Catégorie : 4e année (CM1)

Revues en anglais


J’aime beaucoup utiliser différentes ressources en anglais pour donner le goût aux enfants de lire davantage dans cette langue.

Si, comme moi, vous cherchez comment compléter la partie «lecture», je vous propose ces petites revues qui proposent plusieurs courts textes ainsi que quelques pistes de travail :

 

Cliquer ici pour vous abonner

Voici un exemple à consulter ainsi que la partie «enseignante» qui propose quelques pistes de travail

pdf émoticonspider novembre et décembre 2015

spider novembre et décembre 2015_enseignant


Cliquer pour vous abonner


Voici un exemple à consulter ainsi que la partie «enseignante» qui propose quelques pistes de travail

pdf émoticoncricket mars 2016_enseignant

cricket mars 2016


Jogging de tête


3c1343cb-a4c2-4336-a36d-b9a403f37cd8_roadrunnerVoici des documents «revisités» d’anciens cahiers de jogging mathématique.

Pour les utiliser chaque semaine, ils permettent de faire le tour de plusieurs choses oralement : révision des opérations de base, retour sur le langage mathématique, petits problèmes, etc.


pdf émoticon

2e année : jogging_mathematique_2e_annee

3e année : jogging_mathematique_3e_annee

4e année : jogging_mathematique_4e_annee

5e année : jogging_mathematique_5e_annee

6e année :jogging_mathematique_6e_annee-2


Le langage mathématique


Un point important (à ne pas négliger en tout cas) c’est l’apprentissage du langage Résultats de recherche d'images pour « lexique mathématique »mathématique.

Bien souvent, pour accélérer le travail, plusieurs auront tendance à lire les questions avant les enfants et leur expliquer ensuite ce qu’il faut faire.

À d’autres moments, l’enfant ne lira pas plus la question puisqu’il reconnaîtra rapidement, d’un simple regard, le travail à effectuer.  Cela apparaît très souvent lorsqu’il vient d’apprendre une certaine démarche dans sa leçon juste avant.

Résultat?  Plusieurs enfants butent par la suite sur des mots dont ils devraient connaître le sens.

Conséquence ? Lorsque vient le temps de répondre à des problèmes de raisonnement ou des situations-problèmes, l’élève ne comprend pas l’énoncé.

Exemple : Trouve le produit de deux nombres…  «C’est quoi le produit?»…

On parle ici d’un élève du secondaire 4.

Il faut donc porter attention à notre manière d’enseigner.

Au lieu de demander de tracer une «ligne» pourquoi ne pas installer, dès le départ, le bon mot : on trace une droite.  Au lieu de trouver un point sur un graphique, on peut utiliser le bon terme : coordonnée.  Même chose pour le graphique, n’hésitez pas à utiliser abscisse et ordonnée…  ça facilite tellement les choses lorsque vient le temps de travailler les variables dépendantes et indépendantes!

En utilisant soi-même le bon langage, l’enfant utilisera le même langage approprié.

Trouver la somme, le produit, le quotient…  ce sont des mots que l’on retrouve régulièrement dans les problèmes mathématiques.  Il faut donc en connaître le sens!

Des outils

On retrouve sur le marché d’excellent «lexique mathématique ou dictionnaire» qui peuvent accompagner l’élève tout au long de sa scolarité primaire et secondaire.

Pour faciliter la tâche, on retrouve (aussi)  sur le net plusieurs documents tout à fait pertinents.

pdf émoticonGénéral

langage-mathematique

Un site…


pdf émoticon

3e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-3


pdf émoticon

1er cycle du primaire

mon-lexique-mathematiques

memoire


pdf émoticon2e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-2


Toutes celles qui utilisent des méthodes québécoises comme Numérik, Tamtam, Décimale de ERPI, vous retrouvez, dans les pages de planification, tous les mots de vocabulaire à connaître pour chaque séquence de travail !

Soyons consciencieux(ses) dans notre façon de travailler!

