Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Journal quotidien


Il faut apprendre à observer le travail de nos enfants autrement que par la lunette d’un système de «notes».

Image associée

Ce n’est pas vrai que voir apparaître un 88% sur un petit test indique que l’enfant comprend et «maîtrise parfaitement» la matière pour ce résultat qui semble acceptable.  Une note… ça ne veut rien dire.

Rappelons-nous que, malheureusement d’ailleurs, puisqu’on ne travaille que quelques notions à la fois, l’évaluation tourne toujours autour du travail que nous venons de faire les jours (ou les semaines) précédents (es). Plusieurs enfants, plus éveillés,  s’en rendent rapidement compte et réussissent admirablement à chaque examen puisqu’ils savent, à l’avance, le type de travail attendu!

Lorsqu’on prend le temps de revenir sur les notions quelques semaines plus tard, nos charmants enfants jurent ne jamais avoir vu les fameuses notions !!!  Hier encore, chez nous, mon fils de 6e a tenté de me convaincre (pendant un bon 10 minutes) que les notions, que nous revoyons présentement, il ne les a jamais étudiées!  Il en est absolument certain…  Pfft…

J’ai donc ressorti le petit test qu’il avait réussi avec brio en décembre! ha!  Apercevant sa feuille…  il a tenté de me convaincre que ce n’était pas lui qui avait fait le travail.  «En observant bien, dit-il, on remarque que ce n’est pas mon écriture».  Bin voyons…  Qui a bien pu faire un exercice sur les opérations de fractions en décembre 2016 (la feuille porte une date)  à part lui?  Ah…  ce Gabriel…  toujours aussi cabotin!

Une évaluation ne vaut pas grand chose puisque c’est sur le long terme qu’on peut réellement constater si les notions apprises sont bien ancrées!

Les fameux travaux «notés»…

Bon, comme je l’ai mentionné, il m’arrive de mettre une note sur un petit test ou un travail que je conserve dans le portfolio de l’enfant pour ma rencontre à la fin de l’année avec ma Commission Scolaire.  Par contre, les enfants en sont rarement conscients.  Pour eux, ça ne veut rien dire.  Je préfère répéter, avant le travail ou l’évaluation à faire, que l’objectif est de vérifier ce que nous avons retenu de la matière, pas de déterminer qu’ils savent à la hauteur de 62% les notions… Pfft… ça ne veut rien dire.

D’ailleurs, lorsque l’enfant sait qu’il est «noté» il devient plus frileux devant les questions posées, il ose moins et prend moins de chance.  Il a tendance à questionner automatiquement pour se rassurer dans le travail à effectuer au lieu de tenter quelque chose, de puiser dans ses connaissances antérieures.

De toute façon, si vous êtes comme moi, vous savez à l’avance les endroits qui seront erronés lors de l’évaluation.  Naturellement, puisque nous les accompagnons au quotidien.  Comme je suis celle qui explique, qui ré-explique, qui demande de refaire un travail, qui lui donne des explications complémentaires,…  je connais déjà les endroits qui ne sont pas encore totalement acquis!  La note ne fait que me rappeler ce que je savais déjà : nous devrons revoir ce coin de matière! ha!

Image associée

C’est bien un comportement adulte de vouloir compartimenter, mettre dans un cadre bien rigide le travail de nos enfants.  Le besoin de mesurer, d’évaluer, de comparer, de situer un enfant par rapport à quoi ?

Une note ça ne sert qu’à une seule chose : classer!

A-t-on besoin de catégoriser nos enfants en classe-maison?  Absolument pas.  Nous avons besoin d’élèves qui désirent apprendre!

Bonne journée.

 

 

 

Publicités
Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Des pistes pour compléter les unités (DES)


Je m’adresse surtout aux mamans qui dirigent leurs enfants vers l’obtention d’un DES.

On me demande souvent des alternatives au cours d’ECR ou encore pour aller chercher quelques unités manquantes afin de compléter le parcours de l’élève.  Comme ce n’est pas toutes les écoles qui proposent suffisamment de cours pour compléter les unités, on peut se tourner vers le programme des adultes pour terminer notre programme.

Après avoir expérimenté quelques cours à la formation à distance pour adultes, je vous suggère de regarder certains cours qui sont courts et faciles à réussir.

Naturellement, plusieurs cours de sciences peuvent faire l’affaire mais demandent beaucoup…  beaucoup plus de temps que ceux que je mentionne ici.

