Journal quotidien


Je suis obligée de constater que ma manière de faire, cette année, est boiteuse.  Je n’arrive pas à insérer certaines matières dans notre routine hebdomadaire (surtout pour mon fils de secondaire 2).

Nous passons beaucoup de temps avec la dictée, la lecture, le travail sur le texte, l’écriture, l’étude de la langue, les mathématiques et l’anglais :  ce qui me laisse peu de temps pour le reste.  Pourtant, je suis consciente qu’il faudra bien passer à travers ce programme aussi!

C’est dans ces moments que je comprends pourquoi, dans une école régulière, on ne fait pas tout ; on sélectionne ce qui semble pertinent et utile pour le bon fonctionnement de l’élève uniquement.  Est-ce une bonne chose ?  Pour certains enfants oui, pour d’autres non.

J’ai tenté plusieurs choses au fil du temps, sans réel succès.  Mais là, maintenant, je DOIS trouver une solution puisque nous prenons énormément de retard.

Quelle serait ma meilleure solution ?

Réduire le temps en français ou en mathématique est absolument non envisageable pour moi : ce sont deux matières qui demandent du temps et de l’investissement!

Je pense reprendre ma journée «sans matières de base » : faire une journée par semaine avec uniquement les matières que je n’ai pas le temps de faire…  hum…  j’y pense, sérieusement.  Sinon, il faudrait que je songe à réduire le temps passé sur chacune des matières de base, chaque jour.  Il me faudrait songer à réutiliser les courtes périodes bien rythmées de mes anciennes journées de classes primaires qui fonctionnaient tellement bien pour les petits.

Avez-vous des idées qui fonctionnent bien chez vous?

4 réflexions sur “Journal quotidien

  1. Même realite ici. Le francais et les mathematiques prennent beaucoup de temps mais je ne vais pas couper dans ces matières de base. Alors je planifie des journées ponctuelles en sciences et je couvre beaucoup en une journée. J’ai alors le temps de faire des experiences et de vraiment développer des outils pour les enfants: apprendre à reflechir avant de passer a l’action. Prendre le temps en sciences de construire à partir de ce qu’ils savent et explorer au lieu de passer simplement du contenu. Je donne egalement de la lecture en sciences et j’utilise des textes scientifiques en français. Je choisis 2-3 grands thèmes pour l’année à explorer a fond pour bien mettre les outils d’analyse, d’expérimentation, de reflexion en place. Cette annee en 5 e on explore en profondeur la géologie, les machines simples, et on expérimenté beaucoup en chimie. Ainsi on a deux grandes rencontres avec un géologue, une visite approfondie de la galerie de la terre au musee de la nature, randonnée sur le bord de la rivière pour voir les stomatologues et chercher les fossiles, ateliers d’identification de mineraux, mais aussi comprehension de textes en Geologie, etc. On a fait une journee sur les changements physiques et chimiques avec une expérience complexe.
    Pour les autres domaines en sciences, je donne de la lecture pour développer la culture scientifiques et j’utilise aussi des vidéos documentaires. Je combine sciences et geographie constamment.
    En histoire je travaille en ce moment à donner des outils de lectures de graphiques, cartes, documents iconographiques. Puis je donne de la lecture. Je construis un questionnaire qu’il les font len devoir’, c’est à dire en dehors de mon temps ´scolaire ´. C’est de l’autonomie totale. Je fais un retour.
    Je fais faire des recherches (débuter avec moi et poursuivit en autonomie en dehors des heures passées ensemble) sur un personnage ou un événement et on pense participer à un expo histoire en avril et les filles vont commencer leur projet apres Noel, donc on a beaucoup de temps. Je privilégie la comprehension, l’utilisation. Des cartes, de la ligne du te,PS (on réinvestit constamment sur ce qu’on sait déjà) l’utilisation des documents iconographique. Ce projet sera aussi récupérer en francais tant a l’écrit qu’a l’oral, avec probablement un partage avec 2-3 familles.
    Donc véritablement, l’histoire, la geographie et les sciences sont saupoudrés à travers l’année et je ne fais pas tout, mais je fais en profondeur. J’utilise aussi les sorties au musee pour les arts, l’histoire et les sciences. On apporte tablettes à dessin et de quoi rediger et je fais dessiner et ecrire. Par exemple, je demande qu’elles,choisissent un objet ou quelques objets et qu’elles les fassent vivre en utilisant la personnification, etc. Donc nos visites permettent de réinvestir dans les matières de base. Je veux aussi leur apprendre À VOIR et retirer de l’information et faire des liens.
    On ne peut pas tout enseigner mais on peut apprendre à voir, à faire des liens et à communiquer ce qu’on comprend.

    J'aime

    1. Pour le moment, je prends souvent une période la fin de semaine pour en faire le plus possible. Comme toi, j’aime approfondir, proposer des activités pour approfondir et apporter un regard franchement différent sur l’histoire, la science et la géographie. Par contre, tout ça… ça prend du temps… et du temps, cette année, je n’en ai pas😉

      Votre parcours semble très enrichissant et intéressant… j’aimerais être dans ta classe🙂

      J'aime

      1. Et pourtant, moi aussi je manque de temps. Je pense qu’il faut qu’on prenne de la hauteur quand on veut avoir un regard plus juste de ce qu’on accomplit. Au bout du compte, on en fait des choses petit à petit. L’important c’est justement de se questionner, d’ajuster, d’apprendre à choisir et aussi d’être bonne envers nous-mêmes.
        Apprendre à vivre prends toute une vie; apprendre à apprendre aussi. Je me rappelle à l’ordre régulièrement. Je pense avec de grands objectifs pour éviter de me perdre dans les details. Je pense :outils, methode, faire des liens, réinvestir, curiosité, beauté (arts visuels, nature, musique), sens de l’effort, persèverance, sens de l’accomplissement, autonomie au lieu de penser simplement en termes de matières, de sujets.
        C’est étonnant mais on arrive quand même à couvrir plus que le curriculum, avec plus de plaisir et avec le sentiment que finalement on ne se sent pas obliger d’apprendre.
        J’ajouterais que pour les maths et la maîtrise de la langue je suis extrément rigoureuse, mais les moyens utilisés font passer le tout avec facilité. Et c’est souvent dans ses matières qu’ils apprennent le sens du travail efficace, bien fait et le sens de l’effort.

        J'aime

      2. C’est vrai que finalement, nous passerons au travers et même plus… pourtant, au quotidien, j’ai toujours l’impression de manquer cruellement de temps!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s