Publié dans Science

Science – semaine 17


5.2 – La division cellulaire et la reproduction (p. 155 à 159)

  • La mitose
  • La méiose
  • la division génétique

Activités 5.2 (p. 160 à 162)


Vidéos qui accompagnent nos leçons

et

La variation génétique

Publicités
Publié dans Science

Science – semaine 16


Période 1

5.1 – l’ADN (p.148 à 152)

  • Le rôle de l’ADN
  • Les chromosomes

Activités 5.1 (p 153-154)


Période 2

Laboratoire :  L’extraction de I’ADN d’une échalote (oignon vert)


Vidéos et documents qui accompagnent nos leçons

Découverte de l’ADN

et

Où se trouve l’ADN dans notre corps?

et

Science en jeu : Génomia

et

Un air de famille

et

et

Le secret de l’ADN


 

Publié dans J'aimerais vous dire que...

J’étais enfant et je jouais… (écriture)


Matinée d’écriture en français ce matin.  Voici le court texte qui servira à introduire la situation d’écriture de mon plus jeune.

—————————————–

J’étais enfant et je jouais…

J’étais enfant et je jouais près de la case de mon père. Quel âge avais-je en ce temps-là ? Je ne me rappelle pas exactement. Je devais être très jeune encore: cinq ans, six ans peut-être. Ma mère était dans l’atelier, près de mon père, et leurs voix me parvenaient, rassurantes, tranquilles, mêlées à celles des clients de la forge et au bruit de l’enclume.

Brusquement j’avais interrompu de jouer, l’attention, toute mon attention, captée par un serpent qui rampait autour de la case, qui vraiment paraissait se promener autour de la case; et je m’étais bientôt approché. J’avais ramassé un roseau qui traînait dans la cour — il en traînait toujours, qui se détachaient de la palissade de roseaux tressés qui enclôt notre concession — et, à présent, j’enfonçais ce roseau dans la gueule de la bête. Le serpent ne se dérobait pas: il prenait goût au jeu; il avalait lentement le roseau, il l’avalait comme une proie, avec la même volupté, me semblait-il, les yeux brillants de bonheur, et sa tête, petit à petit, se rapprochait de ma main. Il vint un moment où le roseau se trouva à peu près englouti, et où la gueule du serpent se trouva terriblement proche de mes doigts.

Je riais, je n’avais pas peur du tout, et je crois bien que le serpent n’eût plus beaucoup tardé à m’enfoncer ses crochets dans les doigts si, à l’instant, Damany, l’un des apprentis, ne fût sorti de l’atelier. L’apprenti fit signe à mon père, et presque aussitôt je me sentis soulevé de terre : j’étais dans les bras d’un ami de mon père !

Autour de moi, on menait grand bruit; ma mère surtout criait fort et elle me donna quelques claques. Je me mis à pleurer, plus ému par le tumulte qui s’était si opinément élevé, que par les claques que j’avais reçues. Un peu plus tard, quand je me fus un peu calmé et qu’autour de moi les cris eurent cessé, j’entendis ma mère m’avertir sévèrement de ne plus jamais recommencer un tel jeu ; je le lui promis, bien que le danger de mon jeu ne m’apparut pas clairement.

Camara Laye, L’Enfant noir

—————————————–

Sujet d’écriture :

Un jour, tu as causé une grande frayeur à tes parents.  Raconte ce moment en une dizaine de lignes.  Pense à introduire ton récit en donnant des indicateurs de lieu et de temps.  Conclue en montrant la réaction des différents personnages.

Source : Texto 1re sec., éditions Érasme

—————————————–

Si cela vous intéresse :

J’étais enfant et je jouais

Commencer et finir un récit

—————————————–