Catégorie : Je suis fier de bien parler

Je suis fier de bien parler


Je vous propose notre exercice de la semaine : les sons « f » et « v »

Le givre

Le givre a mis sur mes carreaux

Toute une blanche carapace

De sapins et de fins bouleaux

Des étoiles et des animaux

À longue fourrure de glace.

Je vois aussi sur mes carreaux

Un homme chaussé de raquettes.

Serait ce donc un Esquimau

Qui va sortir de sa cachette

Et déposer sur son traîneau

Quelque mystérieuse bête ?

Le givre fond sur mes carreaux

Dans ma chambre la bûche flambe.

Adieu, sapins et animaux.

Mon Esquimau n’a plus de jambes.

Quel dommage, c’était si beau !

Marcelle Vérité

Si cela vous intéresse :

Je suis fier de bien parler_le givre

Les allumettes ( texte )


Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises, nous travaillons beaucoup la lecture à haute voix .  Voici le texte à préparer pour la prochaine semaine.

LES ALLUMETTES.

| Les anciens | ne connaissaient pas… les allumettes ; | pour se procurer du feu, | ils frottaient… l’un contre l’autre… deux morceaux de bois sec. | Ce procédé primitif | est encore en usage… chez les peuplades sauvages | de l’Amérique… et de l’Océanie. | L’invention du briquet… fut un progrès véritable. | On sait qu’il se compose… d’une tige d’acier | destinée à frapper… une pierre de silex | pour en faire jaillir… l’étincelle | et enflammer… l’amadou.  | Les allumettes soufrées | devinrent plus tard… d’un usage général. | Dans le siècle dernier | parut le briquet phosphorique : | c’était une petite fiole | contenant du phosphore, | dans laquelle on plongeait… l’allumette soufrée. | Le briquet phosphorique | fut à son tour détrôné… par les allumettes chimiques. | On attribue cette découverte, | à un chimiste allemand ; | mais tout fait présumer… que les allumettes chimiques | sont d’origine française, | et que leur vulgarisation… a commencé en Allemagne | et bientôt après… en Amérique | et en Angleterre. | La fabrication… des allumettes | constitue de nos jours | une industrie considérable.

| Pour fabriquer… les allumettes, | on enduit de soufre… à l’une de leurs extrémités… des bûchettes de bois sec, | que l’on plonge ensuite… dans une dissolution… de gomme arabique. | Puis on les trempe… dans un mélange pâteux | de phosphore… et de chlorate de potasse, | que l’on colore… en rouge ou en bleu (avec du cinabre… ou de l’indigo. |  Cette préparation | permet… de les enflammer| par le simple frottement… sur un corps dur.

***les « | » et les (… ) servent à indiquer les respirations ou les petits arrêts lors de la lecture du texte.

  1.  Les anciens connaissaient-ils les allumettes?
  2. Comment parvenaient-ils à se procurer du feu ?
  3. De quoi se compose le briquet?
  4. À quelle époque parut le briquet phosphorique
  5. Décrivez le briquet phosphorique
  6. Par quoi fut-il à son tour détrôné ?
  7. À qui attribue-t-on la découverte des allumettes chimiques?
  8. Où se sont-elles d’abord vulgarisées?
  9. Comment fabrique-t-on les allumettes chimiques ?
  10. À quoi sert pour les allumettes la préparation de phosphore et de chlorate de potasse?

Chervin, Arthur (1850-1921). Exercices de lecture à haute voix et de récitation,1880.

 

Si cela vous intéresse :

Les allumettes

***  ce petit texte est vieux…  par contre, encore aujourd’hui les allumettes contiennent les mêmes éléments!

Je suis fier de bien parler


Voici nos trois exercices cette semaine :  m / n / gn

Le ver luisant

Ver luisant tu luis à minuit,
Tu t’allumes sous les étoiles
Et, quand tout dort, tu t’introduis
Dans la lune et ronge sa moelle.

