Je réponds / besoin d’un truc?


«Mon fils adore manipuler en mathématique sinon il ne comprend rien.  As-tu un truc à faire en vrai pour décomposer en facteurs premiers qu’il ne comprend pas?»

Je réponds

Oui!!!!  Lorsque j’étais enfant, une enseignante utilisait des cartes à jouer pour nous faire travailler la décomposition de facteurs premiers.

Matériel : un simple jeu de cartes ou de petits cartons avec plusieurs suites de nombres.

Préparation du jeu de cartes :  Vous devez découper les coins supérieurs et inférieurs de chaque carte représentant un nombre premier (2,3,5,7,11,13)

Le travail :

On écrit sur un papier brouillon, ardoise…  le nombre à décomposer.  Par exemple 36.

On demande à l’enfant de trouver le produit de deux nombres qui donne ce nombre.  Peu importe le choix de l’enfant, cela fonctionnera.   Par exemple, ici, 6 x 6.  On prend deux cartes 6 et on les place sur la table.  On remarque que les coins ne sont pas coupés, il existe donc un autre moyen de décomposer chacun de ces nombres.

On redemande à l’enfant de trouver le produit de deux nombres qui donne la première carte «6».  Dans notre exemple 2×3…  On dépose, sous le premier «6» les deux cartes «2» et «3». On remarquera que les deux cartes choisies ont les coins coupés, elles sont des nombres premiers.  On fait la même chose avec le second «6».

À la ligne finale, on retrouve (dans notre exemple) 2 x 3 x 2 x 3 .  On fait la vérification en multipliant tous les nombres afin de retrouver le nombre à décomposer.

On demande à l’enfant de regrouper les deux «2» ensemble et les deux «3» ensemble.  On retrouve donc 2² x 3².

C’est simple mais très efficace pour les enfants qui n’arrivent pas à saisir le travail à faire pour retrouver les nombres premiers.  Tranquillement, ils mémorisent ces fameux nombres à force d’utiliser les cartes aux coins coupés.

Même si l’enfant avait choisi un produit de deux nombres différents, la démarche fonctionnerait.

 

Publicités

Je réponds / mathématique


«Je sais que faire des manipulations mathématiques aident à mieux comprendre, mais que ferais-tu faire pour revoir le triangle en 6e année?»

Je réponds

 

J’aime bien, à ce niveau, que l’enfant prenne le temps de construire avec règle, compas et rapporteur chacun des triangles sur du carton. Oui, ça prend du temps.  Oui, certains enfants éprouvent un peu de difficulté à faire ce genre de travail. Par contre, il triangles-001peut s’en servir ensuite pour répondre facilement aux exercices proposés.

Sur chacun des triangles construits. il indique les informations pertinentes à retenir pour le moment.

Il peut ainsi voir rapidement que la somme des angles d’un triangle est 180,  que tel triangle a deux côtés identiques, l’autre 3 angles égaux, etc.

triangles-003

Les informations sont rapidement accessibles à l’enfant.

 

 

 

J’en profite pour rappeler pourquoi chacun porte le nom qu’il a…  un outils supplémentaire pour retenir certaines caractéristiques.triangles-004

Ce n’est pas une «grande» manipulation mais cette petite chose donne de bons résultats pour plusieurs enfants.

Autre constatation à ne pas négliger,  une petite manipulation rend souvent le programme de mathématique plus «vivant»!

Prendre le temps de faire les choses….  c’est payant éventuellement!

Jogging de tête


3c1343cb-a4c2-4336-a36d-b9a403f37cd8_roadrunnerVoici des documents «revisités» d’anciens cahiers de jogging mathématique.

Pour les utiliser chaque semaine, ils permettent de faire le tour de plusieurs choses oralement : révision des opérations de base, retour sur le langage mathématique, petits problèmes, etc.


pdf émoticon

2e année : jogging_mathematique_2e_annee

3e année : jogging_mathematique_3e_annee

4e année : jogging_mathematique_4e_annee

5e année : jogging_mathematique_5e_annee

6e année :jogging_mathematique_6e_annee-2


Le langage mathématique


Un point important (à ne pas négliger en tout cas) c’est l’apprentissage du langage Résultats de recherche d'images pour « lexique mathématique »mathématique.

Bien souvent, pour accélérer le travail, plusieurs auront tendance à lire les questions avant les enfants et leur expliquer ensuite ce qu’il faut faire.

À d’autres moments, l’enfant ne lira pas plus la question puisqu’il reconnaîtra rapidement, d’un simple regard, le travail à effectuer.  Cela apparaît très souvent lorsqu’il vient d’apprendre une certaine démarche dans sa leçon juste avant.

Résultat?  Plusieurs enfants butent par la suite sur des mots dont ils devraient connaître le sens.

Conséquence ? Lorsque vient le temps de répondre à des problèmes de raisonnement ou des situations-problèmes, l’élève ne comprend pas l’énoncé.

