Publié dans J'aimerais vous dire que...

Je me prépare déjà…


Oh que la fin de l’année arrive bientôt chez nous !  On sent une fébrilité bien réelle quotidiennement.  J’adore ce temps où les programmes se terminent les uns après les autres.  On contemple notre travail avec satisfaction et on se tourne déjà vers l’automne prochain.

C’est une année intense qui se dessine l’automne prochain puisque Raphaël, mon troisième, sera en secondaire 4.  Ayant déjà passé par là deux fois, je sais ce qui m’attend…  Connaissant mon fils, connaissant l’orientation qu’il désire prendre, je suis donc consciente de l’effort que nous devrons déployer l’an prochain pour le préparer aux examens du DES.

Je me questionne beaucoup présentement puisque je me demande sérieusement si c’est dans l’intérêt de mon fils de poursuivre à la maison.  Naturellement, lui, ne veut pas être ailleurs qu’à la maison pour compléter son secondaire.  Comme j’ai réglé le problème de socialisation, il ne se sent nullement attiré vers l’école puisqu’il n’y voit aucun intérêt : il retrouve à la maison, et autour de lui, tout ce qu’il recherche pour le moment.

Mais, le problème, lui, me retombe sur les bras !!!!  Voilà pourquoi je suis déjà en mode « préparation ».

Vous n’avez pas idée à quel point je vais m’y préparer cette fois !!!!  (Même si, dans les faits, je suis toujours bien préparée! hihihi ) J’ai donc déjà débuté une longue préparation qui m’amènera vers une planification serrée avec des révisions mensuellement afin de ne pas avoir à tout retravailler à la fin de l’année.  D’ailleurs, je pense revenir aux plans de travail à l’automne : j’en ai utilisés avec succès pendant quelques années avec mon plus vieux et mon troisième lui ressemble beaucoup dans sa façon de travailler.  Je pense qu’un plan de travail lui donnerait un brin d’autonomie qu’il apprécierait beaucoup.  Le plan de travail a toujours été une forme de partenariat entre l’adolescent et moi, un peu comme un contrat de « confiance » que mon plus vieux aimait beaucoup mais que mon deuxième détestait justement pour les mêmes raisons.  J’ai respecté mes deux plus vieux dans leurs différences, je verrai avec mon troisième si cela lui conviendra ou non.

Pour le moment, de toute façon, je vais terminer notre année scolaire.  Il nous reste encore plusieurs matières à terminer et je dois organiser mes portfolios avant ma rencontre en mai.

Bonne journée.

Publicités
Publié dans Mathématique, Mathématique

Je pense à l’an prochain…


On a toujours l’impression que choisir nos manuels se fait simplement…  Pfft…  en tout cas, pas pour moi.  Je trouve toujours le processus assez intense puisque je cherche toujours quelque chose d’un peu mieux que ce que j’ai utilisé antérieurement avec mes autres enfants.  J’examine les options possibles (il faut dire que pour certaines maisons d’éditions, il est très difficile de se procurer le guide-corrigé) et je n’arrive pas toujours facilement à un choix « éclairé ».

Cependant, malgré les difficultés à dénicher la perle rare, il faut bien « choisir » quelque chose !!!!

Voici mon choix « définitif »  pour les mathématiques.  Bon, il est encore possible de changer pour mon fils-3 puisqu’on s’interroge sur le programme à choisir.

Secondaire 2

Comme le programme que j’utilise ( panoramath version cahier ) me satisfait moyennement et que je ne veux pas utiliser « POINT DE MIRE » que je trouve trop volumineux pour rien…  j’ose un nouveau manuel à l’automne prochain.  Il me plaît bien « visuellement » ce manuel, mais je verrai à l’utilisation si mon choix était le bon.  Après l’avoir examiné longuement à la didactèque, ainsi que le guide-corrigé, je crois ne pas trop me tromper en affirmant qu’il plaira à mon dernier.

