?
  2. La vache est l’objet de la plus noire ingratitude.  Quel est son raisonnement ?
  3. L’arbre divise son argumentation en deux points : résume-les.

Jour 4

Situation d’écriture : Je lui donne la possibilité de choisir entre :

Sujet 1 : Imagine une fable qui illustre une morale de ton choix.  Mets en scène des animaux personnifiant des humains.  Tu as le choix d’écrire ta fable en prose ou en vers, un texte rimé ou non et une morale au début ou à la fin du texte.

Sujet 2 : Choisis une fable que tu apprécies particulièrement et transpose-la au 21e siècle.

Sujet 3 :  « Il y a longtemps que les fables ne nous intéressent plus pour leur moralité. N’importe quel enfant le dira : le plaisir, c’est l’histoire, et peu importe la leçon! ». Pourrait-on apprécier une fable sans morale?


Jour 5

Petit bilan : je lui demande de m’écrire quelque chose…  une fable qu’il a apprécié et pourquoi ou encore ce qu’il a retenu de cette section de travail.

et

Il doit illustrer sa fable écrite le jours 4 (projet d’art)


Lectures supplémentaires pour la semaine

Fables à lire cette semaine :

et d’autres s’il le désire!


On pourrait explorer bien plus attentivement la fable…

Au-delà du travail proposé,  nous avons aussi revisité :

  1. Le sens du mot «morale»
  2. Quel type de narrateur?
  3. Le discours direct et indirect.
  4. Différence entre fable en prose et en vers
  5. La versification d’une fable : disposition, valeur des rimes, longueur des vers,…

 

 

Notre séquence de travail sur «La fable»


J’ai décidé de reprendre une ancienne façon de travailler chez nous.

Vous le savez déjà, j’ai toujours apprécié travailler lentement, en profondeur, sur une section en particulier du programme de français.  J’ai donc décidé de travailler sur la fable avec mon fils de secondaire 2.

***C’est une section du programme de secondaire 2 au Québec (texte narratif)


Voici notre programme pour la semaine


Jour 1

1- On écoute une fable. 

J’ai sélectionné une première fable :

2– Connaissances du schéma narratif

Comme la fable est avant tout un récit (imaginaire court qui illustre une leçon à retenir, une morale), nous débuterons pas un petit retour sur le schéma narratif.  Nous l’avons vu des dizaines de fois au moins.  Ce ne sera donc qu’un petit survol.

3– Recopie de la fable «le lion et le rat.

le-lion-et-le-rat_fontaine

clique

Une fois la fable écrite, nous repérons les différentes parties du schéma narratif qui seront encadrées ou surlignées.

[Il faut, autant qu’on peut… en preuves abonde] morale

[Entre les pattes d’un lion… à l’étourdie] Situation initiale

[Le Roi des animaux…et lui donna la vie] Élément déclencheur

[Ce bienfait ne fut pas perdu… ne le purent défaire ] Péripéties

[Sire Rat accourut… emporta tout l’ouvrage] Dénouement

[Patience et longueur… ni que rage ] Situation finale


Jour 2

1– Étude de la langue : partie narrative, descriptive, dialogale et argumentative

Partie narrative : parties du texte qui racontent.

Partie de dialogue ou dialogale : partie du texte qui transmet des interactions verbales.  Qui parle à qui ?

Partie descriptive : Partie du texte contenant une description.  Qui est décrit?  Qu’est-ce qui est décrit ?  Elle contient des organisateurs textuels de temps, d’espace, d’ordre.

Partie argumentative : Partie du texte construite autour d’une argumentation dont l’auteur défend son point de vue.  Un des personnages veut convaincre, influencer, persuader.

2– Recopie de la fable : Le renard et le bouc

3– Repérer les parties du schéma narratif dans cette fable.

[Capitaine Renard… en fait de tromperie] Situation initiale

[La soif les obligea de descendre en un puits] Élément perturbateur

[Là, chacun d’eux se désaltère… je l’avoue.»¸] Péripéties

[Le renard sort du puits… d’arrêter en chemin.»] Dénouement

[En toute chose il faut considérer la fin]  Morale


Jour 3

1– Retrouver dans la fable «Le renard et le bouc» les différentes séquences (narratives, descriptives, dialogales et argumentatives)

2– Lecture de la fable : «Le loup et l’agneau»

le-loup-et-lagneau

3– Repérer les différentes parties.


Jour 4

1– Lecture «Le Corbeau et le Renard» Esope

2– Lecture «Le Corbeau et le Renard» Jean de La Fontaine

3– Écoute d’une version chantée «le Corbeau et le Renard»

4– Écoute d’une seconde version chantée « Le Corbeau et le Renard»

5– On fait la comparaison de toutes ces versions!


Jour 5

1– Lecture «Le Corbeau et le Renard, le renardeau et le Corbillat» Didier Strasser

On fait l’analyse de cette version un peu différente de la même fable qu’hier.


À suivre…