Journal quotidien


Il faut apprendre à observer le travail de nos enfants autrement que par la lunette d’un système de «notes».

Image associée

Ce n’est pas vrai que voir apparaître un 88% sur un petit test indique que l’enfant comprend et «maîtrise parfaitement» la matière pour ce résultat qui semble acceptable.  Une note… ça ne veut rien dire.

Rappelons-nous que, malheureusement d’ailleurs, puisqu’on ne travaille que quelques notions à la fois, l’évaluation tourne toujours autour du travail que nous venons de faire les jours (ou les semaines) précédents (es). Plusieurs enfants, plus éveillés,  s’en rendent rapidement compte et réussissent admirablement à chaque examen puisqu’ils savent, à l’avance, le type de travail attendu!

Lorsqu’on prend le temps de revenir sur les notions quelques semaines plus tard, nos charmants enfants jurent ne jamais avoir vu les fameuses notions !!!  Hier encore, chez nous, mon fils de 6e a tenté de me convaincre (pendant un bon 10 minutes) que les notions, que nous revoyons présentement, il ne les a jamais étudiées!  Il en est absolument certain…  Pfft…

J’ai donc ressorti le petit test qu’il avait réussi avec brio en décembre! ha!  Apercevant sa feuille…  il a tenté de me convaincre que ce n’était pas lui qui avait fait le travail.  «En observant bien, dit-il, on remarque que ce n’est pas mon écriture».  Bin voyons…  Qui a bien pu faire un exercice sur les opérations de fractions en décembre 2016 (la feuille porte une date)  à part lui?  Ah…  ce Gabriel…  toujours aussi cabotin!

Une évaluation ne vaut pas grand chose puisque c’est sur le long terme qu’on peut réellement constater si les notions apprises sont bien ancrées!

Les fameux travaux «notés»…

Bon, comme je l’ai mentionné, il m’arrive de mettre une note sur un petit test ou un travail que je conserve dans le portfolio de l’enfant pour ma rencontre à la fin de l’année avec ma Commission Scolaire.  Par contre, les enfants en sont rarement conscients.  Pour eux, ça ne veut rien dire.  Je préfère répéter, avant le travail ou l’évaluation à faire, que l’objectif est de vérifier ce que nous avons retenu de la matière, pas de déterminer qu’ils savent à la hauteur de 62% les notions… Pfft… ça ne veut rien dire.

D’ailleurs, lorsque l’enfant sait qu’il est «noté» il devient plus frileux devant les questions posées, il ose moins et prend moins de chance.  Il a tendance à questionner automatiquement pour se rassurer dans le travail à effectuer au lieu de tenter quelque chose, de puiser dans ses connaissances antérieures.

De toute façon, si vous êtes comme moi, vous savez à l’avance les endroits qui seront erronés lors de l’évaluation.  Naturellement, puisque nous les accompagnons au quotidien.  Comme je suis celle qui explique, qui ré-explique, qui demande de refaire un travail, qui lui donne des explications complémentaires,…  je connais déjà les endroits qui ne sont pas encore totalement acquis!  La note ne fait que me rappeler ce que je savais déjà : nous devrons revoir ce coin de matière! ha!

Image associée

C’est bien un comportement adulte de vouloir compartimenter, mettre dans un cadre bien rigide le travail de nos enfants.  Le besoin de mesurer, d’évaluer, de comparer, de situer un enfant par rapport à quoi ?

Une note ça ne sert qu’à une seule chose : classer!

A-t-on besoin de catégoriser nos enfants en classe-maison?  Absolument pas.  Nous avons besoin d’élèves qui désirent apprendre!

Bonne journée.

 

 

 

Desserrer les dents


Un conseil pour une bonne ou meilleure classe-maison?  Desserrer les dents.

Ça semble étrange dit comme ça…  hihihi…  mais cela reflète exactement ce que je pense.  Il faut apprendre à desserrer les dents.

Hein?  Desserrer les dents?

