Journal quotidien


Walter Langley:
Walter Langley

Bon matin tout le monde!

Une autre belle journée de classe-maison pour nous.

Il me semble que le temps passe toujours trop vite et que le temps me manque pour faire tout ce que je voudrais au quotidien.  On passe tellement de temps à faire la base que les extras… on les met de côté malheureusement.

On avance tranquillement, savourant le quotidien entre nous.  Il fait tellement beau à l’extérieur depuis quelques temps que la tentation est grande d’en profiter encore un peu.  L’automne tarde à s’installer…  on a réellement l’impression d’être en septembre ou au début d’octobre.  Le temps file pourtant et Noël approche à grands pas!

Depuis quelques jours, je m’interroge sur la lenteur d’exécution de certaines matières chez nous…  ouf…  à ce rythme nous terminerons notre année scolaire dans 2 ans! hihihi :)  Il me semble que certaines matières n’avancent pas.  En fait, le plus drôle, elles n’avancent réellement pas! ha!  Je travaille tellement à améliorer le français et les maths que les autres matières prennent du retard.  Ce n’est pas dramatique, mais agaçant puisque j’aime que notre programme soit complet.   Comment harmoniser mon désir de «bien» travailler et mon désir de présenter un programme diversifié?  Je l’ignore présentement…  puisque cela semble impossible pour le moment.  Je prends le temps d’installer tout minutieusement… alors certaines matières sont justes de trop!

Le temps me permettra de m’ajuster j’imagine😀

Bon je vous laisse, ma classe-maison débute dans 2 minutes!  Je vous souhaite la plus belle des journées.

19 réflexions sur “Journal quotidien

  1. C’est la même chose ici. Nous n’avons jamais été si en retard en science!!!! les vacances de Noël sont dans cinq semaines…..Courage !

    J'aime

  2. Ici aussi! J’essaie de trouver une solution…pfff…On en fait, mais disons qu’on en fait presque deux fois moins que je ne le voudrais… Il faut que je dégage un temps précis pour ça! De ton côté, as-tu renoncé aux blocs qui semblaient intéressants? Et l’an dernier tes journées consacrées à tous les autres matières, ça semblait marcher? Il m’arrive de consacrer le mercredi matin à cela… Il faudrait que je systématise le concept…

    J'aime

    1. Les deux manières fonctionnent mais, malheureusement, en laissant une partie de la matière prendre du retard. Les blocs permettent de travailler en profondeur, par contre… certaines matières doivent être mises de côté un peu. On tourne en rond.

      J'aime

  3. Idem chez nous. Mais j’ai reussi à vivre plusieurs activités d’exploration nature et je considère que ce sont nos sciences de l’automne. Je fais de petits moments sciences. On apprend à regarder en grammaire, en maths tout comme dans la nature. Je pense que finalement j’installe le même réflexe dans tous les domaines. Apprendre à regarder, remarquer et à agir en conséquence.
    En histoire, ouf. Je tire de la patte, je leur fais donc lire des textes scientifiques et historiques et nous en discutons lorsque cela se présente. Si on ajoute des films et documentaires le soir, beaucoup de choses se mettent en place.
    Je suis en pleine réflexion sur la place des activités de groupe. Mais le francais et les maths avancent bien et les sillons tracés sont profonds.
    Je me questionnais cette semaine et j’en parlais avec la fille d’une amie qui est âgée de 20 ans. Elle a vécu 2 ans d’école maison qu secondaire. Je lui demandais comment cela se faisait-il qu’on semblait toujours prendre plus de temps à la maison pour couvrir la matiere? Elle m’a dit qu’elle ne comprenait souvent pas grand chose à l’école et qu’elle ne sait pas comment elle a réussi ses maths et sciences de sec 4-5. Mais que l’école les évalue tellement souvent pour de petits apprentissages, que cela lui a permis d’avoir la note de passage.
    Nous avançons lentement mais bien et on ne laisse rien au hasard. On a choisi une autre manière de faire.

    J'aime

    1. Même chose ici, ce que j’installe est réellement significatif. D’ailleurs, encore mieux que toutes mes années précédentes. Je travaille autrement et les résultats sont vraiment appréciables. Les «blocs» que j’ai faits en science et en histoire sont derrière moi.. mais il reste tellement à faire. Je me questionne aussi beaucoup sur ce qu’ils font réellement à l’école avec toutes les pertes de temps, les projets, les SAÉS,… quand apprennent-ils réellement?

      J'aime

    2. « Elle m’a dit qu’elle ne comprenait souvent pas grand chose à l’école et qu’elle ne sait pas comment elle a réussi ses maths et sciences de sec 4-5. Mais que l’école les évalue tellement souvent pour de petits apprentissages, que cela lui a permis d’avoir la note de passage. »
      Remarque très intéressante… qui peut expliquer certaines choses…

      J'aime

  4. Même chose ici. J’axe tellement sur les maths et le français que je relâche la pression sur le reste. On en fait mais tellement moins que ce je souhaiterai. Et puis, j’ai deux spécimens trèèèès lents pour écrire.

