Compréhension de lecture


Voici des épreuves de compréhension de lecture.  Elles sont principalement pour des élèves qui éprouvent des difficultés avec la lecture.  Par contre, quelle belle idée de les utiliser pour vérifier si nos enfants saisissent bien le sens des questions posées et comment y répondre adéquatement.

Les exercices sont proposés par une équipe de chercheuses à l’UQAM:

Cliquer ici pour vous rendre sur leur site.

Ce que j’aime particulièrement de ces évaluations c’est le corrigé qui les accompagne.   On propose, dans le corrigé, les «bonnes réponses» et celles qui devraient être «rejetées» en mentionnant pourquoi elles devraient l’être.  Cela permet de mieux comprendre ce que nos enfants n’arrivent pas à saisir dans la question posée.

Je sais que plusieurs mamans éprouvent de la difficulté à bien évaluer les réponses de leurs enfants… c’est un moyen de s’entraîner!


Plusieurs niveaux de disponible sur le site :

Je réponds / besoin d’un truc?


«Mon fils adore manipuler en mathématique sinon il ne comprend rien.  As-tu un truc à faire en vrai pour décomposer en facteurs premiers qu’il ne comprend pas?»

Je réponds

Oui!!!!  Lorsque j’étais enfant, une enseignante utilisait des cartes à jouer pour nous faire travailler la décomposition de facteurs premiers.

Matériel : un simple jeu de cartes ou de petits cartons avec plusieurs suites de nombres.

Préparation du jeu de cartes :  Vous devez découper les coins supérieurs et inférieurs de chaque carte représentant un nombre premier (2,3,5,7,11,13)

Le travail :

On écrit sur un papier brouillon, ardoise…  le nombre à décomposer.  Par exemple 36.

On demande à l’enfant de trouver le produit de deux nombres qui donne ce nombre.  Peu importe le choix de l’enfant, cela fonctionnera.   Par exemple, ici, 6 x 6.  On prend deux cartes 6 et on les place sur la table.  On remarque que les coins ne sont pas coupés, il existe donc un autre moyen de décomposer chacun de ces nombres.

On redemande à l’enfant de trouver le produit de deux nombres qui donne la première carte «6».  Dans notre exemple 2×3…  On dépose, sous le premier «6» les deux cartes «2» et «3». On remarquera que les deux cartes choisies ont les coins coupés, elles sont des nombres premiers.  On fait la même chose avec le second «6».

À la ligne finale, on retrouve (dans notre exemple) 2 x 3 x 2 x 3 .  On fait la vérification en multipliant tous les nombres afin de retrouver le nombre à décomposer.

On demande à l’enfant de regrouper les deux «2» ensemble et les deux «3» ensemble.  On retrouve donc 2² x 3².

C’est simple mais très efficace pour les enfants qui n’arrivent pas à saisir le travail à faire pour retrouver les nombres premiers.  Tranquillement, ils mémorisent ces fameux nombres à force d’utiliser les cartes aux coins coupés.

Même si l’enfant avait choisi un produit de deux nombres différents, la démarche fonctionnerait.

 

Un roman à découvrir


Voici un petit roman qui fut très apprécié chez nous pendant les fêtes.  Pour les mamans qui connaissent «Ulysse Moore», c’est sa nouvelle collection.

Image associée

Finley, qui vit dans le paisible village écossais d’Applecross, a toujours préféré aller à la pêche plutôt qu’à l’école. Mais ce n’est pas du goût de ses parents. Puni, le voilà obligé de remplacer le facteur dans sa tournée d’été. Un jour, il doit remettre à une certaine famille Lily une lettre envoyée par le mystérieux « Club des Voyageurs Imaginaires ». Comme par enchantement apparaît alors une étrange boutique rouge, et surgit la fille la plus étonnante que Finley ait jamais rencontrée: Aiby Lily. Bientôt, ils se trouvent confrontés à des événements inexplicables, des énigmes insolubles et de redoutables ennemis… Ainsi commencent les aventures extraordinaires de l’intrépide Finley McPhee et de l’irrésistible Aiby Lily.

Le premier livre d’une série débordante d’aventure et de mystère, par l’auteur l’Ulysse Moore.

Revues en anglais


J’aime beaucoup utiliser différentes ressources en anglais pour donner le goût aux enfants de lire davantage dans cette langue.

