Journal quotidien 2017-2018

Journal quotidien


Une autre semaine qui débute ce matin.

Comme nous travaillons en classe-maison depuis longtemps, mes enfants connaissent la routine et sont conscients de mes attentes envers eux.  Je n’ai pas grand chose à vous raconter puisque mes enfants, devenus plus grands, travaillent sans difficultés maintenant.  C’est l’avantage de les voir grandir !

Cette année, nous éliminons les projets farfelus, les recherches, etc. Nous nous concentrons sur les matières à voir.  Mes enfants sont maintenant en mesure de créer ou d’explorer des passions à l’extérieur du temps de classe.

En classe, on travaille les matières à voir, à l’extérieur de la classe, on s’amuse, on grandit, on explore, on découvre, …  bref on ne travaille tout simplement pas les mêmes choses.  De toute façon, plus le niveau scolaire augmente, plus le travail demandé devient exigeant et le temps disponible pour apprendre, lui, ne devient pas plus grand.  On manque de temps.

Dans notre classe aujourd’hui…

Secondaire 1

  • Dictée
  • Orthographe : Les noms en y, ill
  • Français : lecture «Je parle loup ! »
  • Écriture : Pour faire suite à la lecture : Raconter un jeu entre la jeune fille et le loup.
  • Mathématique : Estimer et arrondir
  • Histoire : La vie des nomades au Paléolithique
  • Anglais : Grammar (prepositions) + lecture.
  • Arts plastiques : il doit terminer, dans ses temps libres, son projet d’arts.
  • Lecture : il doit terminer son roman à l’étude cette semaine.

Secondaire 3

  • Dictée
  • Orthographe : Les consonnes doubles
  • Français : lecture «L’herbe bleue » + analyse
  • Mathématique : La loi des exposants
  • Histoire : Les croyances et les rites des autochtones
  • Science :  on termine la séquence de la semaine dernière
  • Anglais : grammar (adverbs)
  • Lecture : il doit terminer son roman à l’étude cette semaine.

Bonne journée à vous !

Publicités
Journal quotidien 2017-2018

Journal quotidien


La routine est déjà installée… oui, déjà.  Je suis chanceuse d’avoir de bons enfants qui prennent place en classe-maison et travaillent aussi bien.  J’ai déjà presque oublié mon départ de la semaine passée ! hi hi hi

C’est plaisant de voir que la routine de travail est déjà bien comprise.  Les matières s’enchaînent, sans stress, et le travail est bien fait.  Les enfants ont tellement grandi pendant l’été, je me retrouve avec deux jeunes qui semblent être déterminé à bien travailler.  On verra si je garderai cette image d’eux longtemps! ha!

Bon, ce n’est pas parfait, naturellement.  Il m’arrive de demander d’arrêter de parler à l’un de mes enfants qui a toujours une chose ou deux à raconter.  Il ne s’arrête que pour dormir celui-là !  Il parle…  parle…  parle…

Je réalise à quel point l’ «atmosphère» dans notre classe-maison a un rôle vraiment important pour le bon déroulement de notre matinée.  Quand on prend le temps de bien faire les choses, sans s’énerver pour accélérer le travail, sans chercher à atteindre un résultat quelconque déjà planifié et prévu, le travail produit est franchement mieux fait et va au-delà de ce que j’avais prévu de faire.

On sous-estime grandement l’impact de notre attitude dans le bon déroulement de notre temps de travail.  L’adolescent, qui nous connaît bien davantage qu’un tout jeune enfant, ressent clairement notre satisfaction ou insatisfaction.  Il devine clairement notre exaspération, notre frustration, etc.  Dès qu’on le laisse travailler, qu’on lui donne la chance d’avancer dans un rythme qui lui ressemble, il produit un travail d’une bien meilleure qualité.  Prendre le temps…  pas toujours simple quand on désire accomplir un certain nombre de choses dans une semaine.  Étant une mère assez…  disons…  hyperactive…  il n’est pas toujours facile de voir la lenteur s’exprimer avec autant d’emphase dans notre classe-maison !