 

 

Secondaire 4

Depuis quelques jours, j’ai longuement discuté avec mon fils-3 afin de déterminer la pertinence de faire un programme fort en mathématique ( Sciences naturelles).  Pour le moment, il se dirige vers un métier qui ne demande pas de mathématique.  De plus, à ne pas négliger dans notre choix, fils-3 doit travailler assez fort pour bien réussir dans cette matière : quelques sections du programme ont nécessité beaucoup d’efforts d’ailleurs…  ouf…  Pas certaine que faire le programme fort, quand on n’en a pas besoin éventuellement, est absolument essentiel.

Nous avons donc décidé, ensemble, qu’il fera le programme faible en secondaire 4 (Culture, Société et Technique).  De toute façon, s’il change d’orientation éventuellement, il sera possible de faire une passerelle à la fin de l’année et bifurquer vers un programme fort en secondaire 5.

Par contre, le côté négatif de la chose, c’est que le programme moins fort conduit à moins d’unités pour le DES (4 au lieu de 6) ; nous devrons donc penser à une autre matière donnant 2 unités éventuellement.  Je me demande quelles options nous aurons ?!?!

Alors, pour le moment en tout cas, ce sont les deux manuels de base pour l’automne prochain en mathématique.

Publié dans Un outils pour la classe

Je réponds / épreuve de français


« Ma fille fera l’examen du ministère en français au printemps, quel outil conseillerais-tu pour la grammaire pendant son évaluation ? »

——————————–

C’est très « personnel » comme réponse puisque ça dépend de ce qu’elle utilise en classe pour travailler.

Comme je devine qu’elle utilise majoritairement des manuels québécois, l’utilisation d’un petit cahier de référence comme celui-ci peut être vraiment intéressant puisque toutes les règles s’y retrouvent.  Il a l’avantage d’être suffisamment complet pour remplir le rôle qu’il doit remplir lors d’un examen.

Par contre, il devient intéressant, à mon avis, si on a réellement pris l’habitude de l’utiliser régulièrement.  Un outil est merveilleux lorsqu’on l’utilise souvent, sinon, il ne sert à rien.  Il faut que l’habitude soit là…   Il faut être en mesure de chercher rapidement la règle ou la conjugaison que nous avons besoin d’utiliser.

Un bon dictionnaire, le manuel de grammaire qu’elle utilise régulièrement, un Bescherelle pour la conjugaison…  finalement, tous les outils qu’elle utilise régulièrement pour travailler.  Il faut avoir autour de soi les outils de référence que nous connaissons.

Publié dans J'aimerais vous dire que...

On termine…


Vous savez que l’année touche à sa fin lorsque les programmes se terminent tranquillement.

Quel plaisir de voir une matière se terminer…  On a l’impression d’avoir accompli quelque chose.  C’est totalement ridicule, je le sais bien, mais cette sensation est là et c’est comme ça.  Quand nous atteignons la mi-avril, il ne reste que quelques semaines à notre parcours… (quelques semaines…  WOW, juste le dire me fait du bien ! ha! ) on commence à ressentir une certaine fébrilité : les grandes vacances arrivent !  Je l’avoue, ce fut une année intense chez nous.  Je suis tellement occupée que j’avais l’impression de ne plus avoir de temps pour rien.  Ce fut une année troublante par moment où je me suis longuement questionnée sur plusieurs de mes choix.

J’ai longtemps cru que nous n’aurions pas le temps de terminer nos programmes tellement j’avais pris du retard.  Contre toute attente, nous allons y arriver et j’aurai suffisamment de temps pour réviser, notamment en maths, avant la fin.

Pour le moment, mon plus jeune vient de terminer sa première matière, -bon d’accord, ce n’est que de la géographie ( hi hi hi ) mais, c’est déjà ça !

Passez une belle journée de classe !

On débute dans 2 minutes…  7:00 le matin, c’est tôt mais nos cerveaux roulent merveilleusement bien !