Catégorie : Mathématique secondaire 1 (5e)

Je réponds / préparer programme de maths


Je suis en train de préparer mon programme de mathématique pour l’automne prochain.  Peux-tu me dire comment tu fais ça ?  J’utiliserai, comme toi, le cahier Point de mire? »

Je suis justement en train de préparer, dans les grandes lignes, le programme de mon dernier qui sera en secondaire 1 l’an prochain.

Comme l’édition que j’ai utilisée avec Raphaël l’an dernier est différente de celle que Gabriel utilisera, je suis en train de le planifier.

Comment je me prépare ?

Avant tout, comme je l’ai souvent répété,  je suis pas mal rigoureuse dans ma préparation puisque cela allège mon temps ensuite.  J’aime être bien préparé, solide, avec des outils qui peuvent appuyer mes leçons, etc.

Étape 1

Dans mon cas, j’imprime tous les «savoirs» qui correspondent aux leçons que je devrai lui expliquer.  Je les examine, une page après l’autre, afin de repérer les sections qui seront plus complexes à faire.

Comme le programme de secondaire 1 est une grosse révision du primaire, je SAIS déjà que quelques sections devront être particulièrement travaillées en prévision de ce qui vient ensuite dans les années suivantes.

Je place toutes ces feuilles dans un cartable (classeur) afin de les utiliser pour les leçons et les consulter au besoin ensuite lors des exercices ou des tests.

Je prépare une liste des savoirs pour s’y retrouver un peu mieux au fil de l’année.

Liste des «savoirs» secondaire 1

Étape 2

Pendant que j’examine mon cahier des «savoirs», je prends en note, tout ce qui touche le langage mathématique.  En fait, je surligne tous les termes que je désire revoir sur chacune des pages des leçons.

Savoir 1.1 – nombre naturel , en extension, nombres pairs, droite numérique, nombre entier positif ou négatif, les symboles d’appartenances, etc.

Lorsque je donnerai la leçon, je vérifierai s’il comprend bien tous ces mots correctement.

Le langage mathématique est vraiment important à maîtriser, c’est souvent une des causes de la mauvaise compréhension des problèmes.

 

Étape 3

Pendant que j’examine mon cahier des «savoirs», je prépare des outils qui appuieront mon travail : tableau de conversion, exercices supplémentaires sur le tracé des droites parallèles et perpendiculaires, différents triangles, le patron à découper de différents solides, etc.

Je mets en place tous les outils susceptibles d’être utiles.

Étape 4

Comme j’ai besoin de stimuler les troupes parfois…  J’essaie toujours de calculer «approximativement» le nombre de numéros à faire «minimalement» pour arriver à faire le programme dans le temps que je me fixe pour l’année scolaire.

Dans ce cas-ci, il y a 656 numéros à faire + 18 numéros représentant des situations-problèmes ou de raisonnement ( CD1-CD2) plus longues à faire (2 jours chez nous) + 9 tests (CD1-CD2 / 3 jours chez nous ) + 11 situations-problèmes supplémentaires (2-3 jours – optionnelles par contre) + un bilan de mi-année et un autre à la fin de l’année

  • 18 x 2 jours = 36
  • 9 tests x 3 jours = 27
  • 11 SP x 2 jours = 22
  • bilan mi-année x 3 jours = 3
  • Bilan fin année x 3 jours = 3
  • 91 jours

Comme nous travaillons, généralement, autour de 180 jours, c’est donc 89 jours qui seront consacrés aux leçons et exercices…  il faudra donc faire 7-8 numéros chaque jour pour y arriver.  C’est faisable.

Il faut quand même dire que dans chaque section, il y a une grande section avec des problèmes de raisonnements ou des problèmes d’applications.  Ce sera un peu intense de faire autant de numéros en 75 minutes chaque jour.  De plus, si l’enfant rencontre des difficultés particulières, il faudra prévoir des exercices de renforcement!

Finalement, j’imprime les tests, les situations-problèmes et de raisonnements et les bilans (mi et fin d’année).

Je n’imprime pas les exercices de «renforcements» que je n’utilise qu’à l’occasion lorsque je sens que mes gars ne comprennent pas suffisamment.  Je les imprime donc au fur et à mesure des besoins.

Rendu là, le gros de ma planification est déjà en place.  Il ne reste que la planification «plus grossière» de notre quotidien et les «ajouts» que j’aime bien faire (dessins géométriques, découverte de mathématiciens, etc)

Ça semble toujours excessif pour quelqu’un qui ne planifie pas…

Je sais…

Par contre, pour moi, pour MON QUOTIDIEN, c’est tellement plaisant de planifier autant puisque tout est là, à portée de mains, tout est en place pour simplement «être vraiment là» pour la leçon que je donne.

Je ne cherche rien, je n’imprime rien à la dernière minute, tout le matériel ou les outils sont là, près de nous.

Facile, n’est-ce pas ?  C’est, en tout cas, à la portée de tous !

Publicités

Le langage mathématique


Un point important (à ne pas négliger en tout cas) c’est l’apprentissage du langage Résultats de recherche d'images pour « lexique mathématique »mathématique.