Si, comme moi, vous cherchez comment compléter la partie «lecture», je vous propose ces petites revues qui proposent plusieurs courts textes ainsi que quelques pistes de travail :

 

Cliquer ici pour vous abonner


Voici un exemple à consulter ainsi que la partie «enseignante» qui propose quelques pistes de travail

pdf émoticonspider novembre et décembre 2015

spider novembre et décembre 2015_enseignant


Cliquer pour vous abonner


Voici un exemple à consulter ainsi que la partie «enseignante» qui propose quelques pistes de travail

pdf émoticoncricket mars 2016_enseignant

cricket mars 2016


L’énergie en toi ( science)


Un projet sur l’électricité?

La notion d’énergie, qui semble familière, est en fait un concept difficile à définir. Les conceptions des élèves, ainsi que des adultes, sont nombreuses et sont parfois des obstacles à la compréhension de certains phénomènes physiques. La mise en place d’activités et de questions de réflexion sur ce thème apportent une connaissance plus précise sur le thème de l’énergie.

Groupe cible: Élèves de 9 à 12 ans.


 Il y a d’autres activités pour différents niveaux.

Un cauchemar terrifiant (texte)


Un petit texte pour travailler les émotions


Il fait sombre. La nuit a transformé la corolle des arbres en une masse indistincte et mouvante. Les feuilles bruissent, répondant aux murmures du vent.  Tout près, une branche craque.

Tapie derrière les troncs serrés, l’ombre est là, prête à fondre sur lui. Il court, court, longtemps, et finit par s’arrêter, hors d’haleine. Penché en avant, mains sur les cuisses, il reprend son souffle. Silencieuse, la forme noire rampe au sol. Il ne la voit pas.

Il relève la tête au moment où l’ombre touche ses pieds. Le contact est froid. Pas douloureux, juste glacé. La terreur monte en lui. Il hurle.  François se réveille, en sueur. Levant la tête, il distingue dans la pénombre, au bout d’une dizaine de secondes, la forme rassurante de l’armoire et de la commode. À sa droite, les chiffres fluorescents du radio-réveil indiquent 2:28.

François pousse un long soupir. Ce n’est pas la première fois qu’il fait ce cauchemar. Mal à l’aise, il ferme les yeux et attend le retour du sommeil. Il avance d’un pas tranquille sur une jolie route, avec de gros pavés arrondis et luisants.

Un flou. L’univers se gomme, puis se redessine.  Maintenant, il se trouve au milieu d’une minuscule clairière, éclairée par la lueur blafarde d’une lune rousse. Tout autour, une haie de troncs serrés l’isole du reste du monde. Inquiet, il observe les environs.
Un sentiment d’urgence le pousse à marcher pour se mettre à l’abri… Il s’arrête, hésite.   De quel côté aller ? Il se décide soudain, s’élance au milieu des ronces. Les épines lui lacèrent les jambes.  Soudain, une vibration sourde retentit derrière lui.  Il se retourne, écarquille les yeux. La forme noire glisse sur le sol, recouvrant l’empreinte de ses pas. Il se met à courir. Les buissons le freinent, s’accrochent à lui. Il se débat, mais n’avance pas. Un cri d’horreur s’étrangle dans sa gorge : l’ombre noire englue ses pieds, escalade ses jambes.  Prisonnier du monstre vorace, il agite les bras et cherche désespérément à s’enfuir.
C’est son propre hurlement qui le réveille.
François ouvre les yeux, encore possédé par la scène de son cauchemar. Haletant, il continue de se débattre dans l’obscurité. Ses doigts agrippent le drap.  L’ombre gluante ne veut pas lâcher ses jambes.  Luttant contre le rêve, François tend le bras, tâtonne, sent l’interrupteur sous ses doigts. La lumière jaillit. La forêt sinistre fait aussitôt place aux fleurs roses du papier peint. Chaque objet se retrouve, par le miracle de l’électricité, à sa place habituelle. Encore tremblant, un peu hébété, François tente de se rassurer. Mais les images le hantent encore…
Pour se changer les idées, il attrape le livre posé au pied de la lampe de chevet. Il ôte le marque-page et commence à déchiffrer les lignes serrées du texte. À présent, il redoute de s’endormir. Il décide de lire jusqu’aux tréfonds de la nuit, jusqu’aux premières lueurs de l’aube.

