Romans à l’étude en secondaire 1


Cette année, comme par le passé, notre travail sur le roman se poursuit.  J’ai choisi plusieurs romans qui nous accompagneront tout au long de la prochaine année scolaire.

Comme toujours, je n’ai pas choisi ces romans au hasard…  certains sont suggérés par le manuel que j’utiliserai d’autres sont des romans que j’aime particulièrement pour la leçon morale qu’ils véhiculent.

Cette année, le rythme est assez intense.  Comme vous le voyez, plusieurs romans sont au programme.  Je vais probablement imposer un nombre de pages à lire (minimalement), chaque jour, pour garder le rythme.  D’ailleurs, je connais mon jeune fils…  soupirs…   certains romans sembleront moins intéressants à lire au départ pour lui, je devine déjà qu’il aura tendance à prendre plus de temps que prévu pour débuter et lire son roman.

Voici les romans qui seront à l’étude cette année en secondaire 1.

Semaines 1-2-3-4

Depuis l’Odyssée, aucun roman d’aventures n’eut plus de succès que l’Ile au trésor. Le jeune Jim Hawkins est le héros de ce roman avec le terrible John Silver, l’homme à la jambe de bois.  L’Hispanolia débarque sur l’île au Trésor les  » bons  » et  » méchants « . Dès lors, une lutte implacable se déroule pour retrouver le trésor amassé par Flint, redoutable pirate mort sans avoir livré son secret.Rarement roman d’aventures aura été conduit avec tant d’habileté et de science ; c’est désormais un livre classique où le réel se mêle au fantastique.


Semaines 5-6-7-8

Grégoire déteste l’école. Il a déjà redoublé deux fois avant d’être renvoyé du collège. À la maison, ses parents le harcèlent constamment, quand ils ne se disputent pas entre eux. Son seul appui: Léon, son grand-père chéri avec qui il adore bricoler, car dès lors qu’il s’agit de travaux manuels, Grégoire est très fort. Léon cependant se fâche en apprenant le renvoi de son petit-fils. Il va le pousser à se prendre en main.


Semaines 9-10-11

Prisonnier dans son cadre, l’homme à la dague toise Sans Atout. Le jeune garçon, bien que fasciné par le tableau, supporte difficilement le regard d’acier qui semble suivre ses moindres mouvements. Se pourrait-il qu’il soit vivant?… Un soir, l’homme à la dague disparaît!


Semaines 12-13-14-15

CAÏUS EST UN ÂNE. La phrase inscrite par Rufus sur sa tablette remporte un grand succès en classe. Mais Caïus rougit de colère. Comment Rufus ose-t-il l’insulter, lui, le fils d’un richissime sénateur ? Mais le lendemain, plus personne n’a envie de rire. La même phrase est tracée en lettres rouges sur la façade du temple de Minerve. Or, dans la Rome impériale, le sacrilège est terrible


Semaines 16-17-18-19

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lescun, le petit village des Pyrénées où habite Jo, est occupé par les Allemands qui surveillent la frontière. Un jour, dans la montagne, le jeune berger découvre plusieurs enfants juifs cachés dans une ferme. Ils attendent le moment propice pour fuir en Espagne. N’écoutant que son courage, Jo décide de garder le secret et de tout faire pour les aider et les protéger.
Un roman bouleversant.

Des personnages attachants et d’une grande humanité bravent les dangers de la guerre pour sauver des vies. Un roman plein d’émotion.


