Notre texte à l’étude cette semaine (5e-secondaire 1)


Nous avons décidé de travailler avec « Fleurs d’encre 5e »!

J’adore le programme de 5e collège et mon fils adore ce manuel.  J’ai donc décidé de travailler avec le manuel une bonne partie de la prochaine année mais…  mais… en ajoutant des textes, séquences de travail, pistes de travail, romans à l’étude, etc…   pris un peu partout pour compléter.  Je ne veux pas m’obliger à ne travailler qu’avec ça.  Vous me connaissez, ça ne marchera pas😉

Notre première séquence de travail : L’appel de l’aventure.

Notre texte de la semaine :

L’attaque des Tartares

Le bac se trouvait engagé dans le milieu du courant, à égale distance environ des deux rives, et il descendait avec une vitesse de deux verstes à l’heure, lorsque Michel Strogoff, se levant, regarda attentivement en amont du fleuve.

Il aperçut alors plusieurs barques que le courant emportait avec une grande rapidité, car à l’action de l’eau se joignait celle des avirons dont elles étaient armées.

La figure de Michel Strogoff se contracta tout à coup, et une exclamation lui échappa.

« Qu’y a-t-il ? » demanda la jeune fille.

Mais avant que Michel Strogoff eût eu le temps de lui répondre, un des bateliers s’écriait avec l’accent de l’épouvante :

« Les Tartares ! les Tartares ! »

C’étaient, en effet, des barques, chargées de soldats, qui descendaient rapidement l’Irtyche, et, avant quelques minutes, elles devaient avoir atteint le bac, trop pesamment encombré pour fuir devant elles.

Les bateliers, terrifiés par cette apparition, poussèrent des cris de désespoir et abandonnèrent leurs gaffes.

« Du courage, mes amis ! s’écria Michel Strogoff, du courage ! Cinquante roubles pour vous si nous atteignons la rive droite avant l’arrivée de ces barques ! »

Les bateliers, ranimés par ces paroles, reprirent la manœuvre et continuèrent à biaiser avec le courant, mais il fut bientôt évident qu’ils ne pourraient éviter l’abordage des Tartares.

Ceux-ci passeraient-ils sans les inquiéter ? c’était peu probable ! On devait tout craindre, au contraire, de ces pillards !

« N’aie pas peur, Nadia, dit Michel Strogoff, mais sois prête à tout !

— Je suis prête, répondit Nadia.

— Même à te jeter dans le fleuve, quand je te le dirai ?

— Quand tu me le diras.

— Aie confiance en moi, Nadia.

— J’ai confiance ! »

Les barques tartares n’étaient plus qu’à une distance de cent pieds. Elles portaient un détachement de soldats boukhariens, qui allaient tenter une reconnaissance sur Omsk.

Le bac se trouvait encore à deux longueurs de la rive. Les bateliers redoublèrent d’efforts. Michel Strogoff se joignit à eux et saisit une gaffe, qu’il manœuvra avec une force surhumaine. S’il pouvait débarquer le tarentass et l’enlever au galop de l’attelage, il avait quelques chances d’échapper à ces Tartares, qui n’étaient pas montés.

Mais tant d’efforts devaient être inutiles !

« Saryn na kitchou ! » crièrent les soldats de la première barque.

Michel Strogoff reconnut ce cri de guerre des pirates tartares, auquel on ne devait répondre qu’en se couchant à plat ventre.

Et comme ni les bateliers ni lui n’obéirent à cette injonction, une violente décharge eut lieu, et deux des chevaux furent atteints mortellement.

En ce moment, un choc se produisit… Les barques avaient abordé le bac par le travers.

« Viens, Nadia ! » s’écria Michel Strogoff, prêt à se jeter par-dessus le bord.

La jeune fille allait le suivre, quand Michel Strogoff, frappé d’un coup delance, fut précipité dans le fleuve. Le courant l’entraîna, sa main s’agita un instant au-dessus des eaux, et il disparut.

Nadia avait poussé un cri, mais, avant qu’elle eût le temps de se jeter à la suite de Michel Strogoff, elle était saisie, enlevée, et déposée dans une des barques.

Jules Verne, Michel Strogoff

L’objectif du texte?  Observer le côté périlleux de la scène.

*********************

J’ai préparé un petit «lexique» pour accompagner la lecture.  Certains mots sont déjà donnés comme vocabulaire dans le texte.  Mon fils-3 a souvent un peu de mal à bien lire ce genre de texte littéraire.  Jules Verne…  n’est pas toujours simple à lire😉

  1. Les Tartares : Ils vivaient en Europe orientale et en Asie (Turcs et Mongols)
  2. BAC : Bateau large et à fond plat de transbordement de véhicules ou de personnes entre deux rives proches.
  3. Deux verstes : mesure de longueur utilisée en Russie (1067 m)
  4. Amont : Partie d’un cours d’eau qui, vis-à-vis d’un point donné, est en direction de la source, par opposition à aval.
  5. Avirons : Rame d’une embarcation.
  6. Bateliers : marins qui actionnent le bac.
  7. Gaffes : perches pour pousser le bac.
  8. Roubles : Monnaie russe.
  9. À biaiser avec le courant : user de finesse pour prendre une voie, une direction oblique.
  10. Abordage : Manoeuvre d’assault d’un navire.
  11. Tarentass : voiture ouverte tirée par des chevaux

*********************

Pour aller plus loin…

Qui sont les Tartares?

Les Tartares

Si cela vous intéresse :

L’attaque des tartares_p.16-17

2 réflexions sur “Notre texte à l’étude cette semaine (5e-secondaire 1)

    1. Une deuxième série de questions!!!!!!!!!!!!!!!! WOW… j’ignore si j’en serai capable puisque j’ai eu de la difficulté à faire la première série hahaha

      Je regarde ça!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s