Catégorie : Mathématique 3e année (CE2)

Géométrie (3e année)


Voici plusieurs activités pour compléter votre programme de géométrie :

ce2_geometrie_01

ce2_geometrie_02

ce2_geometrie_03

ce2_geometrie_04

ce2_geometrie_05

ce2_geometrie_06

ce2_geometrie_07

ce2_geometrie_08

ce2_geometrie_09

ce2_geometrie_10

ce2_geometrie_11

ce2_geometrie_12

ce2_geometrie_13

ce2_geometrie_14

ce2_geometrie_15

ce2_geometrie_16

ce2_geometrie_17

ce2_geometrie_18

ce2_geometrie_19

ce2_geometrie_20

ce2_geometrie_21

ce2_geometrie_22

ce2_geometrie_23

ce2_geometrie_24

ce2_geometrie_25

Jogging de tête


3c1343cb-a4c2-4336-a36d-b9a403f37cd8_roadrunnerVoici des documents «revisités» d’anciens cahiers de jogging mathématique.

Pour les utiliser chaque semaine, ils permettent de faire le tour de plusieurs choses oralement : révision des opérations de base, retour sur le langage mathématique, petits problèmes, etc.


pdf émoticon

2e année : jogging_mathematique_2e_annee

3e année : jogging_mathematique_3e_annee

4e année : jogging_mathematique_4e_annee

5e année : jogging_mathematique_5e_annee

6e année :jogging_mathematique_6e_annee-2


Le langage mathématique


Un point important (à ne pas négliger en tout cas) c’est l’apprentissage du langage Résultats de recherche d'images pour « lexique mathématique »mathématique.

Bien souvent, pour accélérer le travail, plusieurs auront tendance à lire les questions avant les enfants et leur expliquer ensuite ce qu’il faut faire.

À d’autres moments, l’enfant ne lira pas plus la question puisqu’il reconnaîtra rapidement, d’un simple regard, le travail à effectuer.  Cela apparaît très souvent lorsqu’il vient d’apprendre une certaine démarche dans sa leçon juste avant.

Résultat?  Plusieurs enfants butent par la suite sur des mots dont ils devraient connaître le sens.

Conséquence ? Lorsque vient le temps de répondre à des problèmes de raisonnement ou des situations-problèmes, l’élève ne comprend pas l’énoncé.

Exemple : Trouve le produit de deux nombres…  «C’est quoi le produit?»…

On parle ici d’un élève du secondaire 4.

Il faut donc porter attention à notre manière d’enseigner.

Au lieu de demander de tracer une «ligne» pourquoi ne pas installer, dès le départ, le bon mot : on trace une droite.  Au lieu de trouver un point sur un graphique, on peut utiliser le bon terme : coordonnée.  Même chose pour le graphique, n’hésitez pas à utiliser abscisse et ordonnée…  ça facilite tellement les choses lorsque vient le temps de travailler les variables dépendantes et indépendantes!

En utilisant soi-même le bon langage, l’enfant utilisera le même langage approprié.

Trouver la somme, le produit, le quotient…  ce sont des mots que l’on retrouve régulièrement dans les problèmes mathématiques.  Il faut donc en connaître le sens!

Des outils

On retrouve sur le marché d’excellent «lexique mathématique ou dictionnaire» qui peuvent accompagner l’élève tout au long de sa scolarité primaire et secondaire.

Pour faciliter la tâche, on retrouve (aussi)  sur le net plusieurs documents tout à fait pertinents.

pdf émoticonGénéral

langage-mathematique

Un site…


pdf émoticon

3e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-3


pdf émoticon

1er cycle du primaire

mon-lexique-mathematiques

memoire


pdf émoticon2e cycle du primaire

mon-aide-memoire-mathematique-2


Toutes celles qui utilisent des méthodes québécoises comme Numérik, Tamtam, Décimale de ERPI, vous retrouvez, dans les pages de planification, tous les mots de vocabulaire à connaître pour chaque séquence de travail !