Exemple : Trouve le produit de deux nombres…  «C’est quoi le produit?»…

On parle ici d’un élève du secondaire 4.

Il faut donc porter attention à notre manière d’enseigner.

Au lieu de demander de tracer une «ligne» pourquoi ne pas installer, dès le départ, le bon mot : on trace une droite.  Au lieu de trouver un point sur un graphique, on peut utiliser le bon terme : coordonnée.  Même chose pour le graphique, n’hésitez pas à utiliser abscisse et ordonnée…  ça facilite tellement les choses lorsque vient le temps de travailler les variables dépendantes et indépendantes!

En utilisant soi-même le bon langage, l’enfant utilisera le même langage approprié.

Trouver la somme, le produit, le quotient…  ce sont des mots que l’on retrouve régulièrement dans les problèmes mathématiques.  Il faut donc en connaître le sens!

Des outils

On retrouve sur le marché d’excellent «lexique mathématique ou dictionnaire» qui peuvent accompagner l’élève tout au long de sa scolarité primaire et secondaire.

Pour faciliter la tâche, on retrouve (aussi)  sur le net plusieurs documents tout à fait pertinents.

pdf émoticonGénéral

langage-mathematique

Un site…


pdf émoticon

3e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-3


pdf émoticon

1er cycle du primaire

mon-lexique-mathematiques

memoire


pdf émoticon2e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-2


Toutes celles qui utilisent des méthodes québécoises comme Numérik, Tamtam, Décimale de ERPI, vous retrouvez, dans les pages de planification, tous les mots de vocabulaire à connaître pour chaque séquence de travail !

Soyons consciencieux(ses) dans notre façon de travailler!

Arithmétique (2) (6e année)


Je poursuis mon travail…

Mois de septembre : cliquer ici

Mois d’octobre

  • Les dixièmes
  • Les centièmes
  • Les millièmes
  • Pour bien comprendre les nombres décimaux
  • Pour bien lire les nombres décimaux
  • Révision sur les quatre opérations
  • Problèmes
  • Fractions
  • Nombres fractionnaires
  • Le reste dans les divisions
  • Conversion d’un nombre décimal en une fraction ordinaire
  • Comment on mesure les liquides
  • Problèmes

N’oubliez pas, ce n’est pas un programme de base en mathématique.  Ce ne sont que des exercices de révision!!!!

Si cela vous intéresse :

mois d’octobre_arithmétique 6

Corrigé_mois d’octobre_arithmétique 6

Si vous voyez des erreurs…  soyez indulgents et faites-moi signe!

Tableau de conversion


Comme je fais la classe-maison depuis plusieurs années, plusieurs choses commencent à perdre de leurs éclats.

J’ai donc refait, à la demande de mon fils-4, deux tableaux pour l’an prochain.  Au lieu d’avoir 3 tableaux pour les mesures ( longueur, capacité, masse) j’en ai fait un seul…  même chose pour les valeurs de position (nombre entier et décimal).

Si cela vous intéresse :

Tableau_valeur de position
Tableau_mesure

Pour faciliter l’utilisation, je plastifie et ils seront utilisés avec des marqueurs effaçables à sec (Staedtlers) à pointe fine.

Toupty.com (site)


Je cherchais des exercices de calcul mental pour mon plus jeune à l’automne.  Je suis tombée sur ce site (Europe) qui propose des fiches de révision pour la 6e-5e-4e-3e-brevet-2nd.  Ce n’est pas juste du calcul mental…  mais c’est intéressant…

jeux coloriages en ligne pour enfants
Cliquer ici pour accéder au site

 

Planification mathématique 6e année


Je suis en train de planifier…  tout doucement…  l’an prochain.

Je sais… c’est étrange pour la plupart d’entre vous!  Pour moi, c’est un point d’ancrage «essentiel» pour éviter de me chercher.

Comme je l’ai mentionné la semaine dernière, j’ai choisi « Décimale de ERPI » comme programme de base.  J’utilise présentement celui de 5e année et il me convient.

Points positifs:

  • Présentation du cahier,
  • Leçons courtes et claires,
  • Révision de séquences de travail
  • Petit cahier-outils des notions que l’enfant peut garder comme référence.
  • Situation-problème après chaque séquence de travail.
  • Le guide-corrigé donne la possibilité de fiche-bilan après chaque notion + évaluation de chapitre, etc…

Vous pouvez visionner des extraits sur le site de ERPI : CLIQUER ICI

____________________

Pour le compléter, j’ai choisi «Cinémath de Chenelière Éducation »  mais…  j’ignore si je vais conserver ce choix!

Pour le moment, il semble approprié pour compléter les lacunes de Décimale en apportant un peu plus d’exercices.

