Fin de vacances (texte)


Denise, appuyée sur sa pelle, était debout en maillot rouge, près des remparts d’un fort qu’elle avait creusé. Elle regardait la mer…. De grandes ombres noires, plissées par le vent, couraient sur les eaux vertes qui, près du rivage, devenaient couleur de sable.
La marée était basse. Devant le fort, s’étendait une zone de petits galets, de coquillages brisés qui blessaient les pieds nus. Au-delà, commençaient les dunes lisses et fermes où serpentaient des fleuves aux belles courbes. Au fond de ces ruisseaux, le sable ondulait en vagues solides. Denise eut envie de sentir sous ses pieds leur dure résistance et, lâchant sa pelle, courut vers les flaques.
Une voix cria : « Denise! » Elle s’arrêta et revint lentement…

 

Madame Herpain et ses trois filles restèrent ainsi au bord de la mer jusqu’à la fin de septembre.
Depuis longtemps, toutes les autres familles étaient parties, chassées par le vent et le froid. Les marées d’équinoxe en forçant, non seulement les tentes de toile rouge et blanche, mais les solides cabines elles-mêmes à battre en retraite jusqu’à la route, avaient mis en fuite les derniers baigneurs.
Les enfants Quesnoy et leur « demoiselle » étaient partis le quinze septembre. Il était devenu impossible de s’asseoir sur un sable toujours mouillé par la pluie ou par les embruns.
Mais madame Herpain avait décidé qu’elle ne quitterait pas Beuzeval avant le dernier jour de location.
« Je veux, disait-elle, que les enfants ne perdent pas une bouffée de grand air. »

 

 

Monsieur Herpain vint chercher sa famille…. Denise retrouva la maison de la rue Carnot, qui était pour elle le centre du monde….
Pour les petites Herpain, la maison de la rue Carnot n’était ni belle, ni laide. C’était LA maison.
Denise y avait sa chambre, ses tiroirs, ses livres. Par la fenêtre, elle voyait un « café débit » où entraient des ouvriers en casquettes ; plus loin, au sommet d’une rue montante, passait la ligne de chemin de fer ; la nuit, elle entendait siffler les trains….

A. MAUROIS. Le Cercle de Famille. Grasset.

*************************

Si ce texte vous intéresse :

Fin de vacances

2 réflexions sur “Fin de vacances (texte)

  1. J’ai choisi trois textes parmi les textes qui se trouvent dans cette section.
    Merci pour votre générosité.
    Passez une belle journée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s