Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Nos lectures du mois d’avril


Voici ce que nous lirons ce mois-ci…

Mon dernier ( 5e année – CM2…  il débute la 6e)

Comme notre deuxième séquence de travail portera sur des contes…

Inutile de mettre un résumé…  hihihi  Il s’agit des contes de Charles Perrault.  C’est tellement fantastique de se replonger dans les contes.  Chez nous, on adore!

 

Lecture de mon fils-3 (secondaire 1 – 5e…  il débute la 4e)

«Awaïté Pawana!» John, le matelot de Nantucket, oubliera-t-il jamais le cri lancé par l’homme de vigie des baleiniers? Qu’est devenue la lagune de légende où les géants des mers venaient se cacher? Pourquoi le capitaine Charles Melville Scammon a-t-il tant voulu découvrir ce lieu sans nom aussi vieux que le monde? Comment peut-on détruire ce qu’on aime?

Un magnifique récit sur les baleines, l’aventure des hommes et la fragile beauté du monde.  C’est l’histoire authentique de Charles Melville Scammon qui, après avoir découvert au Mexique une lagune où se reproduisaient les baleines grises, décida de les exterminer. Puis, se rendant compte qu’il commettait une erreur irréparable, il consacra sa vie à leur sauvegarde, aidé par les révolutionnaires mexicains.

Prix Nobel de littérature 2008.

 

Fils-2 (secondaire 5)

On cherche encore…

Publicités
Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Français 4e – Terre des lettres


C’est un nouveau départ, on débute officiellement un second niveau en français ce matin.  Comme je l’ai mentionné dernièrement, c’est la première fois que je fais ça en 15 ans!

J’ai décidé de débuter une prochaine année parce que mes enfants avaient «réellement» terminé le niveau actuel mais aussi pour avoir le temps de «tout» faire pour le niveau suivant.

Je veux nager à l’intérieur des manuels que j’ai choisis…   je veux prendre le temps de l’utiliser pleinement.  Sans oublier que j’ajouterai ce qui me plaît ou qui complétera nos séquences de travail.  Je veux qu’on s’amuse avec cette matière!!!!

Mon manuel : j’ai choisi «Terre des lettres» parce qu’il correspond à ce que je recherche présentement.  Comme je l’ai dit, j’ajouterai plusieurs choses au fur et à mesure.

 

Premier arrêt : «L’Avare» de Molière.

Dès que j’ai mentionné que nous débutons ce manuel par des extraits de cette pièce, j’ai vu naître un magnifique sourire accompagné d’un «Enfin quelque chose que j’aime!»  Mon fils-3 connaît déjà cette pièce et l’a même vue dans la version de «Louis de Funès» que nous avions beaucoup aimée chez nous.

Texte 1 : p.16-17 / Maître et valet.

Pour moi le théâtre est tellement meilleur joué que lu…  c’est comme ça.  On a souvent tenté de me montrer le contraire, mais rien à faire, je trouve que le théâtre est tellement meilleur lorsqu’on le voit.

Nous avons la chance, avec internet, de pouvoir «écouter» des extraits facilement.  Je vais donc proposer, pour mon fils-3, une première lecture dans son manuel mais je vais aussi lui proposer de revoir la pièce au fil des extraits à lire.

Notre premier extrait à l’étude

Du début jusqu’à 4:09 pour notre premier extrait.

 

Et oui…  Je suis comme ça

Par la suite, nous ferons l’analyse du texte, naturellement, y compris le petit travail d’écriture proposé.

Comme j’aime que tout soit clair…  ha! J’ai préparé une feuille pour la petite situation d’écriture.

Si cela vous intéresse :

p.17_expression écrite_portrait de Harpagon

***Source : Terre des lettres 4e de Nathan (p.17)

Publié dans Français

Je réponds / situation d’écriture dirigée


«J’aimerais que tu nous donnes un exemple de ce qu’on pourrait faire comme situation d’écriture dirigée sous le thème de «clown» merci.»

 

Je profite de cette question pour déjà planifier ma situation d’écriture de vendredi.

J’ai choisi plusieurs de mes situations d’écriture dans de vieux manuels dernièrement, mais on peut très bien construire une situation d’écriture dirigée sur n’importe quel sujet intéressant pour l’enfant devant soi.

Il s’agit de construire dans notre tête un schéma narratif de notre thème.

 

Le clown

Après plusieurs minutes d’attente,…  ( l’arrivée du clown)

Il porte… (comment est-il habillé)

Il…  (que fait-il?  Quel numéro propose-t-il?)

La foule…  (quelle est la réaction de la foule?)

Soudain…  (arrivée de qui? que font-ils?)

Après plusieurs numéros, ils terminent leur spectacle par…

Ils saluent…   La foule…

Je suis…

 

C’est ce que moi je propose, mais vous pourriez faire beaucoup plus simple pour un plus petit.

Au cirque je vois…  (qui?)

Il est habillé…  (comment?)

Il court… (où?)

Il saute… (où?)

Toute la foule…  (que fait-elle?)