Bon, je vous laisse…  Pour faire changement, je retourne préparer la classe pour les prochaines journées !

Journal quotidien 2017-2018

Journal quotidien


Une courte période de travail pour notre première journée…  heureusement…  On se serait cru à notre première journée d’école-maison à vie !

Et si je vous disais que la matinée s’est même terminée dans le chaos total…  Ça vous parle?  Pfft…  Une vraie farce.

Déjà, au départ, mon plus jeune n’était pas encore prêt, curieusement d’ailleurs puisqu’il est toujours réveillé très tôt celui-là.  On a donc retardé un peu l’entrée en classe..  Et là,  dès le tout début, tout s’est mis à aller de travers.

Tout a commencé par « LE » crayon qui allait si bien l’an dernier qu’on ne retrouve pas.

Bin oui…  « LE» fameux crayon « rouge » qui n’écrivait sûrement pas mieux parce qu’il était rouge!!!!  Comme il a servi à l’écriture de plusieurs «codes secrets» les dernières semaines, on ignore où le mystère l’a entraîné !  Pourtant, sans lui, pas question de débuter…  Wow…  J’ai déposé un joli crayon vert devant mon fils-4 et je l’ai rassuré :  IL ÉCRIT PARFAITEMENT BIEN CE CRAYON VERT !

Puis, le choix du cahier de dictée…   Franchement…  je vous le dis, une vraie farce !  Ils se sont mis à se chamailler pour un cahier d’écriture à la couverture colorée.  Là, j’étais déjà au désespoir, croyez-moi…  J’ai confisqué le fameux cahier et déposé deux autres cahiers «identiques» devant chacun d’eux.  On se serait cru dans une classe de maternelle !

Ensuite, il fallait des mines dans le pousse-mines…  et c’est vraiment long mettre une minuscule mine dans un pousse-mine !

Ça ne pouvait pas s’arrêter là…  la gomme à effacer qui n’est pas la même que l’an dernier et qui semble ne pas effacer aussi bien…  Le manuel de français qui propose des textes tellement trop longs à lire…  et ce fut ainsi jusqu’à ce que je ferme les cahiers et que je déclare qu’une T-R-È-S… L-O-N-G-U-E…  D-I-S-C-U-S-S-I-O-N…  devait introduire notre année scolaire.

Et si je mentionnais qu’il a fallu que j’aille déposer mon fils-2 au CEGEP, puis aller le rechercher quelques heures plus tard.  Une folie !

Vous savez quoi ?

C’est la première fois, en 17 ans, que je vis une rentrée comme celle-ci !  Ha !  Je n’en reviens tout simplement pas.  Croyez-moi, je vais me coucher tôt !!!!

Journal quotidien 2017-2018

C’est un départ !


Après plusieurs imprévus…  c’est notre vrai départ ce matin !

Comme pour toutes les rentrées, je suis fébrile et…  heureuse de débuter.  Il n’y a rien de mieux qu’un nouveau départ pour implanter plusieurs petites choses qu’on souhaite toujours «meilleures» que ce que nous avions implantées les années précédentes.

Dire, comme ça, que les enfants sont heureux de commencer ce matin serait franchement exagéré ; je pense qu’ils sont heureux de changer un peu la routine de l’été malgré tout.  Ils sont en vacances depuis longtemps maintenant, le retour en classe changera un peu l’atmosphère de la maisonnée.  De toute façon fils-2 a commencé le CEGEP cette semaine aussi.

Nous débutons donc dans quelques minutes (7:00) en espérant que cette nouvelle année sera à l’image des précédentes : une marche de plus vers la prochaine année ! Ha !

 

Journal quotidien 2017-2018

Journal quotidien…


Quand mon mari m’a annoncé, hier soir, qu’il amenait les enfants dans sa journée «entre gars » lundi…  hum…  Je me suis dit que notre première journée de classe-maison serait déjà chamboulée !

