Mes choix de manuels – 6e année


Finalement, mon choix de manuels pour l’an prochain est complet.  Je pense que ça devrait ressembler à ceci :

Français

Il y a longtemps que je n’avais choisi un manuel de base pour lui!

Après avoir longuement réfléchi et analysé mes objectifs à atteindre, j’opte pour un manuel de base sur lequel je vais ajouter des textes (ou romans) puisés ici et là dans tout ce que je possède.  Je veux suivre une progression plus «claire» que ce que je lui propose depuis quelques années.

Comme vous le savez déjà puisque j’en ai parlé dernièrement, j’ai choisi un manuel européen car il correspond davantage à ce que j’attends de cette matière.  Il est vraiment complet et…  je l’aime particulièrement.

Je vais y greffer un cahier québécois pour rencontrer les objectifs du MELS.  En fait, je ne suis pas obligée de choisir un cahier québécois…  pas du tout…  je l’ajoute simplement parce qu’il permet de lire des textes d’un niveau de lecture différent.

Les programmes du Québec, à ce niveau, sont plus faibles en lecture que les programmes européens…  c’est «rassurant» pour un enfant de 11 ans de comprendre «entièrement» un texte.  Comme je lui propose «beaucoup» de choses à lire d’un niveau assez intense, c’est encourageant pour lui de lire autre chose parfois.

Ce cahier des éditions CEC est typiquement québécois.  Il propose différents types de textes puisés entièrement dans la littérature jeunesse (surtout québécoise) ou des extraits de documentaires franchement très simples à lire.  Aucun défi de lecture à prévoir.

Naturellement, comme je le mentionne dans la publication précédente, j’ajoute des lectures supplémentaires.  Pour la prochaine année, je propose deux-trois lectures dans les «vieux manuels» chaque semaine.  Comme un roman en lecture suivie nous accompagnera (en plus) pour chaque séquence de travail, ce sera largement suffisant!

Pour l’étude de la langue, j’ai prévu travailler avec le manuel TDL mais…  j’ai plusieurs choses qui vont compléter notre route : un cahier de Nathan, plusieurs vieux manuels, etc.

Je ne quitte pas mon objectif de faire moins mais mieux!

J’ajoute en écriture le cahier de Nathan (Apprendre à rédiger pas à pas 6e) que j’aime beaucoup puisqu’il demeure dans l’esprit des vieux manuels.

De plus, j’ai de nombreux «vieux manuels» qui apporteront quelques idées supplémentaires si le besoin se fait sentir.

Pour cette matière, j’ai une tonne de choses qui pourront admirablement compléter notre parcours.

 

Ma démarche de travail change légèrement :

  • Dictée «éclairée» d’une phrase chaque matin
  • Analyse (oralement) de cette phrase.
  • Conjugaison d’un verbe chaque matin… un verbe différent chaque jour, on alterne tous les temps.
  • Français travail sur le texte ou étude de la langue, on avance…  tout simplement.
  • Travail en écriture 2 fois par semaine.
  • Lectures supplémentaires
  • Lecture du roman à l’étude tous les jours (45-60 min.)
  • Mémorisation d’un poème, extrait d’un texte ou un extrait de théâtre en alternance.

Mathématique

Sans surprise ici…  J’en ai parlé dernièrement, j’utilise des manuels québécois tout à fait ordinaire mais qui font le travail demandé.

Je poursuis avec la même collection que celle que j’utilisais cette année (Décimale).  Elle n’a rien d’exceptionnelle, elle est simplement ce que j’appelle une «valeur sûre».  Cette méthode me donne l’occasion de faire le tour, tout simplement.  Avec le guide-corrigé, elle donne l’opportunité de compléter avec quelques exercices supplémentaires.

Je trouve qu’il manque plusieurs choses que j’essaie de palier en utilisant d’autres ressources.

Il manque cruellement d’exercices dans ce genre de cahier.  Je ne pense pas…  et je ne crois pas d’ailleurs, qu’on peut maîtriser une notion «plus difficile» en ne faisant que 3 ou 4 exercices!  Je complète avec un deuxième cahier (Cinémath) que je ne fais qu’en partie puisque je le garde comme banque d’exercices supplémentaires.

Les programmes québécois sont nettement plus faibles que les programmes européens en géométrie…  On semble croire que nous n’en n’avons pas besoin j’imagine.  Pourtant, ce serait tellement plus simple au secondaire si les élèves avaient une base plus solide!!!

J’ajoute donc la section «géométrie» de mon programme préféré depuis toujours «Sésamath».