Soyons consciencieux(ses) dans notre façon de travailler!

cours abrégé de calcul mental (vieux manuel)


Bon un dernier aujourd’hui…  j’ai trop de choses à faire 😉

Un ancien livre de calcul mental du Québec…

Ce manuel était utilisé pour plusieurs niveaux mais en travaillant des sections différentes du manuel.  Naturellement, c’était l’époque du système impérial au Québec.

À remarquer à quel point on travaillait les fractions…  même pour le calcul mental.  C’est incroyable.

 

E.Robert.  «Cours abrégé de calcul mental». 1884

Cours abrégé de calcul mental

Source : hum… Internet archives? BANQ?  pas certaine.

***Si ce vieux manuel vous intéresse, écrivez-moi en privé.

Journal quotidien


Comme je l’ai mentionné dernièrement, je prends, réellement, le temps de travailler en classe-maison.  C’est tellement apaisant un rythme comme celui-là…  Je sens, enfin, que ce rythme apporte véritablement quelque chose de positif.  Je ne dis pas qu’avant nous n’apprenions pas…  ce serait mentir puisque nous apprenons depuis toujours.  Je dirais que j’ai simplement diminué d’un cran une « pression psychologique » que je m’impose depuis…  en fait…  depuis toujours.

Alors, oui…  c’est vrai, j’ai décidé d’épurer un peu…  je ne veux pas dire « faire moins » mais bien faire « autrement » puisque notre horaire quotidien n’est pas plus court pour autant.  J’ai simplement supprimé quelques activités pour en ajouter d’autres « plus payantes » pour notre classe-maison pour le moment.

Par exemple : Cette semaine, j’ai inséré une nouvelle période de travail: les maths et la vraie vie! hihihihihi

C’est très simple en fait, nous retravaillons la base que nous utilisons dans la vie de tous les jours une fois adulte.  Toutes les notions mathématiques qui peuplent notre vie, quotidiennement ou épisodiquement, mais qui sont utiles ou essentielles à connaître.

Lorsque j’explique la notion à « retravailler », j’insiste sur son utilisation dans la vie quotidienne.

Cette semaine on revient sur:

Écriture des nombres en lettres.

Pourquoi?  écriture d’un chèque bancaire par exemple.

Règles à retenir :

  1. Les nombres plus petits que 100, qui sont formés de plus d’un mot, prennent un trait d’union.  ***** je sais…  avec la nouvelle orthographe, on peut mettre des traits d’union partout maintenant! mais…  je reste une rebelle 😉 *****
  2. Les nombres qui se terminent par le chiffre 1 et qui sont séparés par la conjonction «et» ne prennent pas de trait d’union.
  3. Les nombres 20 et 100 prennent la marque du pluriel (se terminent par un s) quand ils sont multipliés et qu’ils terminent le nombre.
  4. Le nombre 1000 (mille) est toujours invariable, sauf s’il désigne une distance.
  5. Million et milliard ne sont pas des adjectifs numéraux mais des noms, ils s’accordent au pluriel.
  6. Lorsqu’un nombre est utilisé pour indiquer le numéro d’une page, la date, l’adresse, le nom d’un roi ou d’un pape ou le numéro d’un trajet d’autobus par exemple, il est invariable.

Lecture et écriture des chiffres romains

Pourquoi?

  • Certaines horloges, montres, cadrans, etc…
  • Nom des souverains : Louis XIV, le pape Pis X, etc…
  • Nom des siècles et des millénaires :  le XXIe siècle, le IIIe millénaire, etc.
  • Numérotation de certaines pages d’un livre : Préface par exemple.
  • Numérotation d’un tome d’une série de livres : Tome IV
  • Actes et scènes au théâtre.
  • Dates sur les stèles
  • Dates d’une émission de télé ( générique )
  • ETC.

Règles d’écriture :

J’aime bien cette courte page qui résume l’essentiel à connaître : foh-03_chiffres_romains

Ce sont donc deux notions qui resteront « utiles et essentielles » pour la période adulte!!!!

Je réponds


Je réponds ici à un courriel d’une maman :

«J’ai montré les conversions «mm, cm, dm, m» à ma grande aujourd’hui… Tu as des suggestions, des idées pour l’aider à comprendre???»