Bien souvent, pour accélérer le travail, plusieurs auront tendance à lire les questions avant les enfants et leur expliquer ensuite ce qu’il faut faire.

À d’autres moments, l’enfant ne lira pas plus la question puisqu’il reconnaîtra rapidement, d’un simple regard, le travail à effectuer.  Cela apparaît très souvent lorsqu’il vient d’apprendre une certaine démarche dans sa leçon juste avant.

Résultat?  Plusieurs enfants butent par la suite sur des mots dont ils devraient connaître le sens.

Conséquence ? Lorsque vient le temps de répondre à des problèmes de raisonnement ou des situations-problèmes, l’élève ne comprend pas l’énoncé.

Exemple : Trouve le produit de deux nombres…  «C’est quoi le produit?»…

On parle ici d’un élève du secondaire 4.

Il faut donc porter attention à notre manière d’enseigner.

Au lieu de demander de tracer une «ligne» pourquoi ne pas installer, dès le départ, le bon mot : on trace une droite.  Au lieu de trouver un point sur un graphique, on peut utiliser le bon terme : coordonnée.  Même chose pour le graphique, n’hésitez pas à utiliser abscisse et ordonnée…  ça facilite tellement les choses lorsque vient le temps de travailler les variables dépendantes et indépendantes!

En utilisant soi-même le bon langage, l’enfant utilisera le même langage approprié.

Trouver la somme, le produit, le quotient…  ce sont des mots que l’on retrouve régulièrement dans les problèmes mathématiques.  Il faut donc en connaître le sens!

Des outils

On retrouve sur le marché d’excellent «lexique mathématique ou dictionnaire» qui peuvent accompagner l’élève tout au long de sa scolarité primaire et secondaire.

Pour faciliter la tâche, on retrouve (aussi)  sur le net plusieurs documents tout à fait pertinents.

pdf émoticonGénéral

langage-mathematique

Un site…


pdf émoticon

3e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-3


pdf émoticon

1er cycle du primaire

mon-lexique-mathematiques

memoire


pdf émoticon2e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-2


Toutes celles qui utilisent des méthodes québécoises comme Numérik, Tamtam, Décimale de ERPI, vous retrouvez, dans les pages de planification, tous les mots de vocabulaire à connaître pour chaque séquence de travail !

Soyons consciencieux(ses) dans notre façon de travailler!

Arithmétique (2)


Bin oui…  je sais…  j’avais dit que je prenais une pause (haha) mais je ne pouvais pas m’empêcher de mettre ce deuxième mois.

Petit rappel : ceci n’est pas un programme complet de mathématique.  Il s’agit simplement d’un retour sur plusieurs notions apprises dans les classes primaires (1 à 6 au Québec)

Il y en aura 1 par mois!

_______________________________

Au programme pour ce deuxième mois :

  1. Les chiffres romains
  2. Les quatre opérations
  3. Additions de fractions
  4. Soustractions de fractions
  5. Additions des décimaux
  6. Soustractions des décimaux
  7. Pourcentage
  8. Budget ( un petit arrêt sur le calcul dans un budget)
  9. Mesure de longueur (conversion)
  10. Périmètre de figures rectangulaires

_______________________________

Si cela vous intéresse :

Mois d’octobre_corrigé

Mois d’octobre

*** Si vous voyez des erreurs…  faites-moi signe!!!!!

Arithmétique


Pour la rentrée, je délaisse un peu ma façon d’aborder le calcul mental et réfléchi habituelle.  Je me propose de revoir toutes les bases de nos mathématiques des dernières années pour solidifier plusieurs petites choses.  Par la suite, j’ajouterai de nouvelles notions.

Ce n’est pas le travail que nous ferons en mathématique mais bien une «révision» des notions vues antérieurement afin d’en vérifier la compréhension réelle.  Je ne vais donc proposer que quelques numéros dans chacune des sections.

Je répète souvent qu’il faut revenir sur les notions de base…  voilà un travail qui fera le tour de la base je vous l’assure! ha!  D’ailleurs, c’est une excellente révision à offrir à un jeune qui fait sa sixième année ( comme mon plus jeune)  ou débute son secondaire 1.

______________________________

Voici mon programme pour le premier mois.

  • La numération : écriture des nombres (rapidement) / Quand emploie-t-on la virgule dans l’écriture d’un nombre? Écriture de plusieurs grands nombres pour vérifier si l’enfant regroupe par 3 les chiffres.
  • La valeur de position.  C’est souvent un problème pour plusieurs enfants.  Rappeler que le chiffre prend différente valeur suivant le rang qu’il occupe dans un nombre.
  • Lecture des nombres et écriture des nombres
  • Rendre un nombre 10, 100 ou 1000 fois plus grand ou plus petit.
  • Arrondir les nombres
  • Les quatre opérations
  • La règle de trois ( oui, elle est au programme chez nous!)
  • Problèmes sur les opérations.
  • Les fractions
  • La comparaison de fractions
  • Le reste dans les divisions
  • Écriture fractionnaire
  • Simplification
  • Fractions décimales (dixième, centième, millième)
  • Nombres décimaux
  • Rendre une fraction décimale 10, 100 ou 1000 fois plus grande ou plus petite
  • Fraction décimale en fraction ordinaire
  • Mesures de temps

