Catégorie : Je discute

Journal quotidien


Pour certains enfants, les situations d’écriture semblent toujours plus difficiles à faire que d’autres.  Si j’observe ma propre classe-maison, il y a une ÉNORME différence entre chacun de mes quatre enfants.  Si, pour l’un, écrire sur un sujet d’invention prenait moins de 30 minutes, pour un autre, le même sujet prenait 2 heures…  pfft…  et parfois plus pour un autre !

Prenons, par exemple, une situation d’écriture comme celle de ce matin.

Pense à une nouvelle que tu pourrais écrire et dans laquelle un personnage verrait sa situation changer du tout au tout.  Ne rédige pas la nouvelle, fais-en plutôt un résumé d’une centaine de mots.  («Forum» p.62)

Résultats de recherche d'images pour « syndrome de la page blanche »Dès que j’ai mentionné le sujet, mon fils s’est retourné et a laissé échapper un très lourd soupir qui en disait long sur son intérêt.  Depuis, il rêvasse, cherche ses idées, joue avec deux aimants, observe différents objets devant lui, parle sans arrêt, dérange son frère, va à la salle de bain, boire un peu d’eau…  mais, n’écrit absolument rien.

Rassurez-vous, je ne vais pas le laisser «mijoter» dans son coin très longtemps puisque ce ne serait pas très productif comme matinée.  Par contre, j’aime bien l’idée qu’il expérimente le syndrome de la page blanche de temps en temps.  Si je vois qu’il ne fait rien dans une quinzaine de minutes, je lui proposerai quelques idées.

C’est souvent une situation très explosive dans certaines maisonnées puisqu’on a l’impression que rien ne se fait alors qu’en fait, ce n’est pas le cas.

Il SAIT que j’attends quelque chose de lui…

Il SAIT très bien que le travail proposé ne sera pas mis de côté sous prétexte que les idées ne viennent pas…

Il SAIT que lorsque je m’approcherai pour l’aider, il devra me prouver qu’il a tenté quelque chose.

Il ne fait donc pas «rien» puisque je sais qu’il y pense continuellement depuis 7:15  !

C’est dans ces moments que notre expérience en classe-maison nous recommande la bienveillance!!!

….  30 minutes plus tard

J’ai bien fait d’être patiente puisque son travail dépasse largement mes attentes !  Je ne l’ai même pas aidé, finalement.

Publicités

Journal quotidien


Il y a des jours où j’ai l’impression d’être sur la brèche, comme si j’étais montée sur un ressort!

Je suis continuellement prête à bondir…

Résultats de recherche d'images pour « hyperactivité »

Hélas, c’est incompatible avec mon désir d’une classe paisible comme je les aime.

Dans ces moments-là, je dois me parler intensément… très intensément…  puisque j’ai tendance à pousser les enfants pour qu’ils travaillent plus rapidement. J’ai l’impression que tout le monde est lent… soupirs…  mais, croyez-moi, je le sais : ce n’est pas eux le problème mais…  moi.

Ce n’est pas simple pour eux mais franchement pénible pour moi.

Je déteste tellement ces petites journées «occasionnelles» !

Heureusement, avec le temps qui passe, les années qui s’ajoutent, on apprend à se connaître et à reconnaître les symptômes avant qu’ils n’affectent le quotidien.  Maintenant, je suis en mesure de m’arrêter avant de laisser des traces derrière moi.  Ce matin, par exemple, j’ai donné un travail à chacun des enfants pour qu’ils travaillent en autonomie.  Pendant ce temps, j’ai eu l’occasion de courir ici et là et satisfaire mon hyperactivité du moment en travaillant à un rythme qui me convient mieux.

Si le temps améliore notre façon de travailler en classe-maison, il aide aussi à devenir de meilleures «accompagnantes» auprès des enfants.  On apprend à se discipliner davantage, à se modeler au rythme de notre propre classe-maison et non pas aux caprices du moment !

Bonne journée.

Je réponds / Les figures de style


«Bonjour Sylvie, est-ce qu’on enseigne encore les figures de style ? Si oui, à quel niveau?  Merci.»