Semaines 20-21-22-23

Hiver 1245, sous le règne de Saint Louis. La terreur rôde sur les terres de Mortecombe. Chaque nuit de pleine lune, on retrouve pendu à une branche un nouveau cadavre ! Complot ? Vengeance macabre ? En compagnie d’Avenance, la fille du seigneur des lieux, Gabriel, le jeune ménestrel en mal d’aventure et de romance, se jette à corps perdu dans l’énigme du Bourreau de la Pleine Lune. Au risque de finir à son tour au bout d’une corde…


Semaines 24-25-26-27

Ce roman d’aventures, un classique publié pour la première fois en 1903, est présenté ici dans sa version intégrale. Un magnifique chien appelé Buck mène une vie paisible dans une demeure confortable de la Californie vers la fin du 19e siècle. Un jour, il est volé et vendu à des chercheurs d’or. Cette bête forte et robuste est entraînée pour devenir chien de traîneau en Alaska, une région de glace et de neige où seuls les plus forts survivent. Intelligent, orgueilleux et rusé, Buck survit à cette nouvelle vie où il est malmené par ses maîtres et par ses pairs. Ce chien courageux vit des aventures périlleuses au cours desquelles sa nature sauvage le révélera à lui-même. Ce roman d’aventures de Jack London est un hymne à la nature et un éloge à la force et au courage des chiens de traîneau qui ont marqué l’histoire de la ruée vers l’or. Le texte apporte de nombreux renseignements sur cette période mouvementée de l’histoire américaine. Le ton du récit est grave et l’écriture d’une grande sobriété. En complément à l’ouvrage, une postface aborde la vie de Jack London, la ruée vers l’or et les relations entre les humains et les chiens.


Semaines 28-29-30

Oscar a dix ans et il est atteint du cancer. Il a compris qu’il allait bientôt mourir, mais personne n’ose lui dire la vérité, excepté Mamie Rose. Oscar s’en remet alors à la sagesse de la vieille dame qui obtient la permission spéciale de l’accompagner pour les douze derniers jours de sa vie. Il conclut une entente avec elle. Chaque journée qu’il lui reste vaut maintenant dix ans de vie. Le jeune garçon raconte les épreuves, les rencontres et les réflexions de chacune des périodes de cette vie condensée, dans des lettres adressées à Dieu. Oscar questionne Dieu et Mamie Rose sur le sens de ce qu’il vit; il cherche, dans ce dialogue, la force de réconforter ceux qui l’entourent.


Un enfant, éprouvé par la mort de sa grand-mère, se lance le défi d’écrire la plus grande lettre du monde et surmonte son deuil par l’écriture. Un soir de peine, Nicolas, onze ans, décide d’écrire la plus grande lettre du monde à celle qu’il ne connaît pas encore et qui sera un jour sa femme. Il est élevé par ses grands-parents, sa mère est morte ; il n’a jamais connu son père. Il est heureux jusqu’à la mort de sa grand-mère ; son chagrin le rend muet. Il va écrire sa vie quotidienne avec plein de détails drôles.


Semaines 35-36


Pour le travail sur chaque roman, j’y reviendrai plus tard !

Planification orthographe et dictées


À la rentrée prochaine, des planifications très organisées reviendront dans mon quotidien car je serai très occupée encore une fois.  Comme je ne peux pas être partout à la fois, mes deux derniers devront, à l’occasion, travailler en autonomie.  Je vais donc proposer des planifications faciles à suivre pour eux et pour moi afin de garder une trace visuelle  de ce qui est fait ou reste à faire.  Ils seront en secondaire 1(5e) et en secondaire 3 (3e).  Je les connais très bien, je sais qu’ils sont en mesure de faire plusieurs choses en autonomie.

Étude de la langue…

Cette année, je me concentre principalement sur le vocabulaire et l’orthographe.  Je pense alléger le programme d’étude de la langue justement pour me donner un peu plus de temps pour ça.  Je verrai, au fil des semaines, si mon idée est trop hasardeuse pour tenir la route.

Au niveau de notre routine de travail, plusieurs choses seront de retour dans notre quotidien.  Ma première case horaire de la matinée (7:30) sera encore occupée par notre éternelle dictée.

Vous connaissez mon appréciation pour celles-ci…  J’en parle trop souvent d’ailleurs! hi hi  Elles donnent des résultats fantastiques chez nous, pourquoi s’en passer ?!  Pourquoi changer ce qui fonctionne si bien pour nous!

