Première leçon de bicyclette (texte)


Première leçon de bicyclette

Henri Troyat (La grive)

À cheval sur une bicyclette étincelante, Geneviève, la tête dans les épaules, les coudes écartés, la figure décomposée par l’effroi, s’appuyait de tout son poids sur son grand-père, qui, une main cramponnée à la selle et l’autre au guidon, essayait de la maintenir en équilibre.

« Pédale ! criait-il. Pédale!

  • Non ! gémissait Geneviève. Je ne veux pas ! Je vais tomber !… Je vais me casser quelque chose !…
  • Quand tu seras lancée, ça ira tout seul. Hop ! Courage ! »

Il fit plusieurs pas en avant. Les roues tournèrent dans un joli miroitement de rayons argentés. La bicyclette et Geneviève s’inclinèrent davantage encore. Pépitou s’arc-bouta pour les redresser à la verticale:

« Pédale ! Pédale, je te dis !

  • Attends, Geneviève ! s’écria Élisabeth. Je vais te tenir de l’autre côté ! »

Elle se précipita à la rescousse. Encerclée sur son siège, poussée par-derrière, tirée par-devant, Geneviève glapissait :

«Non ! Ça ne m’amuse pas ! Assez ! »

Elle finit par laisser traîner ses deux pieds sur le sol. On s’arrêta.

« Je voudrais essayer, dit Élisabeth.

  • Tu es déjà montée à bicyclette ? demanda Pépitou.
  • Non.
  • Alors, fais attention. Ne te crispe pas. C’est moi qui te guide. »

Elle prit la place de Geneviève sur la selle.

Pépitou l’épaula légèrement et se mit en marche. La machine roulait avec lenteur. Il pressa le pas. Élisabeth appuya sur les pédales. Pépitou, accroché à la bicyclette, commença à trotter menu en soufflant:

« Bon… bon… Pédale toujours… Regarde en avant !… »

Grisée par le succès, Élisabeth accéléra le mouvement de ses jambes.

« Pas si vite ! » gronda Pépitou, qui, maintenant, était obligé de courir pour rester au niveau des roues.

Soudain, elle se sentit seule, libre, perchée très haut, entourée de vide. Pépitou l’avait lâchée. Une crainte délicieuse lui poignit le cœur. Le guidon vibrait dans ses mains. Les fenêtres de l’école défilaient en sautillant le long de sa joue droite. Elle allait s’envoler. Un caillou en décida autrement. La roue avant hésita, dévia. Élisabeth se retrouva par terre, les jambes prises sous la machine, dont une pédale tournait encore. Elle s’était écorché le genou.

Le sang coulait, mais elle n’avait pas mal. En voyant accourir Pépitou, elle pouffa de rire.

Geneviève le suivait. Elle était blanche et balbutiait d’une voix mourante:

« Tu vois que c’est dangereux, Pépitou ! »

Puis, elle s’enfuit en hurlant:

« Maman ! Maman ! Vite ! Élisabeth s’est blessée !»

Pépitou avait une mine coupable. N’était-il pas l’instigateur de cette expérience, qui se terminait par un accident ?

« Ça arrive, grognait-il, ça arrive souvent dans les débuts ! »

Il releva Élisabeth et la conduisit à la cuisine, où tante Thérèse et Ménou lui lavèrent sa plaie, la désinfectèrent avec un liquide piquant et la recouvrirent d’un volumineux bandage.

« Elle a été très vaillante, dit Pépitou en s’ essuyant le front et la nuque avec un grand mouchoir.

  • Et toi, très imprudent, Hector, dit Ménou.
  • Mais non, Clotilde. Chaque sport a ses risques. Et la bicyclette est un sport complet. Si je suis tel que tu me vois, c’est grâce à la bicyclette ! Il faut que ces enfants fassent de la bicyclette ! C’est un brevet de santé qu’elles se préparent…
  • En se cassant le nez sur les cailloux », dit tante Thérèse.

Il baissa la tête. Élisabeth rassura tout le monde et sortit, héroïque, souriante et la jambe raide.

Extrait de La Grive, roman d’Henri Troyat, librairie Plon, 1956.


 

Comprendre le texte

  1. Décris la position de Geneviève sur la bicyclette.
  2. Quel conseil le grand-père ne cesse-t-il pas de répéter?
  3. Laquelle des deux fillettes risque une première course?
  4. En quels termes Geneviève décide-t-elle de mettre fin à sa tentative?
  5. Comment est-il dit dans le texte qu’Élisabeth accéléra sa course?
  6. Élisabeth est-elle fière de sa course?
  7. Quelle est sa réaction lors de sa chute?
  8. Imagine la réaction de Geneviève devant l’incident?
  9. Laquelle des deux fillettes te semble la plus courageuse?  Pourquoi?

Réagir au texte

Ta première expérience en bicyclette fut-elle aussi émouvante?

Selon toi, pourquoi les enfants aiment-ils monter à bicyclette?


Si cela vous intéresse :

Première leçon de bicyclette_HTroyat

Source : «Mon livre de français 5e année» Les frères du Sacré-Coeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s