Un début d’année scolaire qui débute en force ! hihihi

C’est aussi « ça » la force de l’école-maison.  On prend la balle au bond pour vivre une journée de rêve au bord d’un lac le vent dans les cheveux, les adolescents riant aux éclats, chahutant ou coursant entre eux avec leur kayak (ou un canot, pédalo) ou nageant sous l’eau avec leurs masques pour observer les poissons.

C’est une journée « entre gars » ce lundi…  une mère, ça reste derrière.

Une fois par été, papa propose ce genre d’activité : un incontournable maintenant chez nous.  Les enfants ont toujours grandement apprécié cette journée dans un havre familial : une pleine journée «masculine» ou maman ne surveille pas, mine de rien, les sauts périlleux, les plongeons interdits, le chahut dans la piste d’hébertisme, les glissades, les longues périodes d’exploration, etc… Une journée où papa rêvasse tranquillement pendant que les adolescents s’amusent joyeusement !

Finalement, une journée où on laisse la témérité se vivre pleinement !

On remet donc notre première journée d’école-maison à mardi !

Journal quotidien 2017-2018

Journal quotidien


Je suis toujours surprise lorsque je parle avec une mère-enseignante ou une enseignante de les voir utiliser qu’un seul manuel en français et se sentir très bien avec ça…

Pourquoi pas moi ?

Même si je rêve, depuis longtemps, de ne prendre qu’un seul manuel de français, dans les faits, c’est extrêmement difficile pour moi.  Dès que je feuillette un vieux manuel, j’y découvre plusieurs textes qui m’attirent toujours un peu plus que mon manuel de base.  Je n’arrive pas à me concentrer sur un seul manuel qui propose, trop souvent, la moitié des textes qui me plaisent bien et l’autre moitié qui me fait grincer des dents.  Si j’ai un peu de chance, les textes me plairont mais le travail qui l’accompagne beaucoup moins.  J’ai toujours l’impression qu’on pourrait aller plus loin ou faire un peu mieux.  J’ai souvent l’impression que le travail proposé n’est pas celui qui apporte le plus de bénéfice concret à l’enfant.

Naturellement, on rêve toujours d’un programme fait sur mesure pour soi.  Bien franchement, qui ne voudrait pas d’un programme parfait! ha!

Je suis donc…  encore…  en indécision face à mon programme de français pour la rentrée.  J’ai sélectionné un manuel mais…  pour le moment en tout cas…  je rêve de mieux.

Bon, je retourne à mes planifications que je suis en train de peaufiner !

Bonne journée.

Journal quotidien 2017-2018

Journal quotidien


Je trouve toujours incroyable de voir mes enfants répondre «naïvement» à mes questions lors des lectures obligatoires.  J’ai souvent l’impression qu’ils ne réalisent pas que je vérifie ce qu’ils lisent en les questionnant ainsi.  Je passe auprès d’eux et je lance une question ou encore je demande candidement de me raconter où ils sont dans le roman.  Un peu «ratoureuse» (langage québécois) me direz-vous…  hum… un peu, je l’avoue puisque les enfants s’y laissent souvent prendre.

Même si nous ne débutons que la semaine prochaine, les premières lectures sont déjà en route.  Comme j’ai toujours lu les romans au programme dans notre classe, j’en profite pour vérifier, mine de rien, si la compréhension est là certes, mais surtout si on peut pousser un peu plus loin la réflexion face à ce qu’on lit.

Lire pour lire…  hum…  oui, en lecture libre,  mais pas en lecture obligatoire chez nous.  J’aime me servir de nos romans à l’étude pour les questionner, apporter un angle différent, stimuler la réflexion, demander ce qu’ils en pensent, etc.

