Romans à l’étude – secondaire 3


Voici nos romans à l’étude cette année en secondaire 3.

Au Gymnasium, le lycée de la ville haute, il y a les jaguars, programmés pour la réussite, et quelques rois du ruisseau, des Gavroche et des Esmeralda égarés. Comme Tadeusz et ses mains rouges. Il porte des maillots de sport ou des chemises de bûcheron, vit en banlieue, excelle en russe. Personne ne le connaît vraiment. Il est étrange, bizarre, solitaire, d’ailleurs. Un peu comme cet ange, sans sexe et sans âge, qui se noie dans les pages des livres, au point d’en oublier les autres et son propre corps. Un ange de dix-sept ans qui pense, dort, rêve en grec, sa matière préférée. Une passion qui s’incarne dans Amours des dieux et des héros, le livre le plus précieux de la bibliothèque du lycée. Un jour, cette raison d’être disparaît des rayonnages. À son retour, le livre n’est plus le même, avec, entre ses pages, les traces d’un autre. Comment alors supporter la réalité quand le paradis est aux mains rouges d’un inconnu et que la vie gronde de plus en plus fort, de plus en plus dangereusement


Harpagon est un vieillard odieux et avare. Avare jusqu’au ridicule, puisqu’il fait comparaître en justice le chat d’un de ses voisins pour lui avoir mangé le reste d’un gigot ! Avare jusqu’au sordide aussi. Ne cherche-t-il pas à prêter à un taux usuraire l’argent qu’il refuse à son fils ? N’est-il pas prêt à vendre sa fille à qui offre de la prendre sans dot ? Quant à sa prétendue attirance pour Mariane, elle ne résiste pas à sa fascination pour l’or.


Inspiré d’un fait divers, ce court roman de Victor Hugo raconte l’histoire d’un ouvrier condamné à 5 ans de prison pour vol et finalement condamné à mort pour s’être révolté contre le directeur de l’atelier de la prison.
Ce récit réaliste est l’occasion pour Victor Hugo de dénoncer la peine de mort et, plus encore, la pauvreté et l’injustice sociale qui poussent un homme à commettre un crime.


Thierry et Eric n’avaient jamais fait attention à cet insigne sur le blouson de leur copain Andreas, une décoration métallique parmi beaucoup d’autres. Jusqu’au jour où, dans une boutique de jeux, le vendeur avait pointé l’index vers l’insigne et s’était mis en colère. C’était un vieil homme. Il s’était mis à crier, il était livide. Ensuite, il leur avait donné le jeu. En fait, il leur avait ordonné d’y jouer. Il n’y avait rien sur la boîte. A l’intérieur, une simple disquette, même pas un CD-Rom. Et pourtant, ce qu’ils voyaient sur l’écran de l’ordinateur ne ressemblait à rien de ce qu’ils auraient osé imaginer. « Choisissez votre mode de jeu », dit la voix. Mais il ne s’agissait pas vraiment d’un jeu. Il s’agissait plutôt d’un passeport pour l’enfer.


Le monde que Jonas connait est simple et carré. Ayant choisi l’Identique depuis longtemps, les habitants des communautés sont habitués à ne pas ressentir d’émotions et à suivre les règles mises en place. Mais lorsque le jeune adolescent est choisi pour devenir le nouveau Dépositaire de mémoire, sa vie bascule. Au contact du Passeur, il découvre ce qu’était le monde avant, quand il y avait la souffrance, la guerre, la faim mais aussi les vraies familles, les couleurs, l’amour. Dès lors, il ne peut plus supporter la vie qu’on lui impose et doit trouver un moyen pour faire éclater la bulle dans laquelle vivent tous les autres…


Qui pouvait vouloir tuer la vieille Valentine Besson, dont la servante, Rose, est morte d’avoir bu un verre d’eau destiné à sa patronne, et contenant des somnifères ? Maigret, appelé à faire la lumière sur ce meurtre, soupçonne un moment Arlette, la fille de Valentine, qui semble avoir une vie privée assez trouble avec son mari, Théo. Mais la cupidité ne peut être le mobile : la vieille dame ne possède plus que des copies de bijoux, répliques de la fabuleuse collection jadis constituée par son mari.
Sur ces entrefaites, Valentine abat d’un coup de revolver un « rôdeur » qui n’est autre que le frère de Rose. Pour Maigret, qui vient de découvrir une émeraude authentique, les pièces du puzzle commencent à s’assembler…
Dans une atmosphère de vacances balnéaires, ce sont de bien sombres mystères qui vont peu à peu être dévoilés par le sagace enquêteur.


Il fut leur inspiration. Il a transformé leur vie à jamais.
A Welton, un austère collège du Vermont, dans les années 60, la vie studieuse des pensionnaires est bouleversée par l’arrivée d’un nouveau professeur de lettres, M. Keating.
Ce pédagogue peu orthodoxe va leur communiquer sa passion de la poésie, de la liberté, de l’anticonformisme, secouant la poussière des autorités parentales, académiques et sociales.
Même si le drame – le suicide d’un adolescent – déchire finalement cette expérience unique, même si Keating doit quitter le collège, il restera pour tous celui qui leur a fait découvrir le sens de la vie.


 » Les Trois Mousquetaires forment le plus divertissant des romans d’aventures. Leurs personnages, Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan sont sortis des bibliothèques pour descendre dans la rue. Ils ont enseigné l’insolence et l’amitié à beaucoup de jeunes Français qui ont aussi découvert les fatalités de l’amour en rêvant aux belles épaules de Milady et à ses regards de perdition. « 


Le doux et tempéré docteur Jekyll, médecin londonien précurseur des tendances de la médecine psychanalytique moderne, se transforme en monstre chaque fois qu’il avale une potion de son invention.


 

Publicités

4 Commentaires

  1. Bonjour, j’aime beaucoup ton choix de livre. Comme j’ai une fille, je me suis inspirée de ta sélection.
    J’aimerais savoir si tu imposes un travail suite aux lectures? Et de quel nature? Merci

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s