Ouarâ ( texte )


Je remets ce texte en apportant une information importante!!!!!

Je reçois, chaque année depuis cette publication en 2012, pas moins d’une trentaine de courriels d’enfants qui me demandent tantôt le résumé du texte, tantôt les réponses aux questions.

Je ne suis pas stupide…  Un petit courriel rempli de fautes me demandant le corrigé ou le résumé…  Je suis en mesure de découvrir assez facilement que c’est un travail demandé par un instituteur!  Cette semaine, j’ai reçu 12 demandes de résumé!!!!  hahaha

Mymy, Lulu, Wiwi, Fatima et tous les autres…  Je suis désolée mais je ne donnerai ni de réponses aux questions, ni de résumé.

++++++++++++++++++++++++++++++++

Voici un texte qui provient d’un très vieux livre que je possède et que mon fils adore…  Il s’agit d’histoires sur les animaux d’Afrique.  Le texte est magnifique… tellement touchant…

Mon fils de 4e année le lira ce matin…

Ouarâ

Ouarâ dormait, confiante dans la présence de son maître, dans l’entière paix que donne une belle dentition toute neuve sortie depuis deux mois…

A ce moment passa le chat de la maison avec qui Ouarâ s’amusait parfois à la suite d’une bonne digestion. Le chat ne s’attendait-il pas à voir la lionne ? N’était-il pas en humeur de jouer ? Le fait est simplement celui-ci : au cours d’une brève lutte, le chat se rebiffa, donna un coup sur le museau de Ouarâ, et, avant qu’une des énormes pattes l’eût aplati et maintenu sur le plancher, il avait sauté à travers la balustrade…

Il tomba dans la cour. A sa suite, la lionne fit le même chemin pour le rattraper, oubliant le collier, la corde, la balustrade, ne pensant qu’au jeu. La corde et le collier étaient solides : la lionne n’atteignit pas le sol, mais setrouva plaquée brutalement contre le mur et pendue. Ce fut alors un beau tapage : sauts affolés, détentes énormes suivies de retombées le long de la maison, rauquements aigus. Les poils volaient en tous sens.

La torpeur qui régnait dans cette cour fut ravagée. Quand éclata le cri de la brousse, colporteurs de marchandises, vendeurs de caoutchouc, messagers, voyageurs, trafiquants et mendiants qui dormaient au pied des arbres et des murs, à l’ombre, se levèrent d’un bond et mal éveillés, s’enfuirent en tous sens…

Ouarâ sautait toujours, impuissante à remonter le mur. Sa voix, profonde d’abord, était devenue aiguë, puis sifflante. Par moment, la bête se taisait, comme si elle recherchait son souffle. A vrai dire, son souffle l’abandonnait…

Réveillé par tout ce vacarme, le maître apparut… Il vit la singulière position de la lionne. Quand il revint, un couteau à la main, la lionne était immobile, les yeux fixés sur lui, des yeux immenses, résignés, exorbités. La gueule écumait. D’un coup, il trancha la corde et Ouarâ tomba comme un paquet. Pas pour longtemps. D’un bond, elle se dégageait et contournait la maison.

A peine son maître venait-il de reposer le couteau sur la table qu’il sentit sur ses épaules deux énormes pattes qui l’étreignaient. Avant qu’il eût pu, de la voix et du geste, retenir l’agresseur, il était renversé, roulé sur le plancher…

L’homme voulut se défendre, écarter la gueule, retenir les pattes. Mais la lionne était couchée sur lui et l’écrasait… L’angoisse l’anéantit… Elle fut de courte durée. Les griffes rentrées, les pattes de Ouarâ embrassaient solidement la proie de sa bienveillance, de son amour, de sa reconnaissance.

D’après André DEMAISON

Le Livre des Bêtes qu’on appelle sauvages(1929)

Je comprends mieux le texte…

  1.  Qui en est l’auteur de ce texte?
  2. Qui est Ouarâ ?
  3. Pourquoi veut-elle poursuivre le chat ?
  4. Ouarâ  rencontre un problème. Lequel ?
  5. Relève l’expression qui montre que Ouarâ risque de mourir.
  6. Qui sauve Ouarâ ?
  7. Comment se termine l’histoire ?

