Mon grand-père (texte)


Et voici mon dernier texte pour mon fils de secondaire 1

 

Mon grand-père

par

Henry Bordeaux

Je me rappelle le mien avec émotion. C’était un joli vieillard, d’une extrême politesse et d’une exquise élégance. Ses cheveux frisés et tout blancs, comme poudrés, s’échappaient en mèches folles d’une petite calotte de velours noir ornée d’un gland de soie. Il était toujours complètement rasé, ce qui dégageait la grâce de la bouche, et ses traits pâles, qui parfois se fonçaient aux pommettes d’un léger afflux de sang, apparaissaient fins et délicats, presque féminins, sous la coquette chevelure blanche. Autour du cou, il enroulait un foulard, à l’ancienne mode. Il avait des soins touchants pour ses habits, et chaque fois qu’il prisait, il s’évertuait ensuite à souffler de son souffle grêle sur le moindre grain de tabac égaré dans les plis de sa redingote qu’il appelait une lévite.

Il fut doux à mon enfance. Il aimait la nature et il me la fit aimer. Il me prenait par la main et me conduisait dans les bois, de sa marche lente qu’il appuyait sur un grand bâton ferré. Il suivait avec joie mes regards nouveaux. Je sortais de l’ombre et il y rentrait ; néanmoins nous nous comprenions à merveille. Ainsi les choses se ressemblent à l’aurore et au crépuscule. Nos promenades étaient peu variées. Il affectionnait les mêmes paysages et recherchait les mêmes impressions, afin de se persuader de sa propre durée.

– Regarde, petit, me disait-il quand le soleil descendait sur l’horizon, et je lui demandais pourquoi le soleil se sauvait.

Il connaissait toutes les plantes sauvages et les appelait devant moi par leurs noms. Il me nommait aussi les champignons que nos pas rencontraient dans la mousse, au pied des châtaigniers. Nous rapportions dans un grand mouchoir à carreaux emporté par précaution les bolets aromatiques et les oronges semblables à des œufs au miroir, et je me persuadais que je fournissais à l’entretien de toute la maison. Mais je refusais de goûter de notre chasse : bien plus tard, j’en appréciai la saveur. Enfin, les soirs d’été, comme nous nous attardions sur le balcon d’où nous participions à la sérénité de la campagne, mon grand-père me comblait de bonheur en m’autorisant à regarder dans sa grande lunette qu’il ajustait avec soin et qui rapprochait de nous les constellations : Vénus, Jupiter, Saturne et son anneau me devinrent amis.

Un jour il me montra d’une hauteur péniblement gravie la plaine immense que tachaient les moissons de diverses couleurs. Une brise légère agitait nonchalamment les blés mûrs. Les forêts dont l’été augmente le mystère s’endormaient dans leur lourd feuillage. Et tout au fond nous distinguions les eaux bleues d’un lac souriant.

– Regarde, petit. Est-ce beau ? Eh bien, tout ce que tu vois est à moi.

– Vraiment, grand-père ?

Je n’étais pas très convaincu. Mon grand-père ne réussissait jamais dans ses entreprises financières où il introduisait de la poésie, et le petit homme que j’étais – je ne saurais dire à quels signes – s’en doutait déjà.

– Oui, reprit-il, tout cela est bien à moi. Ces moissons dorées, ces vignes et ces hautes futaies, et ce lac aussi qui tremble d’aise au soleil. Le propriétaire a le droit d’user et d’abuser. Qui donc use et abuse plus que moi de toutes ces propriétés ?

Et dans un petit rire sournois, il ajouta plutôt pour lui-même que pour son jeune compagnon qui pourtant s’en souvient :

– Et l’on m’épargne la peine de m’en occuper.

– Comme vous êtes riche, grand-père !

Je regardais la plaine avec admiration. Il me considéra un instant, et sans doute il me jugea digne de son héritage, car il étendit la main et son geste fut presque solennel :

– Je te donne tout ce que j’ai.

Je battis des mains et j’embrassai le cher vieillard. Ainsi me furent véritablement légués le charme et la grâce de la terre…

BORDEAUX Henry.  L’enfance de Mistral.

Si ce texte vous intéresse :

Mon grand-père_texte suppl.

Source : DES GRANGES ET COTARD.  Morceaux choisis des auteurs français p.275

~**~

Vous remarquerez que tous mes textes tournent autour du «portrait».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s