Le naufrage (situation d’écriture)


Vous savez que j’adore ce genre d’exercice «bilan» en étude de la langue.  On découvre une oeuvre, on l’analyse et on s’en inspire pour travailler une notion en étude de la langue!


Résultats de recherche d'images pour « le naufrage aivazovsky »

I.K.Aivazovsky (1817-1900) Le Naufrage, huile sur toile, 1973


Expression écrite

En utilisant l’imparfait et le passé simple, rédige un court récit décrivant ce tableau.  Qu’a-t-il pu se passer ?


pdf émoticonle-naufrage

Étude de la langue


Finalement… après plusieurs explorations infructueuses…  je reste fidèle à mes habitudes pour  l’étude de la langue: les vieux manuels!

Voici ma progression pour mes deux derniers en étude de la langue.  J’utilise de vieux manuels québécois comme base de travail.  Vous connaissez mon appréciation de ces vieux manuels qui sont très rigoureux dans le travail à faire et qui donnent d’excellents résultats.

À une époque…  soupirs…  on avait à cœur que les élèves écrivent correctement!

J’ai opté pour un programme entièrement fait!  Le programme de 6e est très ambitieux je trouve mais je pense que mon dernier y arrivera.  J’utiliserai le programme de 7e année pour mon fils-3 en secondaire 2 car le programme est très largement suffisant pour les attentes d’un élève de 13-14 ans (je ferai quelques ajouts pour le compléter)

Je vous donne le lien des manuels que je vais utiliser ( manuel de l’élève + guide + cahier de devoirs )

manuels de 6e année

manuels de 7e année

********************

Oui…   ce programme contient quelques séquences très religieuses.   N’oublions pas qu’à l’époque (1950) les enseignants du Québec étaient très majoritairement religieux. 

Personnellement je n’ai absolument rien compte l’idée de parler de l’église ou du travail de missionnaires dans un exercice de pronom relatif! 

Inutile de m’écrire en privé pour me dire que la religion a fait ceci ou cela…  que les prêtres sont comme ci ou comme ça…  Je ne prendrai même pas la peine de vous répondre!  J’ai eu plusieurs religieuses comme enseignantes et plusieurs furent vraiment EXTRAORDINAIRES! 

Je ne partirai certainement pas de débats sur la religion!

Je vous place le lien des manuels parce que le programme est rigoureux comme il aurait dû le rester au Québec !  De plus, le site donne le livre du maître qui propose, en plus du corrigé, plusieurs textes, poésies, etc.

********************

Voici donc ma progression (fils-3 et fils-4)

Progression en étude de la langue_les deux

***J’ajouterai quelques petites choses comme les homophones pour mon dernier, etc.

________________________________________

Le site «le Canadien Français» propose plusieurs manuels vraiment intéressants!

En passant…  pour les mamans qui aiment les vieux manuels de littérature.

Le site propose deux manuels, que je possède, (et le corrigé ) de «lectures littéraires» qui contiennent de très beaux textes (niveau secondaire 1-2-3)

Lectures littéraires volume 1

lectures littéraires volume 2

________________________________________

Bonne découverte!

Terre des lettres 4e – texte 3


On poursuit notre route dans «L’Avare de Molière».  Comme mon fils-3 adore cette pièce c’est un plaisir de l’accompagner pour cette séquence.  On s’amuse vraiment!

Texte 3 – «Un compliment bien impertinent» p.21-22

Comme pour les autres extraits, il a lu le texte une première fois et réécouté un extrait de la même pièce proposée pour le texte 2.

Texte 2 : 1:20:09 jusqu’à 1:23:36

Puis…  naturellement, nous avons fait l’analyse du fameux texte.  En prenant soin de répondre «soigneusement» aux questions.

Pour l’expression écrite proposée…  je trouve un peu long de tout réécrire le texte pour y insérer des didascalies.  Comme il a «vu» l’œuvre plusieurs fois, je trouve pratiquement inutile ce genre d’exercices puisqu’il reproduira ce qu’il a vu.  J’ai donc choisi de ne pas le faire faire mais de débuter la mémorisation du monologue d’Harpagon (texte 4 p.24)

Prochain arrêt?

Étude de la langue : Modes et temps p.352-353

***********************

Pour le moment, je ne propose pas de textes supplémentaires à lire puisque nous nous concentrons sur cette pièce de théâtre.

Terre des lettres 4e – 2e texte.


On avance tranquillement…  je suis réellement contente de mon choix.  Je l’adore ce manuel!

Deuxième texte : L’Avare – «Sans dot!» p.18-19

Comme pour le premier, je lui propose, après une première lecture, l’écoute de l’extrait.

Texte 2 débute à 29:00 et se termine à 31:53

Le théâtre donne l’occasion de s’amuser un peu…  nous prendrons le temps de jouer tous les deux avec cet extrait après l’analyse du texte.