Qui n’a pas vécu un moment de panique lorsqu’un enfant n’a pas voulu travailler?  Qui n’a pas ressenti une petite crainte lorsqu’un enfant n’arrivait pas à saisir une notion, malgré de nombreuses explications?  Pour celles qui ont plusieurs enfants en classe-maison, qui n’a pas senti monter un moment de frustration quand tout le monde parlait en même temps où attendait avec anxiété après nous?  On pourrait énumérer ainsi des milliers d’exemples où l’on serre les dents de colère?  de rage?  de crainte? de peur? Peu importe…   Nous avons tous le même réflexe : anticiper le pire!

Pourtant, le pire, il ne vient jamais!

J’ai souvent débuté la classe-maison avec les dents serrées…  non pas de colère ou  de rage, mais d’anticipation.  Étant une personne plutôt «feu» que air, terre et eau…  hihihi  j’ai tendance à vivre assez intensément le quotidien de ma classe-maison.  J’aime que les choses avancent rondement…  Alors…  dois-je expliquer davantage qu’il m’est arrivé plus d’une fois d’avoir les dents serrées au fil des 15 dernières années?!?  Je ne suis pas une personne colérique, loin de là, mais intense,  ça oui!  J’ai tendance à vouloir que tout le monde soit au même rythme que le mien: une seule vitesse?  rapide naturellement 😉

Croyez-moi, on n’enseigne pas bien avec les dents serrées…  l’énergie ne circule pas entre soi et l’enfant… l’empathie, la bienveillance, l’amour, le lien maman-enfant, le plaisir,…  rien ne passe adéquatement ensuite.  D’ailleurs, on mine tranquillement ce lien entre l’enfant et soi… le plaisir perd tranquillement de sa saveur d’un côté comme de l’autre.

J’ai donc décidé, à un moment ou à un autre, de desserrer les dents.  J’ai découvert qu’il devenait tellement plus facile de travailler, de créer, de construire un quotidien rempli et constructif.

Pourquoi parler de cela ce matin?

Parce que j’ai failli terminer la classe hier les dents serrées…  hahaha  J’avais de la difficulté à «convaincre» mon fils-2 de travailler avec plus de concentration, d’intérêt, de motivation, de désir d’apprendre, de plaisir de s’instruire, etc…  Où est partie cette belle fougue de jadis?  Dans les profondeurs de l’adolescence naturellement…  soupirs…

Oui, on peut facilement serrer les dents en classe-maison avec des adolescents qui ont une vision bien personnelle du moment présent et du futur!

mais…  mais…  mais…  je garde toujours en mémoire qu’il faut

«Desserrer les dents pour faire passer un message clair et intéressant»

Je pratique, je comprends / je réponds


Connaissez-vous cette citation de Confucius?

Je trouve qu’elle représente beaucoup ce qu’on découvre à long terme en classe-maison.  On oublie trop souvent de joindre la «compréhension réelle» à nos explications.

Une maman me demandait hier :

« Un des problèmes que j’ai rencontré l’an dernier c’est que mon fils oubliait des concepts aussi ridicule que 3 + 2 = 5.  Comment faire pour qu’il retienne tout ça?  As-tu une idée?  On dirait qu’il ne comprend jamais les questions.»

C’est facile…  il faut qu’il comprenne!

On dicte à un tout petit  : 2 + 2 = 4  et l’enfant, fidèle perroquet, répète : 2 + 2 = 4.  A-t-il compris?  hum…  parfois.  Souvent? non.  Qu’est-ce que 2?

On écrit alors sur le tableau : 2 + 2 = 4.  L’enfant voit….  mais lorsque vient un exercice quelconque, la seule chose qui lui revient en mémoire c’est que maman l’avait écrit à quelque part sur le tableau mais…  comment l’utiliser?

On demande alors à l’enfant de prendre deux cubes bleus et de les déposer dans un vase.  On demande à l’enfant de prendre deux cubes jaunes et de les déposer dans un autre vase.  Finalement on demande à l’enfant de mettre tous les cubes dans un seul vase, combien y en a-t-il?  ahhhhhhhhhhhhh il comprend!

On pourrait appliquer l’idée partout…  on doit «faire» pour comprendre réellement.

