Publié dans J'aimerais vous dire que...

La dictée


On oublie trop souvent que ce qu’on lit sur un blogue ou ailleurs n’est, et ne restera, que la simple expérience d’une personne envers son ou ses enfants.  On oublie que ce qui fonctionne pour l’un, ne fonctionne pas nécessairement pour l’autre enfant, pourtant dans la même famille!

J’ai reçu un courriel hier d’une maman qui me reprochait d’avoir fait «miroiter» que la dictée était la panacée pour un orthographe parfait.

Si c’est le cas, je m’en excuse, puisque la dictée seule ne réussira absolument pas à rendre un enfant solide en orthographe.  Ce n’est qu’un moyen, efficace dans mon cas, parmi plusieurs autres moyens disponibles : lecture régulière, mémorisation de mots, écriture quotidienne, etc.

Si j’avais un conseil à donner ce matin, ce serait celui-ci :

L’important, pour nous parent-enseignant, est de suivre la méthode que nous trouvons le plus efficace pour nos enfants.  Il faut se souvenir que cette méthode n’est qu’un moyen, parmi plusieurs, pour arriver à un résultat avec l’enfant devant soi et pas obligatoirement pour tous!

Cela m’exaspère toujours de recevoir des reproches sur quelque chose comme ça.  Si, chez moi, un enfant n’arrive pas à écrire sans fautes, je n’accuserai certainement pas l’idée que j’ai puisée sur un blogue du piètre résultat de mon enfant.  Je vais, par contre, prendre le temps de chercher attentivement un moyen de l’aider efficacement.  Je vais probablement prendre le temps de me questionner sur ma façon de travailler avec lui, sur l’attention qu’il donne en classe, sur les outils que j’utilise, etc.

C’est facile, même pour moi, de dire que le manuel d’histoire que j’utilise conduit mes enfants à l’ignorance puisqu’il n’enseigne qu’une partie de la partie historique que j’étudie…  Ne devrais-je pas me questionner sur le complément d’information que je n’ai pas su leur donner?

Il faut parfois pousser beaucoup plus loin nos réflexions…  Que peut-on faire pour ajouter toujours ce petit quelque chose qui rendra les informations que je désire faire passer plus «adaptées» à l’enfant qui se retrouve devant moi.

Un mot à retenir : «RESPONSABILISATION»

oui…  responsabilisons-nous…  n’oublions pas que nous faisons toujours, oui toujours, ce que l’on croit adéquat et parfait…  mais  est-ce réellement le cas?

Bonne journée et bonne rentrée à celles qui débutent aujourd’hui!

Publicités