Ici encore, j’ai préparé une feuille de travail pour l’expression écrite proposée.

Si cela vous intéresse :

p.20_expression écrite_Élise plaide sa cause

***Source: Terre des lettres 4e de Nathan

Étude de la langue

Premier arrêt : les mots variables (p.290-291)

Si cela vous intéresse, voici mon document de travail :

Les mots variables p.290-291

*** il faut le manuel pour l’utiliser ce document de travail.

Comme je m’y attendais, mon fils a écouté, hier, la version entière de l’Avare par Louis de Funès…

Comme je m’y attendais, mon dernier s’est installé auprès de lui…

Comme je m’y attendais, mon conjoint a rejoint le groupe…

Et finalement, mon fils-2 s’est installé à son tour en récitant plusieurs extraits de mémoire pour épater tout le monde!

Nous avons donc écouté de nouveau l’Avare de Molière en rigolant devant Harpagon joué par Louis de Funès!

Terre des lettres 4e – étude de la langue


Nous débutons l’étude de la langue de notre nouveau manuel.  J’en profite pour indiquer ma progression.

Je mentionne ma progression parce que je reçois souvent des messages privés me demandant si je fais les leçons dans l’ordre proposé dans le manuel.  Comme vous le constatez,  je ne fais pas les leçons dans l’ordre proposé par le manuel que j’utilise.

Et même…  plusieurs leçons seront vues à l’intérieur de mes dictées quotidiennes sans passer par une tonne d’exercices inutiles.  Par exemple, l’accord du verbe avec son sujet.  Je pense qu’en secondaire 2 (4e) l’élève devrait avoir compris ça!!!!!

  • 1- Les mots variables
  • 33- Le verbe : mode et temps
  • 27 – Infinitif et participe passé
  • 2- Les mots invariables
  • 6- Verbes transitifs et intransitifs
  • 34- Le présent et le passé composé
  • 39 – L’emploi des temps composés
  • 28-L’accord du verbe avec son sujet
  • 37 – Les emplois du présent
  • 5- Phrase simple / phrase complexe
  • 3- Les déterminants
  • 4- Les pronoms
    7- Les verbes attributifs
  • 8- Les verbes impersonnels
  • 10- Voix active, voix passive
  • 35- L’imparfait, le futur et le conditionnel de l’indicatif
  • 9- Les verbes pronominaux et leur participe passé
  • 40 – Les emplois du conditionnel
  • 11- les compléments circonstanciels
  • 12- L’adverbe
  • 29- La formation des adverbes en –ment
  • 36- Passé simple et Passé antérieur
  • 38- Emplois passé simple et imparfait
  • 13- Analyse grammaticale
  • 31- Homophones verbaux
  • 32- Homophones grammaticaux
  • 21- Expansions du nom
  • 22- Apposition
  • 23- Adjectifs : fonction et degré
  • 24- Les mots de liaison
  • 25- Les liens logiques
  • 41- Les modes impératif et subjonctif
  • 42- Emplois du subjonctif
  • 43- Analyse verbale
  • 14 -Proposition subordonnée conjonctive et relative
  • 15- Subordonnée relative
  • 16- Paroles rapportées
  • 17- Subordonnée interrogative indirecte
  • 18 et 19- Subordonnée circonstancielle
  • 20 – Analyse logique de la phrase complexe
  • 47 et 48- La versification
  • 46- Les figures de style
  • 45- Formation des mots
  • 30- Le pluriel des mots composés

 

Vous avez sans doute remarqué que je passe beaucoup de temps sur le français…  beaucoup…  pour sauver un peu de temps, je prépare un document qui contient les exercices à faire afin d’accélérer le travail.

Je les placerai dans cette publication au fur et à mesure.

*** Je précise qu’il faut le manuel pour utiliser mes feuilles de travail.

Les mots variables p.290-291

Modes et temps p.352-353

Imparfait et plus-que-parfait


Pour moi, l’étude de la langue ne fait sens que lorsqu’il rejoint l’écrit.

Un exercice est utile naturellement mais pour acquérir une méthode de travail.  Éventuellement, il faut que cette notion soit revisitée autrement dans l’écrit pour être vraiment intégrée.

J’aime particulièrement les exercices de transposition qui permettent de « voir » les changements effectués dans un texte…

ou encore  ce genre d’exercice que mon fils effectue ce matin :

Pour télécharger sa feuille de travail :

imparfait_plus-que-parfait

J’adore…  simple et efficace!

Les types de phrases…


Pour faire autrement…

Après avoir travaillé les notions de base sur les types et les formes de phrases :

Types de phrases :

  • phrase déclarative
  • phrase exclamative
  • phrase injonctive
  • phrase interrogative

Formes de phrases :

  • affirmative
  • négative
  • neutre
  • emphatique
  • passive

Pourquoi ne pas proposer d’écrire un dialogue entre des personnages d’une oeuvre d’art?  Voilà ce que mon fils de secondaire 2 a fait ce matin.

