Nocturne (poème)


Nocturne

Gilles Vigneault


Sur le geste le plus simple

Sur le mot le plus commun

Je voyage

Sur votre hésitation même

Sur votre regard perdu

Je voyage

N’essayez pas de me suivre

Où m’empêcher de partir

J’appareille

Vers une terre inconnue

Où des pleurs d’enfant m’appellent

J’appareille

Vers une douleur aiguë

qui ne m’a pas dit son nom

Mais qui chante

La vieille complainte humaine

Que méprise le tambour?

Mais qui chante

Et qui me parle d’amour

De sa voix la plus lointaine?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s