Je l’aime bien parce que…

  • Présentation du cahier magnifique et colorée
  • Leçons claires et courtes.
  • Exercices moins nombreux que « Décimale » mais pour compléter c’est génial.
  • Des sections « retour sur le module » qui sont des résolutions de problèmes pour réinvestir la séquence de travail autrement.
  • Lors des « retour sur le module » on propose une situation-problème assez intéressantes.

Vous pouvez visionner un extrait sur le site de Chenelière éducation : CLIQUER ICI

____________________

Comme je l’ai aussi mentionné dernièrement, je vais lui proposer des exercices supplémentaires en géométrie.  Pour ce faire, je vais utiliser «Sésamath» que j’aime tellement…  tellement.  (Si je n’avais pas d’examens à faire éventuellement, je ne ferais que ça!)

Je ne l’intègre pas dans ma planification puisque je vais l’ajouter ici et là selon le temps disponible entre les séquences de travail.

 

Si cela vous intéresse, voici ma «première» planification :

Planification annuelle_2016_

*** Manuels utilisés : Décimale et Cinémath  /  37-38 semaines de travail.

Pour chaque notion de «Décimale» on retrouve dans le guide enseignant une fiche d’exercices supplémentaires.  Je ne l’indique pas dans cette planification puisque je l’utilise systématiquement après le travail dans le cahier.

En mathématique l’an prochain…


Février tire à sa fin…  Il est plus que temps pour moi de réfléchir à mon matériel pour l’an prochain.

En réalité, je n’ai pas vraiment le choix…  j’ai besoin, financièrement, d’étaler un peu mes nombreuses dépenses.  Je ne m’en cache pas, je suis loin d’être millionnaire! hihihi

Je reçois aussi beaucoup de courriels présentement de mamans qui commencent à penser à la prochaine année et qui se questionnent.  J’en profiterai donc pour vous parler de mes choix dans les prochains jours.

Premier arrêt, le plus simple pour moi, les mathématiques.

Mathématique – secondaire 5

Nous avons réalisé, mon fils-2 et moi, qu’il est utopique de penser terminer le programme de secondaire 4 et 5 avant l’été…  Oubliez ça.  Les cours aux adultes… ça prend du temps!  Pfft…  c’est ridiculement long.  Il réussira probablement à terminer le programme de 4, mais sûrement pas le 5!  Il restera donc une courte période de temps, probablement l’automne, pour terminer son programme de secondaire 5.  Il entrera donc au CEGEP en janvier 2017.

Mathématique – secondaire 2

C’est assez simple de choisir le programme de mathématique puisqu’il n’y a pas beaucoup de manuels qui représentent ce que je cherche. Si j’écoutais mon coeur, je prendrais un programme comme SÉSAMATH mais… ma tête, elle,  me rappelle qu’il est nettement préférable, à ce niveau, de se concentrer sur un programme québécois.

Au Québec, la nouvelle génération de cahier est nettement mieux faite que ce que proposaient les manuels auparavant, c’est donc la route que je prends maintenant.  Peu de choses sont disponibles…  La sélection est facile à faire 😀

Je poursuis donc avec :

Pour l’avoir utilisé en secondaire 1 et en secondaire 3, il est très complet… surtout si on ajoute les extras proposés par le guide-corrigé.

En fait, je l’aime bien ce programme!  Il propose de nombreux exercices et beaucoup de problèmes.  J’aime particulièrement les situations problèmes et les situations de raisonnements à la fin des chapitres.  On peut vraiment «voir» à quel point l’élève maîtrise la notion.

Mathématique – 6e année

Ici encore, pas vraiment de grands choix.

C’est un programme qui aurait besoin d’être «revisité» par nos nombreux pédagogues concepteurs de matériel scolaire!!!!!

Je reprends donc la même collection que cette année (en 5e année).

Je vais compléter avec un autre cahier qui me donne la chance de proposer d’autres exercices… si le besoin se fait sentir. Je l’aime bien aussi, surtout pour sa clarté…  mais pas comme programme seul…  trop pauvre.  Par contre, en complément il peut être intéressant.

C’est d’ailleurs un reproche que je ferais à nos fameux cahiers de 6e…  il manque cruellement d’exercices pour bien maîtriser les notions.  Un seul programme est, à mon avis, nettement insuffisant.  La 6e année devrait terminer le primaire beaucoup mieux que ça!

J’ajoute pour lui du calcul mental et plusieurs exercices que je puise ici et là dans ce que je possède pour approfondir quelques sections ( comme les fractions!)

J’utiliserai ce petit cahier qui propose des situations-problèmes complexes en complément.

Situations-problèmes complexes

Comme vous voyez…  rien d’exceptionnel.  C’est un programme conservateur qui remplit les objectifs.  Je pense que peu importe le manuel, l’important c’est la manière de l’utiliser qui en fera sa réelle force.  J’ai réalisé à quel point on se trompe dans nos recherches.

Ce n’est pas le manuel qu’il faut changer bien souvent mais bien notre façon d’enseigner.  De bons outils aident beaucoup… mais ne donne pas le talent à l’artiste!