Des situations-problèmes? Pas de problème! 3Un autre gros morceau du programme québécois : les fameuses situations-problèmes!  Elles donnent souvent des sueurs à nos Situations-problèmes complexescharmants enfants.  J’aime ajouter quelques exercices supplémentaires dans cette section occasionnellement dans l’année.

J’utilise des cahiers des éditions à reproduire que j’aime bien.  Les situations-problèmes sont accessibles et intéressantes.

Ah oui..  Je conserve le calcul mental à ce niveau.

Science

Le programme de 6e année au Québec ne m’intéresse absolument pas…  J’ai consulté tous les cahiers et rien ne semble me convenir.  Je poursuis donc avec mes cahiers «pancanadiens» qui sont franchement plus appropriés à ce que je recherche ( Science et technologie – Perspectives des éditions Duval).

Je vais utiliser les cahiers de 7e année au lieu de la 6e puisque nous avons eu le temps de les faire cette année.

Ils sont plus avancés que le niveau 6e attendu au Québec mais…  ils préparent bien la suite.

Ce sont 4 cahiers qui travaillent :

  • Les interactions dans l’environnement
  • La chaleur dans l’environnement
  • Les structures : formes et fonctions
  • Les substances pures et les mélanges

 

Histoire

Comme j’utilise un manuel européen en français qui propose un parcours en relation avec le parcours en histoire de monde, j’ai choisi de faire le programme de secondaire 1 au lieu du programme de 6e année.  De toute façon, nous avons déjà fait l’Orient ancien cette année.

Pas de panique, ça ne change pas grand chose puisque le programme québécois d’histoire sera fait deux fois…  car oui, notre charmant programme québécois propose la même matière deux années entières : secondaire 3 et secondaire 4.

J’ai décidé de travailler par «projet» pour ce cours afin d’en garder un «réel» souvenir.  Cette année, il garde un souvenir magnifique de son projet sur l’Orient ancien qu’il a adoré faire.  C’est exactement le même but que je recherche avec les autres sections du programme.

Je vais utiliser un manuel (Histoire en action de Modulo) que j’ai toujours apprécié même si je ne possède aucun guide pour l’exploiter adéquatement.  J’aime ça structure, sa démarche de travail…  je l’avais utilisé avec mon fils-2 et en partie avec mon fils-1 cette année.

Je possède d’autres manuels à la maison et j’aime bien joindre mes séquences avec des romans couvrant la même période.  D’ailleurs, pour la séquence sur l’Égypte, plusieurs romans peuvent agréablement compléter la séquence de travail!

Anglais

Je dois vraiment améliorer notre programme d’anglais.  J’ai tellement de difficulté à trouver un programme bien fait qui permettrait de réellement avancer dans cette matière.  J’utilise plusieurs choses très intéressantes mais…  ce n’est pas un programme complet déjà fait!!!!

Le grand problème des cahiers québécois est qu’ils servent bien une classe puisqu’ils sont conçus pour un groupe…  pas pour un seul enfant devant son cahier.  Un programme anglophone pour homeschool peut sembler intéressant mais… comme il est le programme de base de langue anglaise, il passe à travers toutes les notions que l’on voit déjà en français… c’est long, fastidieux et tellement inutile.  Le niveau de lecture suit rarement celui de l’enfant anglophone mais l’étude de la langue est nettement ridicule si on suit le niveau réel de lecture de notre enfant.

Le choix est donc très limité.

Je multiplie les ressources ici et là pour tenter de construire un programme adéquat…  mais je rêve de mieux, croyez-moi.

J’utiliserai encore mes cahiers pour adultes que les enfants aiment beaucoup puisqu’ils vont à l’essentiel.  Cependant, je trouve qu’ils ne ressemblent pas suffisamment à ce qu’on attend d’un élève de ces niveaux.  Ils n’ont pas la structure d’un manuel typique québécois…  donc la démarche de travail est trop différente pour convenir parfaitement.

Je les conserve, malgré tout, puisqu’ils permettent d’installer une base grammaticale et d’ajouter du vocabulaire.

Les enfants les Spirals - Cycle Three (Year Two)adorent…

J’utiliserai un cahier québécois «Spirals de Chenelière» pour installer une certaine structure «à la québécoise» même si je ne l’aime pas tant que ça.

YES, WE CAN !

J’aime bien ce petit cahier qui propose des exercices de grammaire (Yes, We can! de CEC) .

Pour compléter, je possède une tonne de ressources : des textes, des petits romans, des exercices en grammaire, etc.  J’ai plusieurs «vieux manuels» qui proposent des textes intéressants à lire et accessibles pour le niveau de mon fils-4.

Si je trouve quelque chose de mieux d’ici la rentrée…  je vais sûrement me laisser tenter!