Oui, naturellement. Voici la liste des principaux procédés et figures de style au programme de chacun des secondaires :

Secondaire 1
• apposition
• apostrophe
• inversion
• phrase emphatique
Secondaire 2
• apposition
• comparaison
• énumération
• gradation
• métaphore
• personnification
• répétition
Secondaire 3
• alternance
• apostrophe
• description
• dialogue
• discours direct /indirect
• ellipse
• euphémisme
• hyperbole
• illustration
• inversion
• monologue
• narration
• onomatopée
• paradoxe
• périphrase
• progression
• substitution
• transition
• type de narrateur
Secondaire 4
• antithèse
• archaïsme
• contraste
• digression
• effet caricatural
• portrait physique /psychologique
Secondaire 5
• néologisme
On retrouve facilement, sur le net, des explications claires pour compléter les manuels scolaires.

Je réponds / routine


J’ai reçu cette question ce matin :

«Ta nouvelle routine m’intrigue, quand tu fais ton bloc de français, tu fais du français tout l’avant-midi?  Rien que ça ? C’est long en câline.»Absolument pas.  Ça semble long, mais ce n’est pas le cas puisque je travaillais déjà beaucoup dans cette matière.  Il y a tellement de choses à apprendre en français !

En fait, quand on y pense, ma routine ressemble à celle d’avant sur plusieurs points.

Voici le portrait de notre journée d’hier :

  • 7:00 – Une dictée de deux phrases + correction + révision de certaines règles.
  • 7:15-7:45 – Étude de la langue
  • 7:45-8:45 – Travail sur le texte ou écriture pour mon plus jeune.
  • 9:00-10:00 – Mathématique.
  • 10:00-11:00 – Travail sur le texte pour les deux.
  • 11:00 – 11:45 – Anglais.
  • 13:00 -… – Lectures obligatoires, exercices de grammaire à terminer, quelques numéros de maths à terminer aussi.

La seule chose qui change c’est la période de 10:00 à 11:00 où je reviens en français au lieu de faire une autre matière.  Je poursuis en français, tout simplement. Par contre, le vendredi (aujourd’hui) ma routine change un peu :

  • 7:00 – Une dictée de deux phrases + correction + révision de certaines règles.
  • 7:15-7:45 – Travail sur le texte.
  • 7:45-8:45 – Mathématique.
  • 9:00-11:00 – Arts plastiques
  • 11:00 – 11:45 – Anglais.
  • 13:00 – …  Lectures obligatoires

La grande différence se produira dans mes semaines «autres matières» où là, je ne ferai que les autres matières et pas de périodes de français (sauf la période de dictées).

Je sais que ça semble bizarre…  mais, pour le moment en tout cas, ce sont de belles matinées constructives.  On verra lorsque j’aurai complété un cycle en entier (9 semaines) si c’était une réelle bonne idée !

C’est la réalité…


J’ai reçu une curieuse affirmation par courriel ce matin :

«C’est dommage, ton blogue me plaît de moins en moins puisqu’il n’y a plus jamais rien concernant les classes primaires.»

C’est, je l’avoue, absolument vrai.  C’est une réalité.

C’est normal puisque Gabriel, mon dernier, est en secondaire 1 présentement et mon troisième est en secondaire 3.  Je ne cherche plus rien, sur le net, pour les classes primaires…  je ne tombe donc jamais sur des documents qui pourraient être intéressants pour vous.

De plus, je n’ai malheureusement pas le temps, présentement en tout cas, de chercher pour tous les niveaux pour simplement nourrir un blogue.

Éventuellement, peut-être, lorsque je n’aurai plus d’enfants en classe, je prendrai le temps de le nourrir autrement mais…  mais…  j’en doute.

Chaque chose en son temps.

Le temps des choses des classes primaires est passé…  en tout cas, pour moi.  Je me concentre sur ma classe-maison du moment : deux élèves au secondaire.

Notre nouvelle routine…


Bonjour tout le monde !

J’ai décidé, oui…  encore décidé,  de travailler autrement chez nous.

Mes enfants sont plus grands et réclament plus de temps de travail pour chacune des matières quotidiennement…  Pourquoi pas ?  Lorsqu’ils étaient plus petits, des périodes plus courtes avaient l’avantage de maintenir la concentration mais là, maintenant, ils sont en mesure de travailler beaucoup plus longtemps.

J’ai donc décidé de remanier notre temps de travail.

