L’éléphant blanc (texte)


L’éléphant blanc

par

Marie-Simone RENOU

Dans une très vieille ville de l’Inde au joli nom de Patalipoutra, vivait, il y a bien longtemps, un blanchisseur.

C’était un homme riche, car il avait une foule de clients qui lui apportaient régulièrement leur linge et tous leurs habits à nettoyer.

Dans l’Inde, le soleil est si chaud que l’on est tout vêtu de blanc, ou du moins de couleurs claires, et la fine poussière qui monte du sol desséché salit si fort les vêtements qu’il faut les changer bien souvent ; et cela faisait au blanchisseur beaucoup de travail !

Chaque jour on le voyait, lavant, avec ses aides, dans l’eau du Gange, le fleuve sacré, les beaux saries des dames. Ces saries aux soies si douces, bleus, verts et or, longs de six mètres – les femmes s’y drapent puis s’en recouvrent la tête comme d’un voile – étincelaient en séchant au soleil. Il y avait bien aussi des pièces de cotonnades, mais les couleurs en étaient si fraîches qu’elles mettaient de la gaîté sur le sable où elles s’étalaient.

Et les dhôties, sorte de pagnes blancs que les hommes enroulent autour de leurs hanches, illuminaient la terre de leur clarté.

Quand les clients  étaient pressés, le blanchisseur tendait lui-même le tissu, le tenant par une extrémité alors que son fils aîné tirait sur l’autre. Ils l’agitaient doucement de bas en haut, de haut en bas. En un quart d’heure, le vêtement était sec et les clients étaient si satisfaits qu’ils se pressaient de plus en plus nombreux chez le courageux blanchisseur.

Sa maison basse, avec ses colonnes supportant une terrasse, était d’un goût parfait. Il y avait étendu de beaux tapis et mis de longs coussins confortables, sur lesquels on se reposait, le travail terminé, en bavardant avec des amis, les yeux fixés sur le Gange si large, si imposant en cet endroit.

Mais, comme il s’était enrichi par son travail, il était jalousé par un potier, son voisin. Celui-ci trouvait la maison du blanchisseur trop luxueuse, ses clients trop nombreux. Il s’employait à attirer les passants, installant devant sa porte les objets usuels qu’il confectionnait avec l’argile : des vases où l’eau se tient si fraîche, des assiettes pour recevoir le riz, des gobelets où l’on verse la boisson teintée de plantes aromatiques, de petites veilleuses où dansent les lueurs clignotantes qui éclairent les maisons et ornent les autels des dieux aux jours de fête. Tous ces objets étaient tentants. Et le potier avait, tout comme le blanchisseur gagné la confiance su roi dont il était le fournisseur.

Mais il récoltait moins d’argent que son voisin. Aussi résolut-il de lui jouer un vilain tour afin de le ruiner.

Un jour, il alla donc trouver le roi et lui tint ce langage : « Votre Majesté sait combien il serait glorieux pour Elle d’être le possesseur d’un éléphant blanc. Eh bien, je sais que le blanchisseur mon voisin a un procédé mystérieux qui ferait de votre éléphant royal, d’un gris presque noir aujourd’hui, un éléphant éclatant de blancheur. Votre Majesté serait ainsi le souverain le plus célèbre et le plus envié de l’Inde entière. »

Le roi se mit d’abord à sourire, pensant que pareille transformation était chose impossible. Mais le potier avait l’air si sûr d’avoir surpris le secret du blanchisseur qu’il commença à croire pour de bon qu’il pourrait posséder bientôt un éléphant blanc.
Ce pauvre roi, qui n’était pas fort intelligent, désirait d’autant plus vivement être célèbre et admiré de tous !

Il convoqua donc le blanchisseur, et, pour rendre ses ordres plus solennels, il le reçut assis sur son trône, entouré de ses courtisans. Tous attendaient avec la plus grande curiosité la réponse du blanchisseur à la demande extravagante de leur maître.

Quand il se vit enjoindre de blanchir aussitôt l’éléphant royal, le blanchisseur, plein de bon sens, fut très tenté de faire résonner les voûtes du palais d’un énorme éclat de rire. Mais il savait le roi têtu et cruel. Il comprit bien vite qu’il fallait accepter, mais en rendant au potier le méchant tour que celui-ci lui avait préparé.

  • Sir, dit-il, c’est chose facile pour moi, ce que Vous me demandez là. Cependant, il me faudrait faire tremper votre éléphant dans une très grande cuve emplie d’eau bien savonneuse. Or, je ne possède, malheureusement, pas de récipient assez vaste pour contenir un aussi gigantesque animal que celui de Votre Majesté. Mon voisin le potier pourra certainement, sur votre ordre, me le construire.