Ma démarche restera sensiblement la même que l’an dernier : on revoit une notion ou deux par semaine que je revisite avec des dictées tout au long de la semaine.

Cette année, par contre, je vais leur demander de revoir les notions en autonomie (de toute façon, ce sont des règles que nous avons déjà étudiées par le passé).  Ils auront chacun un cahier BLED qu’ils feront le lundi et, par la suite, je donnerai des dictées pour revoir les notions en contexte durant le reste de la semaine.

 

 

 

 

Pour les dictées, je vais principalement utiliser ce cahier BLED  puisque les dictées sont classées par notions. 

Il n’a rien d’exceptionnel, le seul point qui m’intéresse est qu’il propose des dictées qui révisent les notions que je désire revoir.  Rien de plus.  D’ailleurs, je possède plusieurs cahiers de dictées ou manuel d’étude de la langue qui pourront apporter d’autres idées s’il le faut.

Ce n’est pas une fabuleuse planification puisqu’il s’agit d’un simple suivi des notions et des dictées en parallèle pour éviter de chercher.  Comme le BLED dictées proposent des dictées pour deux niveaux (sur les mêmes notions), je sélectionne quelques-unes et poursuis l’année d’après avec celles que je n’ai pas faites.

L’idée, c’est simple en fait, revoir les notions de base !


Secondaire 1 (5e)

Orthographe et dictées


Secondaire 3 (3e)

Orthographe et dictées_3


Aussi curieusement que cela puisse paraître, mes enfants aiment les dictées.  D’ailleurs, cette première période de travail est souvent positive et prépare bien l’atmosphère pour la suite de la matinée !

J’en profite depuis des années!

On découvre encore…


Si, comme moi, vous êtes une amoureuse des textes de littérature (manuels anciens), sachez qu’on peut trouver de magnifiques trésors si on se donne la peine de fouiller un peu.

Franchement, je suis toujours étonnée de découvrir des petits bijoux qui viennent enrichir notre banque de textes à lire.

Naturellement, tous ces textes se retrouvent dans les romans.  Pour celles qui possèdent une bibliothèque impressionnante de livres, vous pouvez sélectionner quelques magnifiques extraits ici et là.  Par contre, comme dans mon cas, je n’ai pas le budget pour acheter tous les classiques!!!

Je trouve donc que ces petits manuels proposent une sélection intéressante d’extraits.

Voici mes dernières découvertes :

Celui-ci propose, en plus, les exercices typiques de ces manuels d’époque : les mots, les idées, la grammaire, vocabulaire et élocution. Classe de fin d’étude ? 11 à 13 ans… mais même à 14 ans c’est plus qu’acceptable!


Je l’adore ce petit manuel qui propose une vaste sélection de textes. Pour certains textes, on propose quelques questions pour aller plus loin dans notre analyse..


La suite du précédent… une vase sélection de textes.

Même aujourd’hui…


Vous connaissez mon désir profond de faire lire des romans «classiques» à mes enfants.  Pour moi, la littérature, la vraie, sont ces romans du passé.

Plusieurs romans actuels sont vraiment fabuleux, mais…  mais… je reste convaincue que les romans du passé avaient un petit quelque chose… de différents.

J’ai proposé à chacun de mes garçons de lire «Tom Sawyer».  Mes deux premiers l’ont lu avec plaisir alors que mes deux derniers ne voulaient  jamais «le lire maintenant».

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas…

Tom Sawyer est né de l’imagination de Mark Twain. C’est un jeune garçon du sud des États-Unis vivant dans le Missouri. Le roman est en partie autobiographique mais Twain a aussi donné à Tom Sawyer des caractéristiques de ses camarades d’enfance.

«  Tom Sawyer et Huckleberry Finn sont deux amis aussi turbulents qu’inséparables. Tom vit chez sa tante Polly , aime à se battre avec les nouveaux venus au village et est amoureux de Becky Thatcher, la fille du Juge. Huck , son ami, mène une vie de bohème à l’image de son vagabond de père.

