L’enfant prodigue (texte)


Comme mon fils-4 semble vouloir lire plus de textes sur notre thème (rentrée et école d’autrefois), voici celui que je lui propose lundi prochain.

Lorsqu’elle allait au marché, ma mère me laissait au passage dans la classe de mon père, qui apprenait à lire à des gamins de six ou sept ans. Je restais assis, bien sage, au premier rang, et j’admirais la toute puissance paternelle. Il tenait à la main une baguette de bambou : elle lui servait à montrer les mots qu’il écrivait au tableau noir, et quelquefois à frapper sur les doigts d’un cancre inattentif.

Un beau matin, ma mère me déposa à ma place, et sortit sans mot dire, pendant qu’il écrivait magnifiquement sur le tableau : « La maman a puni son petit garçon qui n’était pas sage.»

Tandis qu’il arrondissait un admirable point final, je criai : « Non! Ce n’est pas vrai! »  Mon père se retourna soudain, me regarda stupéfait, et s’écria : « Qu’est-ce que tu dis ?

– Maman ne m’a pas puni! Tu n’as pas bien écrit! »

Il s’avança vers moi :

« Qui t’a dit qu’on t’avait puni?

– C’est écrit. »

La surprise lui coupa la parole un moment.

« Voyons, voyons, dit-il enfin, est-ce que tu sais lire ?

– Oui

– Voyons, voyons… », répétait-il.

Il dirigea la pointe du bambou vers le tableau noir.

« Eh bien, lis. »

Je lus la phrase à haute voix.  Alors, il alla prendre un abécédaire, et je lus sans difficulté plusieurs pages… Je crois qu’il eut ce jour-là la plus grande joie de sa vie.

Lorsque ma mère survint, elle me trouva au milieu des quatre instituteurs, qui avaient renvoyé leurs élèves dans la cour de récréation, et qui m’entendaient déchiffrer lentement l’histoire du Petit Poucet…

Mais au lieu d’admirer cet exploit, elle pâlit, déposa ses paquets par terre, referma le livre, et m’emporta dans ses bras, en disant : « Mon Dieu! mon Dieu!…»

Sur la porte de la classe, il y avait la concierge, qui était une vieille femme corse : elle faisait des signes de croix. J’ai su plus tard que c’était elle qui était allée chercher ma mère, en l’assurant que «ces messieurs» allaient me faire «éclater le cerveau ».

À table, mon père affirma qu’il s’agissait de superstitions ridicules, que je n’avais fourni aucun effort, que j’avais appris à lire comme un perroquet apprend à parler, et qu’il ne s’en était même pas aperçu.

Ma mère ne fut pas convaincue, et de temps à autre elle posait sa main fraîche sur mon front et me demandait : « Tu n’as pas mal à la tête ? »

Non, je n’avais pas mal à la tête, mais jusqu’à l’âge de six ans, il ne me fut plus permis d’entrer dans une classe, ni d’ouvrir un livre, par crainte d’une explosion cérébrale.

Marcel Pagnol.  La gloire de mon père

  1. Lecture une première fois du texte seul.
  2. Lecture avec moi / on relève tous les mots incompris par lui.
  3. On revient sur quelques mots de vocabulaire :  cancre / stupéfait / prodige / abécédaire / déchiffrer / superstition
  4. Plus tard dans la semaine…  relecture du texte (seul).

Mon fils-4 aime beaucoup ce genre de lecture.  D’ailleurs, il ne s’en lasse jamais…   Je suis tellement contente de l’encourager puisque je préfère un texte de Pagnol à un texte insignifiant de plusieurs auteurs de littérature enfantine😉

Pour télécharger ce texte :

L’enfant prodige_texte

5 réflexions sur “L’enfant prodigue (texte)

  1. Tu crois que ‘la gloire de mon père’ fait un beau livre comme lecture offerte pour mes filles? Ce livre m’a tellement marqué. Mon père est un grand ‘fan’ de Pagnol.😉

    J'aime

    1. C’est le genre de roman qu’il est possible d’utiliser pour le niveau (CM2 – 5e année) mais sera-t-il autant apprécié qu’un élève plus âge? Je ne crois pas. Mais ce n’est que mon avis personnel… D’autres auront peut être un avis contraire. C’est un magnifique roman, vraiment.

      Tu pourrais offrir quelques extraits en lecture en alternance avec le film!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s