Si vous voulez télécharger ma feuille de travail :

Ouarâ

***  J’aime ce genre de texte…  car le texte utilise un langage qui demande à l’enfant d’être un bon lecteur et c’est ce que je recherche dans ma classe-maison!  Il faut, parfois, pousser un peu plus loin le niveau de compréhension des enfants en donnant des textes plus élaborés et surtout…  surtout… qui nourrit, comme dans ce cas-ci pour mon fils, qui nourrit un besoin présentement…  oui, d’en connaitre davantage sur les animaux d’Afrique!

Un manuel ancien à découvrir…


Vous me connaissez, je garde toujours un oeil sur ce que propose le site «Manuels anciens» puisque plusieurs petits bijoux y passent bien souvent.

Cette semaine, on propose celui-ci qui vaut la peine d’être consulté.  Ne vous fiez pas à sa couverture un peu terne…  il propose plusieurs textes qui valent largement la peine de dépasser notre dégoût 🙂

 

Cliquer ici pour le consulter sur le site de «Manuels Anciens»

Vraiment…  celles qui aiment les vieux manuels… qui aiment cette rigueur au travail et le désir de mener toujours plus loin l’enfant…  prenez le temps de le consulter!!!!

Vous savez, on n’est pas obligé de tout faire…   On peut très bien utiliser une autre méthode scolaire ( très 2016) et ajouter de temps en temps un texte venant d’un manuel comme celui-ci.

Un peu d’audace mesdames! 😀

Contes de Noël (texte)


Cette année, je me prépare plus rapidement…  J’ai tendance à trop attendre et ne pas avoir suffisamment de temps pour travailler quelques textes en classe.

J’ai acheté dans une brocante de livres usagés un livre d’une auteur québécoise qui propose plusieurs contes magnifiques.  Ce qui est particulier de ce livre c’est qu’il est destiné aux petits d’un côté et de l’autre aux adultes.  On retrouve donc des contes pour enfants et des contes pour adultes.

 

Elle propose sur le net les trois premiers contes pour enfants.

Les bonbons d’or et Poiline_contes Noël

On retrouve une autre histoire «Sous le sapin» ici : CLIQUER ICI

 

Ushuaïa junior (livres)


J’ai découvert cette magnifique collection : USHUAÏA JUNIOR de Hachette.  Vraiment magnifique!!!

Les livres sont magnifiques et vous pouvez même avoir accès sur le web pédagogique de la collection à des fiches de travail pour les élèves!  Vous pouvez feuilleter quelques manuels en ligne.

Une belle idée!!!

Le concept de la collection :

« Ushuaïa Junior » est la première collection qui tout en proposant des sujets les plus proches possible du programme scolaire ouvre ses pages à des problématiques généralement ignorées des autres collections : écologie, citoyenneté, respect de l’autre…, et cherche à faire comprendre aux enfants qu’ils sont acteurs dans ces problématiques. Les enseignants ont aussi cette volonté d’ouverture.

À mettre au programme absolument!

Nos lectures prochaines…


Février, un nouveau mois, de nouvelles lectures suivies en classe.

Voici les romans que j’ai sélectionnés pour eux :

Fils-4 – 4e année – CM1

 

Fils-3 – 6e année – 6e

 

Fils-2 – secondaire 4 – 2nde

 