N’oubliez jamais…  On retient

  • 30% de ce que l’on entend.
  • 50% de ce que l’on voit.
  • 70% de ce que l’on dit.
  • 90% de ce que l’on fait
  • 100% de ce que l’on fait continuellement.

En classe-maison, on doit vérifier que l’enfant comprend très bien avant de débuter son exercice à faire.  Même s’il lit la consigne seul, assurez-vous qu’il comprend ce qu’il doit faire.  Pourquoi ne pas lui proposer de faire un premier exemple avec vous avant de le laisser seul ensuite avec le reste.  Il faut s’assurer qu’il comprend bien les attentes que VOUS avez, et les attentes de l’exercice lui-même.

Il ne faut pas oublier que les premières fois sont toujours plus difficiles.  La première fois ou l’on voit une question de ce genre :

Analyse les verbes des phrases suivantes.

Que veut dire analyser?  L’enfant doit le comprendre, doit savoir ce que sont les attentes dans ce genre de question.  C’est à vous de démontrer ce qu’on attend comme réponse.  C’est à VOUS de lui donner un exemple clair de ce qu’il faut faire pour analyser un verbe.  L’exemple proposé ne suffit pas…  demandez-lui de vous en faire un ou deux avant de débuter l’exercice lui-même.

Par la suite, lors d’un exercice similaire, vérifiez s’il se souvient de ce qu’on attend de lui dans ce genre de question.  Finalement, par la suite, il «saura» puisqu’il a «fait».

Notre parcours d’école-maison peut être tellement plus simple quand on prend le temps d’appliquer une base claire et répétitive auprès de nos petits apprenants.

Persévérance les mamans!

N’oubliez pas…

J’entends, j’oublie.

Je vois, je me souviens.

Je pratique, je comprends.

Notre retour en classe


Voilà, nous y sommes.  Nous débutons officiellement notre nouvelle année de classe-maison dimanche.

Je suis fébrile encore une fois…

Ma classe-maison sent bon…  Elle est rangée…   entièrement nettoyée à fond.  Elle est silencieuse pour le moment certes, mais elle n’attend que les enfants pour revivre entièrement.  Elle n’est jamais totalement inutilisée, même en vacances, puisque plusieurs choses s’y retrouvent, mais elle vit réellement qu’en période scolaire!

J’aime tellement les rentrées : nouveaux cahiers, nouveaux programmes, nouveaux manuels, nouveaux objectifs, nouveaux projets, …  c’est un moment magique pour moi lorsque j’inscris au tableau la date du premier jour de classe!  Débuter une nouvelle année…  c’est tellement merveilleux.  Ne trouvez-vous pas?  On planifie de nouvelles façons de travailler, on imagine déjà une tonne de petites choses différentes pour améliorer notre travail, on planifie autrement certaines choses alors que d’autres reviennent joyeusement prendre place en classe.

Oui, j’adore ça.

Est-ce que mes enfants partagent mon enthousiasme?  Probablement que non…  en fait, je suis certaine que non.  Ils sont des enfants…  des enfants qui aiment bien n’avoir rien d’autres à faire que s’amuser, profiter du beau temps, nager dans la piscine, rêvasser sur le patio, rouler à vélo, marcher dans la nature, déguster les bleuets présentement, découvrir le plaisir de vivre sans rien de planifié ou d’organisé.  Je comprends parfaitement puisque j’ai particulièrement apprécié notre période de vacances mais…  mais…   le temps est venu de travailler aussi.

Pour la première semaine, nous travaillerons en matinée seulement comme au printemps : 6 matinées ( 7:30-11:30).  Pour la deuxième semaine, nous ferons probablement autre chose puisque les enfants aimeraient bien essayer 8:30-11:30 / 14:00-16:00  Vous devinez surement que je préfère les matinées, mais je vais respecter ce que les enfants apprécient le plus parce que ce sera plus simple de bien travailler si c’est «leur» choix.  Par contre, pas question de chevaucher les deux horaires si les enfants ne s’entendent pas…  il y a des limites au respect ici 😉

Notre horaire devrait ressembler un peu à ceci :

 Dimanche : 

  • Un petit bonjour / objectif de la semaine / date du jour / mot du jour.
  • Distribution et première lecture de la dictée préparée qui sera donnée lundi.
  • Mathématique : chaque enfant travaille à son programme.
  • Anglais : chaque enfant travaille à son programme
  • Français / étude de la langue : chaque enfant travaille à son programme
  • Lectures personnelles : lecture du roman à l’étude.