J’avais vu, il y a quelques années, une maman anglophone qui travaillait ainsi avec ses adolescents.  Après quelques essais chez nous, qui furent positives, je crois que notre temps de travail ressemblera à ce qu’elle proposait :

Bloc quotidien qui ne change pas (tous les jours)

  • Dictée d’une phrase ou deux
  • Étude de la langue
  • Anglais
  • Lecture et/ou travail sur le roman à l’étude
  • Mathématique

Bloc français ( 4 semaines )

Pendant 4 semaines, nous travaillerons intensément cette matière.

Bloc autres matières (4 semaines)

  • Géographie
  • Histoire
  • Science
  • Éthique et Culture religieuse
  • Logiciel de traitement de textes (Word)

Bloc projets spéciaux

Pendant une semaine entière…  oui, une semaine au complet…  nous travaillerons sur un gros projet en lien avec notre cours d’histoire, géographie ou science.  Cette semaine-là, on met de côté le bloc français ou des autres matières.

Pour avoir fait l’expérience dernièrement, ce fut fabuleux !

Dernière période de la semaine

  • Arts plastiques
  • Musique

Mon dernier 2 heures de travail, le vendredi, ne changera pas puisque cette période d’arts plastiques/musique est toujours très attendue chez nous.

Les enfants adorent ça…  et oui, même à 12 et 14 ans !   En résumé

  • 4 semaines – bloc français
  • 4 semaines – autres matières
  • 1 semaine  – projets spéciaux = 9 semaines.

Si on répète 4 fois…  36 semaines !  Si on ajoute le temps de révision, à la fin de l’année et la préparation aux examens pour Raphaël…  hum…  Ça ressemble drôlement à une année complète ça !!!!

J’ai hâte de voir si cela fonctionnera aussi bien que je le «vois» dans ma tête !

Notre journée ressemblera donc à ceci :

  • 7:00 – dictée
  • 7:15  – Étude de la langue
  • 7:45 – Mathématique
  • 8:45 – Pause
  • 9:15 – Bloc de travail (en alternance – 4 semaines)
  • 11:00 – Anglais

En après-midi

  • Lecture obligatoire en français et en anglais
  • Plusieurs petits devoirs que je demande de terminer.

On verra, à l’utilisation, si c’est réellement positif !

Journal quotidien


Écrire n’a pas pour obligation d’être long et de prendre du temps…

On me demande régulièrement si je donne (souvent) des situations d’écriture à mes adolescents.  Oui, naturellement.  On me donne alors, immanquablement, la même réponse : mais…  ça prend tellement trop de temps !

Effectivement, c’est long pour certains enfants.  C’est même désespérément long pour quelques-uns.  Par contre, les effets positifs de ce travail d’écriture dépassent largement le temps déployé pour l’activité.  On ne réalise probablement pas à quel point le simple geste de poser un crayon sur une feuille blanche et créer un texte est important et crucial pour construire un bon français écrit.  Que dire de tout le travail qui s’y rattache : orthographe, grammaire, syntaxe, etc.

Cependant, doit-on écrire un texte de 3 pages pour faire un travail efficace ?  Absolument pas !  Au contraire, un texte court est souvent mieux construit et franchement mieux écrit.

Écrire ne devrait pas, justement, être pénible.  Spontanément, les enfants aiment raconter…  vraiment.  Ce qu’ils n’aiment pas c’est de «bien» écrire, d’être obligé de respecter une tonne de contraintes et sur des sujets qu’ils ne comprennent pas toujours totalement.  Voilà pourquoi il faut multiplier les sujets d’écriture pour que l’enfant comprenne rapidement qu’écrire n’est pas toujours simple, c’est vrai, mais possible.

On explique les contraintes, on donne des pistes de réflexions, on propose des idées, on ne les laisse pas devant une feuille blanche pendant des heures.  Écrire ne devrait pas prendre du temps…  on devrait, spontanément, avoir quelque chose à dire.

Si on multiplie les activités d’écriture, l’enfant ne se sent pas coincé dans le travail proposé puisqu’il sait qu’échouer à l’exercice n’y change rien puisqu’on lui présentera d’autres projets les jours suivants où il sera sans doute meilleur!

Si on fait en sorte qu’un projet d’écriture soit un «événement» dans le travail à faire en français (puisque l’enfant n’écrit jamais), le poids du travail pèse très lourdement sur lui.

C’est loin d’être une bonne idée, au contraire, on ne lui donne aucune possibilité de s’améliorer vraiment.