«Ce court récit a été inspité à Victor Hugo par un fait-divers s’étant réellement déroulé, quelques années plus tôt.
Claude Gueux est un ouvrier qui vit misérablement avec sa compagne et leur fille. Un jour qu’ils n’ont plus ni bois de chauffage ni pain, il va se risquer à voler. Il sera condamné pour ce vol à cinq ans de prison.
Durant cet internement, Claude se lie d’amitié avec Albin, un jeune homme qui chaque jour partage son pain avec lui.
Mais l’homme a également un ennemi dans sa prison de Clairvaux: le directeur des ateliers, jaloux de l’ascendant que possède le prisonnier sur ses camarades. Aussi décide-t-il de séparer Albin et Claude, par pure méchanceté.
Claude ne supporte pas cette séparation, d’autant que le directeur refuse de lui donner la moindre explication sur ce brusque départ d’Albin.
Durant plusieurs semaines il tente de faire plier le directeur, le supplie de lui rendre son compagnon, sans succès. Face à ces multiples refus, Claude Gueux décide de tuer le directeur à l’aide d’une hâche et tente après cela de se donner la mort: il a jugé et condamné son tortionnaire, tout comme lui l’a été. Il sera soigné de ses blessures pour être guillotiné sur la place publique, un jour de marché.
Victor Hugo utilise ce qui n’était à l’origine qu’un banal fait-divers pour poser la question du rôle de la société, qui dans ce cas a fait de cet homme, bon et intelligent, un assassin et pose bien sûr le problème de la peine de mort. » source

 

Noune, l’enfant de la préhistoire (album-texte)


Comme nous redécouvrons la période de la préhistoire, j’ai choisi d’exploiter ce petit texte pour mon fils de 4e année (CM1).

 

Noune est un petit garçon qui vit avec Pah, Mah, ses parents, et Malina, sa soeur, au pied de la grande falaise, là où paissent les troupeaux de rennes. A l’école de la Vie, au rythme des saisons et au contact de la Nature, il apprend, en observant, comment allumer un feu, coudre des vêtements, chasser, pêcher… Il assiste à la décoration de la grande caverne dont les peintures, si vivantes et si colorées, le fascinent… Cela se passe, il y a 17 000 ans…

Il conviendrait probablement mieux à un CE2, mais je vais tout de même l’utiliser pour mon fils de 4e année (CM1)…  de toute façon, un texte c’est un texte.  Je l’adore ce petite texte d’ailleurs car il trace les grands lignes de cette période historique.

 

Je vais utiliser uniquement un questionnaire de lecture puisque je travaille avec lui « la façon de répondre aux questions » présentement.  Chez nous, répondre à une question correspond à l’écriture d’une phrase complète…  pas uniquement un mot ou deux pour s’en débarrasser! 😉

Je vais utiliser le travail du blogue « Le petit cartable de Séléanne » : CLIQUER ICI

il y en a d’autres…

 

Si vous utilisez le tapuscrit de « orphéécole », un questionnaire de lecture l’accompagne : CLIQUER ICI

 

 

Le chat qui parlait malgré lui (texte)


Voici un autre texte à l’étude la semaine prochaine (4e année-CM1)

Un matin, comme tous les matins, Gaspard prit son petit déjeuner avec Thomas.  Quand celui-ci partit pour l’école, Gaspard l’accompagna jusqu’à la porte et lui dit « Au revoir! » comme d’habitude, avec  un petit miaou et un gros ronron. Gaspard jouissait de la réputation chez les chats d’avoir une très belle voix. Les personnes humaines avaient sur ce sujet des avis partagés. Thomas trouvait que Gaspard miaulait à merveille, et que la musique de ses miaous était un délice. Le père de Gaspard, quand il lisait son journal et que Gaspard réclamait son dîner en miaulant, disait :  » Ce chat a la voix d’une porte qui grince. »

Mais Thomas défendait toujours Gaspard quand on disait du mal de lui. Même quand il était encore tout petit, Thomas s’était toujours très bien conduit avec Gaspard. Il ne lui avait jamais tiré la queue ni les moustaches, il ne l’avait jamais caressé à rebrousse-poil. Il lui donnait à manger, il lui parlait  avec respect et douceur. En un mot, il traitait son chat comme s’il était une personne, et son meilleur ami.