Mon fils-2 travaille totalement à part.  Son programme ne correspond plus à la routine des plus jeunes.  Dans son cas, nous alternons toutes les matières à faire.

Lundi :

  • Un petit bonjour / objectif du jour / date du jour / mot du jour.
  • Français / étude de la langue : chaque enfant travaille à son programme
  • Anglais : chaque enfant travaille à son programme
  • Mathématique : chaque enfant travaille à son programme.
  • Dictée : Je donne les deux niveaux en même temps et la dictée de mon fils-2
  • Je découvre un pays ou une ville :  L’enfant sélectionne un pays ou une ville et on cherche quelques informations.
  • Lectures personnelles : lecture du roman à l’étude.

Mardi :

  • Un petit bonjour / objectif du jour / date du jour / mot du jour.
  • Histoire : les deux enfants font le même programme cette année.
  • Lecture en anglais : chaque enfant lit ce que j’ai sélectionné
  • Science : chaque enfant travaille à son programme
  • Géographie : chaque enfant travaille à son programme

Mercredi :

  • Un petit bonjour / objectif du jour / date du jour / mot du jour.
  • Distribution et première lecture de la dictée préparée qui sera donnée lundi.
  • Mathématique : chaque enfant travaille à son programme.
  • Anglais : chaque enfant travaille à son programme
  • Français / étude de la langue : chaque enfant travaille à son programme
  • Lectures personnelles : lecture du roman à l’étude.

Jeudi :

  • Un petit bonjour / objectif du jour / date du jour / mot du jour.
  • Français / étude de la langue : chaque enfant travaille à son programme
  • Anglais : chaque enfant travaille à son programme
  • Mathématique : chaque enfant travaille à son programme.
  • Dictée : Je donne les deux niveaux en même temps.
  • Carnet nature :  On poursuit la découverte de la nature et on s’informe sur nos découvertes.  Cette année, je vais probablement cibler des choses.  À confirmer.
  • Lectures personnelles : lecture du roman à l’étude.

Vendredi :

  • Un petit bonjour / retour sur notre objectif de la semaine / date du jour / mot du jour.
  • Français / étude de la langue : chaque enfant travaille à son programme
  • Mathématique : chaque enfant travaille à son programme.
  • Arts plastiques
  • Musique

J’oubliais…   les lectures se poursuivent en après-midi et en soirée s’il le faut.  Même chose pour la mémorisation de la poésie ( aux deux semaines cette année).  J’insère le calcul mental à quelque part en matinée ou en après-midi en marchant 😉  Je leur demande de faire une période de «Tap touche» dans la journée.

Alors, si le coeur vous en dit, je vous invite à nous suivre encore une fois pour cette nouvelle année qui débute.  N’hésitez pas à poser vos questions, à me suggérer des discussions, à me proposer des pistes de réflexion…

Je suis toujours ouverte aux suggestions 😀

 

 

Elle s’en vient…


Nous approchons de notre rentrée…  oui, oui, elle vient rapidement!

Nous avons profité de ce mois de vacances et j’avoue que j’en suis très heureuse.  Je ne croyais pas d’ailleurs avoir autant besoin de me reposer.