Pour 1 unité  : traitement de textes niveau 1 (WORD)

Facile à réaliser en très peu de temps puisqu’il s’agit de la base…  pour un élève qui a déjà travaillé avec WORD, en quelques heures il aura réussi le travail à faire!  Un seul devoir et l’évaluation prend moins de 30 minutes!

Pour 1 unité  : traitement de textes niveau 2 (WORD)

Il faut avoir fait le premier…  tout aussi simple.  On ajoute l’insertion d’images, etc. Encore une fois, rapide à faire et simple à réussir.  Un seul devoir et une évaluation simple à faire.

Pour 1 unité  : tableur 1 (Excel)

Idem que pour le traitement de texte… rapide et très simple à faire. Un seul devoir et une évaluation.

Pour 1 unité  : tableur 2(Excel)

La suite du premier.  Un seul devoir et une évaluation.

Pour 3 unités : bilan et choix professionnels

Le cours parfait pour un enfant qui ne sait pas trop quoi faire comme métier.  C’est l’équivalent de «Projet personnel orientant – PPO» mais en plus complet.  Ici encore, un cours facile à faire… Il demande plus de temps que les cours d’informatique mais réellement facile à faire!  3 devoirs et une évaluation.

Pour 3 unités : À la recherche d’un emploi

La suite de l’autre…  simple et facile à réaliser!

Pour 6 unités : Anglais enrichi

Avant tout, il faut avoir réussi le cours d’anglais de secondaire 5 avec un résultat supérieur à 85%.  Il ne se donne pas dans tous les centres d’éducation pour adultes.  Il est surtout axé sur la conversation anglaise.  Donne beaucoup d’unités…  mais demande beaucoup de travail aussi!

 

N’hésitez pas à demander les cours qui sont offerts au centre de cours pour adultes de votre région puisque les cours ne sont pas tous proposés partout et d’autres pourront faire l’affaire.

Il y a des alternatives au DES régulier…  on peut compléter sans y mettre trop de temps!

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Réflexions sur ma routine…


J’ai l’impression de répéter la même chose depuis des années.  J’ignore si je suis la seule dans cette situation, mais je n’arrive jamais à trouver du temps pour faire «toutes» les matières dans mes semaines de travail.

Bon, je l’avoue, je suis un tantinet perfectionniste en mathématique et en français : ça gruge beaucoup de mon temps de disponible c’est certain, mais quand même…

En fait, si je pars du principe qu’à l’école régulière, toutes les matières y passent chaque semaine, pourquoi je ne serais pas capable d’en faire autant ?

Bon, avouons qu’à l’école régulière, ils n’ont pas toujours le temps de bien approfondir les notions ou d’accompagner un enfant particulièrement en retard dans une matière.

Vous le savez, j’ai tenté plusieurs choses au fil du temps, le constat reste toujours le même : plus le niveau scolaire des enfants augmente, plus la quantité de matières à faire devient importante et plus il devient difficile de tout faire «rigoureusement»!  J’insiste sur le mot puisque c’est là que le problème survient : lorsqu’on veut bien travailler chaque matière, ça prend du temps!

Un des problèmes que je rencontre souvent c’est que j’approfondis trop certaines sections de travail.  Comme je vais toujours plus loin en français, plus loin en maths, plus loin en science, plus loin en histoire, plus loin en art, plus loin…  Devinez ce qui arrive?  Je manque de temps! Hihihi.

Je n’ai donc pas trouvé de recettes miracles pour le moment puisqu’il me faudrait diminuer mes «ajouts» pour me concentrer sur la matière : ce que je me refuse de faire pour le moment.  Franchement, je ne vois pas encore l’utilité de ne pas enrichir mes programmes (souvent médiocres d’ailleurs).

Mes solutions sont donc très temporaires puisqu’elles ne fonctionnent qu’à moitié.  Les dernières semaines, je fais, chaque jour, les matières de base importantes : dictée, français, étude de la langue, mathématique, anglais.  Puis, je travaille par «bloc» les autres matières en alternance.   Quand je dis «Travailler par bloc» je veux simplement dire que je travaille un sujet, par exemple la lumière en science, pendant 2-3 semaines à tous les jours jusqu’à ce que le sujet soit entièrement travaillé.  Ainsi, je suis assurée qu’une section du programme est entièrement bien faite et complète!

Bon, je ne peux jamais totalement vider un sujet puisque ce serait sans fin, mais on approfondit autant qu’ il est possible de le faire.