À mon avis, et avec ce que j’ai pu voir chez nous, les conversions resteront problématiques encore quelques temps puisqu’il faut un peu de maturité pour bien les assimiler.

Première étape

Avant tout, est-ce qu’elle comprend bien ce que représente chacune des mesures?  C’est déjà, bien souvent, le point de départ épineux…  L’enfant n’a pas conscience de ce que représente réellement les mesures.

Prends le temps de lui faire assimiler cette notion.

Construis un mètre avec une ficelle ou du carton et qu’elle mesure!

Construis ensuite un décimètre et compare avec le mètre…  fais-lui découvrir par « elle-même » que si on répète plusieurs fois le décimètre… on y découvre le mètre!  Combien en faut-il…  10… déci…  veut dire 10!!!

Par la suite utilise la petite réglette de 1 cm ou encore fais-le en carton et découvre qu’il y a bel et bien 10 petites réglettes de 1 cm dans mon décimètre… et 100 dans mon mètre.  centi…  cent !

Puis tu expliques le millimètre.  Milli… 1000

 

Le faire « réellement » met une image mentale de ce que représente les mesures.  Cette étape banale est cruciale dans la compréhension.  Il faut comprendre ce qu’on manipule!!!!  Il faut que l’enfant « voit » dans sa tête ce que représente chacun.

Par la suite tu la questionnes… une table, on utilise quelle mesure m? dm? ou cm? ou mm?  une gomme à effacer?  un cheval?  etc….  Tu passes des heures s’il le faut.  Ensuite, tu compares lequel est le plus long?

Tracer… est un bon exercice à ce niveau.  Fais-lui tracer une tonne de traits!

 

Deuxième étape

Est-elle familière avec le tableau de numération?

Résultats de recherche d'images pour « tableau de numération »

Il le faut avant même de débuter ce travail.  C’est exactement la même chose… alors l’un ne va pas sans l’autre.

Tu présentes ton tableau de numération en premier et tu lui rappelles comment on pouvait découvrir comment il y avait de dizaines dans un nombre, combien d’unités…  et tu fais quelques exercices.  Dans le nombre 2 345  combien y a-t-il de centaines?  23…  combien de dizaines? 234…  combien d’unités? 2 345  si ce concept n’est pas acquis… travaille-le.

ATTENTION de ne pas confondre le chiffre à la position de / le nombre de.

Ce n’est pas clair?  Beaucoup de mamans m’écrivent à ce sujet car cette notion est souvent très mal comprise et fort utile pour la suite.

 Voici un exemple:

 Prenons un nombre : 4 356
  • dans ce nombre il y a le chiffre 4 à la position des milliers.  Le nombre de mille?  4
  • Il y a le chiffre 3 à la position des centaines…  mais il y a 43 centaines.
  • Il y a 5 à la position des dizaines…  mais bien 435 dizaines
  • Il y a 6 à la position des unités…  mais bien 4 356 unités.
Pour faire l’exercice sur le tableau de numération.
Je place le nombre 4 356 dans mon tableau.
  • combien y a-t-il d’unités? …  je me rends à la position des unités et je place un trait à la droite de cette position…    puis je lis ce qui vient à gauche : 4 356 |
  • Combien y a-t-il de dizaines…  je me rends à la position des dizaines, je place un trait à la droite de cette position…  puis je lis ce qui vient à gauche : 435 | 6 donc…  435 dizaines
  • Combien y a-t-il de centaines…  je me rends à la position des centaines, je place un trait à la droite de cette position…  puis je lis ce qui vient à gauche : 43|56 donc…  43 centaines
  • Combien y a-t-il de milliers…  je me rends à la position des milliers, je place un trait à la droite de cette position…  puis je lis ce qui vient à gauche : 4|356 donc…  Il y a donc 4 milliers
Ce concept est primordial.
Il faut que l’enfant comprenne bien cette notion au départ.
 Le tableau de conversion est exactement la même chose.

Tu présentes ensuite ton tableau de conversion en le superposant sur celui de numération…  pour qu’elle prenne bien conscience que c’est exactement la même chose.

M   dm   cm   mm

M   c       d     u

Tu lui expliques qu’on doit procéder de la même manière…

Puis, tu fais des exercices.

