Une histoire de brigands (texte)


Dix-huit contrebandiers, chargés d’un sac de poudre de Berne, passaient dans un couloir de rochers. Le dernier en rang s’aperçut que son sac s’allégeait sensiblement, et il était déjà tout disposé à s’en féliciter, lorsqu’il vint à se douter ingénieusement que l’allégement avait peut-être lieu aux dépens de la charge. Ce n’était que trop vrai ; une longue traînée de poudre se voyait sur la trace qu’il avait suivie. C’était une perte, mais surtout un indice qui pouvait trahir la marche de la troupe et compromettre ses destinées. Il cria halte, et, à ce cri, les dix-sept autres s’assirent en même temps sur leurs sacs pour boire un coup d’eau-de-vie et s’essuyer le front.

Pendant ce temps, l’autre, ingénieux, rebroussait jusqu’à l’origine de sa traînée de poudre. Il y atteignit au bout de deux heures de marche, et il mit le feu avec sa pipe : c’était pour détruire l’indice. Deux minutes après, il entendit une détonation superbe, qui, se répercutant contre les parois de ces montagnes, roulant par les vallées et remontant par les gorges, lui causa une surprise merveilleuse : c’étaient les dix-sept sacs, qui, rejoints par la traînée, sautaient en l’air, y compris les dix-sept pères de famille assis dessus.

Sur quoi je remarque deux choses :

La première, c’est que cette histoire est une vraie histoire, agréable et récréative, suffisamment vraisemblable, prouvée par la tradition, et par le couloir, qui subsiste toujours, comme chacun peut aller s’en assurer…

La seconde chose que je remarque, c’est que, dans cette histoire, dix-sept hommes périssent ; mais remarquez bien, il en reste un pour porter la nouvelle. C’est là, si je ne m’abuse, le signe, le critérium (terme de philosophie qui signifie marque distinctive) d’une histoire modèle : car, dans une bataille, un désastre, une catastrophe, que peu périssent, c’est mesquin ; que tous périssent, c’est nuit close. Mais que, du beau milieu d’une immense déconfiture, un, un seul en réchappe, et tout justement pour en porter la nouvelle, c’est l’exquis du genre et la joie de l’amateur.

Nouvelles genevoises, Rodolphe Topffer


C’est l’ironie qui donne à ce morceau toute sa valeur.

Le chef des brigands…  c’est un sot!  Relève quelques preuves à l’appui.


pdf émoticonune-histoire-de-brigands

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s