Poésie pour Halloween


La complainte de l’opéra

 

Vous voici emportés par un souffle glacé,

Dans l’entrée du Manoir où brûle un candélabre ;

Cela sent l’âcre odeur des lieux qui se délabrent :

Le moisi, la poussière et les siècles passés…

 

Soudain, d’abominables petits craquements

Se font entendre, au loin, sur le parquet de chêne…

Un grincement de porte ; un cliquetis de chaînes ;

Un envol de hibou et des bruits d’ossements…

 

C’est notre esprit frappeur, triste et calamiteux,

Revenant maladroit, fantôme dépressif ;

Ne lui en veuillez pas s’il devient agressif :

C’est qu’après tant d’années, il est un peu gâteux…

 

Il apparaît parfois dans une vieille armure,

Parfois sous un grand drap qui le fait trébucher..

Il dit en bégayant qu’il viendra vous chercher,

Puis se volatilise en traversant le mur !

 

Écoutez-le pleurer, là-haut, dans son grenier,

Pauvre spectre incompris, raillé par les humains,

Ermite solitaire au teint de parchemin,

Qui a peur de son ombre et peur des araignées !

 

Yann Walcker.

 

Si cela vous intéresse :

Poésie_la complainte de l’opéra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s