Ce roman raconte leurs aventures. Un soir, alors qu’ils se rendent en cachette au cimetière pour enterrer un chat, Tom et Huck assistent à une scène qui les glace . Trois hommes, le docteur du village, Joe l’Indien et Muff Potter déterrent un homme. Soudain, une bagarre éclate entre les trois hommes. Joe l’Indien tue le docteur de son couteau. Puis il glisse l’arme du crime dans la main de son compère, Potter, qui est complètement ivre. Le lendemain, Potter est arrêté et accusé du meurtre.

Lors du procès , Potter risque d’être condamné à la pendaison. N’écoutant que son courage, Tom dénonce Joe l’Indien , le vrai coupable. Mais ce dernier réussit à s’enfuir. Avant de s‘échapper, il promet de se venger. Grâce à leur débrouillardise, leur intelligence et leur courage, Tom et Huck réussiront à déjouer les plans du bandit. Certes ils seront en mauvaise posture dans la caverne au trésor, mais ils parviendront à s’enfuir. Finalement Joe l’Indien mourra et Potter sera définitivement innocenté. Tom et Huck , après avoir découvert un trésor dans la caverne, seront considérés comme des héros. »

Comme je connais mes deux derniers, je me doutais bien qu’ils apprécieraient «eux aussi» ce roman.  Et, comme je ne voulais pas le leur imposer, j’ai passé par la porte d’en arrière en leur proposant d’écouter d’abord le film.

Vous devinez la suite ?  Dès la fin du film, on m’a demandé où était le roman!  Depuis, ils ont écouté le film plusieurs fois et lu, chacun de leur côté, le roman.

Vous savez, les classiques restent, demeurent des classiques.  Ils ne se démodent pas, ils ne perdent pas la saveur qui les imprègne.

Commentaires de mes fils :

«les garçons sont drôles, attachants, amusants, intéressants, débrouillards, …»

« On sent que les personnages sont eux-mêmes »

« On aimerait les connaître pour vivre des aventures avec eux ! »

Même aujourd’hui, en 2017, ce roman reste un roman intéressant à découvrir…  oui, même aujourd’hui !

Je réponds / préparer programme de maths


Je suis en train de préparer mon programme de mathématique pour l’automne prochain.  Peux-tu me dire comment tu fais ça ?  J’utiliserai, comme toi, le cahier Point de mire? »

Je suis justement en train de préparer, dans les grandes lignes, le programme de mon dernier qui sera en secondaire 1 l’an prochain.

Comme l’édition que j’ai utilisée avec Raphaël l’an dernier est différente de celle que Gabriel utilisera, je suis en train de le planifier.

Comment je me prépare ?

Avant tout, comme je l’ai souvent répété,  je suis pas mal rigoureuse dans ma préparation puisque cela allège mon temps ensuite.  J’aime être bien préparé, solide, avec des outils qui peuvent appuyer mes leçons, etc.

Étape 1

Dans mon cas, j’imprime tous les «savoirs» qui correspondent aux leçons que je devrai lui expliquer.  Je les examine, une page après l’autre, afin de repérer les sections qui seront plus complexes à faire.

Comme le programme de secondaire 1 est une grosse révision du primaire, je SAIS déjà que quelques sections devront être particulièrement travaillées en prévision de ce qui vient ensuite dans les années suivantes.

Je place toutes ces feuilles dans un cartable (classeur) afin de les utiliser pour les leçons et les consulter au besoin ensuite lors des exercices ou des tests.

Je prépare une liste des savoirs pour s’y retrouver un peu mieux au fil de l’année.

Liste des «savoirs» secondaire 1

Étape 2

Pendant que j’examine mon cahier des «savoirs», je prends en note, tout ce qui touche le langage mathématique.  En fait, je surligne tous les termes que je désire revoir sur chacune des pages des leçons.

Savoir 1.1 – nombre naturel , en extension, nombres pairs, droite numérique, nombre entier positif ou négatif, les symboles d’appartenances, etc.

Lorsque je donnerai la leçon, je vérifierai s’il comprend bien tous ces mots correctement.