______________________________

Voici donc mon document d’exercices :

Mois de septembre_corrigé

Mois de septembre

______________________________

Toupty.com (site)


Je cherchais des exercices de calcul mental pour mon plus jeune à l’automne.  Je suis tombée sur ce site (Europe) qui propose des fiches de révision pour la 6e-5e-4e-3e-brevet-2nd.  Ce n’est pas juste du calcul mental…  mais c’est intéressant…

jeux coloriages en ligne pour enfants
Cliquer ici pour accéder au site

 

Je réponds / «Point de mire» de CEC


« Peux-tu nous dire pourquoi tu aimes ce programme de maths plus qu’un autre?»

 

Pour le moment, je n’ai utilisé que deux niveaux en classe :  secondaire 1 et 3.  L’an prochain, j’utiliserai celui de secondaire 2 mais…  je vais utiliser le «cahier des savoirs» du manuel «PIXEL » de ERPI pour les leçons.

 

 

Comme je l’ai mentionné dernièrement, j’aime ce programme parce que, en tout premier lieu, il est construit de la même façon qu’un examen au Québec :

  • Questions à choix multiples
  • Questions à  réponses courtes
  • Situations d’application
  • Questions à développement ( CD1 et CD2…  les deux compétences mathématiques)

Les examens, au Québec, sont construits exactement de cette manière.

J’aime l’idée d’installer une manière de faire qui ne déstabilisera pas mes fils lorsqu’ils se présenteront aux examens.  N’oublions pas que mes enfants ne sont évalués que par portfolio jusqu’en secondaire 3.

Est-ce que je choisis mon programme en fonction d’un examen éventuel uniquement?

Devinez 😀

Mes points positifs

  • Même structure qu’un examen du DES – je viens de le dire plus haut 😉
  • Beaucoup d’exercices.  On n’a pas l’impression de passer trop rapidement sur une notion.  On a le temps de la travailler en profondeur.
  • Les exercices «bilan» à la fin des chapitres (Méli-mélo) sont réellement pertinents.  On a l’impression de se retrouver devant une évaluation et même, sur certaine aspects, les problèmes vont plus loin que ceux proposés à l’évaluation.
  • Les fameux «réinvestissement» qui ponctuent le manuel permettent de revenir sur les chapitres vus précédemment et approfondir «largement» les notions.  Certains problèmes sont de réels défis! 😀
  • Le guide propose des exercices de consolidation, des exercices d’enrichissement, des évaluations, des situations problèmes supplémentaires, etc…  On peut donc revoir ou approfondir les notions

 

Mes points négatifs

  • Les leçons…  personnellement, je préfère utiliser le «cahier des savoirs» de PIXEL de ERPI qui propose une démarche plus claire pour les leçons.  Je l’aime vraiment beaucoup ce cahier…  malheureusement ce n’est que pour le secondaire 1 et 2.  C’est une question de goût.

 

Je préfère les nouvelles générations de cahiers aux manuels «réforme» : ils vont à l’essentiel!

 

GPS (document-maths)


Je remonte un lien que j’utilise régulièrement…

Un petit bijou qui trône dans notre classe-maison depuis quelques années…

Un document à conserver…  du début à la fin du secondaire, les notions importantes à maîtriser!!!!

Mathématique du Québec par contre!

GPSMathématique

Proposé par les éditions fictives Beaubern

 

Planification mathématique (secondaire 1)


Comme pour mon manuel de géographie hier, voici la planification de mon cahier de mathématique.

Comme je l’ai mentionné hier, je ne planifie plus au jour le jour mais annuellement uniquement.

J’utilise «Pixel de ERPI » comme cahier de travail de base mais j’ai ajouté des fiches d’exercices de révision du cahier «Point de mire 1 de CEC» comme exercices supplémentaires.  Uniquement si nécessaire.

Le programme de secondaire 1 est très important, à mon avis, puisqu’il fait la révision de tout ce qui a été vu antérieurement au primaire.  Bien fait, il permet de mettre une base solide pour la suite.  Il faut donc prendre le temps de le faire «adéquatement et minutieusement» puisque la suite sera plus simple ensuite.

Si cela vous intéresse :

Planification annuelle

Les capsules vidéo sont des «rappels de la notion» données par un enseignant.  Ils viennent avec l’achat du corrigé numérique.

Mes ajouts : Point de mire de CEC secondaire 1.  La pagination que j’indique est celle du matériel reproductible.

Un truc / priorité des opérations


PEMDAS…  On retient facilement qu’un panda est mignon!!!

Bon cela ne s’écrit pas de la bonne manière mais pour un élève de 6e année ou secondaire 1 c’est une bonne idée je trouve, puisqu’il devrait savoir, à cet âge en tout cas, qu’un panda (l’animal) ne s’écrit pas de cette manière 😉

PEMDAS =

P = parenthèses

E= exposants

M= multiplication

D= division

A= addition

S= soustraction