Il faut cependant l’avouer, ma vie est souvent un tourbillon tellement je suis occupée!  C’est fou à quel point l’aspect «école-maison» occupe une large place dans ma vie.  Je m’en rends compte surtout en vacances où j’ai beaucoup de temps pour faire autre chose! hihhi.  Imaginez, j’ai lu 5 livres en 3 semaines! et tout ça à travers mes jardins, mes sorties, les cueillettes de petits fruits, la maisonnée, la préparation scolaire, …

Comme je désire une année «épurée», avouons-le, ma planification est beaucoup moindre, tellement d’ailleurs que je me surprends moi-même.  Je vais enfin m’offrir une année où j’aurai le temps d’explorer sereinement au lieu de toujours courir vers le prochain sujet du jour.   Je l’ai mentionné à plusieurs reprises, je vais suivre les enfants…  tout simplement.  Je vais limiter au maximum les sujets «autres» que la base essentielle à voir.  Ainsi, nous pourrons explorer «ailleurs» que dans nos manuels.  Je veux retrouver le plaisir de jouer, découvrir, explorer, bien vivre auprès de mes enfants pendant la journée et pas uniquement en soirée faute de temps!

Tous les projets qui ne permettent bien souvent que peu d’apprentissages réels…  je les mets de côté.  Tout ce temps passé à «séduire» au lieu d’apprendre concrètement quelque chose, j’en ai assez.  On passe un temps fou à bâtir de magnifiques projets qui ne servent bien souvent qu’à dessiner, travailler l’art de bien découper, la finesse de bien recopier ou la maîtrise d’une construction quelconque! hihihi  Mais, au bout du compte, l’enfant ne retient pas plus que si nous en avions discuté longuement!  Oui, il a un joli cahier bien décoré, un joli projet à ranger sur son étagère…  mais quelles informations aura-t-il réellement retenues dans quelques mois?  Je parle d’informations réelles, pas du plaisir à faire les activités 😉

Je ne parle pas en l’air…  croyez-moi…  j’ai exploré tellement de choses depuis mon début d’école-maison!

Je vieillis j’imagine…  Je sens le besoin de concentrer ma force de frappe au lieu de l’éparpiller en diverses choses inutiles.  Je me rends compte que c’est la même chose partout dans mon quotidien…  On dépense tellement de temps à des futilités…  On passe tellement de temps à s’inventer un monde qu’on n’a pas réellement besoin.

Vous connaissez la loi Pareto?  80% des choses (effets) arrivent à cause du 20% (causes)  ou plus simplement on porte 80% du temps les 20% de nos vêtements!!! hahaha  ou on passe 80% du temps à apprendre le 20% que nous retenons!!!

Je pense qu’on peut facilement appliquer ça en classe-maison… 20% de ce que nous travaillons est «réellement» essentiel et utile…  le reste, le 80% ne sert qu’à habiller notre temps, séduire, nous conforter, nous donner l’impression de «faire ce qu’il faut».  Nous savons tous que nous ne retenons qu’une mince partie des informations que nous apprenons… c’est ainsi depuis toujours.  On dépense une telle énergie à vouloir «être différent» alors que depuis toujours, les gens qui savent beaucoup sont ceux qui ont pris le temps de se passionner pour «apprendre» tout le temps.

Il faut donc, non pas s’éparpiller partout, mais cultiver la «curiosité d’apprendre»!!!!

J’ai hâte à cette nouvelle année…  tellement…  Et vous?

 

Journal quotidien


Lorsque mes yeux se promènent dans les vieux manuels, je remarque encore plus à quel point on a nivelé par la base les textes à lire et travailler.

C’est tellement incroyable que je me questionne, malgré que je bonifie mon programme de français chaque année pour mes enfants, si mon fils-3 réussira à utiliser adéquatement son petit manuel de français.

Je suis en train de le préparer et, franchement, sérieusement, je commence à douter.  Je ne doute pas de mon choix…  mais…  il demandera beaucoup de travail pour ce troisième fils!  Je connais ses capacités et je me demande comment je vais l’encourager à persévérer dans les premières semaines.

Si j’observe un texte de Montaigne proposé la deuxième semaine…  sérieusement?  Je doute que mon fils-3 réussisse à «bien» lire seul ce texte! Même si j’essaie de me convaincre du contraire, je sais par expérience qu’il n’y comprendra rien.  Juste cette simple phrase…  une toute petite phrase au début du texte proposé sera totalement incompréhensible pour lui.

«(…) Chez moi, je me détourne plus souvent à ma librairie, d’où, tout d’une main, je commande à mon ménage.»

