Le nid de fauvette (poésie)


Je me servirai de cette jolie poésie pour un travail d’analyse sur les verbes (5e année-CM2)

Je le tiens, ce nid de fauvette :
Ils sont deux, trois, quatre petits !
Depuis si longtemps que je vous guette !
Pauvres petits, vous voilà pris !

Criez, sifflez, petits rebelles,
Débattez-vous, oh ! C’est en vain,
Vous n’avez pas encor vos ailes;
Comment vous sauver de ma main

Mais quoi ! N’entends-je pas leur mère,
Qui pousse des cris douloureux?
Oui, je le vois, oui, c’est leur père
Qui vient voltiger autour d’eux.

Et c’est moi qui cause leur peine,
Moi qui, l’été, dans ces vallons,
Venais m’endormir sous un chêne,
Au bruit de leurs douces chansons.

Hélas ! Si du sein de ma mère
Un méchant venait me ravir,
Je le sens bien, dans sa misère,
Elle n’aurait plus qu’à mourir.

Et je serais assez barbare,
Pour vous arracher vos enfants !
Non, non, que rien ne vous sépare;
Non, les voici! Je vous les rends.

Apprenez-leur, dans le bocage,
À voltiger auprès de vous;
Qu’ils écoutent votre ramage,
Pour former des sons aussi doux.

Et moi, dans la saison prochaine,
Je reviendrai dans ces vallons,
Dormir quelquefois sous un chêne
Au bruit de leurs jeunes chansons.

Berquin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s