La mort du Christ ( Molière )


Nous sommes en classe ce matin..  et oui, malgré ce long congé de Pâques.

J’en profite pour présenter cet exercice de lecture à haute voix.
Prononciation. Soigner l’émission des voyelles è, i, u, in; terrible (tè-rible).

La mort du Christ

Lorsque Jésus souffrait pour tout le genre humain,

La Mort, en l’abordant, au fort de son supplice,

Parut tout interdite et retira sa main,

N’osant pas sur son maître exercer son office.

 

Mais le Christ en baissant la tête sur son sein

Fit signe à la terrible et sourde exécutrice,

Que, sans avoir égard au droit du souverain,

Elle acheva sans peur le sanglant sacrifice.

.

L’implacable obéit, et ce coup sans pareil

Fit trembler la nature et pâlir le soleil

Comme si de sa fin le monde eût été proche.

.

Tout gémit, tout frémit sur la terre et dans l’air,

Et le pécheur fut seul qui prit un coeur de roche

Quand les roches semblaient en avoir un de chair.

MOLIÈRE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s