Le langage mathématique est vraiment important à maîtriser, c’est souvent une des causes de la mauvaise compréhension des problèmes.

 

Étape 3

Pendant que j’examine mon cahier des «savoirs», je prépare des outils qui appuieront mon travail : tableau de conversion, exercices supplémentaires sur le tracé des droites parallèles et perpendiculaires, différents triangles, le patron à découper de différents solides, etc.

Je mets en place tous les outils susceptibles d’être utiles.

Étape 4

Comme j’ai besoin de stimuler les troupes parfois…  J’essaie toujours de calculer «approximativement» le nombre de numéros à faire «minimalement» pour arriver à faire le programme dans le temps que je me fixe pour l’année scolaire.

Dans ce cas-ci, il y a 656 numéros à faire + 18 numéros représentant des situations-problèmes ou de raisonnement ( CD1-CD2) plus longues à faire (2 jours chez nous) + 9 tests (CD1-CD2 / 3 jours chez nous ) + 11 situations-problèmes supplémentaires (2-3 jours – optionnelles par contre) + un bilan de mi-année et un autre à la fin de l’année

  • 18 x 2 jours = 36
  • 9 tests x 3 jours = 27
  • 11 SP x 2 jours = 22
  • bilan mi-année x 3 jours = 3
  • Bilan fin année x 3 jours = 3
  • 91 jours

Comme nous travaillons, généralement, autour de 180 jours, c’est donc 89 jours qui seront consacrés aux leçons et exercices…  il faudra donc faire 7-8 numéros chaque jour pour y arriver.  C’est faisable.

Il faut quand même dire que dans chaque section, il y a une grande section avec des problèmes de raisonnements ou des problèmes d’applications.  Ce sera un peu intense de faire autant de numéros en 75 minutes chaque jour.  De plus, si l’enfant rencontre des difficultés particulières, il faudra prévoir des exercices de renforcement!

Finalement, j’imprime les tests, les situations-problèmes et de raisonnements et les bilans (mi et fin d’année).

Je n’imprime pas les exercices de «renforcements» que je n’utilise qu’à l’occasion lorsque je sens que mes gars ne comprennent pas suffisamment.  Je les imprime donc au fur et à mesure des besoins.

Rendu là, le gros de ma planification est déjà en place.  Il ne reste que la planification «plus grossière» de notre quotidien et les «ajouts» que j’aime bien faire (dessins géométriques, découverte de mathématiciens, etc)

Ça semble toujours excessif pour quelqu’un qui ne planifie pas…

Je sais…

Par contre, pour moi, pour MON QUOTIDIEN, c’est tellement plaisant de planifier autant puisque tout est là, à portée de mains, tout est en place pour simplement «être vraiment là» pour la leçon que je donne.

Je ne cherche rien, je n’imprime rien à la dernière minute, tout le matériel ou les outils sont là, près de nous.

Facile, n’est-ce pas ?  C’est, en tout cas, à la portée de tous !

Je réponds / manuel pour l’an prochain


«Bonjour Sylvie, fais-tu de l’éthique et culture religieuse ?  Peux-tu me dire ce que tu utilises (secondaire 1) et pourquoi tu as choisi ce manuel ?»

Ma réponse paraîtra étrange mais elle représente bien notre parcours.  Non, je ne fais pas ECR mais oui, j’utilise un manuel de ECR.

En fait, je ne fais pas le cours de ECR en utilisant un manuel d’une couverture à l’autre.  Je préfère puiser à l’intérieur d’un manuel ce que je désire approfondir avec mes enfants.  Nous parlons énormément…  vraiment beaucoup.  Je ne crains pas les questions des enfants sur différents sujets et je me sers parfois d’un passage en éthique pour aborder un sujet avec eux.

Je ne fais donc pas un manuel en entier…  Jamais.

