Ouarâ ( texte )


Je remets ce texte en apportant une information importante!!!!!

Je reçois, chaque année depuis cette publication en 2012, pas moins d’une trentaine de courriels d’enfants qui me demandent tantôt le résumé du texte, tantôt les réponses aux questions.

Je ne suis pas stupide…  Un petit courriel rempli de fautes me demandant le corrigé ou le résumé…  Je suis en mesure de découvrir assez facilement que c’est un travail demandé par un instituteur!  Cette semaine, j’ai reçu 12 demandes de résumé!!!!  hahaha

Mymy, Lulu, Wiwi, Fatima et tous les autres…  Je suis désolée mais je ne donnerai ni de réponses aux questions, ni de résumé.

++++++++++++++++++++++++++++++++

Voici un texte qui provient d’un très vieux livre que je possède et que mon fils adore…  Il s’agit d’histoires sur les animaux d’Afrique.  Le texte est magnifique… tellement touchant…

Mon fils de 4e année le lira ce matin…

Ouarâ

Ouarâ dormait, confiante dans la présence de son maître, dans l’entière paix que donne une belle dentition toute neuve sortie depuis deux mois…

A ce moment passa le chat de la maison avec qui Ouarâ s’amusait parfois à la suite d’une bonne digestion. Le chat ne s’attendait-il pas à voir la lionne ? N’était-il pas en humeur de jouer ? Le fait est simplement celui-ci : au cours d’une brève lutte, le chat se rebiffa, donna un coup sur le museau de Ouarâ, et, avant qu’une des énormes pattes l’eût aplati et maintenu sur le plancher, il avait sauté à travers la balustrade…

Il tomba dans la cour. A sa suite, la lionne fit le même chemin pour le rattraper, oubliant le collier, la corde, la balustrade, ne pensant qu’au jeu. La corde et le collier étaient solides : la lionne n’atteignit pas le sol, mais setrouva plaquée brutalement contre le mur et pendue. Ce fut alors un beau tapage : sauts affolés, détentes énormes suivies de retombées le long de la maison, rauquements aigus. Les poils volaient en tous sens.

La torpeur qui régnait dans cette cour fut ravagée. Quand éclata le cri de la brousse, colporteurs de marchandises, vendeurs de caoutchouc, messagers, voyageurs, trafiquants et mendiants qui dormaient au pied des arbres et des murs, à l’ombre, se levèrent d’un bond et mal éveillés, s’enfuirent en tous sens…

Ouarâ sautait toujours, impuissante à remonter le mur. Sa voix, profonde d’abord, était devenue aiguë, puis sifflante. Par moment, la bête se taisait, comme si elle recherchait son souffle. A vrai dire, son souffle l’abandonnait…

Réveillé par tout ce vacarme, le maître apparut… Il vit la singulière position de la lionne. Quand il revint, un couteau à la main, la lionne était immobile, les yeux fixés sur lui, des yeux immenses, résignés, exorbités. La gueule écumait. D’un coup, il trancha la corde et Ouarâ tomba comme un paquet. Pas pour longtemps. D’un bond, elle se dégageait et contournait la maison.

A peine son maître venait-il de reposer le couteau sur la table qu’il sentit sur ses épaules deux énormes pattes qui l’étreignaient. Avant qu’il eût pu, de la voix et du geste, retenir l’agresseur, il était renversé, roulé sur le plancher…

L’homme voulut se défendre, écarter la gueule, retenir les pattes. Mais la lionne était couchée sur lui et l’écrasait… L’angoisse l’anéantit… Elle fut de courte durée. Les griffes rentrées, les pattes de Ouarâ embrassaient solidement la proie de sa bienveillance, de son amour, de sa reconnaissance.

D’après André DEMAISON

Le Livre des Bêtes qu’on appelle sauvages(1929)

Je comprends mieux le texte…

  1.  Qui en est l’auteur de ce texte?
  2. Qui est Ouarâ ?
  3. Pourquoi veut-elle poursuivre le chat ?
  4. Ouarâ  rencontre un problème. Lequel ?
  5. Relève l’expression qui montre que Ouarâ risque de mourir.
  6. Qui sauve Ouarâ ?
  7. Comment se termine l’histoire ?

Si vous voulez télécharger ma feuille de travail :

Ouarâ

***  J’aime ce genre de texte…  car le texte utilise un langage qui demande à l’enfant d’être un bon lecteur et c’est ce que je recherche dans ma classe-maison!  Il faut, parfois, pousser un peu plus loin le niveau de compréhension des enfants en donnant des textes plus élaborés et surtout…  surtout… qui nourrit, comme dans ce cas-ci pour mon fils, qui nourrit un besoin présentement…  oui, d’en connaitre davantage sur les animaux d’Afrique!

5 réflexions sur “Ouarâ ( texte )

    1. Lina helaoun dit : «je veux les solution non les questions!!!!!!!!!»

      Sérieusement??? Ce texte est un texte de 4e année… du primaire. Il est très facile de le lire soi-même et de répondre, rapidement d’ailleurs, à toutes les questions.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s