Journal quotidien


Non, je ne suis pas dans l’obligation d’être une «enseignante professionnelle» pour accompagner à mes enfants quotidiennement!!!!!!

Je déteste entendre cette éternelle question : Tu as suivi quelle formation pour enseigner à tes enfants?  Ce n’est pas n’importe qui…  soupirs…  qui peut enseigner!

Dites-moi…  Quelle formation une personne peut-elle faire pour accompagner un enfant de la première année à la dernière dans toutes les matières ?  Il n’y en a pas.  AUCUNE.  Il n’y a aucun programme qui peut offrir une formation appropriée pour le travail que je fais quotidiennement auprès de mes enfants.

Avoir un diplôme en poche m’aiderait probablement à quelques endroits ici et là…  mais, sérieusement, je ne crois pas être une moins bonne accompagnatrice auprès de mes enfants qu’un enseignant auprès de sa classe.

Pourquoi?  Parce qu’un papier (diplôme) n’apporte pas avec lui la bienveillance, la passion, le plaisir de transmettre, le goût de faire apprendre, etc.  Rien de tout ça ne vient avec un bout de papier…  rien.  Il faut avoir en soi ce désir…  ce fort désir même!

Il y a de bons enseignants…  il y en a de très mauvais…  Il y a de bons parents-éducateurs…  il y en a de très mauvais aussi.

Rien n’est parfait.

Suis-je un bon parent- enseignant?  Je pourrais être meilleure, j’en suis certaine.  Cependant, la passion et le désir de bien faire les choses m’animent encore suffisamment pour que je ne fasse pas trop de dégâts.

Je n’ai effectivement pas de diplôme en enseignement et je ne crois pas que j’aimerais davantage le travail que je fais quotidiennement avec un petit bout de papier attestant que je «peux» enseigner.

Bonne journée!

4 réflexions sur “Journal quotidien

  1. C’est très drôle ce genre de question. J’ai envie de dire… Quel diplôme les enseignants ont-ils pour enseigner ? En effet, je suis moi-même enseignante en collège, et les diplômes que j’ai ne m’ont absolument pas préparée à l’être. Ce ne sont que des diplômes universitaires, qui apprennent des connaissances et compétences pointues, à des centaines de lieues de ce qu’on nous demande d’enseigner aux élèves. Quant à la pédagogie, elle n’a pas été abordée une seule fois dans mon cursus, qu’il soit universitaire ou de formation à l’IUFM (seule la didactique est abordée). Ce qui m’a le plus appris à enseigner, c’est d’observer mes élèves, de me poser des questions, de lire à droite à gauche, et de discuter avec d’autres profs… toutes choses qu’une maman qui fait l’IEF pratique également. Comme vous le dites si bien, c’est la passion qui fait toute la différence.

    J'aime

    1. Plusieurs éprouvent encore beaucoup de difficultés à accepter l’idée qu’une mère peut enseigner à son enfant même pour les niveaux secondaires (5e à 1re en Europe)

      J'aime

  2. Coucou, tu as bien raison ! Réjouis-toi bien de cette liberté de pouvoir enseigner tes enfants SANS ce « bout de papier » !
    Chez moi l’école à la maison n’est possible qu’AVEC ce bout de papier😦
    Belle journée à toi !
    Anne

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s