La lune, nid des vers luisants,
Dans le ciel continue sa route.
Elle sème sur les enfants,
Sur tous les beaux enfants dormant,
Rêve sur rêve, goutte à goutte.

Robert Desnos

****************************

J’aime le vent

J’aime le vent qui fait des siennes

Dans les rubans de mes cheveux

Et qui m’offre, en guise d’étrennes,

Toutes les chansons que je veux

Louis Émié

****************************

Le cygne

Il glisse en sa gondole calme

Comme un seigneur de poulailler

Qui ne sait, même de ses palmes

Se servir que pour godiller

Marcel Monpezat

*** godiller = ramer

Je ne suis pas très exigeante… je demande simplement de bien entendre ce que j’écoute.  Je demande à tout le monde de fermer les yeux, sauf le lecteur, et nous devons bien entendre chaque mot, chaque son, chaque liaison, etc.  Une vraie lecture qui nous rend fier! hihihi

Si cela vous intéresse :

Je suis fier de bien parler_février

Je suis fier de bien parler


Notre petit exercice de lecture à haute voix de la semaine 

 

Lisez ceci…  dites-moi, où peut-on trouver une aussi belle description d’un lever de soleil dans un manuel scolaire d’aujourd’hui??????

pfff…  je cherche ce genre de manuel depuis longtemps.  C’est de cette nourriture littéraire qu’on devrait nourrir nos enfants.

 

Route de Luz

Le soleil se lève à peine, et les montagnes le cachent encore.  De pâles rayons viennent colorer les mousses du versant occidental.  Ces mousses, trempées de rosée, semblent s’éveiller sous la première caresse du jour.  Des teintes roses, d’une douceur inexprimable, se posent sur les sommets, puis descendent sur les pentes.  On n’aurait jamais cru ces vieux êtres décharnés capables d’une expression si timide et si tendre.  La lumière croît, le ciel s’élargit, l’air s’emplit de joie et de vie.  Un pic chauve au milieu des autres se détache plus noir dans une auréole de flamme.  Tout d’un coup entre deux dentelures, part, comme une flèche éblouissante, le premier regard du soleil.

Hippolyte Adolphe Taine ( philosophe)

Un travail de lecture orale.

Articulez!  prononcez!  Parlez bien, en tout temps et partout!

La lecture à haute voix


Je suis probablement la seule à faire lire les enfants à haute voix jusqu’à la fin du secondaire! hihihi

Effectivement, je fais lire les enfants régulièrement à haute voix.  Je ne parle pas ici d’un roman que nous lisons, chacun notre tour, pour les autres.  Je parle d’un réel exercice «formel» de phonétique.

Il y a une grande différence entre «lire pour soi » et « lire pour les autres  ».

Je sélectionne un extrait que les enfants préparent et lisent pour les autres.  Je prends le même extrait pour tout le monde, car « écouter » est bien souvent très formateur pour les autres ( surtout les plus jeunes ).

J’appelle cette séance « Je suis fier de bien parler » 😀

Voici mon choix cette semaine :

Portrait du père

Je t’ai cherché, mon père, en ce logis grinçant
Où moisissait la paille, où tombaient les fenêtres
La nuit, je frissonnais en écoutant le vent
Recenser les vallons d’un monde à disparaître.

Il n’y avait plus d’eau dans la cruche pourrie
Les ronciers se coulaient sous les portes disjointes
Et les pommes tombaient comme des pas d’amis
Qui seraient repartis sans avoir pu m’atteindre.

(…)

Luc Bérimont

On travaille la lecture, la confusion des sons, la diction et les liaisons.

Pour mon plus jeune, je lui propose souvent des phrases à lire.  Par exemple, cette semaine, je révisais avec lui les liaisons.

Voici quelques phrases :

  • Le torrent rugit en écumant.
  • L’on écrit pour être entendu, mais il faut du moins, en écrivant, faire entendre de belles choses.  ( La Bruyère )
  • Sur le pont d’Avignon, on y danse tout en rond.