Le souper des Rois (texte)


Je prends de l’avance…

Voici un des textes qui accompagnera mon fils lors de notre première semaine de travail après la période des fêtes.


  1. Rutile : briller d’un vif éclat
  2. Hasarder : risquer ; dire avec timidité, avec la crainte de déplaire.
  3. Diadème : sorte de couronne ressemblant à un bandeau richement décoré, plus large en avant que sur les côtés.

Le souper des Rois

Voici les Rois. La maison a pris son air de fête. Tout rutile (1) au salon et dans la salle à manger.  Aux exclamations sonores des jeunes, au cliquetis joyeux des ustensiles, se mêlent les accords éclatants que Pierrette joue au piano.  De la cuisine viennent des odeurs appétissantes qui charment délicieusement l’odorat.

«C’est moi qui serai roi, dit Paul.

-On croirait que toutes les faveurs te sont dues, remarque Louise ; mais je suis sûre que, cette année, c’est moi qui trouverai la fève ; et quand je serai reine, il faudra m’obéir, Paul !

-Ce sera moi la souveraine, affirme Claudine, et je porterai la couronne royale et j’aurai des tas de bijoux d’or !

-Moi, fait Joseph, j’aurai des soldats plein le corridor, et gare à ceux qui me résisteront!

-Si j’étais roi, hasarde (2) le petit Albert, j’aurais des bonbons tant que j’en voudrais.

-C’est Robert qui sera roi, tranche impérieusement Jeanne, il est arrivé le premier de sa classe.

-Non, non !

-Si, si !»

Le père intervient : « À table, les enfants, on vous attend.  Il ne faut pas laisser refroidir ces bonnes choses ! »  Après le bénédicité, on s’assoit et toutes ces figures épanouies font une couronne vivante autour de la table familiale.  Avec quel empressement on fait honneur au menu !

Et voici le moment solennel.  Maman découpe le gâteau merveilleux et en distribue un morceau à chacun des convives.  L’impatience est à son comble.  Qui a la fève ?  Et tout à coup : «C’est moi qui l’ai !» lance Jeanne, triomphante.

«Vive la reine ! » crie-t-on d’une voix unanime.  Et tous d’envier la charmante souveraine dont papa orne la tête d’un beau diadème (3) doré.

Toute la soirée, Jeanne porte fièrement sa couronne.  Elle occupe un trône d’honneur à côté de l’arbre de Noël.  Les voisins et les parents en visite la félicitent avec chaleur.  Quand on passe des douceurs et des rafraîchissements, elle est la première servie.  On exécute ses moindres désirs sur-le-champ.  Elle choisit à son gré les divertissements de la soirée.  S’il s’élève des débats, elle les règle d’autorité.

Mais Jeanne a un secret.  Elle sait que sa royauté est éphémère.  Quand on lui demande si elle a un dernier vœu à exprimer, elle se lève et, à la surprise de tous, elle va poser sa couronne sur le front de sa mère.

«C’est vous, maman, la vraie reine !  Je désire que vous soyez toujours fière de nous !»

Inspiré de Louis Fréchette.


On peut très bien faire ce genre de travail oralement…

Il m’arrive, régulièrement, de le faire faire à l’écrit pour garder une trace dans mes portfolios et faire en sorte que mes enfants apprennent à bien répondre, à l’écrit, à différents types de questions.

Les questions de compréhension se répondent, habituellement, assez facilement par les jeunes enfants mais les questions d’interprétations, d’appréciations et de réactions…  hum…  souvent moins beaucoup moins bien.

On revient sur le texte…

  • D’après le texte, combien y a-t-il d’enfants?
    • huit : Pierrette, Paul, Louise, Claudine, Joseph, Albert, Robert, Jeanne.
  • Montre que l’animation est grande avant le souper.
    • On met la table, Pierrette joue au piano, on discute bruyamment.
  • Comment appelle-t-on les coutumes populaires, comme celles de dire le bénédicité, de fêter les Rois par un gâteau spécial ?
    • On appelle ces coutumes des «traditions»
  • Peux-tu nommer d’autres coutumes de ce genre ?
    • Réveillon de Noël, fête du nouvel An, St-Valentin, …
  • Qui trouve la fève ?  Quel ornement lui met-on ?
    • Jeanne.  On lui met un diadème doré sur la tête.
  • De quels privilèges jouira-t-elle au cours de la soirée ?
    • Elle aura un trône spécial.  Elle reçoit des félicitations.  Elle sera la première servie.  On obéira à ses ordres.  Elle peut choisir les activités à faire.  On la choisit comme arbitre dans les débats.
  • Quel coup de théâtre survient à la fin de la soirée ?  Qu’en penses-tu ?
    • Elle dépose sa couronne sur la tête de sa mère.

J’aime beaucoup ce genre de travail qui prend peu de temps mais qui touche à l’essentiel : apprécier, comprendre, interpréter ou réagir à un texte.


Source : «Cours de français 6e année» Procure des frères de l’instruction Chrétienne


pdf émoticonle-souper-des-rois


 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s