Il fallait lire : Chez moi, « je vais» souvent dans ma «bibliothèque», d’où, «à la fois» je «veille, surveille » «l’ensemble de la maison ainsi que ses membres»

Pfft…  Ça risque de faire grincer un peu les dents de mon troisième!  Imaginez les questions de compréhension qui sont associées à ce texte!!!!

Bon, ce n’est qu’un texte parmi plusieurs autres.  D’ailleurs, je peux le remplacer par un autre si je le désire.  Je ne devrais pas me plaindre ainsi puisque c’est bien moi qui les choisis ces textes à travailler! hihihi

Journal quotidien


Je semble inexistante présentement…  mais détrompez-vous, je suis toujours là, en sourdine.

Puisque mon conjoint est en vacances pour trois semaines, nous en profitons, tout simplement, pour faire plusieurs sorties avec les enfants et profiter du beau temps.

Je travaille en parallèle, quelques heures le matin, à la préparation de ma prochaine année scolaire.  Nous avons mis de côté les trois jours par semaine jusqu’en août puisque mon mari tenait à ce que nous prenions le temps d’être ensemble à faire autre chose que «l’école» pour ses vacances.  Inutile de dire que les enfants sont bien heureux d’être en pause et… avouons-le, moi aussi 🙂 même si la saison estivale m’apporte toujours beaucoup de choses à faire.

Ne soyez donc pas surprise si je suis moins présente…  je serai de retour bientôt!

Journal quotidien


Deuxième matinée de la semaine de classe-maison pour nous.  Comme c’est une autre journée sous la pluie chez nous, les enfants n’ont pas l’impression de perdre quelque chose.  Disons que pour le moment, le temps n’est pas encore très intéressant pour la période estivale.  Ce matin, nous ne travaillons que 2 heures… donc très courte matinée!

Au programme ce matin :

1)   On débute par une dictée…  pour les 3 niveaux.

Je travaille autrement cette semaine.  Je leur donne une dictée surprise ce matin qu’ils travailleront ensuite les prochains jours.  Nous allons utiliser cette courte dictée pour faire de l’analyse et je la redemanderai la semaine prochaine.

Voici mes dictées du jour :

Fils 4 : La petite classe.  Mademoiselle montre les lettres du le tableau noir.  la baguette de bambou désigne le mot en.  Marcel distingue, dans ce mot, la voyelle e et la consonne n.  Puis le petit enfant docile copie l’alphabet.  Maman sera contente.

Après la dictée, je lui demande de retrouver les verbes et les sujets.

+++++++++++++++++

Fils-3: Crépuscule.  Le ciel était d’or fondu, et le fleuve, au fond de la vallée, doucement luisait, par reflet.  Mais l’herbe entrait déjà dans l’ombre, et les saules ne luisaient plus.  Peu à peu mourait la dernière brise.  Une langueur traversait cette fin de jour et annonçait une nuit exquise.  R.Bazin

Après la dictée, je lui demande de retrouver les verbes et les sujets.

+++++++++++++++++

Fils-2 : Au moulin.  Laissons là l’âne philosophe, qui ploie sous le faix des sacs que l’on décharge, et, avec le meunier à la longue blouse enfarinée, pénétrons dans le moulin.

Autour de nous, pas un seul objet qui ne s’agite convulsivement ou ne vibre sous la pression de la cascade invisible qui gronde à nos pieds et dont nous discernons çà et là, par les interstices, la fuyante écume.  Les murs, le plafond, le plancher, tout tremble incessamment des secousses de la force cachée. Dans un coin sombre, l’arbre moteur tourne, sans nul relâche, comme le génie du lieu ; des roues dentées, des courroies tendues d’un bout de la table à l’autre transmettent le mouvement aux meules grinçantes, aux trémies oscillant avec un bruit sec, à tous ces engins de bois ou de métal qui chantent, geignent ou hurlent dans un concert bizarre.  É.Reclus

 

2)  Mathématique pour les deux plus jeunes et arts pour mon fils-2

3)  Géographie pour les deux plus jeunes.  On termine notre travail de la semaine dernière….  il n’était pas encore terminé.  Mon fils-3 débute un travail de recherche sur un artiste en art.