Voici la suite de mon exemple :

 Maintenant dans le tableau de conversion

Je prends le même nombre 4 356 mm
  • combien y a-t-il de cm?…  je me rends à la position des centimètres et je place ma virgule à la droite de cette position…  puis je lis le nombre entier 435,6 cm
  • combien de décimètres?  Je me rends à la position des décimètres, je place ma virgule à la droite de cette position et je lis le nombre entier 43,56 dm
  • combien de mètres?  Je me rends à la position des milliers, je place ma virgule à la droite de cette position et je lis le nombre entier 4, 356 m

Au départ n’utilise que le mètre et le décimètre… puis décimètre et centimètre…  puis centimètre et millimètre.  Par la suite tu passes de l’un à l’autre.

Il faut qu’elle utilise le tableau « tout le temps » au départ, et surtout, qu’elle trace bien la virgule en couleur si possible.

Par la suite, tu peux insérer ici des jeux mathématiques comme ce jeu de bataille des mesures proposé par Mallory : CLIQUER ICI

Troisième étape :  Plus tard…   

On pousse plus loin…  tu expliques maintenant qu’on peut procéder autrement.

1 mètre = 10 dm = 100 cm = 1000 mm

Si je prends un nombre quelconque 13 mètres…

Combien de décimètres?  13 X 10….  130

Combien de centimètres? 13 X 100…  1 300

Combien de millimètres? 13 X 1000…  13 000

Tu lui fais prendre conscience que chaque nombre peut être ainsi multiplier ou diviser par 1000, 100, 10 ou 1

Puis…  tu attends…  que le temps puisse faire son oeuvre!

 **********************************************

Comme pour l’attribut dernièrement, expliquer une notion n’est pas toujours facile à l’écrit je trouve…  si ce n’est pas clair faites-moi signe!

Résolutions de problèmes


On cherche toujours des résolutions de problèmes!  J’exagère un peu mais… je viens de trouver trois fichiers très intéressants!

Ces résolutions sont proposées par « la classe de stefany »

Pour le CE2 : CLIQUER ICI + corrigé : CLIQUER ICI

Pour le CM1 : CLIQUER ICI + corrigé : CLIQUER ICI 

Pour le CM2 : CLIQUER ICI + corrigé : CLIQUER ICI

On propose aussi un fichier pour les dyspraxiques : CLIQUER ICI

Fiches autonomie (CE1 et CE2)


Lorsque je recherche quelque chose de très précis, je déniche souvent de petits trésors.  J’ai trouvé plusieurs fiches à travailler en autonomie.  Elles sont proposées par « l’école Saint jean le Vieux »

Voici des fiches pour le CE1 ( 2e année) à travailler en autonomie

Voici des fiches de géométrie à travailler en autonomie pour le CE2

Dépêchez-vous de les prendre avant qu’elles ne disparaissent!

Pour s’amuser avec les multiplications


Voici un jeu que les enfants aiment bien pour solidifier les tables de multiplication.  Il faut donc les connaitre déjà un peu.

On a besoin de 4 dés.

On place les dés pour former un carré :

  • 2 et 4 en haut / 3 et 4 en bas.
  • on additionne la première ligne horizontalement : 2 + 4 = 6
  • on additionne la deuxième ligne horizontalement : 3 + 4 = 7
  • on multiplie les résultats : 6 X 7 = 42

On refait la même chose verticalement :

  • on additionne la première colonne verticalement : 2 + 3 = 5
  • on additionne la deuxième colonne verticalement : 4 + 4 = 8
  • on multiplie les résultats : 5 X 8 = 40

On refait la même chose avec les diagonales :

  • on additionne un première diagonale : 2 + 4 = 6
  • On additionne la seconde diagonale : 4 + 3 = 7
  • On multiplie les résultats : 6 X 7 = 42

C’est rapide… très simple…  et on y travaille les additions et les multiplications simultanément.  Par le fait même, on y travaille un peu la mémoire car l’enfant doit retenir les résultats obtenus avant d’exécuter la multiplication.

J’aime beaucoup cet exercice que je faisais enfant en classe!