Une vocation de terrien (texte)


Je l’adore ce petit manuel de 1964 !

Résultats de recherche d'images pour « français 6e lagarde et michard »


Ernest Pérochon (1885-1942) a écrit des romans régionaux où il peint avec beaucoup de sobriété des drames paysans: Nène (1920), qui obtint le prix Goncourt; la Parcelle 32 (1922)…
À la fin de la guerre (1914-1918) les prix ont commencé de monter.  Le notaire vient de conseiller au vieux Mazureau, un paysan poitevin, d’en profiter pour vendre ses champs et placer son argent.  Il n’a rien répondu, car, s’il tient à sa terre son fils a été tué à Verdun et lui se fait vieux.  Avec Bernard, son petit-fils, qui a 16 ans il regagne sa ferme.


Quand ils eurent dépassé les dernières maisons, ils laissèrent la route et prirent un petit chemin traversier qui coupait droit, au milieu de la plaine, vers Fougeray.

On était en février, et le froid était net et piquant.  Sous le ciel bas, dans cette grande étendue plane et sans  arbres, un vent cruel bondissait et faisait front. Mazureau n’y prenait point garde, mais le petit geignait de temps en temps :
–Le vent coupe !
Il s’arrêta un instant pour rabattre les oreillères de sa casquette.  Le grand-père, ne le sentant plus à côté de lui, se retourna et son regard, vague, se posa sur l’enfant.
–Que fais-tu donc Bernard?
–C’est que j’ai les oreilles glacées… Et puis le bout du nez aussi.
Mais le grand-père n’entendait pas.  Depuis les paroles du notaire toute sa pensée était en travail.
–Mauvais temps, disait l’enfant ; la terre n’est pas gelée, cependant rien ne pousse.  Il faudrait un peu de soleil à ce moment de l’année, et de l’eau, n’est-ce-pas, pour les emblavures ?
— Oui ! de l’eau… de la pluie douce…  Dis–moi, Bernard ?
— Quoi donc, grand-père ?
Le grand-père n’acheva sa pensée que vingt pas plus loin.
–Dis-moi, Bernard, t’en retournerais-tu à la ville avec ta mère si elle voulait t’emmener ?
— Non!
— Si elle veut, cependant…
— Elle ne m’emmènera pas !  Je ne veux pas, moi, ma place est ici ; c’est ici qu’il y a du travail pour moi.
— Mais elle parlait de te mettre à l’apprentissage, ta mère…
— Je n’irai pas ! Mon père est mort à la guerre… J’ai des droits!
— Bien dit, mon petit gars !
— Je veux rester chez nous !  J’aime la terre, moi ; je veux des champs… Plus tard, j’achèterai de la terre au lieu d’en vendre.
–Bien dit, Mazureau !
Le grand-père regarda avec une orgueilleuse tendresse cet enfant qu’il connaissait à peine, trois ans plus tôt.  Sa bru le lui avait confié au début de la guerre, quand elle était entrée comme ouvrière dans une usine de Nantes et, tout de suite le petit citadin anémique s’était épanoui.  Un mois après son arrivée, le fouet en main, des socques boueux aux pieds il poussait les bêtes avec le dandinement d’un vieux paysan.  Il avait retrouvé, d’instinct, les gestes séculaires de sa race et en son âme d’enfant, quelques choses d’âpre avait surgi qui était le tenace amour de la terre, de la terre ingrate, buveuse de sueur, buveuse de sang, de la terre maigre où l’outil s’émousse, de l’argile qui tire les pieds, de la terre dure aux hommes, mais où passe le vent des libres espaces.

Oui, celui-là était un vrai Mazureau un gars solide, rusé, actif, un peu taciturne.  Il répondait mal aux gâteries de sa tante Evelyne, si douce et si maternelle.  On le voyait point jouer avec les jeunes garçons de son âge ; il préférait à tout autre compagnie celle de son grand-père et celle de son chien Flambeau, une grande bête hargneuse, aux yeux féroces.  Quand il avait appris la mort de son père, il avait pleuré, mais raisonnablement.

–Bien dit, Mazureau !

Ernest Pérochon, La Parcelle 32


Sujet d’écriture

Aimerais-tu, comme Bernard, devenir cultivateur ?  Si oui, dis les raisons qui te font aimer ce métier.  Si non, dis pourquoi tu ne l’aimes pas.


pdf émoticonune-vocation-de-terrien

Publicités

Une réflexion sur “Une vocation de terrien (texte)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s