Pour le secondaire 1, j’aime particulièrement celui proposé par FIDES

Tout au long du manuel, on retrouve plusieurs extraits qui accompagnent les thèmes.  J’aime particulièrement les textes choisis pour aborder ces différents thèmes.  Par exemple, on propose un extrait du journal d’Anne Frank pour aborder l’amitié.  On propose un poème, une chanson, un extrait d’un journal intime, une conversation,..  bref on nourrit le sujet d’une manière intéressante.

Un point positif pour moi… pas de longs questionnaires!!!!!  Je déteste…  On propose uniquement quelques questions de réflexion à faire oralement.

Avec le manuel, on retrouve (si tu trouves le guide) quelques SAÉ qui peuvent accompagner le travail.  Je n’en fais qu’une ou deux dans l’année.

Donc non, je ne fais pas le cours de ECR mais oui, j’utilise un manuel à l’occasion pour susciter un questionnement, entretenir une discussion, inciter à se questionner, etc.

D’ailleurs, je pense l’utiliser un peu plus l’an prochain avec mon dernier.

 

Lecture en histoire (Jacques Cartier)


Deux livres que nous avons particulièrement aimés sur Jacques Cartier

Le XVIe siècle est l’époque de la conquête des mers, des grandes découvertes. Jusqu’alors, les Européens ne pouvaient atteindre les Indes et la Chine que par terre et sur les routes des épices, de l’or et de la soie, les caravanes chargées de richesses étaient souvent attaquées par les Turcs. En 1492, le navigateur Christophe Colomb fait le pari de parvenir aux Indes par l’ouest, puisqu’un astronome, Copernic, prétend que la Terre est ronde. Il ignore qu’un continent encore inconnu va lui barrer le chemin. En 1534, c’est enfin au tour de François Ier de s’intéresser à l’aventure. Lors d’un pèlerinage au Mont-Saint-Michel, il rencontre un navigateur expérimenté, le Breton Jacques Cartier et lui confie une expédition digne du royaume de France: trouver un passage plus direct par le nord de l’Amérique pour atteindre les Indes et la Chine, et conquérir de nouveaux territoires… (9-12 ans)

 

A quatorze ans, Jacques Cartier rêve d’océan. De ses lumières mouvantes, des gémissements de son vent et de la magie de ses histoires. La vie du port de Saint-Malo et les récits des récentes expéditions lui soufflent d’obéir à son destin. Il prend la mer comme marin, bravant le froid, la faim et la fatigue. Jacques Cartier devient un des meilleurs navigateurs de la région. La mer n’a plus de secrets pour lui, et lorsque François 1er le rencontre sur l’île de Cézembre, il voit en lui un futur grand explorateur. Une chance aussi de participer à la grande course au trésor des terres nouvelles et des pierres précieuses. Quinze années plus tard, son rêve se réalise. En septembre 1534, deux navires quittent Saint-Malo avec à leur tête un capitaine empli de joie et de ferveur. Trois séries d’expéditions lui promettent la découverte de richesses naturelles et humaines insoupçonnées. C’est en fait l’Inconnu qui s’offre à lui. Jacques Cartier s’avance toujours plus loin, malgré les étendues glacées, les maladies mortelles, les relations complexes avec les Indiens. Toujours plus près du continent canadien, de l’absolu de sa passion et de ses désillusions.

 

 

Lecture en histoire…


Si vous cherchez une lecture sur Christophe Colomb, je vous propose celle-ci :

 

«À la poupe de la « Santa María », Christophe Colomb avait l’œil à tout. Depuis dix jours tout allait pour le mieux, mais il savait que cela ne pouvait durer…»Les espoirs, les doutes et la grande aventure de Christophe Colomb, qui s’est lancé sur des mers inconnues, à la découverte du Nouveau Monde.

 

Pour de bons lecteurs par contre.

J’aime et je conserve / arts plastiques


J’ignore si chez vous c’est comme chez nous, mais ici, les enfants aiment bien les arts plastiques.  Je leur propose toujours une découverte d’œuvres chaque semaine et j’essaie de faire au moins un projet chaque semaine afin de faire naître un large sourire dans la figure de mes deux petits grognons, surtout à la fin de la semaine!