Ma routine ressemble donc à…

Les enfants ne travaillent pas avec moi en après-midi cette année puisque je ne suis pas disponible (je travaille).  Par contre, ils débutent dès 7:30 le matin et nous travaillons 60 minutes en fin de journée.

  • 7:30 – 8:00 : dictée de mots de vocabulaire et dictée (2-3 phrases).
  • 8:00-9:00 : Travail sur le texte ou étude de la langue.
  • 9:00-9:30 : Mathématique
  • 10:00 – 10-30 : Mathématique
  • 10:30 – 11:00 : Anglais
  • 11:00-12:00 : Travail sur une matière (autre que la base)
  • 17:30 – 18:30 : Travail sur la même chose qu’à 11:00
  • Lecture en soirée sur le roman à l’étude.

Ce n’est pas encore parfait…  soupirs…  naturellement…  puisque, si c’était le cas, je n’en parlerais pas!

Le «vrai» problème reste toujours le même : mon obligation de rendre des comptes en bout de ligne à une commission scolaire.  Je «dois» faire certains sujets, au niveau imposé par le programme.  Ce n’est pas toujours le niveau que je choisirais pour faire une matière en particulier et, croyez-moi, plusieurs choses ne seraient même pas au programme chez nous!


Je réponds à quelques questions que j’ai reçues dernièrement sur ce sujet


«Comment arrives-tu à tout faire dans une semaine de travail?

Facile.  Je n’y arrive pas.  Ha!

Présentement, je suis en retard en science, en histoire, en géographie et en mathématique.

Par contre, contrairement à plusieurs d’entre vous, ça ne me fait pas peur.  Je «sais» que nous terminerons le programme…  comme toujours!


«Tu commences à quelle heure le matin? Vous travaillez combien de temps?»

Présentement, nous débutons à 7:30.  J’ai un horaire atypique cette année puisque je travaille un peu en après-midi à l’extérieur de la maison.

7:30-9:30 / 10:00 – 12:00  parfois un peu en après-midi / 17:30-18:30

Nous travaillons environ 5 heures chaque jour parfois un peu plus, parfois un peu moins.  Je ne compte pas ici le temps de lecture obligatoire chez nous avant d’aller au lit (45-60 min.) et les petits moments ici et là que j’utilise à l’occasion quand je peux le faire.


Tu travailles les langues combien de fois chaque semaine ?

Présentement, les deux derniers ne font que de l’anglais.  Ils travaillent tous les jours environ 30 min.


Tu passes combien de temps en français chaque semaine?

Tous les jours, 90 min…  et même beaucoup plus par moment…  beaucoup trop souvent!


As-tu une matière que tu ne fais pas?

Oui…  Éthique et culture religieuse.  Je ne fais que quelques sections dans tout le manuel que j’utilise.

Pour moi, la culture religieuse et l’éthique se font quotidiennement, autrement…  c’est une longue route d’une vie!


Penses-tu qu’en deux heures je peux enseigner l’essentiel à mon garçon de secondaire 2?

Le rêve, l’illusion…  Même avec 5 heures par semaine je n’arrive pas à tout faire!

C’est d’ailleurs un mythe qui a la vie dure dans l’univers de l’école-maison : croire qu’on peut faire la classe «adéquatement» en 2 heures chaque jour!!!!  Pfft…  JAMAIS!

J’aimerais bien que ce soit possible par moment! ha!


Où trouves-tu le temps de faire des arts?

C’est un incontournable chez nous…  Cette période du vendredi est toujours là parce que j’y tiens!  Pour moi, les arts devraient être «obligatoires» dans toutes les maisons!


Comment fais-tu pour trouver du temps pour faire écrire autant?

Je le décide.

Écrire est un des moyens le plus efficace que je connaisse pour maîtriser l’écrit.  On apprend à bien écrire en écrivant souvent!  Pas seulement… naturellement, mais c’est un outil précieux que je désire conserver.  Sous forme de dictées, de courts textes rapides, d’un résumé, d’une narration sur un sujet, d’une opinion ou d’une situation d’écriture longue, on écrit souvent!

Comme je l’ai mentionné plus haut, le français occupe toujours trop de temps dans ma semaine.


Es-tu quelqu’un d’organisé? 

Est-ce une question piège? 🙂

Oui.  Je suis organisée.  Je planifie, je fais des listes, je fragmente le travail à faire, je néglige rien, je fais les choses une seule fois, j’essaie d’être «à jour» partout!