Ebook en anglais pour le primaire


Si, comme moi, vous aimez proposer des lectures supplémentaires à vos plus jeunes en anglais, je vous invite à consulter ces petits «Ebook» qu’on peut lire et écouter.

 

Cliquer ici pour accéder au site

 

 

Il faut s’enregistrer par contre.

 

Anglais au primaire


Une enseignante en anglais au primaire m’a gentiment partagé ce qu’un enfant devrait être en mesure de connaître selon le niveau. C’est un point de repère intéressant à découvrir…

1re année

  • Les couleurs
  • Les chiffres de 1 à 20
  • L’alphabet
  • Les effets scolaires
  • Les animaux
  • Certains adjectifs utilisés pour la description
  • Les mots questions: What?, Where?
  • Les parties du corps humain
  • Certains verbes d’action
  • Le langage fonctionnel, propre aux activités vécues en classe.

2e année

  • Les jours de la semaine et les actions quotidiennes
  • La nourriture
  • Les nombres de 1 à 20
  • Les animaux
  • Les vêtements
  • Les opposés
  • Les prépositions (in, on) qui seront révisées en 3eannée
  • Initiation aux phrases simples: déclarative, interrogative et négative
  • Le langage fonctionnel propre aux nouvelles activités vécues en classe.

3e année

  • Savoir s’identifier
  • Décrire sa famille, identifier les personnes qui la composent
  • Bien connaître les 3 verbes suivants: être, avoir et aimer (like)
  • Utiliser des expressions de politesse
  • Les salutations en anglais
  • Comment prendre congé de quelqu’un
  • Remercier
  • Présenter des excuses.
  • Tout en demeurant signifiant, le vocabulaire s’étend à toutes les réalités de l’école.
  • Parler de ses préférences, ses goûts, énoncer ses capacités
  • S’informer sur l’autre
  • Demander de l’aide
  • Demander des clarifications
  • Identifier et décrire des caractéristiques élémentaires des personnes, des objets et des animaux à partir d’exemples.

On écrit des textes selon des modèles explicites, en y changeant les mots soulignés par l’enseignant.

4e année

  • Participer à la routine de la classe (lire l’heure, nommer jour de la semaine, etc.)
  • Demander de l’aide
  • Solliciter des clarifications
  • Identifier des personnes, des animaux, des objets et des endroits
  • Décrire des caractéristiques élémentaires de personnes, d’animaux, d’objets ou de lieux
  • Énoncer ses propres capacités
  • Exprimer son accord ou son désaccord
  • Demander une permission
  • Accepter ou refuser l’aide offerte
  • Exprimer ses besoins, ses désirs, ses sentiments, des champs d’intérêt,ses goûts, ses préférences
  • Utiliser certains mots d’action
  • Utiliser un vocabulaire lié à d’autres environnements familiers
  • Utiliser le possessif en contexte pour parler de soi
  • Épeler des mots
  • Utiliser les nombres cardinaux et ordinaux vus fréquemment en classe
  • Utiliser le nom des couleurs et des formes géométriques vus fréquemment en classe
  • Avoir une intonation et une prononciation compréhensible par un locuteur anglophone

On écrit des textes selon des modèles explicites, en y changeant les mots soulignés par l’enseignant.

5e année

  • Demander à l’autre de s’identifier
  • Se renseigner sur les capacités d’autres personnes
  • D’énoncer les capacités d’autres personne
  • Poser des questions appelant une information
  • Poser des questions appelant un oui ou un non comme réponse
  • Demander l’accord ou le désaccord
  • Donner son opinion et demander l’opinion des autres
  • Offrir de l’aide
  • Exprimer les besoins, les désirs, les champs d’intérêts et les goûts d’autres personnes
  • Se renseigner sur les besoin et les désirs des autres
  • Avertir quelqu’un, le prévenir
  • Se renseigner sur les sentiments, les champs d’intérêt, les goûts et les préférences d’autres personnes.
  • Faire des suggestions
  • Inviter
  • Alimenter la conversation
  • Utiliser le vocabulaire ciblé pour la tâche exigée
  • Utiliser les pronoms personnels et des formes possessives en contexte pour parler d’autres personnes.
  • Utiliser les prépositions et les mots de localisation nécessaires à la réalisation de tâches.
  • Utiliser les expressions du temps vues fréquemment en classe
  • Répondre aux mots d’interrogation utilisés en contexte
  • Utiliser les mots d’interrogation en contexte.
  • Contribuer à la bonne marche du travail

On écrit des textes en s’inspirant de modèles ou d’une liste de questions.