Le roi fit alors revenir en hâte le potier et lui ordonna de fabriquer un vase aux dimensions telles que l’éléphant pût y tenir à l’aise.

Le potier compris qu’à son tour il avait été joué et que le blanchisseur se vengeait cruellement de lui. Il savait, d’ailleurs, qu’il le méritait, et il essaya de sortir avec avantage du cas difficile où il s’était mis.

Il réunit en hâte ses parents et ses amis, les chargeant de lui apporter une énorme quantité d’argile. Ils en recueillirent de leur mieux, partout où ils en trouvèrent, la rapportant dans de larges corbeilles plates qu’ils plaçaient sur leurs têtes. Chaque fois qu’ils arrivaient dans le jardin du potier, ils déversaient leurs charges qui, s’ajoutant l’une à l’autre, formèrent bientôt une petite colline d’argile.

Alors on se mit au travail. Il fallut des jours et des jours pour confectionner une cuve immense, autour de laquelle, quand elle fut terminée, on se mit à danser de joie. Le blanchisseur allait enfin être ruiné !

Sur de longs bâtons que soutenaient leurs solides épaules, cinquante hommes portèrent en triomphe le long et large bassin jusqu’au palais du roi. Le potier avait fait appel, pour cette besogne, aux porteurs qui, dans les temples, soulevaient à la force de leurs bras les colossales statues des dieux, car seul ils lui semblaient assez robustes et assez exercés.

Ils furent accueillis par les félicitations du roi, qui du haut de sa terrasse, les avait regardés venir.

Le blanchisseur fut aussitôt convoqué. Il fit allumer un grand feu au milieu des jardins du palais. La baignoire de l’éléphant fut placée sur les bûches ; les servantes drapées dans leurs saries verts ou rouges, l’emplirent à l’aide de cruches d’eau puisées dans le Gange. La longue procession des femmes allant et venant, du fleuve au palais, dura une journée entière. Enfin la cuve fut pleine et, l’eau commençant à chauffer, on jeta dedans de grandes quantités de savon.

Le lendemain, l’eau était si mousseuse qu’elle ressemblait aux vagues de la mer, frangées d’écume. On laissa le feu s’éteindre, et les serviteurs qui, pour l’entretenir avaient abattu des arbres massifs, prirent leur repos. Au bout de trois jours, l’eau s’étant refroidie suffisamment pour ne pas brûler l’éléphant royal, il arriva conduit par son cornac.

Un peu surpris, car il n’avait jamais connu de bain en dehors des rivières où il aimait se rafraîchir, il consentit tout de même à pénétrer dans cette eau inaccoutumée. Mais en s’asseyant il fit éclater en mille morceaux la cuve d’argile, dont l’épaisseur était trop faible pour supporter un poids aussi considérable. L’eau se mit à couler en longs ruisseaux mousseux, et l’éléphant furieux, tapant de ses énormes pattes, faisait s’envoler par centaines les bulles de savon qui scintillaient comme des miroirs sous le soleil.

Et le potier dut recommencer son œuvre. Il rassembla de nouveau tous ceux qu’il connaissait, les suppliant de l’aider.

Ils répondirent à son appel, et la cuve qu’ils édifièrent fut cette fois si lourde que deux cents hommes ne purent la porter.

On recommença encore et, en la soulevant les porteurs la brisèrent.  On réussit à en construire une autre, mais l’épaisseur des parois était telle que la chaleur de la flamme ne jamais réchauffer l’eau.

Les tentatives continuèrent ainsi pendant des années. Le potier perdit peu à peu tous ses amis, toute sa fortune. Il fut obligé enfin de renoncer à son entreprise et alla s’humilier devant le roi.

Celui-ci, furieux, le chassa : il ne pouvait lui pardonner de lui avoir fait espérer l’impossible. Ne s’était-il pas, lui, le prince de ce merveilleux pays, rendu ridicule dans l’attente vaine de cet éléphant blanc ?

Seul le blanchisseur avait été assez habile pour imaginer ce moyen vraiment ingénieux de se défendre du potier, en exigeant de lui une chose irréalisable.

Mais, comme il était bon, il eut pitié de la détresse de son méchant voisin ; il le sauva de la misère.

Et le blanchisseur vécut de longues années très heureux, car le roi avait compris la leçon et l’avait choisi pour son conseiller.

Conte Hindou par Marie-Simone RENOU

Si ce texte vous intéresse :

L’éléphant blanc_conte de l’Inde

 

2 réflexions sur “L’éléphant blanc (texte)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s