J’adore…

Vous construisez pour lui la base de son paragraphe.  Vous lui proposez une structure, un cadre qui lui permettra d’écrire en toute liberté ce qu’il veut par la suite.  Vous ne lui dites pas «quoi» écrire vous ne lui indiquez qu’une direction à conserver.

Si ma situation d’écriture vous intéresse :

Le clown

Publié dans J'aimerais vous dire que...

Ces enfants qui nous transforment


Vivre au quotidien auprès d’enfants est quelque chose d’assez intense par moment.   Lorsque je dis ça, je ne pense pas nécessairement à une classe-maison puisqu’en classe régulière aussi, par moment, ça doit être intense.  Par contre, en classe-régulière, les enfants nous quittent en fin de journée…  moi, non.

Je pense que plusieurs mamans, qui se lancent dans l’aventure de l’école-maison, ne réalisent pas à quel point la relation entre les enfants et soi doit être harmonieuse pour que tout se passe bien aussi longtemps.

Imaginez un peu…  on passe toutes nos journées entières avec eux!  Nous devenons le témoin des bons moments mais aussi le témoin des mauvais moments.  Nous partageons la bonne humeur et la mauvaise humeur…  nous accompagnons les réussites et les échecs…

Nous prenons, auprès d’eux, une très grande place.

Vous savez quoi?  J’ai parfois eu l’impression que c’était «trop».

Croire que les enfants seront toujours de parfaits petits apprenants est un rêve que l’on perd rapidement.  Après quelques années de classe-maison on comprend que les mauvais jours accompagnent «aussi» les bons jours de classe.  Dans ces journées que j’appelle mes journées-poubelle où tout semble aller de travers, j’ai souvent eu l’impression d’être à la mauvaise place.

Je pense que mes plus belles réussites en classe-maison sont reliées à ces «journées-poubelle»…  Je suis toujours étonnée de voir apparaître le sourire et la joie chez un de mes enfants après la classe, et ce, même si l’enfant était boudeur quelques minutes avant en classe.  On apprend à ne pas transporter avec soi ce qui cause problème en classe.

Hier, par exemple, mon fils-2 n’était pas un bon apprenant…  adolescent qui vient d’avoir 17 ans…   adolescent qui ne prend pas conscience que les apprentissages prennent du temps parce qu’«IL» y met trop de temps pour les faire.  Oui, adolescent qui voudrait escamoter une tonne de choses sous prétexte qu’elles sont inutiles pour lui.  Il voudrait que je saute certaines sections de son programme alors que je refuse de le faire puisque «je sais» que ces sections sont importantes.  Il est donc devenu adolescent-boudeur en classe pendant toute la matinée d’hier.  Au repas du midi, il devient soudain un adolescent joyeux, rieur et heureux…  Au retour en classe en après-midi,  il remet, soudain, son masque d’adolescent-boudeur!!!!

Hahaha  j’adore! 😀

Vivre avec des enfants quotidiennement nous rend «différente» j’en suis certaine!  Je suis certaine que, tranquillement, j’ai des ailes d’ange qui me poussent dans le dos 😉

Publié dans Français

Écrire peu mais mieux!


Lorsque je lis plusieurs des situations d’écriture de mes plus jeunes, je suis toujours surprise de voir à quel point ils s’améliorent depuis que je suis plus «encadrante».

Je ne le répéterai jamais assez : écrire avec un cadre sécurise, apporte une structure réelle à l’écrit du jeune enfant.

Prenez, par exemple, la situation d’écriture de vendredi dernier (celle sur l’épouvantail)

Voici le résultat de mon fils de 5e année :

«La plainte d’un épouvantail»

«Je ne suis qu’un pauvre épouvantail abandonné à mon sort.  Au début de l’été, on m’a habillé d’une vieille salopette tachée et d’une chemise trouée.  On m’a planté là, au milieu d’un champ et depuis on m’a oublié.  Menaçant, je suis là pour éloigner les oiseaux qui mangent continuellement le blé.  Et savez-vous ce que font ces petits maraudeurs?  Dès le matin, la mésange se pose sur mon bras sans avoir peur de moi. Un moineau, plus audacieux, m’arrache des bouts de chemise et y laisse davantage de trous.  Un corbeau ose essayer de m’enlever mon chapeau chaque matin.  Tous se moquent de moi, même le chien du voisin qui a réussi à m’arracher un pied la semaine dernière.  Qui a cru que la vie d’épouvantail était facile?»

C’est très simple…  hum…   c’est vrai!!!  mais c’est exactement ce que j’attends de lui!  Un court paragraphe qui contient l’essentiel!  Je suis peut-être moins exigeante que vous… mais ce genre de paragraphe à 10 ans me suffit largement!!!!

Je suis satisfaite car j’ai vu naître, pendant cette année scolaire, un réel sentiment de fierté devant la qualité de ce qu’ils écrivaient.  Mes enfants sont fiers de ce qu’ils peuvent produire et souvent même surpris 😉

On peut accomplir des miracles en n’ajoutant que de petites choses dans le quotidien.  Je suis tellement heureuse d’avoir découvert certains vieux manuels qui m’ont  inspirée tout au long de l’année.

On peut faire de réelles différences quand on s’en donne les moyens!