Planification

Je pense que la seule matière qui me cause toujours beaucoup de problèmes lorsque je la planifie c’est l’anglais.

J’ai passé une bonne partie de l’après-midi d’hier à examiner les programmes québécois à la librairie…  Pfft…  comme c’est difficile de choisir quelque chose dans ce genre de programme officiel.  Ils me semblent tous tellement monotones… et ne correspondent jamais totalement à ce que je recherche.

J’aime les programmes qui proposent du vocabulaire, de courts textes à lire et à comprendre, de l’étude de la langue, des propositions d’écriture…  bref un programme plus anglophone que francophone 😉

Dans les programmes québécois pour ce niveau, celui que me semblait le mieux est le cahier de ERPI

Cliquer ici pour voir un extrait

Mais…  ce n’est pas vraiment ce que je cherchais.  Il offre au moins l’avantage d’installer du vocabulaire!

Je pense reprendre «English Smart» pour lui…

Ce n’est pas un programme extraordinaire, mais il permet de faire le tour au moins.  Il offre l’avantage de faire un peu de tout.  Par contre, pour mon fils-4… je suis assurée qu’il ne peut pas faire un programme de 5e année…  ouf… loin de là.  Je vais lui proposer le grade 3 au départ et je m’ajusterai au fur et à mesure.  De toute façon, je possède les grades 3-4-5-6.

Je possède beaucoup, beaucoup de ressources à la maison pour compléter mais j’aime bien avoir un programme de base et broder autour.  Si j’habitais dans un milieu anglophone je serais rassurée…  mais je vis dans un milieu totalement francophone.  Tellement…

Le CNED en ligne n’est pas inintéressant non plus.  Mes trois plus vieux ont fait le niveau CM2 et chacun avait apprécié…  sauf pour les sections à l’oral 😉  Je vais probablement utiliser quelques sections.

Pour la lecture, je possède plusieurs petits albums, romans en anglais.  J’aime bien les petits cahier de «reading A-Z» qui sont progressifs et je possède plusieurs cahiers anglophones.

J’ai déniché quelques vieux manuels qui offrent la partie française en parallèle.  Les deux plus jeunes aiment beaucoup.

livre 1,1_français-anglais

livre 1,2 français-anglais

livre 2_français-anglais

livre 3_français-anglais

oui…  ils sont vieux…  mais ils ne sont pas dépourvus d’intérêts!

 

Finalement, je ne suis pas totalement satisfaite mais…  il apprendra quelque chose assurément! ha!

Journal quotidien


Une autre matinée de classe-maison aujourd’hui pour nous.

Au programme :

1)  Vocabulaire du thème

Le partie abandonnée de plusieurs programmes scolaires : le vocabulaire.

On n’insiste jamais assez sur l’acquisition d’un vocabulaire plus précis et plus juste.

Malheureusement, on utilise toujours, au quotidien, le même vocabulaire pour les mêmes choses.  Si on ne force pas l’enfant à utiliser un mot différent pour dire la même chose, il ne le fera jamais…  et, par le fait même, trouvera toujours difficile de lire certains textes.

J’ai toujours insisté sur l’acquisition de mots chaque semaine depuis longtemps, mais, pour la prochaine année, je vais y mettre encore plus de temps.  D’ailleurs, les vieux manuels, proposent beaucoup d’exercices de vocabulaire.

On rencontre à notre époque un problème important : les manuels scolaires sont remplis de textes insignifiants contenant toujours les mêmes mots simples du langage familier, parfois courant, du quotidien.  Les enfants québécois n’ont plus JAMAIS accès à des textes de langage soutenu.  Ils sont d’ailleurs très souvent en langage familier.  On semble oublier que pousser un peu plus loin le choix des textes permet l’acquisition d’un vocabulaire beaucoup plus riche.  Au lieu de dire le truc, la chose, le machin, le cossin, la gugus, la bébelle, la patente, etc…  on pourrait permettre à nos enfants d’utiliser le mot exact pour un objet particulier, un mot exact pour un sentiment quelconque, un mot précis pour décrire avec exactitude ce que l’on voit.

