Catégorie : Situation d’écriture secondaire 1

Situation d’écriture (idées)


J’ai découvert ce document sur le net, de belles idées, je trouve, pour écrire en classe.

Voici le document :

Écrire une histoire à partir d’une image

J’ai trouvé sur : « Dix mois, le temps d’une année scolaire»

Publicités

Le roi des oiseaux (texte)


Premier texte de la semaine (secondaire 1 – 5e)


Le roi des oiseaux

Les oiseaux se réunirent un jour pour choisir un roi. Il en vint de tous les pays, de toutes les tailles et de toutes les couleurs. Qui serait roi?
L’aigle proposa le plus fort, l’autruche le plus rapide, le paon le plus gracieux, le rossignol le meilleur chanteur. Après un beau tapage, il fut décidé que serait roi l’oiseau qui volerait le plus haut. Sur un signal, les oiseaux partirent vers le ciel bleu. Le moineau, la pie, le rossignol, le chardonneret furent bientôt fatigués. Le corbeau descendit en faisant croa-croa, l’hirondelle au vol rapide s’avoua vaincue. Il ne resta plus dans l’azur que l’aigle aux ailes puissantes. L’oiseau montait, montait toujours, bien sûr, il était roi. Mais un cui-cui le fit tressaillir. Qui donc chantait plus haut que lui? C’était un tout petit oiseau, le plus petit de tous, qui, n’ayant pour force que la ruse, s’était au départ installé sur son dos.
Il fallut bien le reconnaître roi, mais il était si petit qu’on l’appela le petit roi ou roitelet.

Dominique SPIESS, 365 contes, Edita S.A., Lausanne, 1994.


Écrire

Le petit oiseau a été sacré roi : raconte son aventure du début à la fin en suivant un ordre chronologique.

Si ce travail vous intéresse :

le Roi des oiseaux_texte


Le Crépuscule des vieux (texte)


Voici notre prochain texte en français :

Un texte de Marc Favreau (Sol)

(…)

Des fois, j’ai hâte d’être un vieux.
Ils sont bien, les vieux, on est bon pour eux, ils sont biens.

Ils ont personne qui les force à travailler; on veut pas qu’ils se fatiguent.
Même que la plusssspart du temps, on les laisse pas finir leur ouvrage.
On les stoppe, on les interruptionne, on les retraite fermée.
On leur donne leur appréhension de vieillesse et ils sont en vacances….

Ah! Ils sont bien les vieux!

Et puis, comme ils ont fini de grandir,
ils ont pas besoin de manger tant tellement beaucoup.
Ils ont personne qui les force à manger.
Alors de temps en temps, ils se croquevillent un petit biscuit
ou bien ils se retartinent du pain avec du beurre d’arrache- pied,
ou bien ils regardent pousser leur rhubarbe dans leur soupe…

Ils sont bien…

Jamais ils sont pressés non plus.
Ils ont tout leur bon vieux temps.
Ils ont personne qui les force à aller vite;
ils peuvent mettre des heures et des heures à tergiverser la rue…

Et plus ils sont vieux, plus on est bon pour eux.
On les laisse même plus marcher… On les roule…
Et puis d’ailleurs, ils auraient même pas besoin de sortir du tout;
ils ont personne qui les attendresse…

Et l’hiver… Ouille, l’hiver!
C’est là qu’ils sont le mieux, les vieux;
ils ont pas besoin de douzaines de quatorze soleils…

Non!
On leur donne un foyer, un beau petit foyer modique qui décrépite,
pour qu’ils se chaufferettes les mitaines…

Ouille, oui l’hiver, ils sont bien.
Ils sont drôlement bien isolés…
Ils ont personne qui les dérange.
Personne pour les empêcher de bercer leur ennuitouflé…

Tranquillement, ils effeuillettent et revisionnent leur jeunesse rétroactive;
qu’ils oublient à mesure sur leur vieille malcommode…

Ah! Ils sont bien…!

Sur leur guéridon, par exemple, ils ont une bouteille, petite, bleue.
Et quand ils ont des maux, les vieux, des maux qu’ils peuvent pas comprendre,
des maux mystères; alors à la petite cuiller, ils les endorlotent et les amadouillent…

Ils ont personne qui les garde malades.
Ils ont personne pour les assistés soucieux…
Ils sont drôlement bien…!

Ils ont même pas besoin d’horloge non plus,
pour entendre les aiguilles tricoter les secondes…

Ils ont personne qui les empêche d’avoir l’oreillette en dedans,
pour écouter leur coeur qui grelinde et qui frilotte,
pour écouter leur corps se débattre tout seul…

Ils ont personne qui…

Ils ont personne…


Si le texte vous intéresse : Le Crépuscule des vieux


Écrire la suite d’un récit (secondaire 1-5e)


Voici la situation d’écriture de mon fils-3.

 «Après un temps qui leur parut un siècle, ils arrivèrent soudain à un espace où une poussait aucun arbre.  La lune était levée et brillait dans la clairière.  Quelque chose les frappa tous, leur donnant le sentiment que l’endroit n’était pas du tout agréable, bien qu’on n’y put rien voir de mauvais.  Tout à coup, ils entendirent, venant d’assez loin en contrebas, un long hurlement à donner le frisson.»

(un extrait de Bilbo le Hobbit)

***  Je ne mentionne pas la source dans mon document de travail pour ne pas influencer mon fils-3…  qui a lu le roman 😉

 

Imagine la suite du texte.  Rédige ton texte en deux paragraphes .

  • Premier paragraphe : Évoque les réactions des personnages lorsqu’ils entendent cet effrayant hurlement. Quelles questions se posent-ils alors?
  • Deuxième paragraphe : Raconte le surgissement d’une créature.

 

Si cela vous intéresse :

Écrire la suite d’un texte

Source : «Apprendre à rédiger pas à pas 5e» de Nathan.

Peur pour rien ( secondaire 1)


Voici la situation d’écriture de mon fils-3 …  il a adoré.

 

9 heures du soir.
Tout le monde est tranquille dans la salle familiale.
Tout à coup, fracas épouvantable dans la pièce au-dessus ( ou à côté, ou au-dessous).
Saisissement… ( attitudes des uns et des autres)
Enfin, quelqu’un va voir (Qui?)…
Il revient en riant aux éclats… Qu’est-ce que c’était?

Si cela vous intéresse :

Peur_situation d’écriture

C’est vendredi… On écrit!


Une petite situation d’écriture rapide et amusante :

Vantard.

«S’il y avait du danger, dit Antoine, ce n’est certainement pas moi qui aurais peur…»  Danielle, petite fille modeste, l’écoute sans rien dire.  Tout à coup, la porte de la remise se referme! …  Que fait le vantard?  Qui prend les choses en main?

 

C’est tout simple…  rapide…  uniquement pour mettre à l’écrit tout ce que nous travaillons en étude de la langue.

Si cela vous intéresse :

Vantard

Situation d’écriture (secondaire 1)


Voici la situation d’écriture qui se retrouve dans la routine de mon fils-3 en secondaire 1.

Le journal local te propose de rédiger un article dans son prochain numéro.  Tu dois écrire un texte dont le sujet est une planète imaginaire.  Explique comment tu as découvert cette planète.  Décris ses caractéristiques et ce qu’on y retrouve.  Ton article doit contenir une introduction, deux paragraphes et une conclusion comportant une synthèse et une ouverture.

***Source…  je me suis inspirée d’une situation d’écriture proposée par les Éditions Grand Duc.

 

Si cela vous intéresse :

rédiger un article