Ce travail, qui semble souvent insipide aux yeux des autres, apporte pourtant un bénéfice extraordinaire : je découvre ce que pensent mes jeunes sur différents sujets.  J’aime tellement ça…  On sent germer des idées qui ne viennent pas de nous, les parents.  On sent poindre une vision totalement différente de la nôtre et j’aime beaucoup.  Par moment, on sent qu’ils sont encore jeunes, influencés par ce que nous véhiculons chez nous, mais, souvent, ils sont ailleurs…  déjà.

Je réalise à quel point le choix des romans que j’impose est essentiel…  vraiment, puisqu’ils me permettent, bien souvent, d’installer un germe, une petite graine, un simple souffle d’idée sur un idéal à atteindre ou simplement de prendre conscience de soi et des autres, de leurs différences, des choix qu’ils font, des rêves qu’ils ont, etc.

Ils sont beaux mes adolescents lorsqu’ils lisent et lorsqu’ils partagent la lecture qu’ils font.  Mais par dessus tout, j’aime particulièrement qu’ils discutent avec moi d’un passage qu’ils ont particulièrement apprécié et qui résonne davantage en eux.

Comme j’aime l’école à la maison pour cette présence constante que je peux avoir auprès d’eux.  Je suis le témoin d’une grande chose : leur transformation.

Journal quotidien 2017-2018

Journal quotidien


Voilà, mes non-vacances sont officiellement terminées !

Malgré l’envie de profiter un peu de l’été, je reprends ma place derrière mon clavier pour mettre en ordre mes planifications finales.  Je suis loin d’être totalement prête mais j’y suis presque.

Nous reprenons officiellement notre place en classe-maison le 21 août !

C’est pour bientôt… Très bientôt…

Mes deux derniers sentent que la fin des vacances est proche pour eux aussi.  D’ailleurs, chacun a débuté sa première lecture obligatoire.  Comme j’ai prévu un rythme un peu plus soutenu cette année, ils sentent déjà que cette nouvelle rentrée sera légèrement différente et un peu plus «encadrée» que les années précédentes.

Pour vous, je le devine, mes enfants sont déjà dans un environnement «encadré» en classe-maison puisque nous travaillons d’un façon très formelle, mais comme je serai vraiment occupée cette année, j’ai besoin que chacun d’eux travaille plus «sérieusement» que par le passé.  J’ai besoin de sentir que les périodes d’autonomie, que nous avons tranquillement installées par le passé, seront efficaces et pertinentes cette année.

Alors, me revoilà auprès de vous pour une 17e année d’école-maison!!! J’espère avoir la chance de vous lire et j’aime croire que je pourrai vous apporter encore un peu…  Malheureusement, pour plusieurs d’entre vous, ce blogue n’apporte plus autant qu’avant puisque mes deux derniers sont au secondaire maintenant…  J’ai moins de liberté avec les programmes, je fais moins de découvertes utiles sur le net, j’ai moins de difficultés avec la discipline en classe, etc.

Que voulez-vous, mes enfants connaissent notre routine de travail et savent que le travail scolaire n’est pas une option chez nous.  Ils travaillent sans réellement se plaindre puisque rechigner n’apporte rien de concret ou d’utile dans notre quotidien.  J’ai donc moins de choses à raconter…

Quoique…

Celles qui me connaissent doivent rire en silence devant leur écran puisqu’elles savent que j’ai toujours un petit quelque chose à raconter quand elles me rencontrent! ha!

Comme par le passé, si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire en privé et c’est avec plaisir que je prendrez le temps de vous répondre.  J’espère avoir la chance de vous aider à ma façon.

Bonne rentrée, pour celles qui débutent bientôt, je vous souhaite une merveilleuse année scolaire 2017-2018!

Je réponds à une question·Journal quotidien 2017-2018

Je réponds / Leçons de maths ?


Donnes-tu de véritables cours, comme en classe régulière, à tes enfants ?


Non, je ne donne pas de cours formels, comme en classe régulière.  Par contre, effectivement, je prends toujours le temps d’expliquer les notions avant de laisser l’enfant travailler en autonomie.