Tout ce préambule pour dire simplement que nous débutons avec le vocabulaire ce matin!

Je donne donc des mots de vocabulaire, non pas à lire, mais à écrire et à travailler.  Je veux que ces mots soient suffisamment compris pour être intégrés dans notre langage.  D’ailleurs, je sélectionne quelques nouveaux mots et j’oblige les enfants à les utiliser au moins une fois chaque jour pendant la durée du thème.  C’est toujours la partie amusante de cet exercice.

Aujourd’hui :

  • Lecture et analyse des mots.
  • Recopie des mots.
  • Quelques exercices oralement sur l’utilisation de quelques mots.

 

 2)  Géographie

Fils-3 : Qu’est-ce qu’une métropole? ( «Parallèles», Chenelière Éducation, p.20-23 )

Fils-4 : La végétation du Québec.  Après la forêt mixte, nous abordons la forêt boréale, la forêt subarctique et la toundra

3)  Mathématique

Calcul mental : je révise toutes les tables d’addition, soustraction et multiplication pendant quelques semaines.  Je vais beaucoup insister sur l’acquisition du calcul mental cette année… encore plus que les années passées!  Cela facilite grandement les calculs de tous genres ensuite!  Mes enfants ont de bonnes habiletés avec le calcul mental…  mais on a besoin de rendre tout ça accessible plus rapidement!

Fils-3 : une révision du programme de 6e avant de débuter le programme de secondaire 1.

Fils-4 : On débute son nouveau manuel de 5e année ( «Accent mathématique 5», Duval, p.2-3)

 

Pour le reste…  on verra le temps que j’aurai de disponible.

Pour mon fils de secondaire 5

1)  Dictée :

L’écureuil n’est qu’à demi sauvage; sa gentillesse, son enjouement, l’innocence de ses mœurs, sont charmants et mériteraient qu’on épargnât ce joli petit animal, qui n’est ni carnassier ni nuisible, quoiqu’il saisisse quelquefois des oiseaux.  Il est propre, éveillé et des plus alertes ; ses yeux brun sombre sont pleins de feu ; il a la physionomie fine et sa gracieuse silhouette est encore rehaussée par une belle queue en panache.  Toute autre espèce de quadrupède vit ordinairement à terre ; sa vie, à lui, est tout autre : il est presque incessamment en l’air et, par sa légèreté, il approche de la gent ailée; ce sémillant animal, de même que les oiseaux, demeure sur la cime des arbres, et il n’est pas rare qu’il parcoure toute une forêt en sautant de l’un à l’autre.

D’après Buffon

2)  Arts plastiques :

Il travaille sur son premier projet d’art (dossier de consignation de la prochaine année)

Journal quotidien


Notre retour en classe

Nous débutons la classe ce matin par l’installation de notre premier thème : la rentrée…  hihihi  les enfants ont bien rigolé..  la rentrée en juin 😉 En voilà une rentrée étrange!?!?!

Nous avons longuement discuté sur le mot «rentrée» et sur les différences entre l’école d’aujourd’hui, notre classe-maison et l’école d’autrefois.  Notre constat?  Notre classe-maison ressemble, sur plusieurs points d’ailleurs, à l’école d’autrefois : classe multi-niveaux, dans une maison, beaucoup de sujets travaillés oralement, les grands qui aident les plus jeunes, etc…

Premier travail… très difficile d’ailleurs…  un dessin sur le thème pour illustrer notre première page de journal de travail 😉  comme vous voyez, on commence en force ce matin!  Je l’avoue…  je voulais débuter lentement pour leur rappeler que le travail pendant l’été sera plus léger que durant la période scolaire officielle.

Mon fils-2, en secondaire 5 pour la prochaine année, débute un projet d’art.  Oui, déjà…  j’aimerais tellement avoir fait une grosse partie des projets avant l’automne pour conserver tout notre temps pour les maths et les sciences.

C’est tout.  Tout simplement.  Une très courte matinée puisque nous devons quitter ensuite.