Le perroquet de Félicité (texte)


Voici le second texte à l’étude cette semaine (secondaire 1)

Le perroquet de Félicité

par

Gustave Flaubert

Il s’appelait Loulou. Son corps était vert, le bout de ses ailes roses, son front bleu, et sa gorge dorée.

Mais il avait la fatigante manie de mordre son bâton, s’arrachait les plumes, éparpillait ses ordures, répandait l’eau de sa baignoire; Mme Aubain, qu’il ennuyait, le donna pour toujours à Félicité.

Elle entreprit de l’instruire; bientôt il répéta: « Charmant garçon! Serviteur, monsieur! Je vous salue, Marie! » Il était placé auprès de la porte, et plusieurs s’étonnaient qu’il ne répondît pas au nom de Jacquot, puisque tous les perroquets s’appellent Jacquot. On le comparait à une dinde, à une bûche: autant de coups de poignard pour Félicité! Étrange obstination de Loulou, ne parlant plus du moment qu’on le regardait! (…)

La figure de Bourais, sans doute, lui paraissait très drôle. Dès qu‘il l’apercevait, il commençait à rire, à rire de toutes ses forces. Les éclats de sa voix bondissaient dans la cour, l’écho les répétait, les voisins se mettaient à leurs fenêtres, riaient aussi; et, pour n’être pas vu du perroquet, M. Bourais se coulait le long du mur, en dissimulant son profil avec son chapeau, atteignait la rivière, puis entrait par la porte du jardin; et les regards qu’il envoyait à l’oiseau manquaient de tendresse.

Gustave Flaubert.  Un coeur simple

~**~

Analyse du texte :

  1. Explique les expressions suivantes :  «Autant de coups de poignard pour Félicité», «se coulait le long du mur»  /  Félicité aime son perroquet et quand on se moque de lui, elle en ressent beaucoup de peine.  /  se glissait tout près du mur, se faisait «petit» pour ne pas être aperçu.
  2. Relève des mots désignant : des couleurs, des sons  / corps vert, bout des ailes roses, front bleu, gorge dorée. /  commençait à rire, éclats de voix bondissaient, l’écho les répétait, les voisins riaient.
  3. Relève les verbes désignant les actions du perroquet. / mordre son bâton, arracher ses plumes, éparpiller ses ordures, répandre l’eau, rire de toutes ses forces.
  4. Montre comment tous les détails révèlent le caractère fantasque du perroquet./ il mord son bâton, s’arrache les plumes, éparpille ses ordures, répand l’eau de sa baignoire, il ne répond pas quand on lui parle, il cesse de parler dès qu’on le regarde, rit des gens.
  5. Quels sentiments éprouverais-tu si tu possédais un perroquet comme Loulou?
  6. Note quelques expressions qui te plaisent par leur originalité.

Inspiration du travail : LUCIEN GESLIN.  Méthode de composition française – la narration p.149-150

~**~

J’ai ajouté une situation d’écriture à ce travail :

Tu avais une jolie chatte (portrait). Elle grandissait, jouait avec toi. Puis, un jour, elle se mit à dépérir et…

source : Lucien Dumas.  Le livre unique de français – cours supérieur p.91

~**~

Si cela vous intéresse, voici mes feuilles de travail.

Le perroquet de Félicité_texte-questions-écriture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s