Arts plastiques

J’aime bien les cahiers «Artistic Pursuits» que j’utilise depuis quelques années déjà.  Ce sont des cahiers en anglais mais qui sont très appréciés chez nous.  On explore notre environnement par le dessin.

Chaque cahier fait le tour : ligne, valeur, texture, couleur, perspective, etc.

 

J’utilise, pour compléter, une revue européenne en dessin que j’aime particulièrement (Le dessin facile).  On propose des projets pour le dessin, les crayons de bois, l’aquarelle, pastels, etc.

Les projets des enfants sont toujours magnifiques.

Pour les projets, j’utilise beaucoup le net puisqu’on y retrouve beaucoup de projets vraiment inspirants!

 

Éthique et culture religieuse

Je n’aime pas particulièrement cette matière…  que je néglige bien souvent.  J’ai un manuel (Une vie grande de Fidès) que j’aime bien, mais je ne trouve jamais le temps suffisant pour l’exploiter.  Je verrai si j’installe une «vraie période» à la rentrée.

Je lui proposais, de temps en temps, une lecture mais…  j’ai vraiment besoin de me fouetter un peu pour cette matière.

Musique

Je poursuis avec un artiste à découvrir chaque mois et l’écoute/étude d’une œuvre chaque semaine.  Les enfants écoutent déjà beaucoup de musique classique, c’est un incontournable chez nous puisqu’il y en a pratiquement tout le temps.

Mon plus jeune adore la flûte…  pour le moment, il travaille la flûte à bec mais dès qu’il sera un peu plus grand, il poursuivra avec la flûte traversière.  La base reste la même.

Pour le moment, c’est ce que j’ai prévu…   mais, on verra d’ici l’automne si je me laisse tenter par autre chose!

2 réflexions sur “Mes choix de manuels – 6e année

  1. Bonjour Sylvie,

    Je voudrais savoir si le niveau 6ème au Québec correspond à notre 6ème en France ?
    Vous avez l’air de dire que nous apprenons des choses de façon plus approfondie en France mais il faut savoir que chez nous si les programmes sont lourds, les enfants sont beaucoup en échec par rapport à cela.

    J'aime

    1. Non, la 6e québécoise est beaucoup plus simple que la 6e française. Par contre, comme vous le mentionnez, une 6e française non réussie n’est pas meilleure que notre 6e québécoise!!!! La différence est surtout au niveau du choix des textes, du travail demandé et de l’étude de la langue.

      Franchement, les dictées ne sont pas d’un niveau «très élevé» mais si on les fait entièrement, elles représentent un bon apprentissage puisqu’elles sont progressives. Certains enfants pourraient très bien les faire dès le CM2… Ça dépend tellement de l’enfant. Je préfère une dictée plus simple mais bien faite et comprise qu’une dictée difficile qui ne permet pas à l’enfant de réfléchir pendant l’écriture. Une dictée, pour être efficace, doit nécessairement apporter quelque chose à l’enfant!

      Observez la première et la dernière :

      «Annie et ses parents arrivent de leur voyage en France. Ils se souviendront longtemps de la capitale française. Annie retrouve le Québec, son chien Moustache et ses camarades avec bonheur. Elle leur raconte ses aventures chez les Français. Soudain, Catherine et Charles éclatent de rire. Annie parle vraiment d’une drôle de façon!»

      C’est une dictée réellement simple : accord dans le groupe nominal, verbes au présent… peut être faite dès le CM

      Voici la dernière :
      «Alice est-elle faite en chocolat? C’est vraiment terrible, car la pauvre fillette fond lentement quand il fait plus de vingt degrés. Chaque été, elle doit surveiller la température en tout temps. Fondre comme une glace au soleil n’est vraiment pas amusant. Là-bas, dans son village, personne ne connaît son étrange secret.
      Ses meilleurs amis, Annie et Rémi, sont sûrs qu’elle est une peureuse. Ils ne comprennent pas pourquoi leur camarade reste toujours à l’intérieur. Alice ne peut même pas se promener durant les belles journées ensoleillées. Elle ne peut sortir que dans la nuit noire, comme un vampire.
      Un soir où elle était seule, Alice a vu une étoile un peu spéciale. Aussitôt, elle a fait un souhait avant de s’endormir au son des cigales. À son réveil, elle était sous les chauds rayons du soleil! Heureusement, ses pieds et ses bras étaient toujours là!
      Aujourd’hui, Alice est très excitée, car elle pourra enfin profiter de l’été!»

      Elle n’est pas si complexe… Un élève de CM2 pourrait très bien la faire sans trop de difficultés.

      Je préfère les utiliser en 6e… Je vais en glisser d’autres un peu plus difficiles durant l’année scolaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s