6e année

  • Demander à l’autre de s’identifier
  • Se renseigner sur les capacités d’autres personnes
  • D’énoncer les capacités d’autres personne
  • Poser des questions appelant une information
  • Poser des questions appelant un oui ou un non comme réponse
  • Demander l’accord ou le désaccord
  • Donner son opinion et demander l’opinion des autres
  • Offrir de l’aide
  • Exprimer les besoins, les désirs, les champs d’intérêts et les goûts d’autres personnes
  • Se renseigner sur les besoin et les désirs des autres
  • Avertir quelqu’un, le prévenir
  • Se renseigner sur les sentiments, les champs d’intérêt, les goûts et les préférences d’autres personnes.
  • Faire des suggestions
  • Inviter
  • Alimenter la conversation
  • Utiliser le vocabulaire ciblé pour la tâche exigée
  • Utiliser les pronoms personnels et des formes possessives en contexte pour parler d’autres personnes.
  • Utiliser les prépositions et les mots de localisation nécessaires à la réalisation de tâches.
  • Utiliser les expressions du temps vues fréquemment en classe
  • Répondre aux mots d’interrogation utilisés en contexte
  • Utiliser les mots d’interrogation en contexte
  • Contribuer à la bonne marche du travail
On écrit des textes en s’inspirant de modèles ou d’une liste de questions.

Découvrons l’orthographe


Cliquer ici

Pour celles qui cherchent un outil pour améliorer la mémorisation des mots de vocabulaire.  Ces petits cahiers offrent de bons trucs assez simples à retenir pour la plupart des enfants.

L’auteure, Claire Côté, sera présente au congrès de l’ACPEQ pour présenter son matériel et quelques capsules vidéos.

 

Ouarâ ( texte )


Je remets ce texte en apportant une information importante!!!!!

Je reçois, chaque année depuis cette publication en 2012, pas moins d’une trentaine de courriels d’enfants qui me demandent tantôt le résumé du texte, tantôt les réponses aux questions.

Je ne suis pas stupide…  Un petit courriel rempli de fautes me demandant le corrigé ou le résumé…  Je suis en mesure de découvrir assez facilement que c’est un travail demandé par un instituteur!  Cette semaine, j’ai reçu 12 demandes de résumé!!!!  hahaha

Mymy, Lulu, Wiwi, Fatima et tous les autres…  Je suis désolée mais je ne donnerai ni de réponses aux questions, ni de résumé.

++++++++++++++++++++++++++++++++

Voici un texte qui provient d’un très vieux livre que je possède et que mon fils adore…  Il s’agit d’histoires sur les animaux d’Afrique.  Le texte est magnifique… tellement touchant…

Mon fils de 4e année le lira ce matin…

Ouarâ

Ouarâ dormait, confiante dans la présence de son maître, dans l’entière paix que donne une belle dentition toute neuve sortie depuis deux mois…

A ce moment passa le chat de la maison avec qui Ouarâ s’amusait parfois à la suite d’une bonne digestion. Le chat ne s’attendait-il pas à voir la lionne ? N’était-il pas en humeur de jouer ? Le fait est simplement celui-ci : au cours d’une brève lutte, le chat se rebiffa, donna un coup sur le museau de Ouarâ, et, avant qu’une des énormes pattes l’eût aplati et maintenu sur le plancher, il avait sauté à travers la balustrade…

Il tomba dans la cour. A sa suite, la lionne fit le même chemin pour le rattraper, oubliant le collier, la corde, la balustrade, ne pensant qu’au jeu. La corde et le collier étaient solides : la lionne n’atteignit pas le sol, mais setrouva plaquée brutalement contre le mur et pendue. Ce fut alors un beau tapage : sauts affolés, détentes énormes suivies de retombées le long de la maison, rauquements aigus. Les poils volaient en tous sens.