    J'aime

    1. Quand je jonglais une famille de 4 et 5 jeunes enfants, je me souviens que je faisais de l’histoire en sortant , en visitant musees et expositions. Je travaillais surtout en francais et maths, puis j’ai créé les expos sciences et histoire pour pouvoir creuser un projet. Je n’utilisais pas de Manuel en sciences ou en histoire mais j’avais plusieurs livres, films, et on en parlait à travers des textes vus en francais. Ce n’est qu’au secondaire que j’ai systématisé l’histoire et les sciences. J’ai aussi créé un camp sciences annuel qui roule depuis 12 ans. Autrement on respirait l’histoire, la musique, on s’émerveillait devant la beauté de la nature , du fonctionnement d’une machine, etc.
      Mes 3 plus vieux qui ont été élevés ainsi réussissent très bien a l’université et ne semblent manquer de rien; ils continuent d’apprendre et en savent tellement plus que ce que je leur ai montré.
      On ne peut pas tout apprendre pendant les premières années scolaires, mais si ce qu’on apprend est bien enraciné, je crois sincèrement que je mets le monde à portée de leurs mains.
      Je redécouvre tout cela avec ma plus jeune, maintenant que je me suis psychologiquement libérée de l’emprise des examens du DES.
      Approfondir la matiere nous apporte un véritable sens d’accomplissement et donne des ailes.
      Tout le charabia de l’école avec les evaluations d’apprentissages, ce sont beaucoup de mots pour cacher un bien grand vide et beaucoup de médiocrité. On ne recherche pas la même chose. On ne conçoit pas l’éducation de la même manière.

      J'aime

      1. J’aimerais dire que j’abandonne l’idée d’un DES, mais, dans mon cas, c’est impossible. Mes enfants doivent passer par cet incontournable pour nous. Je dois donc, malgré moi, les modeler en apprenant autrement qu’une école régulière mais en gardant toujours un oeil sur ce qu’ils doivent connaître pour réussir éventuellement. Mes enfants ont un parcours atypique mais… ils peuvent aussi réussir les examens du DES.

        C’est vrai, par contre, qu’ils voient les apprentissages d’une manière irrationnelle en prenant une route vraiment pénible pour accomplir quelque chose d’aussi simple que lire! (il suffit de penser aux fameuses stratégies de lecture qu’on enseigne continuellement!!!!)

        Dis-moi… tes enfants à l’université ont choisi une route scientifique? Mon deuxième choisit cette route… la fin du secondaire est donc vraiment importante et essentiel pour la suite. Je n’ai donc pas le choix de préparer mes autres dans la même vision : les arts, la musique, les sciences humaines… ne semblent pas plaire particulièrement à mes jeunes🙂

        J'aime

      2. Je sais que tu n’as pas le choix et pourtant nos deux manières de fIre se ressemblent beaucoup. Je m’assure que les matières sont vues mais pas de la manière de l’école. Surtout au primaire…. les fondations en francais et mathematiques sont tellement importante que si on en prend soin, les autres matières en sont facilité. Comprends moi bien, je fais de l’histoire et des sciences mais pas de manière hebdomadaire.
        Mon fils de 15 prépare ses examens de secondaire 4, mais il ne fera que maths et sciences enrichis et histoire. Pour le francais et l’anglais enrichi, il les fera en secondaire 5 et obtiendra les credits par d’éboulement. Sa musique sera créditée car il est déjà de niveau CEGEP en musique. Il nous rester ECR sec 5 et par d’éboulement les credits de sec4, probablement monde contemporain et mAth de secondIre 5 pour compléter les crédits. Il veut easier son DES même en sachant qu’il sera désavantagé par rapport aux eleves de l’école. Mais parce que nous avons l’option de l’universitė, j’ai le coeur plus tranquille. Il a commencé un cours d’introduction a la philo au College universitaire dominicain et on prévoit qu’il fera l’équivalent de 30 credits (certificat) pour lui permettre de continuer en bac de musique au conservatoire.
        Aucun de mes enfants n’est en sciences. Par contre avec un an de philo on peut entrer à l’université d’Ottawa en sciences sans passer par le CEGEP si les notes sont bonnes. Carole Cardinal a envoyé un de ses enfants à l’université d’Ottawa en genie, directement de l’école maison. Et tous les homeschoolers hors Quebec ont acces a l’université en sciences avec certains pre requis ( voir site de l’U d’O.
        Le college algonquien les acceptent en techniques, etc.
        IP faut juste s’informer des étapes et pre requis et postuler. Tout dépend si ton fils est prêt a étudier à Ottawa.
        J’en suis venu à penser que le Quebec ne mérite pas mes enfants…
        Partout ailleurs ils sont acceptés, reçoivent des bourses et ils ont le vent dans les voiles.
        Mais des jeunes de chez nous ont aussi choisi d’aller au CEGEP mais ils sont passés par l’école des adultes car les CS rendent les choses trop difficiles et inéquitables pour nos jeunes.

        J'aime

      3. J’aimerais tellement que ce soit plus simple pour moi… mais bon, j’arrête de saliver devant les possibilités des autres provinces et je me concentre chez nous. J’en ai déjà plein les bras… Sérieusement, je suis certaine que peu d’enseignants travaillent autant que nous par moment! 🙂

        J'aime

      4. Sérieusement, je suis certaine que peu d’enseignants travaillent autant que nous par moment!🙂
        J’en suis absolument convaincu! Je pense que ce qu’on fait est titanesque, mais tellement satisfaisant.
        Mes enfants auraient survécu a l’école. Mais leur vie est tellement plus riche et plus complete parce qu’ils ont grandi ensemble et partager leur quotidien dans toute sa complexité.

        Like

        J'aime

      5. Je pense aussi que notre travail est impressionnant par moment… Je suis CERTAINE. J’ose espérer que ce sera suffisant pour la suite. Pour l’instant, fils-1 trace la voie…

        J'aime

      6. Ben oui ce sera suffisant. Nous ne sommes pas responsable de tout. C’est aussi leur vie et on ne la partage intensément que pendant très peu d’années.

        J'aime

      7. Je suis d’accord… même si j’ai cette mauvaise habitude d’en prendre un peu trop sur les épaules. Je rêve d’une belle vie pour chacun d’eux… mais je suis hautement consciente que je n’y serai pour rien🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s