Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Mon exaspération devant les programmes actuels


Je suis en train de préparer le programme en étude de la langue de mon fils de secondaire 2 pour les prochaines semaines.

Je tourne les pages des vieux manuels et des cahiers scolaires actuelles et je ne comprends toujours pas pourquoi les programmes actuels délaissent une grande partie des informations pourtant pertinentes.

Prenons, par exemple, la conjugaison du futur simple et du futur antérieur.  Pourquoi avoir abandonné l’aspect «connaissance» au lieu de simplement faire conjuguer l’élève.

Je serais curieuse de voir quel élève connaît, maintenant, ce qu’exprime le futur simple (sa valeur) ?  Pourquoi l’utilise-t-on ce verbe à part pour exprimer une action à venir???

  • Une action à venir, proche ou lointaine.
  • Une affirmation atténuée d’un fait présent (futur de politesse).  Ex : Je vous prierai de m’écouter attentivement.
  • Un ordre atténué, un conseil, une prière, un souhait. Ex : Tu iras chez ta grand-mère dimanche.
  • Une probabilité, une intention, une promesse.  Ex: Je vous embrasserai ce soir.
  • Une action passée ( futur employé souvent par les historiens).  Ex: La guerre sera inévitable par la suite entre ces deux pays.
  • Une indignation devant un fait qui risque de durer.  Ex: Quoi!  Ces gens se moqueront de moi ! (La Fontaine)
  • Une vérité générale ( pour l’avenir comme pour le présent et le passé) avec toujours, souvent, jamais.  Ex: Homme libre, toujours tu chériras la mer ! (Beaudelaire)

J’ai beau feuilleter mes cahiers, mes manuels… rien.  Je ne trouve ces informations que dans les anciens manuels de grammaire.

Qui enseigne maintenant que le futur simple est la fusion d’une locution (infinitif + présent du verbe avoir)?

La plupart du temps, les programmes font mémoriser les terminaisons, sans réfléchir…  erai / eras / era…  tout simplement.  On semble oublier la réflexion derrière le geste à poser.  Avant de conjuguer, pourquoi ne pas chercher à comprendre un peu ?!  Pfft!

On reproche continuellement la médiocrité du français écrit de nos jeunes mais…  mais…  mais…  Avons-nous, entre les mains, les bons outils pour les accompagner!?!?!


Publicités