La torpeur qui régnait dans cette cour fut ravagée. Quand éclata le cri de la brousse, colporteurs de marchandises, vendeurs de caoutchouc, messagers, voyageurs, trafiquants et mendiants qui dormaient au pied des arbres et des murs, à l’ombre, se levèrent d’un bond et mal éveillés, s’enfuirent en tous sens…

Ouarâ sautait toujours, impuissante à remonter le mur. Sa voix, profonde d’abord, était devenue aiguë, puis sifflante. Par moment, la bête se taisait, comme si elle recherchait son souffle. A vrai dire, son souffle l’abandonnait…

Réveillé par tout ce vacarme, le maître apparut… Il vit la singulière position de la lionne. Quand il revint, un couteau à la main, la lionne était immobile, les yeux fixés sur lui, des yeux immenses, résignés, exorbités. La gueule écumait. D’un coup, il trancha la corde et Ouarâ tomba comme un paquet. Pas pour longtemps. D’un bond, elle se dégageait et contournait la maison.

A peine son maître venait-il de reposer le couteau sur la table qu’il sentit sur ses épaules deux énormes pattes qui l’étreignaient. Avant qu’il eût pu, de la voix et du geste, retenir l’agresseur, il était renversé, roulé sur le plancher…

L’homme voulut se défendre, écarter la gueule, retenir les pattes. Mais la lionne était couchée sur lui et l’écrasait… L’angoisse l’anéantit… Elle fut de courte durée. Les griffes rentrées, les pattes de Ouarâ embrassaient solidement la proie de sa bienveillance, de son amour, de sa reconnaissance.

D’après André DEMAISON

Le Livre des Bêtes qu’on appelle sauvages(1929)

Je comprends mieux le texte…

  1.  Qui en est l’auteur de ce texte?
  2. Qui est Ouarâ ?
  3. Pourquoi veut-elle poursuivre le chat ?
  4. Ouarâ  rencontre un problème. Lequel ?
  5. Relève l’expression qui montre que Ouarâ risque de mourir.
  6. Qui sauve Ouarâ ?
  7. Comment se termine l’histoire ?

Si vous voulez télécharger ma feuille de travail :

Ouarâ

***  J’aime ce genre de texte…  car le texte utilise un langage qui demande à l’enfant d’être un bon lecteur et c’est ce que je recherche dans ma classe-maison!  Il faut, parfois, pousser un peu plus loin le niveau de compréhension des enfants en donnant des textes plus élaborés et surtout…  surtout… qui nourrit, comme dans ce cas-ci pour mon fils, qui nourrit un besoin présentement…  oui, d’en connaitre davantage sur les animaux d’Afrique!

Je réponds / répondre à une question


«Comment fais-tu répondre aux questions demandées dans les manuels?  Je me demande toujours si on répond par un mot ou plus?»

Vous allez me trouver assez monotone dans ma réponse…

Comme je suis de la vieille école, je suis TRÈS exigeante dans la façon de répondre aux questions.  J’insiste donc beaucoup.

La démarche que j’utilise dès la 4e année :

  • Les réponses doivent être rédigées avec un sujet, un verbe conjugué, une majuscule et un point.
  • On ne commence JAMAIS la phrase par oui ou par non.
  • On reprend des mots de la question pour construire la phrase.
  • On ne commence JAMAIS par «parce que»
  • On essaie de préciser qui parle pour éviter d’utiliser un pronom personnel comme «il» «ils» ou «elle» «elles»
  • On justifie en CITANT LE TEXTE…  très important!!!  Ces citations doivent être entre guillemets même si ce sont des mots.

Si cela vous intéresse, voici notre fiche-mémoire :

Lorsque je réponds à une question