Ce matin là, donc, après le départ de Thomas, Gaspard alla dans le fond du jardin et se mit à flairer-mâcher-machouiller-manger des herbes. Il y en avait une qu’il n’avait jamais rencontrée et qui semblait avoir bon goût. Gaspard la flaira, la mâcha, la mâchouilla et finalement la mangea. En avalant l’herbe, il se sentit traversé par une espèce d’électricité bizarre, qui passait de sa bouche à son estomac.  Une seconde plus tard un papillon voleta près de ses moustaches et Gaspard, pendant qu’il sautait pour l’attraper, entendit une petite voix qui ressemblait au son d’un petit violon de poupée. Cette petite voix  disait : « Toi, mon vieux, si je t’attrape, je te mange ! »

« Qui a parlé ? » se dit Gaspard en regardant autour de lui. Il ne vit personne, mais il entendit une petite voix prononcer tout haut ce qu’il avait pensé tout bas : « Qui a parlé? »

« Personne n’a parlé, puisqu’il n’y a personne », se dit Gaspard. Et au même instant, il entendit la petite voix, qui ressemblait au son d’un tour d’un tout petit violon de poupée. La petite voix disait : « Personne n’a parlé puisqu’il n’y a personne. »

« Ça a l’air logique, se dit Gaspard. Personne n’a parlé puisqu’il n’y a personne que moi,  puisque je suis un chat et puisque les chats ne parlent pas. Mais j’ai pourtant entendu quelqu’un dire : « Personne n’a parlé puisqu’il n’y a personne. » C’est donc qu’il y avait quelqu’un. Car d’habitude il n’y a pas de parole sans quelqu’un qui parle. »

Pendant qu’il était en train de se dire tout ça, Gaspard entendait une petite voix, qui ressemblait au son d’un petit violon de poupée. Cette petite voix disait : « Ça a l’air logique. Personne n’a parlé puisqu’il n’y a personne que moi, puisque je suis un chat et que les chats ne parlent pas. Mais j’ai pourtant  entendu quelqu’un dire : « Personne n’a parlé puisqu’il n’y a personne. » C’est donc qu’il y avait quelqu’un. Car d’habitude il n’y a pas de parole sans quelqu’un qui parle. »

En entendant ces mots Gaspard eut soudain l’impression qu’une ampoule électrique de 500 watts s’allumait dans sa tête. « J’ai une illumination », se dit-il. L’illumination de Gaspard illuminait cette idée très simple : « Si quelqu’un parle et qu’il n’y a personne, que moi, c’est donc que quelqu’un parle et que ce quelqu’un c’est moi ! Il faut que j’en ai le coeur net », se dit Gaspard.

Claude ROY

J’accompagne cette lecture d’une situation d’écriture :

  • Écrire à la première personne : C’est Gaspard qui raconte sa sortie dans le jardin.  Écris son récit.

Si ce texte vous intéresse :

Le chat qui parlait malgré lui

Globe-trotteur de ERPI


globe trotter

Cliquer pour accéder au site

Je suis consciente que ce n’est pas pour tous les budgets, y compris le mien, mais j’ai la chance d’avoir sous la main 4 coffrets de lecture très intéressants.

Une enseignante me prête ce matériel pour l’année et j’avoue avoir été séduite.

Il s’agit de petits cahiers de lecture en science et en univers social accompagnés d’une ou plusieurs activités.

Une belle idée pour améliorer la lecture avec du matériel intéressant!

 

 

 

Planification de la semaine (4e année)


Il n’y a rien comme le plaisir de se promener d’un manuel à l’autre pour SE construire un programme qui nous ressemble davantage.  J’aime ce sentiment de « liberté » que nous avons la chance d’avoir en classe-maison.  J’aime ce sentiment que tout ce qu’on fait a un but précis et peaufine un peu plus notre base de travail.