En fait, je fais un peu plus que ça.

Mon cahier de travail :

Chaque programme contient sa page de leçon.  Parfois, pour certains programmes, la leçon se trouve dans un calepin des savoirs dans un autre manuel ou sur des feuilles reproductibles.

J’imprime toujours ces leçons que nous conservons précieusement dans un cartable (classeur).

Lors de la leçon, je lis, avec l’enfant, la leçon et je l’explique.  Parfois, la lecture suffit puisque c’est très simple.  Par contre, très souvent, il faut plus qu’une simple lecture pour réellement comprendre.


En passant, au sujet des savoirs… 

Il m’arrive, parfois, de complètement modifier certaines informations.  Oui, oui, « modifier, changer », puisque les techniques enseignées ne sont pas toujours les seules à produire un même résultat. Prenons la simple division, plus d’une façon de faire existe pour réaliser une division.  Quelle méthode est la meilleure ?

Les connaissances à acquérir sont souvent étalées sur plusieurs années et la façon de travailler peut changer d’une année à l’autre (pour une même notion).  Par exemple, pour trouver l’équation d’une droite au secondaire, deux façons seront enseignées…  Pourquoi ?  Pour rien.  L’important n’est-il pas de trouver cette équation ?  En tout cas, pour moi, ça me suffit.  J’enseigne donc la bonne manière dès le départ.  La première façon, en secondaire 2, n’apporte rien d’utile pour les prochains niveaux puisqu’elle ne sera plus utilisée ensuite!

Je n’hésite pas à corriger le tir.  Je connais, maintenant, suffisamment les programmes pour savoir que la seconde façon sera plus utile pour la suite. 

Je modifie donc, à l’occasion, la feuille des savoirs pour mieux nous servir.


Pendant la lecture de la leçon, je fais toujours les exercices proposés par la leçon, au tableau, en prenant le temps de répéter notre démarche de travail pour réaliser l’exercice.  J’insiste beaucoup sur la bonne façon de faire puisqu’elle facilitera grandement le travail éventuellement.

Je n’hésite pas à répéter comment résoudre les exercices.  J’insiste même sur une bonne façon de faire,  la même d’ailleurs jusqu’à la fin du secondaire.

  • On sépare notre travail en deux : à gauche, les formules, les données de travail.  À droite, les calculs.
  • On écrit «en mots» ce que l’on doit faire.
  • On écrit, sur la ligne suivante, à gauche, la formule mathématique utilisée.
  • On écrit, sur la ligne suivante, toujours à gauche, les données.
  • On fait les calculs à droite.
  • On écrit la réponse à gauche.

Je donne toujours, par la suite, un autre exemple que j’invente.

Nous faisons ce nouvel exemple ensemble.  Je le laisse me dire comment faire.  Je peux donc voir, dès le départ, qu’il comprend ce qu’il devra faire.  D’ailleurs, je regarde toujours les exercices qui seront proposés, avant.  Mon exemple est un exemple qui ressemble au travail qu’il devra effectuer ensuite.

Il est important, selon moi, d’expliquer «comment faire» car c’est ce que l’enfant devrai faire.


Un exemple (secondaire 4 – méthode de réduction)

  1. Choisir la variable à éliminer ;
  2. Obtenir des coefficients numériques opposés devant la variable choisie en trouvant des équations équivalentes au besoin ;
  3. Additionner membre à membre les équations obtenues en 2 ;
  4. Résoudre l’équation à une seule variable qui en résulte ;
  5. Trouver la valeur de l’autre variable en plaçant la valeur trouvée à l’étape 4 dans l’une ou l’autre des équations du système ;

Je prépare, la plupart du temps, ces feuilles de «manières de faire».


Les feuilles de leçons, manières de faire et d’exemples restent dans un cahier de travail et peuvent être consultées si le besoin se fait sentir pendant les exercices.

Donc, finalement, avec ce que je viens de dire, je remarque qu’effectivement je donne un cours. Ha!