Pourquoi travailler inutilement ?


Si je devais nommer une chose que toutes ces années d’école-maison m’a apprise c’est bien qu’on peut souvent faire un bien meilleur travail en travaillant pourtant moins.

Je suis toujours impressionnée de voir à quel point le simple geste de questionner quotidiennement l’enfant sur nos notions de la semaine rend cette matière suffisamment vivante pour qu’elle s’intègre facilement ensuite.  Je questionne, questionne et questionne tellement que les notions restent continuellement dans la mémoire de l’enfant.

Rien n’est aussi efficace que cette interaction entre l’enfant et soi.

Il n’y a aucun exercice écrit qui peut remplacer l’effort mental qu’il faut fournir pour chercher une réponse rapidement et l’exprimer ensuite en mots clairs.

C’est d’ailleurs, à mon avis, la force de notre classe-maison.  Ce travail « un à un » où l’échange verbal entre l’enfant et soi devient la point d’appui pour sa compréhension.  Nous avons la chance de pouvoir, en douceur, forcer l’enfant à comprendre les gestes qu’il pose et à les expliquer «oralement» ensuite avant même de débuter le travail écrit.

Geste simple, ridiculement simple en fait, mais tellement efficace qu’il permet souvent d’éliminer une tonne de petits exercices insignifiants et passer directement aux exercices représentants une plus grande maîtrise de la notion.

Lorsque je pense à mes débuts, je réalise à quel point nous avons perdu un temps fou inutilement !  Pourquoi travailler autant inutilement ?  Il suffit, bien souvent, d’orienter nos apprentissages un peu plus pour voir une grande amélioration!

Bonne fin de soirée.

 

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi travailler inutilement ?

  1. Tellement vrai! C’est amusant que tu aies écrit cela parce que je prépare justement un billet sur l’interaction avec l’enfant ! Moi aussi je constate le temps perdu..notamment dans l’acquisition et la fabrication d’un grand nombre de matériel pour m’apercevoir des années après que l’enfant pouvait tout à fait s’en passer pour apprendre tout aussi bien! J’ai parfois la sensation d’être un oignon qui se débarrasse de ses pelures une à une au fil des années pour atteindre peu à peu l’essentiel, le minimum indispensable…

    J'aime

    1. C’est tellement vrai… je constate que multiplier les ressources n’a pas apporté les effets escomptés chez nous, au contraire… Simplicité, rigueur,… on peut facilement passer à côté d’un résultat nettement meilleur en faisant moins.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s