Voilà pourquoi je navigue d’un cahier à un autre…  d’un manuel à un autre…

Travail sur le texte :

  • Je fais des prédictions à l’aide d’indices : La petite fille qui détestait les livres de Manjusha Pawagi (Texto 4 de ERPI p.9-12 )
  • Éléments essentiels d’un récit, les personnages : Mémo 4 A p.30-32 : Un sac gonflé de vent  de Gérald Rose
  • Un conte détourné : Le loup de la 135e  (album)  :  lecture supplémentaire.  J’ajoute simplement un petit exercice d’écriture à la suite de la lecture

Écriture :

  • Après la lecture du premier texte : Quelle pourrait être la suite de cette histoire ?
  • Après la lecture du deuxième texte : Que penses-tu du comportement de Jacques?  Est-ce un chanceux ou un escroc?  justifie ton point de vue.
  • Après la lecture du conte détourné : « Moi aussi j’y avais eu droit à la leçon! »  Raconte cette leçon qu’a donnée le grand-père au narrateur.
  • Atelier d’écriture en extra : un objet magique (no.5) 

Voici mes petites questions à découper et à coller dans le cahier d’écriture :

Situations d’écriture première semaine septembre

Étude de la langue :

  • Le déterminant
  • Le verbe à l’infinitif
  • Les mots de la semaine à mémoriser + dictées
  • Mémorisation du verbe être au présent de l’indicatif, à l’imparfait, au futur simple et au conditionnel présent

Mots de la semaine et dictées :

J’utilise le travail  d’Estelle Dumont, Christine Gilbert et leurs collaboratrices : lorthographe-au-quotidien-moi-jy-tiens   /  annexe-de-mots-entrecroisc3a9s-1  /  annexe-mots-cachc3a9s-version-finale

  • bol
  • bon
  • boule
  • bulle
  • cabane
  • doute
  • habitude
  • humeur
  • la
  • la leur, le leur
  • mode
  • larme
  • laver
  • le
  • les leurs
  • métro
  • meuble
  • ouest
  • pardon
  • patiner
  • plume
  • pupitre
  • retour
  • tour

Voici les phrases que je lui propose :

  • Jour 1 : C’est normal de verser des larmes en demandant pardon de lui avoir lancé une boule de neige près du métro.
  • Jour 2 : Nous allons laver leur cabane et acheter de nouveaux meubles, dont un joli pupitre.
  • Jour 3 : Être de bonne humeur puisque sa mère lui achète un chandail à la mode avec des bulles, c’est génial!
  • Jour 4 : Je doute qu’il soit à la maison puisque d’habitude il est de retour en soirée.
  • Jour 5 : Une dictée trouée.

Mathématique :

  • La figure de symétrie et la réflexion
  • La frise

Histoire ou géographie:

Histoire cette semaine…  on lit un vieux livre d’histoire qui « raconte » l’histoire.  Vieux livre…  mais qui a l’avantage de plaire à mon fils.

Jean et Sébastien Cabot, comme bien d’autres à cette époque, cherchent un passage vers la Chine.  Henry Hudson explore les côtes de la Nouvelle-Angleterre; il découvre la baie d’Hudson.

Géographie : on découvre et dessine la baie d’Hudson.

 Anglais :

Days and Months

04 Writing Days and Months

Pour le moment…  on se concentre sur du vocabulaire et un peu de lecture.

 Science : Des habitats en santé :

Dans des livres à la maison ou internet, il doit rechercher des animaux grands et petits qui vivent dans l’habitat qu’il a choisi.  Il doit dessiner ou découper des photos dans de vieilles revues.  Il doit par la suite coller le tout sur de grandes fiches et au dos de ces fiches, décrire les animaux et noter l’information trouvée sur le sujet.

J’ignore encore quel habitat il a choisi…  je pense que ce sera un vieil arbre dans notre cour arrière ou le jardin potager.

Arts plastiques :

Il termine un projet de géométrie qui rejoint notre première notion d’art, la ligne.

Mémorisation de la semaine (poésie)

Lecture supplémentaire :

Il avait adoré le premier l’an dernier…  il tenait à lire celui-ci!

Artiste de la semaine, musicien de la semaine à venir si j’ai un peu de temps!!!!

On se concentre encore sur l’essentiel puisque j’ignore si je pourrai enfin travailler une semaine complète sans me déplacer ici et là continuellement!