Si, quotidiennement, on lui demande d’écrire quelque chose…  oui, même une banalité, il apprend à se sécuriser lui-même.  De plus, il ne voit plus ses erreurs à l’écrit comme une montagne insurmontable mais comme le moteur des apprentissages à venir (si, comme moi, vous vous servez des erreurs pour améliorer le prochain travail).

Alors, pas de stress…  une période d’écriture de devrait JAMAIS se terminer dans les larmes, même pour les petits.  Si c’est le cas, c’est à vous, maman, de trouver un moyen plus simple de le faire écrire : une courte phrase chaque jour, un court paragraphe sur des sujets très simples, différents types de textes, raconter un événement, un film, une lecture, etc.

Écrire doit rester un processus plaisant !

 

Journal quotidien


Je vous fais une confession : je déteste le changement d’heure !

Si, comme moi, vous êtes une personne qui se lève tôt naturellement, ce changement d’heure automnal est carrément l’enfer.

Franchement, dites-moi, qui désire se lever à 4:00 quand ce n’est pas une obligation ?

Tout le monde dort chez nous…  tout le monde…  sauf moi, naturellement.  Pfft…

La maison (poésie)


Résultats de recherche d'images pour « Howard Phillips Lovecraft »
Howard Phillips Lovecraft (1890-1937)

La maison


C’est une demeure entourée d’arbres

Sise près d’une colline,

Où les arbres chuchotent

De sombres légendes maléfiques ;

Sur des poutres si anciennes

Qu’elles exhalent le souffle des morts,

Rampent des vignes sauvages, vertes et froides,

Trouvant une étrange nourriture ;

Et aucun homme ne connaît les sucs qu’elles aspirent

des profondeurs de leur couche humide et visqueuse.

 

Dans le jardin poussent

De grandes et magnifiques fleurs,

Dont chaque corolle blafarde répand

Dans l’air un parfum ;

Mais le soleil de l’après-midi

Avec ses rayons obliques et rouges

Semble assombrir ce tableau

Pour le regard curieux,

Et au-dessus de la senteur des fleurs

s’élèvent les odeurs des jours sans nombre.

 

Les herbes folles ondulent

Sur la terrasse et la pelouse,

Préservant les souvenirs vagues

Des choses qui ont disparu ;

Les dalles des allées

Sont recouvertes d’une croûte et mouillées,

Et un esprit étrange s’y promène

Lorsque le soleil rouge s’est couché.

Alors l’âme de celui qui regarde est assaillie

d’images imprécises qu’il oublierait volontiers.

 

C’était par un jour brûlant du mois de juin

Je me trouvais près de cette maison

Et les rayons dorés de l’heure du midi

Dardaient et brillaient sur la verdure.

Pourtant je frissonnai de froid,

Recherchant fiévreusement la lumière,

Tandis qu’une scène se déroulait devant moi…

Et ma vue franchissant les siècles

Contempla le temps où j’avais vécu ici autrefois

jaillissant tel un éclair au sein de la nuit.

 

Howard Phillips Lovecraft, The House.


Si vous désirez le texte : poésie _ la maison


 

La malédiction du loup-garou (poésie)


Ce soir la lune est pleine, fiévreuse et tourmentée;
Un chien hurle à la mort sous l’étrange clarté;
Un grand brouillard laiteux ajoute à l’irréel,
Irradiant la forêt d’un blanc surnaturel…
Une ombre se faufile, et l’on entend crisser
Les griffes de la nuit, sur le ciel damassé…
Un accès de folie , je me sens attiré
Par une force obscure à travers les fourrés …
J’écarte les feuillages, réprime un cri d’effroi…
(Surtout ne pas bouger … bien garder son sang-froid …)
Devant moi, se produit une innommable chose :
Un homme, sous mes yeux, là, se métamorphose!
Je vois pousser ses crocs et son pelage roux …
Il devient animal … non, pire! Un loup-garou!
Et petit à petit j’observe s’allonger
Ses oreilles pointues et sa gueule enragée!
Il m’a vu, c’est trop tard! Vite, vite! Courons!
Les ronces me déchirent les joues, mais courons!
Ne pas se retourner … il se rapproche encore …
Je suis en nage … allez … juste un dernier effort…
Bon sang … quand finira la poursuite infernale.
Mais je sens sur mon cou son haleine … son hal…
Yann Walcker, Le manoir des horreurs,
Éditions Gallimard Jeunesse Musique, 1999, p. 16.