C’est vrai qu’internet regorge d’idées magnifiques mais…  mais…  il y a aussi quelques petits cahiers qui offrent une belle différence.  L’an dernier, je suis tombée sur un cahier qui propose d’unir l’histoire et les arts.

Une belle idée je trouve.  Ce ne sont pas des cahiers extraordinaires, mais je les aime bien.  Ils ont l’avantage de remplir les objectifs sans que je me creuse la tête pour chercher des oeuvres qui travaillent les bonnes compétences!

 

Secondaire 1

L’art est un langage utilisé depuis la nuit des temps. C’est un langage tiré d’abord de l’image, qui a évolué pour permettre aux hommes de communiquer et d’exprimer leur point de vue. L’art a joué un rôle capital dans l’histoire de l’homme.

Au fil de cette première année d’initiation au monde des arts, vous serez appelés à vous mettre dans la peau des artistes et artisans de différentes époques. De cette façon, vous pourrez suivre le cours de l’histoire ainsi que l’évolution des différents matériaux et les idéologies propres au monde des arts.

Ce cahier d’exercices a pour but de vous faire traverser les époques en vous proposant des idées de créations stimulantes.

Secondaire 2

L’art est un langage utilisé depuis la nuit des temps. C’est un langage tiré d’abord de l’image, qui a évolué pour permettre aux hommes de communiquer et d’exprimer leur point de vue. L’art a joué un rôle capital dans l’histoire de l’homme.

Ce cahier d’exercices a pour but de vous faire traverser les époques en vous proposant des idées de créations stimulantes.

Durant l’année, nous approfondirons nos connaissances de l’art dans la Grèce antique, en passant par les propriétés romaines et sa cité Pompéi. Nous poursuivrons cette aventure en nous initiant au travail de Michel-Ange. Nous prendrons ensuite le large pour naviguer vers les îles du Sud et le Mexique. Nous y découvrirons un art précolombien grandiose. Nous terminerons la deuxième partie de l’année en nous initiant au travail d’Arcimboldo et des artistes romantiques de la fin du XVIIe siècle.

Bonne année et bonne création !

Ce sont deux cahiers que j’aime et que je conserve  pour l’an prochain.

On débute toujours par un peu d’histoire, on s’interroge sur la période, les gestes et techniques, le langage plastique, réalisation du croquis, critères d’évaluation, retour sur le projet (autoévaluation), appréciation d’oeuvres, bilan, etc.

Naturellement, l’idéal est d’avoir le guide enseignant qui explique les différentes techniques et donne des explications sur les différents projets.  Par contre,  nous n’avons pas tous des budgets illimités…  Hélas…   Cependant, même sans le guide, on peut très bien faire les projets sans trop de difficultés.  Il suffit de chercher un peu sur le net ou proposer quelques alternatives si on ne se sent pas à l’aise avec une technique en particulier.

Après tout…  ce n’est que des arts plastiques!!!!

J’aime et je conserve!


On me demande souvent les outils que j’utilise et que j’apprécie particulièrement.  En voici un justement.

Ce petit manuel me suit depuis 3 ans et je l’apprécie beaucoup.

Je l’aime parce que…

J’aime utiliser la dictée comme base de travail en étude de la langue.

La réputation de BLED n’est pas à faire… BLED c’est BLED !  Toutes les règles et trucs y passent.

Ce livre me donne la possibilité de choisir des dictées en fonction du travail que je fais en étude de la langue.

On y retrouve des dictées de phrases (celles que je travaille quotidiennement)

On y retrouve des dictées de révision (celles que je donne en fin de la semaine)

 

Il poursuivra sa route l’an prochain puisqu’il demeure toujours d’actualité.  De plus, pour partager sa route, j’utiliserai deux de ses petits frères :

 

 

 

 

 

 

 

Si, comme moi, vous aimez les exercices «ciblés» c’est un outil pour vous.  Il va à l’essentiel…  tout simplement.