Par exemple,

Le déjeuner des canotiers
Auguste Renoir

Il suffit d’insérer dans ce dialogue tous les types et formes de phrases étudiés!

Source de cette idée : l’Atelier du langage  4e de Hatier

Voici ma feuille de travail :

Types et formes de phrases

***  D’insérer nos nouvelles notions dans nos situations d’écriture de la semaine est une excellente idée  pour bien ancrer les notions dans le concret.

Des fourmis et des hommes…


Voici un petit travail en Éthique et Culture Religieuse…  

Lire cet extrait de « les fourmis » de Bernard Werber

Les fourmis

Sateï n’est pas à proprement parler un port, ce n’est pas non plus un poste avancé. Mais c’est à coup sûr le lieu privilégié des expéditions belokaniennes qui traversent le fleuve.

Jadis, lorsque les premières fourmis de la dynastie des Ni se trouvèrent devant ce bras d’eau, elles comprirent qu’il ne serait pas simple de le franchir. Seulement, la fourmi ne renonce jamais. Elle se cognera, s’il le faut, quinze mille fois et de quinze mille façons différentes la tête contre l’obstacle, jusqu’à ce qu’elle meure ou que l’obstacle cède.

Une telle manière de procéder semble illogique. Elle a certes coûté beaucoup de vies et de temps à la civilisation myrmécéenne, mais elle s’est avérée payante. A la fin, au prix d’efforts démesurés, les fourmis sont toujours parvenues à surmonter les difficultés. À Sateï, les exploratrices avaient commencé par tenter la traversée à pattes. La peau de l’eau était assez résistante pour supporter leur poids, mais n’offrait malheureusement pas de prise pour les griffes. Les fourmis évoluaient sur le bord du fleuve comme sur une patinoire. Deux pas en avant, trois pas sur le côté et slurp! elles se faisaient manger par les grenouilles. Après une centaine de tentatives infructueuses et quelques milliers d’exploratrices sacrifiées, les fourmis cherchèrent autre chose. Des ouvrières formèrent une chaîne en se tenant par les pattes et par les antennes jusqu’à atteindre l’autre rive. Cette expérience aurait pu réussir si le fleuve n’avait pas été aussi large et tourmenté par des remous. Deux cent quarante mille morts. Mais les fourmis ne renonçaient pas. Sous l’instigation de leur reine de l’époque, Biu-pa-ni, elles essayèrent de bâtir un pont de feuilles, puis un pont de brindilles, puis un pont de cadavres de hannetons, puis un pont de cailloux… Ces quatre expériences coûtèrent la vie à près de six cent soixante-dix mille ouvrières. Biu-pa-ni avait déjà tué plus de ses sujets pour édifier son pont utopique que toutes les batailles territoriales livrées sous son règne! Elle n’abandonna pas pour autant. Il fallait franchir les territoires de l’Est. Après les ponts, elle eut l’idée de contourner le fleuve en remontant sa source par le nord. Aucune de ces expéditions ne revint jamais. 8 000 morts. Puis elle se dit que les fourmis devaient apprendre à nager. 15 000 morts. Puis elle se dit que les fourmis devaient tenter d’apprivoiser les grenouilles. 68 000 morts. Utiliser les feuilles pour planer en se lançant du grand arbre? 52 morts. Marcher sous l’eau en empesant les pattes avec du miel durci? 27 morts. La légende prétend que lorsqu’on lui annonça qu’il n’y avait plus qu’une dizaine d’ouvrières indemnes dans la cité et qu’on devait donc renoncer momentanément à ce projet, elle émit la sentence: Dommage, j’avais encore plein d’idées…

Les fourmis de la Fédération finirent pourtant par trouver une solution satisfaisante. Trois cent mille ans plus tard, la reine Lifoug-ryuni proposa à ses filles de creuser un tunnel sous le fleuve. C’était tellement simple que personne n’y avait pensé plus tôt.

Et c’est ainsi qu’à partir de Sateï on pouvait circuler sous le fleuve sans la moindre gêne.

Réflexion…

  • Quel type de gouvernement ont instauré les fourmis?
  • Pourquoi, selon toi, les fourmis ne se sont-elles pas révoltées contre la reine?
  • Selon toi, la situation des fourmis décrite dans cet extrait pourrait-elle s’appliquer à la société humaine?  Justifie ta réponse.

J’adore…  oui, j’aime provoquer ce genre de réflexion dans ma classe-maison!

source de cet exercice : « Places publiques manuel B » p.23

Si cela vous intéresse, voici ma fiche de travail :

les fourmis_éthique