Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

La malédiction du loup-garou (poésie)


Ce soir la lune est pleine, fiévreuse et tourmentée;
Un chien hurle à la mort sous l’étrange clarté;
Un grand brouillard laiteux ajoute à l’irréel,
Irradiant la forêt d’un blanc surnaturel…
Une ombre se faufile, et l’on entend crisser
Les griffes de la nuit, sur le ciel damassé…
Un accès de folie , je me sens attiré
Par une force obscure à travers les fourrés …
J’écarte les feuillages, réprime un cri d’effroi…
(Surtout ne pas bouger … bien garder son sang-froid …)
Devant moi, se produit une innommable chose :
Un homme, sous mes yeux, là, se métamorphose!
Je vois pousser ses crocs et son pelage roux …
Il devient animal … non, pire! Un loup-garou!
Et petit à petit j’observe s’allonger
Ses oreilles pointues et sa gueule enragée!
Il m’a vu, c’est trop tard! Vite, vite! Courons!
Les ronces me déchirent les joues, mais courons!
Ne pas se retourner … il se rapproche encore …
Je suis en nage … allez … juste un dernier effort…
Bon sang … quand finira la poursuite infernale.
Mais je sens sur mon cou son haleine … son hal…
Yann Walcker, Le manoir des horreurs,
Éditions Gallimard Jeunesse Musique, 1999, p. 16.
Publicités