D’après L’Ombre, Sylvie Miller, Utopiae 2003,  L’Atalante, 2003


  1. Repérer, au fil du texte, toutes les émotions que ressent François. Quel est l’impact physique de ces émotions ? Quelle influence ont-elles sur son comportement ?
  2. Trouver d’autres exemples de situations où les émotions ont un impact physique et influencent le comportement.

Redécouvrir certains romans…


Si vous aimez les classiques mais que vous les trouvez trop difficiles à lire pour vos enfants, je vous invite à découvrir la collection «Mes grands classiques» de Fleurus.  Cette collection est magnifique…

Illustrée, reliure inspirante…  ils sont beaux ces livres.  On est loin des petits romans au format poche un peu jaunis et ternes…  Ils sont magnifiques!

Orgueil et préjugés  Les Aventures de Tom Sawyer  Vingt mille lieues sous les mers  Alice au pays des merveilles

Résultats de recherche d'images pour « mes grands classiques fleurus »  Résultats de recherche d'images pour « mes grands classiques fleurus » etc…

 


Fleurus


Robinson Crusoé

Mon fils de 13 ans vient de terminer celui-ci et il a adoré.

 

Jogging de tête


3c1343cb-a4c2-4336-a36d-b9a403f37cd8_roadrunnerVoici des documents «revisités» d’anciens cahiers de jogging mathématique.

Pour les utiliser chaque semaine, ils permettent de faire le tour de plusieurs choses oralement : révision des opérations de base, retour sur le langage mathématique, petits problèmes, etc.


pdf émoticon

2e année : jogging_mathematique_2e_annee

3e année : jogging_mathematique_3e_annee

4e année : jogging_mathematique_4e_annee

5e année : jogging_mathematique_5e_annee

6e année :jogging_mathematique_6e_annee-2


Le langage mathématique


Un point important (à ne pas négliger en tout cas) c’est l’apprentissage du langage Résultats de recherche d'images pour « lexique mathématique »mathématique.

Bien souvent, pour accélérer le travail, plusieurs auront tendance à lire les questions avant les enfants et leur expliquer ensuite ce qu’il faut faire.

À d’autres moments, l’enfant ne lira pas plus la question puisqu’il reconnaîtra rapidement, d’un simple regard, le travail à effectuer.  Cela apparaît très souvent lorsqu’il vient d’apprendre une certaine démarche dans sa leçon juste avant.

Résultat?  Plusieurs enfants butent par la suite sur des mots dont ils devraient connaître le sens.

Conséquence ? Lorsque vient le temps de répondre à des problèmes de raisonnement ou des situations-problèmes, l’élève ne comprend pas l’énoncé.

Exemple : Trouve le produit de deux nombres…  «C’est quoi le produit?»…

On parle ici d’un élève du secondaire 4.

Il faut donc porter attention à notre manière d’enseigner.

Au lieu de demander de tracer une «ligne» pourquoi ne pas installer, dès le départ, le bon mot : on trace une droite.  Au lieu de trouver un point sur un graphique, on peut utiliser le bon terme : coordonnée.  Même chose pour le graphique, n’hésitez pas à utiliser abscisse et ordonnée…  ça facilite tellement les choses lorsque vient le temps de travailler les variables dépendantes et indépendantes!

En utilisant soi-même le bon langage, l’enfant utilisera le même langage approprié.

Trouver la somme, le produit, le quotient…  ce sont des mots que l’on retrouve régulièrement dans les problèmes mathématiques.  Il faut donc en connaître le sens!

Des outils

On retrouve sur le marché d’excellent «lexique mathématique ou dictionnaire» qui peuvent accompagner l’élève tout au long de sa scolarité primaire et secondaire.

Pour faciliter la tâche, on retrouve (aussi)  sur le net plusieurs documents tout à fait pertinents.

pdf émoticonGénéral

langage-mathematique

Un site…


pdf émoticon

3e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-3


pdf émoticon

1er cycle du primaire

mon-lexique-mathematiques

memoire


pdf émoticon2e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-2


Toutes celles qui utilisent des méthodes québécoises comme Numérik, Tamtam, Décimale de ERPI, vous retrouvez, dans les pages de planification, tous les mots de vocabulaire à connaître pour chaque séquence de travail !

Soyons consciencieux(ses) dans notre façon de travailler!